[Top] Les 10 pires moments de l’E3

Qu’il s’agisse de l’E3 ou toute autre conférence quel que soit le média, il est rare que tout se déroule parfaitement sans les fameux « aléas du direct ». Problèmes techniques, moments drôles ou particulièrement gênants, tout ce dont un évènement de ce genre aurait bien voulu éviter.

Et c’est justement le propos de ce nouveau Top 10 sur cette grande messe du Jeu Vidéo. Après les moments les plus marquants selon moi que j’ai classé la semaine passée, voici le meilleur du pire de l’E3 que j’ai pu recenser.

#10. E3 2010 – Ubisoft : Battle Tag

Jeu de bataille laser se jouant jusqu’à 8 joueurs, Battle Tag avant eu droit à une présentation en grande pompe lors de la conférence E3 2010 d’Ubisoft. Un nom qui ne vous dit certainement rien et c’est tout à fait normal. Car ce produit vendu à 130$ à l’époque fut un projet mort-né. Un échec commercial sans précédent que l’on doit très certainement à cette démonstration en live des plus gênantes. Où des acteurs très agiles pour certains, font semblant de se tirer dessus à travers la salle sous les yeux hagards du public. Sinon il existe aussi un jeu du même genre beaucoup moins cher et beaucoup plus fun. On appelle ça un laser game.

#9. E3 2010 – Xbox : Kinectimals

C’était vraiment pas nécessaire, surtout pour vendre un Kinect qui de base avait un sacré potentiel. Le problème ne vient même pas du fait d’engager des gosses, mais de la manière dont on leur a demandé de jouer la comédie. Ils surjouent tellement que ça en devient ridicule, voire aveuglant vu à quel point ça crève les yeux. Surtout quand la fillette de la vidéo fait semblant de subir des léchouilles du bébé tigre de Kinectimals. Pauvre petite..

#8. E3 2011 – Ubisoft : Mr. Caffeine

Aaron Priceman, est un comédien connu pour donner des shows énergiques. D’où son nom de scène Mr. Caffeine qu’il aura endossé durant une conférence Ubisoft devenue très rapidement malaisante. Entre les blagues douteuses tout du long de son intervention, et son inexplicable effet sonore « Doodily doodily doo » tout en faisant des gestes étranges pour marquer les transitions, rien n’allait. Et ce n’est pas le silence total du public qui dira le contraire.

#7. E3 2017 – EA : NFS Payback

Ce moment cringe est le plus récent de ce top. Afin de présenter Need For Speed Payback durant l’E3 2017, le choix d’EA fut porté sur le YouTuber Jesse Wellens. Et ils ont dû amèrement le regretter quand on constate à quel point son éloquence était aux fraises. Bafouillant, se répétant sans cesse, et visiblement très stressé, il ne faisait aucun doute que Jesse n’avais pas appris son texte. Et il le confirmera lui-même dans un de ses vlogs en précisant que le prompteur diffusait un script différent que celui étant prévu. Comme quoi engager des influenceurs pour faire la com peut être à double tranchant.

#6. E3 2006  – Conférence PlayStation

C’était un E3 très important pour Sony. Qui montraient pour la toute première fois la PlayStation 3 qui sortira en Novembre de la même année au Japon. Et ce fut l’ancien CEO de la marque Kazuo Hirai qui fut chargé de l’annonce de la console et d’un tarif devenu un meme d’internet. Il fallait compter 499$ pour la version 20Go, et 599$ pour la version 60Go. Même pour l’époque c’était cher, et ça n’a clairement pas aidé au lancement de la console.

Mais ce Kaz a surtout marqué les esprits par son enthousiasme à peine forcé en présentant l’opus PSP  de Ridge, ou devrais-je dire « Riiiiiiiiiiiiidge Racer ! » qui aura laissé totalement de marbre le public présent rendant la scène aussi drôle que gênante, surtout pour lui.

Et ce n’était pas le plus drôle. Car durant la même conférence, Bill Ritch était venu présenter Genji Days of the Blade. Un jeu d’action qui selon ses propres dires, s’inspirerait d’anciennes batailles ayant eu lieu durant le Japon féodal. Par contre j’étais pas au courant que l’humanité aie un jour fait face à des crustacés géants. À l’image de ce crabe géant (le fameux « Giant Enemy Crab ») surgissant de nulle part pour attaquer le joueur. Et Bill qui enfonce le clou en nous expliquant comment faire un maximum de dégâts en attaquant son point faible. Quitte à nous prendre pour des idiots autant y aller à fond…

#5. E3 2010 – Nintendo : Zelda Skyward Sword

Un moment que je renommerais « The Legend of Zelda : The Awkward Sword ». Shigeru Miyamoto qui était chargé d’introduire la conférence de Big N avec le futur Zelda de la Wii, allait très vite faire face à un problème technique majeur. En pleine démo, la reconnaissance de mouvements du Wii MotionPlus se trouvera être aux ras des pâquerettes. Impossible de viser correctement ou de bouger l’épée de Link comme il le voudrait. La source du problème proviendrait non pas de la technologie de ce périphérique qui fonctionne très bien dans le jeu final, mais des nombreuses sources lumineuses présentes dans la salle qui ont eu raison des capteurs.

