[Test] Shadow of the Tomb Raider

Ultime opus des aventures de Lara Croft issu la trilogie amorcée en 2013, voici mon avis sur ce Shadow of the Tomb Raider. Alors, est-ce l’épisode de trop ou celui du renouveau ?

On prend les mêmes…

Et on recommence. Le jeu reprend quasiment la même formule que ses aînés. Avec les armes et équipements toujours craftables aux feux de camp. Le  retour de l’instinct de survie qui mettra en surbrillance les éléments interactifs du décor. Les pièges et obstacles mortels répondant à nouveau présent, et qu’il faudra éviter sous peine d’une séquence de game-over bien morbide comme on les aime. Et surtout le Gameplay similaire lui-aussi mais avec quelques ajouts supplémentaires bienvenus.

D’abord la corde de rappel, permettant de descendre en contrebas en toute sécurité. Puis la nage, qui agrandit et varie davantage la zone d’exploration puisqu’elle s’étend désormais sous l’eau. Et l’infiltration qui a légèrement évolué, puisque Lara peut se camoufler dans les hautes herbes ou s’enduire de boue pour mieux surprendre ses adversaires. Une vraie Rambo.

Visuellement, le jeu s’en sort bien sans être une claque graphique. Certes les environnements ne sont pas extrêmement variés, puisque tournant quasiment tous autour de la jungle péruvienne. Mais cette dernière demeure ma foi crédible, luxuriante et vivante. Et se paye même le luxe de nous offrir de magnifiques panoramas. Le tout bercé par une ambiance sonore très réussie et renforçant encore plus l’immersion en ces terres sauvages. Même les tribus autochtones parlent leur langue d’origine dans les régions explorées.  D’ailleurs le jeu se concentre davantage sur l’exploration au détriment de l’action. Ce qui n’est pas plus mal.

Les tombeaux / cryptes de cet opus se révèlent être bien plus inspirés qu’auparavant. Rien d’insurmontable mais il faudra parfois se creuser les méninges pour les résoudre. Tout sera une question de jugeote et de timing, avec certains mécanismes s’activant que durant une certaine durée. Mention spéciale à un tombeau en particulier se situant sur un Galion abandonné.

La mise en scène est plus que correcte et place la barre plus haute par rapport aux précédents opus. Cela se ressent dans les cinématiques en général, et les séquences scriptés où Lara doit échapper à un danger mortel. On n’est pas loin du niveau d’un Uncharted et ce n’est pas peu dire.

Et il y a une phase en particulier, qui pour moi est la meilleure de tout le jeu et peut être même de toute la trilogie. Cela concerne un certain flashback dont vous avez un aperçu ci-dessus. Encore un autre écho à la saga Uncharted pour ceux qui voient de quoi je parle.

Ici, Lara fait davantage figure d’anti-héroïne qu’héroïne. Puisque c’est la principale responsable malgré elle, des catastrophes naturelles qui s’abattent dans le monde du jeu. Et dont  les civils et autochtones subissent de lourds dommages collatéraux. Pour le coup, elle a bien plus de sang sur les mains que les “Trinitaires”, ses ennemis de toujours qui ne lui manqueront pas de lui faire rappeler le poids de ses péchés. Une responsabilité qui pèse lourdement sur les épaules de l’aventurière, et cherchera au fil de l’aventure un moyen de se racheter. Vous l’aurez compris, cet opus est celui de la maturité.

D’ailleurs, le jeu comporte quelques rares scènes marquantes par leur impact. Comme le déluge à la fin du tout 1er acte, ou plus loin dans le jeu lorsque Lara se transforme en simili Terminator qui élimine tous ses adversaires à la chaîne sans broncher. Jamais elle n’aura paru aussi badass qu’à ce moment-là.

Mais Lara n’a pas que changé de caractère, elle a aussi changé de voix. C’est Anna Sigalevitch, la doubleuse régulière de l’actrice Alicia Vikander en VF (qui a incarné Lara dans le film de 2018) qui a remplacé Alice David pour des raisons inconnues. Chose qui ne m’a pas spécialement dérangé. Le timbre de voix est certes similaire mais Lara est moins émotive et parait avoir plus d’assurance que dans les 2 derniers épisodes. Même si j’aurais préféré une voix moins monotone lors des lectures de descriptions d’objets ramassés…

Mais il est regrettable que le scénario soit aussi incohérent et téléphoné, avec des moments de tension très vite désamorcés. Comme cette fameuse séquence “Terminator” qui a été provoqué par une triste révélation faite à Lara, qui finalement s’est révélée être une fausse alerte.

Chose encore plus regrettable, les personnages secondaires. Sérieusement, on pourrait les enlever du jeu que ça n’y changerait strictement rien tellement ils sont inintéressants et anecdotiques pour la grande majorité. La palme de bronze étant décernée à Jonah, qui n’a aucune utilité si ce n’est que de servir de soutien moral à Lara.

Incohérences

Les joies du mode photo, où comment garder le sourire en toutes circonstances 😀

Avant de conclure, j’aimerais raconter quelques anecdotes qui m’ont fait tiquer durant mes 32h de jeu.

Durant un tombeau du scénario, je fais face à un obstacle qui faut apparemment brûler. Et qu’est-ce que j’ai sous la main qui devrait faire l’affaire ? Des flèches enflammées que je m’empresse de décocher, et qui n’ont aucun effet… Il fallait en réalité faire s’écouler du combustible jusqu’à cette barrière, et ensuite enflammer la source devinez comment ? En actionnant un mécanisme. Alors que ça aurait été bien plus logique de le brûler soi-même si vous voulez mon avis.

Seconde et dernière anecdote, qui pour moi tient plus que de l’oubli qu’autre chose. Durant tout le jeu, Lara possède son arc. Sauf durant certaines cinématiques où il disparaît sans aucune explication. Chose encore plus incompréhensible lorsque l’archéologue doit échapper à une meute d’ennemis dont elle pourrait se défendre, si seulement son arc ne s’était pas fait la malle entre temps… Des erreurs aussi grossières sur un triple A de 2018, c’est non.

Conclusion

Pour un épisode qui veut conclure une trilogie, c’est moyen. Bien que le jeu soit plutôt agréable à jouer et à explorer, ce Shadow of the Tomb Raider manque cruellement d’originalité et d’ambition. Il fait tout comme les autres mais n’apporte rien de neuf. Un comble pour une des licences qui a redéfini le genre Action-Aventure 22 ans plus tôt.

Mais paradoxalement, il  est pour moi le meilleur épisode de la trilogie en prenant le jeu dans sa globalité. Même si il reste moins marquant que l’opus de 2013, effet de surprise oblige.

Maintenant, il est grand temps pour cette licence de prendre à nouveau un peu de repos, et ainsi revenir en force au moins d’ici la prochaine génération de consoles.

Merci de m’avoir lu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.