Bilan 2019 (2/3) – Récap Conventions

Partie 1 : Articles

En termes de voyages, 2019 fut une année complètement folle de mon côté. Qu’il s’agisse de la variété des lieux que j’ai pu visiter, et aussi des 12 conventions (dont 6 en étant accrédité) que j’ai pu faire. Un record personnel incluant des festivals que je connais depuis très longtemps, mais aussi quelques nouvelles découvertes. Et au vu du nombre, ça justifiait au moins un article dédié.

Reportages

Made in Asia 2019

Le Samedi 9 Mars, j’ai été en Belgique avec des proches pour ma première Made in Asia  à Bruxelles. Un salon bien sympathique sans être parfait, dont j’ai retenu la qualité de certains dioramas exposés sur place, et un musée sur One Piece qui m’en avait mis plein les yeux.

FACTS Spring 2019

Le mois d’après, retour en Belgique mais dans la ville de Gand cette fois-ci pour ma première FACTS Spring que j’ai faite du 6 au 7 Avril avec des amis. Et qui est à ce jour la meilleure Comic Con que j’ai pu faire. J’ai pu voir de loin certains guests comme Mads Mikkelsen pour ne citer que lui, et assister à la sélection Belge du concours cosplay européen de l’ECG.

Geek Faëries 2019

Ma plus grosse surprise festivalière de cette année. Les Geek Faëries que j’ai pu faire pour la toute première fois aussi du 7 au 9 Juin au château de Selles-sur-Cher. Une ode à la création et à l’artisanat, et offrant une proximité inédite avec certains vidéastes dont Seb du Grenier avec qui j’ai pu causer tranquillement. Un festival que j’ai eu la « bonne » idée de faire quelques jours seulement avant le mastodonte qui va suivre…

E3 2019

Partie 1Partie 2Partie 3

Si je devais retenir un seul haut fait de cette année 2019, ça serait sans nul doute ma toute première virée en solo à l’E3 du 11 au 13 Juin à Los Angeles aux USA avec mon badge Média. Un rêve de gosse que j’ai pu concrétiser et que j’espère refaire en 2020 dans les mêmes conditions.

De cette visite, est né un nouveau type d’articles sur mon WordPress. Des Previews de jeux que j’ai pu tester dans les salons que j’ai visités. Pour l’E3 2019, il s’agissait de Luigi’s Mansion 3, Zelda Link’s Awakening, Mario et Sonic aux JO de Tokyo 2020, et Dying Light 2.

Japan Expo 2019

Partie 1Partie 2

Ma 11ème Japan Expo de suite aux Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. Que j’ai faite sur la totalité des 4 jours d’ouverture du 4 au 7 Juillet, et en étant accrédité pour la première fois. J’ai pu assister à pas mal de shows cosplay dont le Greatest Cosplay Show pour le 20ème anniversaire du salon.

Gamescom 2019

Partie 1Partie 2

Ma 3ème visite d’affilée à la Gamescom à Cologne en Allemagne les 20 et 21 Aout. Une nouvelle fois avec le badge Media qui m’aura permis de visiter la partie « Business » du salon habituellement fermée au public. Et surtout de rencontrer Hideo Kojima en personne.

Les jeux que j’aurais vus / testés là bas furent Astérix et Obélix XXL 3, Bob l’Éponge : Bataille pour Bikini Bottom, Marvel’s Avengers et Watch Dogs Legion.

Comic Con Paris 2019

Ma 3ème Comic Con Paris que j’ai visité le Dimanche 27 Octobre au sein de la Grande Halle de la Villette à Paris, et en étant accrédité pour la 2ème année consécutive. Jour où j’ai pu voir Patrick Stewart dans la grande scène afin de parler de la future série Star Trek : Picard le 23 Janvier 2020.

Paris Games Week 2019

Toujours à Paris, toujours accrédité, et dernière convention ayant fait l’objet d’un article Reportage, ma 10ème Paris Games Week faite la soirée du 29 Octobre, le 1er et 2 Novembre au Parc des Expos de Porte de Versailles.

Les jeux testés là-bas dont j’ai parlé étaient Doom Eternal, Biomutant et Marvel’s Iron Man VR.

Photos

Cette année, 8 Conventions auront fait l’objet d’un ou plusieurs articles dédiés. Il en reste donc 4 dont je n’ai pas parlé ici. Voici leurs photos issues de ma page Facebook.

Retro Gaming Play 2019

Mes photos de ma première RetroGaming Play 2019 le 23 Février à Meaux. Un petit salon dédié aux jeux retro.

Harajuku 2019

Une poignée de photos du festival gratuit de la Harajuku 2019 dans le parc de Bercy au 12ème arrondissement de Paris le 15 Septembre.

Paris Manga 2019

Mes photos de la Paris Manga #28 le 5 Octobre où j’ai été accrédité pour la première fois.