Même si ce n’était pas voulu, c’est certainement la pire manière de présenter un produit. Il est probable que cet incident technique fut l’une des principales raisons de l’existence des Nintendo Direct. Où ce genre d’incident ne peut pas arriver car les shows sont déjà préenregistrés.

#4. E3 2013 – Microsoft : Battlefield 4

Au pied du podium, un autre incident technique de taille. Celle de la première présentation de Battlefield 4 durant la conférence E3 2013 de la firme de Redmond. Au programme, une démo qui ne voulait pas se lancer, des plantages, et une piste sonore absente. Ce n’était décidément pas le jour de Patrick Soderlund, l’ex CEO de Dice. Qui durant de très longues minutes a conservé son sang-froid du mieux qu’il pouvait face à un auditoire impatient et passablement agacé. Ce dernier tentera même de quitter le plateau avant qu’on ne lui rappelle à l’ordre.

#3. E3 2008 – Nintendo : Wii Music

Je ne sais pas à quel moment chez Nintendo ils se sont dit que ça serait une bonne idée de présenter Wii Music de cette manière. D’abord avec un pseudo orchestre rejouant la musique de Super Mario Bros en agitant bêtement les Wiimotes en guise d’instruments…

…Et le climax d’une prestation déjà pas flamboyante avec DJ Ravidrums qui entrera dans la légende. Avec ce solo de batterie digne des plus grands de ce milieu, et qui restera à tout jamais dans les annales de l’E3.

#2. E3 2007 – Activision : Jamie Kennedy

En seconde position, autopsie d’un désastre signé Jamie Kennedy. J’ignore ce qu’il a pris ce jour-là mais ça devait être de la bonne. Pour en avoir autant rien à battre d’être présent, de se négliger autant sur son apparence, et paraitre aussi désagréable envers le public, les intervenants, et l’équipe technique, fallait oser. Il y a deux conséquences à ce genre d’errances. Ternir l’image de marque de l’hôte qu’était Activision, ou dans le cas de Jamie, détruire davantage sa propre carrière d’acteur.

Top #1🥇

E3 2010 – Konami

Si vous êtes un fin connaisseur de l’E3, alors cette première place ne vous surprendra pas. Là on entre dans une tout autre catégorie car ce ne sont pas seulement quelques minutes d’une conférence qui se révèlent gênantes, mais son entièreté. Un exploit que l’on doit à Konami en 2010, et qui se passe d’explications. Avec des développeurs qui « tentent » de communiquer avec leur auditoire, dont un qui fait semblant de « perdre la tête » au sens littéral. L’un d’eux qui lance de derrière un regard meurtrier à son binôme. Des catcheurs masqués qui se donnent des gifles. Bref, un sketch qui pour reprendre l’expression du type de la vignette de la vidéo, fut tout simplement « Extreeeeeeme ! »

Mon tour d’horizon des E3 pour le meilleur et pour le pire s’achève ici. Je vous laisse avec cette vielle image issue du numéro 52 du magazine Suédois de jeux vidéos « Level ». Résumant un E3 2010 décidément riche en moments inoubliables.

[Top] Les 10 plus grands moments de l’E3

À l’heure où j’écris ces lignes, on aurait dû être en plein E3 2020. Hélas pour la première fois depuis son existence, cette grande messe vidéoludique n’aura pas lieu cette année pour une raison que je n’ai pas besoin d’expliquer. Remplacé par une multitude d’évènements en ligne dont les hostilités commencent dès cette semaine.

Mais ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’E3 qu’on ne va pas en parler. L’occasion donc de faire un petit retour en arrière à travers ce Top 10 qui regroupera ceux qui selon moi, demeurent comme étant les plus grands moments de cet évènement durant ces 15 dernières années. Commençons !

