[Top 10] E3 2018 et Conclusion

La 24ème édition de l’Electronic Entertainment Expo  à  Los Angeles est déjà derrière nous. Après une semaine chargé en annonces, en trailers et en hype, il est temps de clore moi aussi cette grande messe vidéoludique avec d’abord mon annuel Top 10 de mes plus grandes attentes post-E3, suivi de ma conclusion générale sur cette édition 2018.

Top 10

  1. Marvel’s Spider Man

Mon attente envers ce jeu bien que modérée, reste inchangée depuis l’année passée. La preuve en est qu’il figure une nouvelle fois en 10ème place de mon top. Les séquences de Gameplay de l’E3 illustrant Spidey face au Sinister Six, et en off-screen où l’on voit à nouveau l’homme araignée tisser sa toile de building en building dans un Manhattan plutôt crédible, ont ravivé l’intérêt que je portais à ce titre. Qui a enfin une date de sortie 2 ans après sa première annonce. Rdv le 7 Septembre 2018.

 

  1. Super Mario Party

Les derniers Mario Party auxquels j’ai joué datent de l’époque Game Cube. Et il se pourrait bien que je m’y remette  avec l’épisode Switch après avoir sauté 3 générations de consoles (Wii, 3DS, Wii U). Il a l’air de renouer avec la formule classique instaurée par les anciens opus petit à petit délaissée au fil des années. Avec entre-autres, un système (incompréhensible) où 4 personnages étaient regroupés dans un seul et même véhicule naviguant de case en case. Un retour aux sources qui fait du bien, et prévu pour le 5 Octobre prochain. Belles brisures d’amitiés en perspective.

 

  1. Cyberpunk 2077

C’était en 2013. Le studio CD Projeckt a balancé un teaser cinématique d’une qualité visuelle peu commune pour l’époque. Deux ans avant la sortie de The Witcher 3 qu’ils développaient en parallèle. Le ton était déjà donné avec un univers néo-futuriste et dystopique qui n’était pas sans rappeler les œuvres majeures de la Science-Fiction comme Blade Runner pour ne citer que lui.

Depuis, silence radio. Jusqu’à cet E3 où il réapparut de nouveau pour clore avec brio le show déjà bien entamé de chez Microsoft. Avec cette fois un trailer utilisant le moteur du jeu nous dévoilant un univers un peu plus coloré que prévu, mais surtout bien plus riche et vaste qu’on pouvait se l’imaginer. Et à en croire les multiples previews et ça et là, il faut s’attendre à quelque chose de très grand. Tout ce que j’espère, c’est que sa date de sortie ne soit pas l’année de son titre

 

  1. Beyond Good & Evil 2

Certainement le plus beau trailer cinématique de tout l’E3. Encore meilleur que celui de l’année dernière et avec un twist final inattendu et qui justifie à lui seul le “Good & Evil” de l’intitulé de la saga. C’est là que je me dis deux choses. D’une, il serait grand temps que je finisse le premier opus sorti sur PS2 en 2003. Et de deux, qu’Ubisoft devrait sérieusement envisager la possibilité de monter un boite de production pour réaliser des films en images de synthèse dans les univers inspirés de leur jeux, à l’instar de ce qu’a fait Blizzard pour son film Warcraft (2016).

Pour revenir au jeu, même si on a vu que très peu de gameplay, il me hype même si je sais qu’on n’y jouera probablement pas avant la prochaine génération de consoles. Trop ambitieux pour sortir sur les machines actuelles qui ne supporteraient pas le choc.

 

  1. Metro : Exodus

2ème année consécutive qu’il figure dans ce top. Et se paye même le luxe de gagner une place. La phase de Gameplay montre un jeu très impressionnant techniquement mais surtout au niveau de la retranscription de l’atmosphère post-apocalyptique qui rappelle un certain STALKER. Un vaporware (logiciel annoncé mais dont la date de sortie est systématiquement repoussé) annoncé pour la première fois en 2001 pour sortir 6 ans plus tard. Heureusement, ce Metro Exodus nous fera patienter moins longtemps avec une sortie programmée pour cette date noire pour les portefeuilles de gamers qu’est le 22 Février 2019.