Salon Fantastique 2019

Et enfin mes photos de ma première fois au Salon Fantastique à l’Espace Champerret dans le 17ème arrondissement de Paris le 1er Novembre.

2019, l’année de l’accred 😎

À suivre dans la dernière partie demain, mon récap des Réseaux Sociaux et la conclusion

Bilan 2019 (1/3) – Récap Articles

La fin de l’année étant imminente, c’est l’heure de mon récap annuel de 2019 en 3 articles. Avec ce premier qui reviendra sur mes articles publiés cette année. Un second qui sera consacré aux conventions / festivals où j’ai pu me rendre cette année. Et un dernier qui regroupera une poignée de publications de mes comptes Facebook, Twitter, Instagram et SensCritique que j’ai jugé pertinent de partager ici.

Articles

Tests JV

Seulement deux Tests auront été publiés cette année. D’abord celui de Super Smash Bros. Ultimate en Février, et celui de l’extension Torna – the Golden Country de Xenoblade 2 le mois d’après.

Critiques Ciné / Animes

2019 aura été l’année la plus prolifique en termes de Critiques Ciné car j’en aurai publié 5 sur Glass, Avengers – Endgame, Godzilla 2, One Piece Stampede, et Star Wars IX qui fut le dernier article publié avant ce bilan .

Et ça aura aussi été l’année ou j’aurais publié ma première Critique d’Anime sur la saison 3 de l’Attaque des Titans.

Avis JV

Une année encore une fois consacrée à Nintendo en termes d’actu vidéoludique. Le tout premier article que j’aurais publié cette année concernait mon opinion sur l’affaire Metroid Prime 4 qui a été repris par Retro Studios. S’ensuivit le Nintendo Direct du 13 Février qui dévoila quelques uns des plus gros jeux Switch de 2019. Dont Super Mario Maker 2, Tetris 99, Astral Chain et surtout le Remake de Link’s Awakening.

Et mon avis sur l’annonce de la Nintendo Switch Lite.

Conférences / Shows JV

En plus d’avoir été présent physiquement à l’E3 2019, je l’ai couvert de la manière habituelle avec mon avis sur les Conférences, mon Top 10 des jeux marquants de cette édition, et nouveauté cette année, des Previews de jeux dont je reparlerai dans la partie 2 de mon bilan.

Ainsi que mon résumé et avis sur les Games Awards 2019 de ce mois-ci qui auront élu Sekiro jeu de l’année

Art & Galeries

Beaucoup de galeries cette année. Dont une série de 3 sur des Consoles Fake de chez Playstation, Xbox, et Nintendo. Des fanarts sur God of War PS4.

Une galerie photos sur le Model Kit de Siren de Xenoblade 2 que j’ai monté. D’autres fanarts sur Marvel par Ultraraw64. La première série de Wallpapers par Tokyo Genso.

Et mon Unboxing de l’édition collector de la version Switch de Zelda Link’s Awakening.

Tops

Partie 1Partie 2Partie 3Partie 4

Cette année aura été celle des Tops. Avec ma série de 4 articles sur mes 20 circuits favoris de Mario Kart. Et mon tout récent et unique article de mes 10 jeux vidéos de la décennie.

Cosplays

Et pour terminer avec les articles, le retour des galeries Cosplays après 1 an d’absence. Avec ceux que j’ai pris en photo à la Japan Expo 2019, et une sur des cosplays de Naruto.

Statistiques – Articles les plus vus

Reparlons chiffres. Sans compter cet article bilan, j’aurais publié 57 articles en 2019. Et très exactement 281 depuis la création de mon WordPress en Juillet 2015. Ci-dessous et comme l’année passée, voici une capture d’une grosse douzaine d’articles parmi les plus vus cette année.

Mais au-delà des chiffres que je dois en très grande partie aux sites référents tels que Facebook, Twitter et Gamekyo où je reposte / partage mes articles, l’intérêt là-dedans est de voir quel type d’article a le plus de visibilité. Et je trouve ça rassurant car je sais que mes écrits ont une certaine portée et que je ne le fais pas dans le « vent » finalement.

À suivre dans la Partie 2, mon récap des Conventions de 2019

[Cinéma] Critique – Star Wars épisode IX : L’Ascension de Skywalker

Épisode conclusif de la trilogie amorcée en 2015 par Disney, et de surcroît de cette saga vieille d’une quarantaine d’années et centrée sur les Skywalker. Voici mon avis sans spoilers sur cet épisode IX sorti le 18 Décembre dernier. Et que je ne porte pas particulièrement dans mon cœur.