#10. E3 2010 – PlayStation : Kevin Butler

Du temps de la PlayStation 3, c’était un certain Kevin Butler qui fut chargé de la com de Sony à travers de nombreux spots publicitaires au ton humoristique. Un personnage inventé de toutes pièces par la firme, qui est en réalité incarné par l’acteur Jerry Lambert. Et durant une présentation du PS Move à quelques mois de sa sortie, il débarqua sur scène sans prévenir afin de balancer un discours (en anglais) comme on a peu entendu dans un E3. À destination des gamers qu’il salue bien bas. Voici un extrait de son speech pour vous donner une idée :

« Parce que chaque joueur est un vrai joueur. Les Motion gamers, les sitting gamers, tout le monde…car même si nous avons prêté allégeance à différents drapeaux, au plus profond de nous, nous ne servons qu’un maître, qu’un seul roi et son nom est GAMING – que son règne soit éternel ! »

#9. E3 2009 – Microsoft : Project Natal (Kinect)

En prenant du recul et çe malgré la présence de Steven Spielberg sur scène, les premières vidéos de présentation du futur Kinect de la Xbox 360 sentaient « légèrement » l’arnaque. Avec des acteurs surjouant à peine, et une synchro pas toujours au top entre leurs gestes et ce qui se passe à l’écran.

Néanmoins, ça envoyait quand même du rêve à l’époque. Puisque c’était la représentation la plus pure du « motion gaming » initiée avec la Wii deux ans plus tôt. Mais contrairement à elle, zéro périphériques en mains. Notre corps était la manette. Par la suite, cette première version de la caméra aura relativement bien marché aussi bien du côté fonctionnel qu’en termes de ventes. Au point de subir une mise à jour controversée sur la One en la rendant « obligatoire » au début, et gonflant par la même occasion le prix du pack de la console. Chose qui a en partie précipité sa lente chute, allant jusqu’à être abandonnée par sa propre marque. Triste destin.

#8. E3 2010 – PlayStation : Portal 2

Fondateur du studio Valve et à l’origine de la principale plateforme de distribution de jeu en ligne de l’époque qu’était Steam, autant dire que Gabe Newell est quelqu’un de très important dans le Jeu Vidéo. Donc voir un individu de sa trempe débarquer sans prévenir durant la conférence Sony pour annoncer Portal 2 (avec la voix de GlaDOS en fond), ça marque. D’autant plus que c’était sa première, et dernière apparition à l’E3 à ce jour. Le reverra t-on un jour sur scène pour dévoiler une future suite portant le chiffre « 3 » ? L’espoir demeure.

#7. E3 2014 – Nintendo : Reggie vs Iwata

Le « Combat des chefs » si je devais reprendre le titre d’une très célèbre BD Française, et qui pour moi est l’une des plus incroyables intros vues dans un E3. Tout ça pour annoncer les Miis dans Super Smash Bros Wii U, et par extension les figurines Amiibo au sein d’un Nintendo Direct de qualité. Il n’y a que chez eux que l’on peut voir une baston digne des plus grands animes, entre les anciens PDG des branches Japonaises et Américaines de Nintendo. Et se dire maintenant que feu Satoru Iwata et Reggie Fils-Aimé ont laissé la firme au plombier derrière eux, me rend tristement nostalgique à la vue de cette vidéo.

#6. E3 2017 – Ubisoft : Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle

Une image forte dont on en souviendra longtemps. Shigeru Miyamoto et Yves Guillemot le patron d’Ubisoft qui s’amusent comme des gosses avec des répliques d’armes du jeu Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle qui était tout juste annoncé. Mais le moment m’ayant le plus marqué durant cette annonce fut l’émotion palpable à travers les yeux de Davide Soliani. Le directeur créatif du jeu qui a vu son travail récompensé sous les remerciements de Miyamoto à son égard.

#5. E3 2015 – Playstation : Final Fantasy VII Remake (et consorts)

Je pense que même dans les rêves les plus fous, personne n’aurait imaginé voir des jeux comme The Last Guardian, Shenmue III et surtout Final Fantasy VII Remake révélés en même temps. Ce rêve, Sony l’a concrétisé en 2015 durant une conférence désormais mythique rien que pour ces trois-là. Et encore, c’était sans compter la toute première présentation du très prometteur Horizon Zero Dawn la même année.

#4. E3 2016 – PlayStation : God of War

Pour moi PlayStation a signé en 2016 l’un de ses tous meilleurs E3. Aussi bien en termes de rythme de présentation que de grosses cartouches balancées et qui auront faits les belles années de la PS4 aujourd’hui. Avec entre-autres Marvel’s Spiderman, Horizon Zero Dawn, Days Gone, Detroit Become Human, Death Stranding et plus encore. Mais le clou du spectacle que je place au pied du podium, fut l’ouverture de la conférence avec un orchestre symphonique dirigé d’une main de maître par Bear McCreary, le compositeur du God of War fraîchement dévoilé sous les hurlements et tonnerre d’applaudissements du public.