 

  1. Ghost of Tsushima

Une des plus grosses claques visuelles de cet E3 pour moi. Pas seulement au niveau technique, mais aussi artistiquement parlant. Jeux de lumières, effets de particules et feuilles d’automne dansant au vent. Le Japon Féodal n’a rarement paru aussi beau et crédible que dans ce futur jeu du studio Sucker Punch, à qui l’on doit les derniers InFamous et la trilogie des Sly sur PS2. Les dernières minutes du trailer m’ont rappelé dans une moindre mesure, un face à face iconique du jeu Metal Gear Solid 3 : Snake Eater. Bien qu’on ignore encore sa date de sortie, j’ai l’intime conviction qu’on le reverra plus tôt que prévu au vu de son état d’avancement.

 

  1. Shadow of the Tomb Raider

Au pied du podium, le dernier opus d’une trilogie que j’apprécie beaucoup. Le premier mettait en scène le baptême violent de la toute jeune Rambo Lara Croft au sein de sa toute première aventure. Et le second confirmait le tir, et laissait un peu plus de place aux énigmes. J’attends donc de voir ce que ce 3ème volet proposera de neuf dès le 14 Septembre prochain, et surtout admirer le plein potentiel d’une aventurière qui n’aura plus rien à prouver.

 

  1. The Last of Us : Part 2

Si je devais donner un seul qualificatif au studio Naughty Dog, ça serait “perfectionniste”. Depuis l’ère PS3, ils ont la réputation de nous pondre les jeux parmi les plus aboutis et les plus spectaculaires de la machine. La preuve en est avec les derniers Uncharted qui ont poussé le souci du détail toujours plus loin, au point où on était à se demander jusqu’où ils iraient. Et la réponse est là, juste sous nos yeux avec cette suite d’une de mes meilleures expériences vidéoludiques sur PlayStation.

Plus haut dans mon top, j’avais parlé de Ghost of Tsushima comme d’une claque. Mais il fait franchement pâle figure face à ce 2ème The Last of Us qui techniquement, est en avance sur son temps. Animations, décors, intelligence artificielle, violence, je n’ai pas eu souvenir d’avoir vu quelque chose de plus réaliste au sein d’un jeu vidéo avant lui. Alors peut être que le Gameplay était scripté, mais j’ai confiance en ce studio au niveau de la qualité visuelle qui restera au pire intacte, au mieux meilleure manette en main.

  1. Ori and the Will of the Wisps

Il aurait été à nouveau premier de ce top pour la seconde année consécutive, s’il ne sortait pas l’année prochaine. Toujours aussi beau, voire plus, que ce soit artistiquement, spirituellement et musicalement. Je note quand même quelques petites évolutions dans le gameplay avec de nouveaux pouvoirs et manières de se mouvoir dans cet univers aussi féerique qu’inquiétant.

D’ailleurs, le Game Designer qui était à l’origine du remake officieux de Metroid 2 (AM2R) Milton Guasti, bosse sur le projet. Et cela ne peut augurer que du bon si vous voulez mon avis.

Mentions honorables

Control

Jump Force

Resident Evil 2 Remake

Sable

Starlink: Battle for Atlas

Tunic

 

Numéro #1 : Super Smash Bros Ultimate

En vérité, ce jeu dormait secrètement dans mon Top 3 de mes plus grosses attentes depuis le Nintendo Direct du mois de Mars. Et ce qu’on a pu en voir de la (trop longue) présentation du Digital Event de cet E3, des multiples sessions de Gameplay issues du Threehouse, de “l’Invitational” où s’affrontaient les meilleurs joueurs mondiaux de Super Smash Bros, et mon attachement à la série, justifiaient au moins cette première place.

Ce jeu m’a rassuré sur beaucoup de points. Premièrement on a la confirmation qu’il s’agit bel et bien d’un nouvel opus, et non un portage comme certains s’obstinent encore à le croire. Beaucoup trop de choses ont changées depuis l’opus Wii U pour le considérer comme tel. On peut le voir rien qu’avec l’évolution du style graphique et du remaniement du gameplay.