Avant-propos

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il me semble nécessaire d’évoquer mon passif et mon statut envers cette saga. Tout d’abord, ma connaissance actuelle de cet univers se limite exclusivement aux films de la première trilogie de 1977 à 1983, la prélogie de 1999 à 2005, et la postlogie venant tout juste de se terminer. Tout le reste faisant partie de l’univers étendu, comics, jeux vidéo, séries et autres, m’est totalement inconnu à ce jour. Et même si c’est une saga que j’apprécie, je ne me considère pas comme un fan absolu de l’œuvre de Georges Lucas. Qui suis-je pour dire que « tel aspect aurait dû être traité de telle manière » ? Personne. Sauf si cela remet en cause une certaine cohérence que je ne tarderai pas à évoquer.

Et concernant les films de cette dernière trilogie, j’ai plutôt apprécié l’épisode VII dirigé par J. J. Abrams malgré le fait qu’il pompait allégrement le IV sur la forme et le fond.

Puis vint le VIII chapeauté par Rian Johnson cette fois-ci. Que j’avais nettement moins aimé à l’époque, mais qui avec du recul est peut-être l’épisode le plus couillu de la saga. Même s’il partait dans une direction radicalement différente de l’opus précédent en fermant quasiment toutes les portes scénaristiques qui avaient été ouvertes dedans. Ceci faisant qu’il ne restait plus grand chose à raconter après ça.

Je suis donc allé voir le IX sans attentes particulières. Et dont j’ai cru comprendre que la production s’est avérée difficile puisqu’il a été repris en urgence par Abrams alors que ce n’était pas initialement prévu. Et ça se sent. Alors autant être franc avec vous, même si tout ne fut pas à jeter, ce film fut un bordel sans nom qui m’a usé comme peu de films l’ont fait avant lui, et que je ne suis pas prêt de revoir. Désolé pour ceux qui l’ont apprécié et je suis sincèrement content pour vous si c’est le cas. Mais me concernant, c’est au-dessus de mes forces. Ou devrais-je dire de ma Force.

Esthétique

Commençons par l’esthétique globale du film qui fut l’un des rares aspects que j’ai apprécié dans celui-ci. Avec une photographie et des effets spéciaux au top donnant lieu à des plans magnifiques et des séquences stylées aussi bien sur le plancher des vaches que durant les batailles spatiales. Star Wars a toujours été la référence majeure en termes de Space Opera dans le cinéma, et ce n’est pas cet épisode IX qui dérogera à la règle sur ces aspects.  Surtout avec une bande-son composée par le seul et unique John Williams, qui reprenait quelques thèmes cultes de la saga. Et sans qui cette Guerre des Étoiles n’aurait probablement pas eue la même aura.

Par contre, j’ai trouvé les combats au sabre laser en deçà de ce qu’on nous avait habitués jusqu’alors. En termes de chorégraphie, et surtout de rythme avec un en particulier sur les ruines de l’Étoile de la Mort qui m’a paru interminable.

Palpatine, un retour nécessaire ?

Quand j’ai vu qu’ils allaient faire revenir le véritable grand méchant de cette saga de 9 films, j’ai eu très peur. Après visionnage, je me dis que ça aurait pu être pire mais ça ne volait pas haut pour autant.

Pour en arriver là, ils devaient soit être méchamment en manque d’idées au sein de la production, soit ils n’avaient pas d’autres choix vu que Snoke avait été terrassé par Kylo Ren dans le VIII. Même si j’aurais trouvé ça beaucoup plus intéressant et pertinent que ce dernier soit le grand méchant du IX. Mais c’était trop demander visiblement.

Puis Palpatine dans ce film, c’est une caricature de lui-même. Et qui sans trop spoiler,  aurait mieux fait de rester dans l’ombre tout du long avec son immense flotte de Star Destroyers sortant littéralement de nulle part. Et donc chacun des vaisseaux rend la base Starkiller de l’épisode VII ridicule à côté. D’autant plus qu’on sent que son retour a été prévu au dernier moment puisque rien dans les précédents films n’annonçait un éventuel retour. Ce qui m’amène à l’un des principaux défauts de ce film, et de cette trilogie.

Manque de cohérence

Faudra m’expliquer l’intérêt d’une trilogie si les films le constituant ne sont même pas foutus de se suivre entre eux. Où est le fil conducteur ? Déjà que le VII et le VIII avait très peu de choses en commun, pour le IX c’est encore pire car c’est comme si l’épisode antérieur n’avait servi à rien. Par exemple il y a de quoi tomber de haut quand on voit la manière dont ont été traités individuellement les personnages de Finn et Rose. Eux qui en plus de leur relation naissante dans le VIII, avaient eus droit à quelques moments de bravoure dans ce même épisode.

Le scénario est ultra convenu et prévisible à des années lumières à la ronde. Avec des  facilités scénaristiques (liées à la Force le plus souvent) tellement aberrantes que c’est à se demander s’ils en avaient quelque chose à cirer.

