[Avis] Nintendo Switch Lite – Un retour en arrière ?

Pas plus tard que hier, la firme au plombier nous a présenté la Nintendo Switch Lite. Nouvelle version de cette console hybride disponible (le jour de mon anniversaire) le 20 Septembre prochain. Une annonce faisant taire par la même occasion toutes les rumeurs persistantes de ces derniers mois quant à l’arrivée imminente d’une nouveau modèle de Switch. Voici ce que j’en pense.

Comme un air de déjà-vu

La première version de la Nintendo 2DS

Une fois encore, Nintendo a jeté à la poubelle le concept qu’ils avaient eux-mêmes instaurés pour leur propre machine. Exactement comme la 3DS en son temps qui s’est vu amputer de son argument de vente principal qu’était sa 3D stéréoscopique. Argument vite passé à la trappe à cause de la qualité très discutable de cette même 3D, le peu d’intérêt que portait le public à son égard, et sa sous-exploitation au sein des jeux de la console. Pour au final devenir la 2DS que l’on connait depuis presque 6 ans déjà (et bientôt 2 ans pour sa déclinaison « XL »).

Puis ce n’est pas comme si la firme avait sorti moult variantes différentes pour chacune de leurs consoles portables par le passé.

Nintendo « Switch » ?

Le tweet qui résume tout 😁

Maintenant, c’est le sigle même de la Switch qui perd de son sens avec cette version Lite, qui ne permet rien d’autre que le jeu portable en solo. Fini les Joy-Con détachables et la possibilité de jouer à deux en local n’importe où avec un seul écran. Exit l’aspect hybride permettant de basculer en un rien de temps d’un écran de télé à l’écran de la console. D’ailleurs il est précisé que la console ne pourra plus être branchée à une télé comme possible avec le Dock de la version de base.

À moins qu’il soit possible de la brancher sur le même type d’adaptateur que sur l’image ci-dessus.

C’est dommage de se priver de cet aspect « console portable de salon » qui est encore aujourd’hui un très bon argument de vente et ayant de beaux jours devant lui.

Qui dit version allégé dit concessions. Et parmi elles, on notera la disparition de la technologie des vibrations HD et du capteur infrarouge à détection de mouvements. Des fonctionnalités intéressantes quand elles étaient bien exploités mais dont on pourra se passer sans trop de regrets. Fort heureusement, le gyroscope quant à lui répond toujours présent sur cette nouvelle version. Le tout permet à la Lite de gagner un peu en autonomie, ce qui est toujours ça de pris.

Mais là où ça pourra éventuellement poser problème, c’est sur la poignée de jeux plus ou moins populaires qui dépendent de ces fonctionnalités. Comme 1-2 Switch et Super Mario Party pour ne citer que ces deux-là. Et tous deux jouables uniquement avec les Joy-Con détachés. Et c’est là que Nintendo nous dit que pour y jouer sur la Lite, on sera forcé d’acheter (pour ceux qui n’ont pas déjà la Switch) les Joy-Con séparément. Et à 70~80€ la paire, autant dire que ça pique.

Et vu que ces deux versions vont cohabiter ensemble, il vaudrait mieux cette fois-ci que l’intégralité du catalogue Switch à venir soit jouable sur chacune d’entre elles. Histoire de ne pas répéter le cas de Xenoblade 3DS, uniquement jouable sur la New 3DS car plus « puissante ».

Une « vraie » console portable

Concernant la forme, disons que c’est conforme aux leaks et à l’imagination de certains. Même si je n’aurais pas été contre un aspect plus « noble » comme le concept de la Nintendo Switch UP sur Behance ci-dessus (bien que j’aurais placé le joystick droit en bas des boutons).

On a donc une console plus compacte, plus légère d’une bonne centaine de grammes, et donc bien plus pratique d’utilisation. L’écran a lui aussi légèrement diminué en taille (mais pas en résolution) passant de 6,2 pouces (15,7 cm) à 5,5 pouces (14 cm). Ce n’est pas bien grand, mais ça reste encore suffisant pour profiter des jeux Switch en solo en mode portable.

En revanche, le multi local à 2 sur une seule console va être très compliqué sur la Lite. Déjà par le fait que les Joy-Con ne sont plus détachables comme dit précédemment. Mais surtout a cause de l’absence sur la Lite du petit support (en numéro 1) permettant de faire tenir la Switch sur une surface plane.