Pas de jaloux concernant les combattants, qui ont pas mal évolués pour certains. Tous sans exception ont répondu à l’appel du 18 12 Juin 2018 lancé par Masahiro Sakurai, aka “l’homme qui rajeunit d’année en année”.  Avec le retour des persos en DLC de Smash Wii U. Les Ice Climbers disparus de ce même opus pour des raisons techniques liées à la version 3DS. Le Dresseur Pokemon,Wolf et Snake de l’opus Brawl. Et Pichu de Melee. Tout en comptant les nouveaux venus tels que les Inkling, Daisy en tant que personnage clone « écho » de Peach, et l’arrivée inespérée de Ridley. Ce qui nous donne la bagatelle de 65 personnages. Je ne sais pas si c’est possible d’être plus généreux que ça. Et pourtant, le voile n’est même pas encore levé concernant les modes de jeux..

Et malgré ça, des gens trouvent ENCORE le moyen de râler de la non-venue de leurs chouchous à eux. Dont un certain Waluigi encore une fois relégué en Trophée Aide, et qui a même fait l’objet d’un incident qui fait honte à la communauté Smash Bros. Un harcèlement de masse de la part d’un certain nombre de joueurs directement sur le compte Twitter de Sakurai. Autant d’égoïsme alors que le type (qui n’a pas toujours été en excellente santé) donne presque toute son énergie vitale pour nous pondre systématiquement des jeux de qualité, ça me donne la gerbe.

Je m’arrête là sinon j’aurais besoin d’un 2ème article rien que pour parler de ce jeu dont le day-one est garanti. L’attente va être longue jusqu’au 7 Décembre.. 

Conclusion

Les années passent mais rien de change, ou presque. Avec des jeux qui certes ne manquent pas d’ambition, mais dont l’originalité fait toujours cruellement défaut. Entre les suites, les remakes, ceux qui se ressemblent et j’en passe. Les surprises se noient dans un océan de « déjà-vu » constant. En plus de cela, il a fallu que les leaks (coucou Walmart) gâchent une fois encore la partie en enlevant le peu de suspense qu’il restait à cette édition.

Chaque année a eu son thème. À une époque c’était les jeux « open-world », puis la réalité virtuelle, et cette année ce fut les femmes dans le jeu vidéo. Il suffit de voir le nombre de titres où elles tiennent le premier rôle (Battlefield, Gears, The Last of Us, Assassin’s Creed, etc..). Les mentalités commencent à évoluer et c’est une bonne chose.

Et enfin, je sens comme une odeur de fin de génération de consoles qui plane. Avec Microsoft qui parle déjà de la Next Gen, et qui pourrait même chaparder la place de leader que tient PlayStation en cas de virage réussi. 

Merci de m’avoir lu.

[Wallpapers] Spéciale E3 2018

Anthem

Assassin’s Creed Odyssey

Beyond Good and Evil 2

Cyberpunk 2077

Devil May Cry 5

Fallout 76

Forza Horizon 4

Ghost of Tsushima

Halo Infinite

Just Cause 4

Metro Exodus

Ori and the Will of the Wisps

Sekiro : Shadows Die Twice

Shadow of the Tomb Raider

Skulls and Bones

Marvel’s Spider Man

The Division 2

The Last of Us : Part 2

Trials Rising

TUNIC

Unravel Two

Xenoblade Chronicles 2 : Torna

Super Smash Bros Ultimate

[Avis] E3 2018 – Digital Event Nintendo

Quiconque s’intéressant un tant soit peu aux Jeux Vidéos le sait. Nintendo n’a jamais rien fait comme les autres et sont capables du meilleur comme du pire. Et ces dernières années, j’ai remarqué comme une sorte de “cycle” lors de leurs E3. À chaque fois qu’ils font une bonne édition, ils se ratent l’année d’après. Et c’est malheureusement le cas de ce Digital Event de 2018 qui fut trop long pour ce qui a été montré, très mal rythmé et indigne d’un E3.

J’ignore comment se déroule la prise de décisions en interne chez Big N, mais à quel moment ils ont cru que ça serait une bonne idée de parler d’un seul jeu durant 25 min, sur presque 45 min de présentation ? Surtout si c’est pour montrer des choses qui de toute évidence, seront expliquées dans le site officiel du titre.

J’avais espoir qu’ils aient renié leurs vieux démons en matière de communication. Qu’ils ne réitèrent plus les mêmes erreurs du passé comme lorsqu’ils ont dévoilé la Wii U à l’E3 2011, où ils ont manqué de clarté quant à la vraie nature de la machine. Nouvelle console de salon ou nouveau modèle de Wii ? Personne n’avait compris, et je pense encore aujourd’hui que c’est une des principales raisons du déclin de cette console.