Casting & Fanservice

Autre problème du film, le manque d’enjeux dramatiques. On ne s’inquiète jamais pour personne puisque même les situations qui paraissent critiques sont systématiquement désamorcées juste après. Je n’ai ressenti aucune émotion à part pour le très bavard C3-PO et Chewie à certains moments.

Parlons fanservice. De base, je n’ai rien contre ça tant que c’est bien dosé et qu’il y a un véritable intérêt derrière. Et au vu du statut de cet épisode qui est censé tout conclure, c’était inévitable. Le fait de revoir des têtes connues, clins d’œil ou autres références, est toujours plaisant en soi. Le problème ici, c’est que dans le cas de Lando Calrissian qui a fait son grand retour après la première trilogie (et dont l’acteur a très bien vieilli soit dit en passant), pour moi ça n’a pas apporté pas grand-chose au film.

Que la Force…

Soit avec le scénario. Car concernant celle-ci, je dois avouer que son utilisation m’a beaucoup surpris ici. Notamment durant les « échanges » entre Kylo et Rey, et sa maitrise thérapeutique de la Force (pour ne pas en dire plus) pour cette dernière. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu ça dans un autre film de la saga. Peut-être que c’est une utilisation « normale » de la Force vue ailleurs, donc je ne me prononcerais pas davantage à ce sujet.

Ce film a aussi justifié l’origine de la puissance de Rey de la pire des manières. Dans le VII, on nous avait fait comprendre que c’était la Force qui l’avait choisi. Et que n’importe quel individu pouvait en hériter quelque soit son passif. Au final il en n’est rien puisque c’est encore une histoire de gènes pour ne pas en dire davantage. C’est d’ailleurs au moment précis de cette révélation que j’ai définitivement décroché du film. Pour moi, Rey était intéressante justement car c’était selon Kylo, la « fille de personne ».

Et pour rester avec Rey, et également Kylo, j’ai trouvé que l’évolution de leurs personnages respectifs intéressante, et la finalité de la relation entre ces deux-là  logique. Avec une Dyade de la Force (pour reprendre le terme du film) qui prend tout son sens avec du recul. Je le redis mais je suis convaincu que leur confrontation aurait eu beaucoup plus d’impact si Kylo avait été le seul et unique homme à abattre à la place de Palpatine dans cet épisode.

Conclusion

Un gâchis intergalactique. Cette saga ne méritait pas une fin aussi peu audacieuse et de finir sur une note aussi amère. Même si je reconnais que conclure cette épopée en 2h20 de film n’est pas chose aisée. Mais le plus gros problème, ce n’est même pas le film en lui-même, c’est toute cette trilogie qui n’a quasiment aucun liant entre les films la constituant. On parle quand même de Star Wars bon sang comment on a pu en arriver là ?

Un Palpatine qui n’avait pas nécessité d’être là. Des personnages clés dans les anciens opus qui font ici office de figurants. Un scénario ultra convenu et sans surprise. Heureusement que pour rattraper tout ce bazar, il y a l’aspect visuel, la musique et les hommages envers la saga à travers certains personnages et décors.

Mais j’ai quand même envie de faire l’avocat d’Abrams qui a tenté comme il peut de recoller les morceaux qui se sont éparpillés avec le VIII. Même si au final j’aurais préféré que ce soit Johnson qui fasse cet épisode IX ne serait-ce que pour avoir un semblant de continuité.

Je pense que cinématographiquement parlant, il est temps de laisser Star Wars tranquille un moment.

[Top] Mes 10 jeux de la décennie 2010-2019

Cette 2ème décennie de ce 3ème millénaire étant sur le point de s’achever, j’avais envie de revenir sur certaines choses que j’ai retenues de ces 10 dernières années. Dont cette liste de 10 jeux vidéos sortis durant ce laps de temps qui m’ont le plus marqué par ordre chronologique.

Et même si je ne devrais pas avoir à le rappeler, ce classement est totalement subjectif et n’est que le reflet de mes propres expériences vidéoludiques. Quand à vous lecteurs, n’hésitez pas à me balancer votre propre liste en commentaires de cet article.

2010 – Xenoblade Chronicles

Ce véritable « choc » des titans fut mon tout premier JRPG et l’un de mes jeux préférés de la Wii avec Super Mario Galaxy 2 et Donkey Kong Country Returns tous deux sortis la même année. Ayant vu le jour d’abord au Japon en 2010, et qui a bien failli ne jamais voir le jour en occident l’année d’après.