Les 4 boutons du Joy-Con gauche (on va en reparler juste après) de la Switch originelle ont laissé place à une vraie croix directionnelle comme sur la manette Pro. En tout cas, avoir miniaturisé à nouveau une console de cette trempe qui n’était déjà pas bien grande, je trouve que c’est une belle prouesse. Reste à voir si l’ergonomie sera au rendez-vous parce que je ne suis pas sûr que les grosses mains vont apprécier.

Et il y a intérêt que les problèmes encore d’actualité du Joy-Con gauche, et plus particulièrement de son stick, soient définitivement résolus d’ici la sortie de cette version. Parce qu’en cas de problème, ce n’est pas juste le Joy-Con qu’il faudra renvoyer au SAV, mais la machine toute entière avec le prix que ça impliquera…

 

Pour quel public ?

Là pour le coup, la cible est large. Cette Switch Lite pourrait intéresser ceux qui n’ont pas encore acheté la console de base et qui seraient trop réticents à lâcher environ 300€ au lieu des 200€ de cette nouvelle version. Un prix plutôt correct pour ce que la machine propose, et à peine 50~70€ plus cher qu’une 2DS XL.

Elle pourrait aussi s’adresser aux plus jeunes comme c’était le cas pour la première version de la 2DS en début d’article. Non pliable, et beaucoup plus robuste que sa grande sœur. Voilà qui devrait arranger les parents.

Nombreux sont les possesseurs actuels de la Switch qui y jouent essentiellement en nomade, et qui pourraient franchir le pas avec une machine entièrement optimisée pour leurs besoins. Et enfin n’oublions pas les éternels collectionneurs qui quoiqu’il arrive, achèteront la machine juste pour l’objet en lui-même.

 

Conclusion

Me concernant, cette version Lite ne m’intéresse pas. Ça fera bientôt deux ans que j’ai l’actuelle et elle me convient déjà très bien. Et même si un jour je devrais la remplacer, je ne pense pas opter pour une Lite ne serait-ce que pour le coté hybride et les Joy-Con détachables de la version d’origine. Et en plus de cela je ne suis pas fan des coloris de cette gamme. Mais bon les goûts et les couleurs me dira t-on.

Mais à défaut de remplacer la Switch actuelle, ce modèle sera certainement le coup de grâce infligé à une 3DS / 2DS déjà sur le déclin depuis un long moment. D’ailleurs, je n’arrive pas à imaginer quel genre de console portable pourra leur succéder après ça. À voir à l’avenir si une éventuelle Switch « Pro » (jouable seulement en docké par exemple et proche de la PS4 Pro et la Xbox One X en termes de performances) verra le jour même si je n’y crois pas trop.

Merci de m’avoir lu.

[Avis] Le cas Retro Studios / Metroid Prime 4

Shinya Takahashi, le responsable du développement chez Nintendo, a annoncé hier dans une vidéo très solennelle visible ci-dessous, que le développement du futur Metroid Prime 4 repartait de zéro. Dit autrement, le jeu qui fut annoncé par le biais d’un simple logo à l’E3 2017, et dont on a rien eu de concret depuis plus d’un an et demi, n’existe plus.

Mais la nouvelle ne s’arrête pas là. Puisqu’on apprend dans cette même vidéo, que le développeur qui reprendra le projet initialement porté par Namco Bandai Singapour, n’est autre que Retro Studios (que je vais abréger en “RS”). Ceux à qui on doit la première trilogie des Metroid Prime, et plus récemment les derniers Donkey Kong Country en date.

Avis

Pour ma part et en tant que fan de la saga des Metroid, je suis partagé entre le soulagement, la frustration et l’inquiétude.

Rendre à César ce qui appartient à César

Soulagement d’abord. Parce qu’on aura l’assurance que le projet sera entre des mains expérimentées. Puisque personne ne connaît mieux les Prime que ceux qui les ont créé n’est-ce pas ? Cela-dit, il aurait été tout aussi intéressant de confier ce projet à d’autres comme ce fut le cas ici. Mais selon les dires de Takahashi, des soucis survenus durant le développement ainsi que le résultat actuel insatisfaisant pour la firme au plombier, ne permettaient pas de laisser le projet en l’état.

Peut-être qu’on ne connaîtra jamais le fin mot de l’histoire, mais j’imagine qu’il y a eu une grosse mésentente entre Namco et Nintendo en termes de choix ludiques et artistiques. Et ce, malgré l’appui de Kensuke Tanabe qui fut le producteur des anciens Prime. Pourtant, ce n’est pas la première fois que la saga passe entre d’autres mains que leurs créateurs d’origine. Comme la Team Ninja qui s’était occupé de Metroid Other M sur Wii, et plus récemment Mercury Steam avec Metroid Samus Returns sur 3DS.