Là où je veux en venir, c’est que cet E3 a prouvé que Nintendo ne sait toujours pas comment communiquer avec son public. Alors que jusqu’ici, depuis l’avènement de la Switch, ils commençaient à maîtriser le truc. À mon avis, ils ont dû prendre la grosse tête au vu du succès critique et commercial de la console. Que l’on soit fan des Smash ou pas, c’était clairement pas la bonne façon de présenter un jeu. Du remplissage inutile.

Malgré ça, il y a quand même eu un certain nombre de jeux plus ou moins connus d’annoncés. Des multiplateformes parmi les plus populaires comme Dragon Ball FighterZ et Fortnite, ou des exclues console comme Super Mario Party, Fire Emblem Three Houses et d’autres. Mais ça n’enlève rien au fait que pas mal de licences attendues n’ont pas refait surface.

Où sont les Metroid Prime 4, Yoshi Switch (repoussé à 2019), et le Pokemon dévoilés à l’E3 2017. Et quid de Retro Studios ? Qui de source sûre, bossent activement sur un nouveau projet. S’agit il du fameux Star Fox Grand Prix dont parlent les rumeurs ? Si t’as rien de concret à annoncer autant ne rien dire dans ce cas.

Le fond de la pensé de Nintendo..

Non, vraiment c’était pas bon. Pour vous dire, l’annonce de Nintendo dans la conf Ubisoft (Fox dans Starlink) m’a davantage surpris que l’entièreté du Digital Event. Mais on a connu pire. Le traumatisme de l’E3 2015 est encore présent. La firme avait encore moins respecté ses fans avec entre-autres l’enterrement assumé de la Wii U, et la présentation des jeux les plus décriés de leur licences respectives qu’étaient Animal Crossing Amiibo Festival, Metroid Federation Force et Star Fox Zero..

À suivre au prochain article, mon Top 10 des jeux de l’E3 et ma conclusion générale.

[Avis] E3 2018 – Conférence PlayStation

Conférence vue en rediff à cause de l’heure trop tardive pour moi. Pas mauvaise mais loin d’être exceptionnelle. La faute d’abord à un rythme assez inégal surtout au début. Et un nouveau format de présentation à base de “changement de salle” assez déroutant et qui cassait la dynamique.

Le décor style « église » était assez original pour le coup, et j’ai plutôt apprécié les concerts acoustiques en guise d’introduction à la présentation de The Last os Us : Part 2 au tout début, et à celle d’une des plus grosses claques de cet E3 qu’était Ghost of Tsushima.

Ce show ne rendait pas non plus honneur aux exclusivités Sony qui elles, envoyaient du lourd. Même si la plupart des jeux présentés étaient déjà connus au moins de nom. À l’exception de Control. Une nouvelle licence développée par la même équipe derrière Quantum Break (2016) sur Xbox One, et Alan Wake (2010).

Maintenant que c’est dit, il est temps pour moi de pousser une grosse gueulante axée sur 3 points suite à cette conférence.

Death Stranding pour commencer. Alors autant j’ai beaucoup de respect pour Hideo Kojima et sur son travail sur la saga des Metal Gear Solid, autant là il commence sérieusement à m’ennuyer. Ça fait déjà 3 ans que son jeu a été dévoilé, et en 2018 il nous pond un autre trailer (pas mauvais au demeurant et avec de nouvelles têtes à ce casting 5 étoiles) pseudo-conceptuel dont personne comprend le sens à part lui.

C’était intéressant la première fois, ça passe encore à la seconde, mais au bout de la 3ème, ça serait pas mal d’expliquer en quoi consiste réellement le jeu non ? Et ce n’est pas le petit bout de gameplay (depuis le temps qu’on l’attendait) qui nous mettra davantage sur la piste. Et une date de sortie, même hypothétique, ça ne mange pas de pain non plus. Mais ce n’est pas le seul jeu dans ce cas.