J’ai dû claquer entre 80h et 100h de jeu pour venir à bout de la trame principale. Son univers immense dans tous les sens du terme fut la première chose qui m’avait frappé. Un monde ouvert sans équivalents pour les jeux du genre à l’époque, diversifié, et avec la sensation grisante de se balader sur deux titans hauts comme plusieurs montagnes. Son gameplay à base « d’Arts » et de « visions » qui dynamisait les affrontements. Son scénario qui m’avait marqué par certains revirements de situation changeant drastiquement les enjeux. Mais s’il y a bien une chose que je n’oublierais jamais concernant ce Xenoblade, c’est sa bande-son magistrale qui est dans mon Top 3 des plus belles OST de jeux vidéos. Et laissez-moi vous dire que j’en reparlerai très bientôt. 😉

J’attends de voir ce que donnera le Remake sur Switch en 2020 même si je n’ai pas prévu de l’acheter pour le moment.

2011 – Portal 2

Portal premier du nom fut la raison même qui m’avait poussé à m’inscrire sur Steam en 2010. Sa gratuité pendant une certaine période de cette année-là m’a permis de l’essayer et de me faire aux gameplay à base de Portals et à l’ambiance quelque peu oppressante que l’on devait à la cynique GLaDOS. Une expérience très courte, mais originale.

L’année d’après sortait sa suite que j’ai trouvé meilleure sur tous les points. Le gameplay s’était étoffé avec l’ajout des différents gels, les ponts de lumières et les lasers pour ne citer que ça. Et d’autres personnages désormais cultes tels que Wheatley et Cave Jonshon se sont ajoutés au casting et ont contribué à une excellente narration. Son excellent mode Coopération avec ATLAS et P-body valait à lui seul l’achat du jeu. Mais je retiendrais surtout son Ending que je trouve encore aujourd’hui fabuleux. Un jeu intelligent, inventif drôle et surtout marquant. Un portail vers l’excellence tout simplement.

2012 – Kid Icarus Uprising

Quand Masahiro Sakurai ne faisait pas du Smash Bros ou des jeux Kirby, il nous pondait l’un des tous meilleurs jeux de la 3DS. Visuellement au top pour la console, un rythme endiablé avec de l’action à tout va, beaucoup de contenu, et une OST de très grande qualité. Mais sa plus grande force, c’était son écriture avec des références à tout va. Et ses personnages hauts en couleurs à qui l’ont doit des dialogues savoureux à s’en tordre de rire. Ça fait du bien parfois un jeu qui se lâche autant, surtout quand il est de qualité. Le genre de jeu que je serais prêt à repayer plein pot si un Remake (ou une suite soyons fous) voie le jour sur Switch. Mais je rêve peut être trop…

2013 – The Last of Us

Des perfectionnistes. C’est ainsi que je perçois le studio Naughty Dog depuis qu’ils se sont mis à la saga Uncharted en 2007. Alors qu’ils sont pourtant partis de loin car ils ont fait leurs premières armes avec les Crash Bandicoot sur PS1 et les Jak and Daxter sur PS2. Au fil des années, leurs jeux devenaient de plus en plus aboutis en termes de technique, de mise en scène, et avec un souci du détail qui tenait de la folie.

Et ce premier The Last of Us en est le plus bel exemple. Car en plus d’être l’un des jeux les plus aboutis de la PS3 sur bien des points, c’est une véritable leçon de vie. Rien que le traitement des protagonistes plus « humains » que jamais, et la relation entre Joel et Ellie, ce jeu mérite amplement sa place dans ce classement. Sans parler de sa narration impeccable, et une ambiance de « fin des temps » plus que crédible. Les moments forts que m’aura fait vivre ce titre resteront gravés en moi durablement.

Autant vous dire que le second volet prévu pour le 29 Mai 2020, et qui a l’air de pousser encore davantage dans le réalisme et la violence graphique, je l’attends comme ce n’est pas permis.

2014 – Donkey Kong Country: Tropical Freeze

La saga des Donkey Kong Country par le studio Rare avait fait les belles années de la Super Nintendo. Il aura fallu une quinzaine d’années, et le talent de Retro Studios, les papas des Metroid Prime, pour que cette saga fasse un retour pour le moins fracassant sur Wii en 2010 avec l’excellent épisode Returns. Un semi retour aux sources qui m’avait frappé (littéralement) par ses quelques pics de difficulté et sa progression par l’échec. Et qui aurait pu tutoyer la perfection si on ne nous avait pas imposé un gameplay à la Wiimote à l’horizontale.