En tout cas, on pourra blâmer Nintendo sur plein d’aspects, mais on ne pourra jamais reprocher leur honnêteté et leur transparence. Eux au moins on la décence de tout dire sans filtres, contrairement à d’autres développeurs qui se gardent bien de communiquer quoi que ce soit sur leur projets jusqu’à ce qu’ils se retrouvent annulés du jour au lendemain sans explications. Je pense notamment au regretté Star Wars 1313, qui comble du destin, avait une équipe similaire à celle derrière ce Prime 4. Décidément…

Une attente insoutenable

La frustration ensuite. Car ce Metroid était un des jeux les plus attendus sur Switch en 2019. Même si rien ne nous garantissait une sortie pour cette année. Et ce qu’on apprend nous laisse fortement penser qu’on ne verra rien de concret sur ce jeu avant 2021 au mieux. Je ne suis peut-être pas développeur, mais il n’y a pas besoin de l’être pour comprendre qu’un jeu vidéo ne se créé pas si facilement en un claquement de doigts. Surtout à partir de rien. Et connaissant RS et leur souci du détail, si le jeu sortait en 2022 ça serait déjà un miracle. Je sens qu’on l’aura pour la fin de vie de la console à ce train-là…

Qu’est ce qu’il reste comme gros titres à venir cette année sur Switch ? Yoshi’s Crafted World en Mars prochain, et tous ceux dont on a aucune date de sortie comme Fire Emblem: Three Houses, Pokémon, Animal Crossing, Luigi’s Mansion 3, l’incertain Bayonetta 3 et on l’espère d’autres surprises. Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas la folie non plus.

Voilà ce qui arrive quand on annonce un jeu beaucoup trop tôt. Déjà à l’E3 2017 je trouvais ça stupide de l’annoncer ainsi sans avoir de matière derrière. Les arlésiennes ou autres vaporware ça va deux minutes à un moment donné. Pourvu que ça leur serve de leçon pour la prochaine fois. Quand on n’a rien à montrer, on ne montre rien, point barre.

Mauvais timing

Et le dernier sentiment qui domine est l’inquiétude. Car comme beaucoup, je me demande bien ce que RS à mijoté ces 5 dernières années depuis la sortie de Donkey Kong Country: Tropical Freeze sur Wii U. Pourtant, on sait de sources sûres que le studio était bel et bien sur un projet encore aujourd’hui inconnu.

J’espère quand même que ça soit autre chose que le Star Fox Grand Prix qui fut la rumeur la plus insistante en période d’E3 l’année passée. Et si c’est cet “autre chose”, quid de son devenir ? Sera-t-il mis en stand-by comme l’a fait le studio CD Projekt pour Cyberpunk 2077 au profit de The Witcher 3 ? Ou bien carrément annulé ? Quel que soit l’issue, ils ont tout intérêt à communiquer rapidement dessus.

Surtout que l’actualité de RS était loin d’être rassurante ces derniers temps. Avec des témoignages d’anciens de la boite qui se plaignaient des mauvaises conditions de travail. Ce n’était clairement pas le meilleur moment pour confier ce genre de tâche. La pression sur leurs épaules va être gargantuesque.

Conclusion

Ça fait mal, mais c’est peut être un mal pour un bien. Je ne vais pas dire que Nintendo a pris une “bonne” décision. Car elle est lourde de conséquences aussi bien pour l’image de la firme que pour tout ce que ça implique derrière. On parle quand même d’au moins 2 ans de boulot partis en fumée. Une perte de temps et d’argent colossale. Non, je dirais plutôt qu’ils ont pris la meilleure décision possible. La plus rationnelle.

Imaginons que cette vidéo n’ait jamais vue le jour et que le jeu soit sorti comme initialement prévu. Qu’est ce qui se serait passé si nous joueurs, aient fait le même constat que Nintendo à l’égard de ce Metroid Prime 4 ? Ça serait une catastrophe, un accident industriel. Le jeu aurait été encore plus mal reçu que Federation Force sur 3DS.

La violence du ratio likes / dislikes…

Personne n’aurait souhaité un tel scénario. Tant pis, on attendra le temps qu’il faut. J’ai entièrement confiance en RS. Jusqu’ici, ils ont fait leurs preuves avec des jeux dont la qualité est difficile à contester. Et je suis intimement convaincu que ça sera encore le cas ici. Pour finir, je vais clôturer cet article par cette citation de Shigeru Miyamoto qui résume à elle seule, tout ce que je pense.

Merci de m’avoir lu.