Car il faut noter l’absence remarquée et inquiétante du remake de Final Fantasy 7 annoncé lui aussi en 2015, et dont on ne sait rien de plus à part ce que nous avait montré sa vidéo de Gameplay datant du PSX de la même année. Et sur le fait qu’il sera livré sous un format épisodique. Sincèrement je ne sais pas ce qu’ils mijotent avec cette licence et j’ignore leurs raisons, mais je trouve que c’est un manque de respect total envers leurs fans. Je ne serais même pas surpris qu’il sorte sur PlayStation 5 à ce rythme-là.

Et enfin je finirais avec The Last of Us: Part 2. Ayant fait l’objet d’une “double polémique” qui n’a pas lieu d’être. D’abord, on reproche au jeu d’être “trop violent”. Soit, mais dans ce cas, pourquoi le reprocher à lui et pas à la quantité infinitésimale de jeux, de films, livres et autres supports tout aussi violents voire plus ? Forcément quand ça touche aux Jeux Vidéos c’est tout de suite plus médiatisé qu’ailleurs. Hypocrisie quand tu nous tiens..

Certainement la tête que Ellie à dû tirer en lisant les réactions sur le net..

Et deuxièmement, j’ai vu beaucoup trop de monde s’offusquer sur l’orientation sexuelle de Ellie dans cet opus, suite à la scène ayant eu lieu dans le dernier trailer. Le truc c’est que d’une part, l’homosexualité dans les Jeux Vidéos, ça ne date pas d’hier (Life is Strange, Mass Effect, etc..). Et d’autre part, il serait peut-être temps pour ces gens-là d’accepter le fait que dans notre société, cela fasse partie de la réalité d’aujourd’hui. Si c’est le cas dans la vie de tous les jours, qu’est ce qui empêcherait les Jeux Vidéos d’en faire autant ?

Pour ma part, je salue le parti pris de Naughty Dog pour l’avoir fait dans un jeu de cette envergure. Et je suis convaincu que ça donnera bien plus de profondeur à un personnage féminin déjà bien badass.

À suivre, mon dernier avis sur le Digital Event de Nintendo.

[Avis] E3 2018 – Conférence Ubisoft

La boîte française nous avait habitué à mieux que ça. Bien que les jeux présentés aient l’air solides (The Division 2, Skulls & Bones, Assassin’s Creed Odyssey), quasiment tous étaient déjà connus que ce soit par les leaks, via les autres conférences avant celle-ci, ou même de nom.

À l’exception de Trials Rising, une des seules véritables surprises de ce show. Et personnellement à part Beyond Good & Evil 2 (qui a le soutien de certaines stars pour son programme artistique rémunéré), aucun jeu de chez eux ne m’attire.

Je pense qu’on tient là le GIF de l’année

Le show en lui-même était plutôt sympathique malgré un rythme en demi-teinte, quelques moments gênants (dont çe GIF) et un humour un peu forcé.

Je déplore l’absence certaines licences phares attendues de chez Ubisoft. Dont la saga Splinter Cell qui m’est chère et que j’espérais revoir ici après l’apparition remarqué de Sam Fisher dans le dernier Ghost Recon Wildlands.

Ubisoft en a profité pour renforcer davantage ses liens avec la Firme au Plombier. Avec en prime abord un mini concert bien sympathique remixant les thèmes cultes de la saga Donkey Kong, suivi d’un rappel de la disponibilité prochaine du DLC dédié pour le jeu Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle le 26 Juin.

Puis avec une annonce que personne n’a vu venir. Celle de la présence de la saga Star Fox dans la version Switch du jeu de shoot spatial Starlink Battle for Atlas. Moi même pendant un temps très court, j’ai cru à tort à un nouveau jeu de la licence de Shigeru Miyamoto (avec un peu de chance, il sera meilleur que Star Fox Zero). Ce dernier qui était une nouvelle fois présent aux côtés du patron d’Ubisoft Yves Guillemot.

Et un peu déçu que le rythme de sortie des jeux Assassin’s Creed revienne à un jeu par an si on en croit la date de sortie de l’opus Odyssey le 5 Octobre prochain. À croire qu’Ubisoft ne veux pas lâcher sa licence au point où on la reverra à chacun de leur E3. Même en 2016 l’année de la “pause”, il ont quand même parlé du film (pas génial) sorti la même année avec Michael Fassbender et Marion Cotillard dans les rôles titre.

À suivre, mon avis sur la conférence PlayStation.