Pourquoi ce dernier n’est pas dans ce classement me demanderez-vous ? Car sa suite sortie 4 ans après sur Wii U malgré l’effet de surprise en moins, le sublime sur tous les points. Que ce soit en termes de level-design et de gameplay avec la possibilité de nager sous l’eau. Et surtout de sa sublime bande-son composée par David Wise qui avait déjà œuvré pour les épisodes SNES. De tous les jeux de plateforme 2D sortis chez Nintendo, ce DKCTF fait pour moi parti des tous meilleurs. Mais en tant que meilleur jeu de plateforme 2D tout court…

2015 – Ori and the Blind Forest

La place revient à ce jeu indépendant que voici. Tout comme le DK cité juste au-dessus, son gameplay exigeant est une de ses plus grandes qualités et libère peu à peu son plein potentiel au fil des pouvoirs acquis. Mais c’est avant tout un Wallpaper vivant avec une ambiance féerique, onirique, poétique (ou tout autre adjectif approprié se finissant en « ique »), qui m’aura fait passer par tellement d’émotions différentes comme la joie, la rage, l’émerveillement et la tristesse. Pour sublimer une telle atmosphère, il fallait au moins une bande-son à la hauteur. Et c’est exactement ce qu’a fait à la perfection Gareth Coker, qui rempilera pour le second volet.  Rares sont les jeux vidéo qui m’auront autant émus que celui-ci. Une perle tout simplement.

Vivement que sorte sa suite Ori and the Will of the Wisps prévu pour le 11 Mars 2020, qui est actuellement le jeu vidéo que j’attends le plus tous supports confondus. Et ce depuis plus de 2 ans…

2016 – Dishonored 2

En 2012, les Français de chez Arkane Studios ont engendré ce qui selon moi se faisait de mieux à l’époque en matière d’infiltration au sein d’un univers Steampunk convaincant.

Sa suite sortie 4 ans plus tard et qui n’a pas eue le succès qu’elle méritait, est allée encore plus loin au point de caresser la perfection. Avec une direction artistique à tomber par terre et l’un des level-design les mieux conçus qu’il m’ait été donné de voir dans un jeu vidéo. Tout particulièrement dans le Palais de Jindosh pour ceux qui savent. Et qui est une leçon de game-design à lui seul. Ou encore dans le Manoir de Stilton où on peut localement remonter dans le temps afin d’accéder à certaines zones inaccessibles dans le présent. Un gameplay richissime offrant mille et une possibilités d’approches létales ou non. D’ailleurs, j’ai manqué de très peu de finir le jeu sans tuer qui que ce soit lors de mon premier run de 43h. S’ajoute à ça une histoire prenante et évoluant en fonction de nos actions. Et des personnages très travaillés et avec de surcroît une très bonne VF. Du très grand jeu vidéo.

2017 – The Legend of Zelda: Breath of the Wild

Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Pour moi ce Breath of the Wild est l’un des meilleurs opus de la série n’en déplaise à ceux qui ne jurent que par Ocarina of Time (et dont je fais moi-même partie). Il a su réinventer le genre de l’open-world déjà bien établi avant lui, en rendant accessible toute zone où notre regard pouvait se poser. À pied, à cheval, en radeau, en grimpant (quand il ne pleuvait pas), peu importe les moyens utilisés. C’est l’environnement qui s’adaptait à nous et non l’inverse. Avec un sentiment de liberté rare dans un jeu vidéo puisqu’on pouvait aborder notre aventure comme on le désirait. À tel point qu’il est même possible dès le début du jeu, d’aller directement au Château d’Hyrule à nos risques et périls. Tout le contraire des anciens opus plus balisés qui nécessitaient d’explorer des zones et finir les donjons dans un certain ordre avant d’aller taper le boss final.

D’ailleurs si on traduit « Breath of the Wild » en Français cela donne « le souffle de la nature« . Un intitulé qui lui va bien car sans mauvais jeux de mots, cet opus fut une véritable bouffée d’air frais au sein d’une saga qui avait de plus en plus de mal à se renouveler. Et il était grand temps que ça change.

Je suis très curieux de voir jusqu’où ira le second volet. Parce que la barre a déjà été placée très haute. Mais j’ai confiance en Eiji Aonuma et son équipe pour nous surprendre à nouveau.

2018 – God of War

Mes premiers pas dans cette série, et celui qu’il m’a fait acheter ma première PS4 collector à son nom. Un jeu que j’ai aimé au point d’en faire mon tout premier Platine PlayStation. Mais dont je vais rapidement revenir sur le pourquoi m’avait t’il autant marqué étant donné que j’en aie déjà écrit un Test l’année dernière.

Techniquement parlant c’est l’un des plus beaux jeux de la console. Avec une direction artistique au top, et un souci du détail présent dans la modélisation des décors, des personnages et des créatures qui force le respect. Un gameplay à la Hache (mais pas que) nécessitant un temps d’adaptation mais bien rodé. Et qu’il m’aura fallu bien maîtriser face à ces satanés Valkyries. La relation Père / Fils entre Kratos et Atreus qui est traité à la perfection. Pour moi le seul autre jeu vidéo à la hauteur avec un binôme aussi travaillé, j’en ai parlé 5 cases plus haut.

Et le point le plus marquant et faisant de ce God of War un jeu unique en son genre, sa mise en scène du tonnerre tenant sur un plan-séquence qui dure du début à la fin du jeu. Une prouesse.

2019 – Luigi’s Mansion 3

À l’instant même où j’avais terminé ma session de jeu au sein du magnifique stand de l’E3 2019, j’ai su qu’il serait mien dès sa sortie et que je m’éclaterais dessus. Et ça n’a pas loupé.

Visuellement, ce Luigi’s Mansion 3 est sublime, de loin le plus beau sorti sur Switch à ce jour. Un gros travail a été fait sur les animations des personnages, et en particulier sur Luigi le rendant encore plus attachant. Un souci du détail rare pour un jeu Nintendo  avec des décors riches et une physique impressionnante puisque tout ou presque réagit à l’aspirateur. Grande variété au niveau des étages avec de très bonnes idées d’énigmes pour certains. Mon coup de cœur se portant sur le fameux studio de tournage.

Même si je regrette un challenge assez peu élevé. Des phases assez pénibles dont une impliquant un certain chat. Beaucoup d’argent à ramasser mais qui ne sert quasiment à rien. Quelques étages peu inspirés surtout vers la fin. Un Karl Tastroff bien que moins envahissant qu’auparavant, devenu presque inutile ici. Et la visée imprécise par moments et bien handicapante face à certains boss.

Au final, c’est un épisode largement meilleur que le 2ème volet sur 3DS dont il s’inspire beaucoup. Un indispensable de la console.

Ça sera tout pour mes jeux de la décennie. Lesquels vous ont marqués ?

[Avis] The Games Awards 2019

Durant la nuit du Vendredi 13 Décembre à 2h30 heure de Paris (17h30 outre Atlantique) a eu lieu l’annuelle cérémonie des Games Awards à Los Angeles. Geoff Keighley a comme à son habitude porté un show que je n’ai pas vu en direct cette-fois ci. Mais dont je vais récapituler les Awards attribués, quelques annonces que j’ai retenues, et mon avis global.

Nominés & Lauréats

Jeu de l’année

Gagnant : Sekiro: Shadows Die Twice

  • Control
  • Death Stranding
  • Super Smash Bros. Ultimate
  • RE2 Remake
  • The Outer Worlds

Meilleur jeu d’action

Gagnant : Devil May Cry 5

  • Apex Legends
  • Astral Chain
  • CoD : Modern Warfare
  • Gears 5
  • Metro Exodus

Meilleur jeu d’action/aventure

Gagnant : Sekiro: Shadows Die Twice

  • Borderlands 3
  • Control
  • Death Stranding
  • RE2 Remake
  • Link’s Awakening

Meilleur RPG

Gagnant : Disco Elysium

  • FF XIV : Shadowbringers
  • MH World : Iceborne
  • Kingdom Hearts III
  • The Outer Worlds

Meilleur jeu de combat

Gagnant : Super Smash Bros. Ultimate

  • DoA 6
  • Jump Force
  • Mortal Kombat 11
  • Samurai Shodown

Meilleur jeu familial

Gagnant : Luigi’s Mansion 3

  • Super Mario Maker 2
  • Super Smash Bros. Ultimate
  • Ring Fit Adventure
  • Yoshi’s Crafted World

Meilleur jeu stratégie/tactique

Gagnant : Fire Emblem : Three Houses

  • Anno 1800
  • Total War : Three Kingdom
  • Wargroove
  • Tropico 6

Meilleur jeu mobile

Gagnant : CoD Mobile

  • Sayonara Wild Hearts
  • Sky
  • What the Golf
  • Grindstone

Meilleur jeu de sport/course

Gagnant : CTR : Nitro Fueled

  • DiRT Rally
  • PES 2020
  • F1 2019
  • FIFA 2020

Meilleur jeu multijoueur

Gagnant : Apex Legends

  • Borderlands 3
  • CoD : Modern Warfare
  • Tetris 99
  • The Division 2

Meilleur jeu VR/AR

Gagnant : Beat Saber

  • Asgard’s Wrath
  • Blood & Truth
  • No Man’s Sky
  • Trover Saves the Universe

Meilleure narration

Gagnant : Disco Elysium

  • A Plague Tale : Innocence
  • Control
  • Death Stranding
  • The Outer Worlds

Meilleure direction artistique

Gagnant : Control

  • Death Stranding
  • Gris
  • Sayonara Wild Hearts
  • Sekiro
  • Link’s Awakening

Meilleure OST

Gagnant : Death Stranding

  • Cadence of Hyrule
  • DmC 5
  • KH III
  • Sayonara Wild Hearts

Meilleure ambiance sonore

Gagnant : Call of Duty : Modern Warfare

  • Control
  • Death Stranding
  • Gears 5
  • Resident Evil 2
  • Sekiro : Shadows Die Twice

Meilleure performance

Gagnant : Mads Mikkelsen pour Cliff (Death Stranding)

  • Ashly Burch pour Parvati Holcomb (The Outer Worlds)
  • Courtney Hope pour Jesse Faden (Control)
  • Laura Bailey pour Kait Diaz (Gears 5)
  • Matthew Porretta pour Dr. Casper Darling (Control)
  • Norman Reedus pour Sam Porter Bridges (Death Stranding)

Jeu impactant

Gagnant : Gris

  • Gris
  • Kind Worlds
  • Life is Strange 2
  • Sea of Solitude

Meilleur suivi

Gagnant : Destiny 2

  • Apex Legends
  • FF XIV
  • Fortnite
  • Rainbow Six Siege

Meilleur studio

Gagnant : From Software (Sekiro)

  • Remedy (Control)
  • Kojima Productions (Death Stranding)
  • Capcom (RE2 Remake)
  • Obsidian (The Outer Wilds)

Meilleur nouveau studio indé

Gagnant : ZA/UM (Disco Elysium)

  • Nomada Studio (Gris)
  • DeadToast Entertainment (My Friend Pedro)
  • Mobius Digital (Outer Wilds)
  • Mega Crit (Slay the Spire)
  • House House (Untitled Goose Game)

Vote spécial du public

Gagnant : Fire Emblem : Three Houses

  • Death Stranding
  • Star Wars Jedi : Fallen Order
  • Super Smash Bros. Ultimate

Meilleur jeu continu

Gagnant : Fortnite

  • Apex Legends
  • Destiny 2
  • FF XIV : Shadowbringers
  • Rainbow Six Siege

 

Meilleur jeu eSport

Gagnant : League of Legends

  • Counter-Strike : Global Offensive
  • Dota 2
  • Fortnite
  • Overwatch

Meilleur event eSport

Gagnant : League of Legends Worlds Championship 2019

  • 2019 Overwatch League Grand Finals
  • EVO 2019
  • Fortnite Word Cup
  • IEM Katowice Cup
  • The International 2019

Mon Avis

Cette année ce fut donc Sekiro qui aura reçu le sésame avec un total de 3 prix en comptant celui-ci. N’ayant pas fait le jeu, je me garderai de dire si c’est mérité ou non. Mais le fait que ce soit une toute nouvelle licence qui l’ait obtenue est pour moi une excellente chose. Pour le reste, j’ai trouvé certains choix pour le moins étonnants.

A commencer par l’absence de Mario Kart Tour parmi les nominés des jeux mobiles. La présence du très bon Luigi’s Mansion 3 vainqueur dans la catégorie des jeux familiaux occupé exclusivement par des jeux Nintendo. Et qui selon moi aurait eu sa place parmi les meilleurs jeux d’action/aventure. Et le jeu indépendant Disco Elysium que je ne connaissais que de nom avant ces VGA et qui a raflé 3 prix à lui tout seul.

Certains prix ne sont pas volés pour ma part. Comme CTR Nitro Fueled en tant que meilleur jeu de sports/course et que j’ai bien apprécié. Death Stranding auquel je n’ai pas touché mais dont j’ai pu écouter, et fortement apprécier l’OST dont il a remporté l’award. Le généreux Smash Ultimate en tant que meilleur jeu de combat et dont j’ai écrit un Test cette année. Le meilleur jeu de Réalité Virtuelle qu’est Beat Saber que j’ai pas encore eu l’occasion de faire mais que je vois tout le temps en convention. Et Fe Three Houses qui a eu 2 prix dont celui du RPG de l’année. Puis de manière générale, la répartition des prix cette année est relativement équilibrée.

Par contre là où je me dis que j’ai bien fait d’esquiver la nuit blanche pour mater ces VGA en direct, c’est par la « pauvreté » des annonces. Notez bien les guillemets car je n’ai pas dit que rien n’a été annoncé, bien au contraire. À l’image du reveal du successeur de la Xbox One que sera la gamme Xbox Series X prévue pour l’année prochaine. Et qui fut le moment fort de ce show, et certainement de cette année vidéoludique.

C’est surtout au niveau des jeux montrés et des « World premiere » que ce fut en deca de l’année d’avant. À part des déjà connus comme Ghost of Tsushima, Ori and the Will of the Wisps (qui a encore été repoussé), des suites comme Hellblade 2 et Bravely Default 2, c’était pas la folie.

Le plus dommage étant du côté de chez Nintendo car ils auraient pu balancer ne serait-ce qu’un teaser pour le Bayonetta 3 qui avait été annoncé aux VGA d’il y a 2 ans déjà. Et Smash Ultimate également dont il reste encore un personnage à dévoiler du Fighter Pass en cours. J’ai envie de croire qu’ils gardent leurs grosses cartouches pour le Nintendo Direct de Janvier voire un E3 2020 qui s’annonce très intéressant du côté de toute l’industrie.

Le Show en entier

C’est tout pour moi concernant ces VGA 2019. Et de votre côté, quels sont vos jeux de l’année ? 🎮