#3. E3 2019 – Xbox : Cyberpunk 2077

« Wake the fuck up samurai, we’ve got a city to burn ! »

Cette phrase prononcée par le personnage de Johnny Silverhand tout révélant les traits de l’acteur Keanu Reeves, conclut avec brio le trailer cinématique E3 de Cyberpunk 2077. Et ça aurait pu s’arrêter-là si l’acteur lui-même n’avait pas débarqué par surprise sur scène juste après. Donnant lieu à l’une des entrées en scènes les plus classes de l’E3. Mais le plus grand moment restera le désormais culte « You’re breathtaking ! » adressé en réponse à un spectateur de la salle. Suite à ça, il se chargea de révéler lui-même l’ancienne date de sortie qu’était le 16 Avril 2020. Pour au final être repoussé jusqu’au 17 Septembre prochain. On y est presque…

#2. E3 2004 – Nintendo : The Legend of Zelda Twilight Princess

Impossible de ne pas le placer celui-là. Le moment culte de l’E3 par excellence et clou du spectacle de la conférence E3 2004 de Nintendo. Peu après le fameux tout premier discours de ce « botteur de culs » du fraichement débarqué Reggie Fils-Aime. C’est d’ailleurs lui qui se chargea de conclure cette kenyote en demandant au public de patienter quelques instants pour l’ultime annonce. Celle de Zelda Twilight Princess sur Game Cube. Un trailer épique qui sera suivi par un Shigeru Miyamoto brandissant l’épée et le bouclier de Link. Et qui comme on peut l’entendre à travers la vidéo, a suscité un engouement sans précédent.

Beaucoup s’accordent à dire que c’est le plus grand moment de l’histoire de l’E3. Et j’étais ce cet avis pendant de longues années jusqu’à ce que je mate une certaine conférence…

Top #1🥇

E3 2017 – Devolver Digital

J’étais pas préparé. Et je pense que personne d’autre ne l’était après avoir vu cette toute première conférence E3 de Devolver Digital. Hors normes et inédite dans le genre. Car se moquant ouvertement de l’évènement comme personne ne l’avait fait avant eux. Ce qui d’ailleurs leur a valu quelques frictions avec les organisateurs. Une audace qui n’a pas plu à tout le monde, mais qui m’aura marqué au point de le mettre à la première place des plus grands moments de l’E3. 15 minutes de pure folie mais réservés à un public averti.

Voila pour mon classement. Un choix qui fut compliqué tant il s’est passé des choses à l’E3 durant deux décennies. En espérant que ça ait ravivé de bon souvenirs pour les plus gamers d’entre vous. Pourvu que ça dure.

[Aperçu] E3 2019 : Dying Light 2 + Photos Press Kit

Suite directe de l’opus de 2013 et annoncé pour le Printemps 2020, voici mes impressions sur ce Dying Light 2 que j’ai pu voir tourner à défaut d’avoir pu y jouer, en session de jeu privée (Behind Closed Doors) à l’E3 2019.

J’avais pris rendez-vous avec les Polonais de chez Techland le Mardi 11 Juin à 11h au sein d’une des Meeting Room réservées aux Journalistes / Médias de l’E3. Avec d’abord une présentation du jeu par les développeurs, suivi d’une démo de Gameplay d’une grosse demi-heure. Ça aura été l’occasion de discuter avec l’équipe en charge du projet, dont l’un des rares français présents sur place qu’est Marc Albinet. Un expert du Jeu Vidéo avec 30 ans d’expérience dans le milieu, connu entre-autres pour son rôle de Game Director chez Ubisoft pour Assassin’s Creed Unity. Un grand merci à lui de m’avoir accordé un peu de son temps.

Pour situer le contexte du jeu rapidement, l’histoire se déroule 15 ans après la défaite de l’Humanité face au virus dans le 1er opus. Et évoluant dans un « âge sombre moderne » où la violence est reine. On y incarne Aiden Caldwell, un survivant parmi les infectés qui se démarque des autres par son agilité et ses aptitudes exceptionnelles au combat.

Tout comme le précédent opus, il s’agit majoritairement d’un jeu d’action en open-world. Avec une composante « parkour » qui n’est pas sans rappeler Mirror’s Edge Catalyst, dont il emprunte même le système de grappin. Et donnant lieu à des courses-poursuites acrobatiques et haletantes. Sauf que contrairement au jeu tout juste cité, les possibilités de Gameplay sont bien plus nombreuses et les ambitions bien plus grandes. Ne serait-ce que pour les combats au corps-à-corps qui ne manquent pas de panache. Avec la possibilité d’attaquer à mains nues ou avec notre machette électrique, d’esquiver, et contrer les coups adverses. Et de se servir des zombies en tant que tremplin ou pour se réceptionner au sol par exemple.

Visuellement c’était plutôt beau. Après je n’ai aucune certitude quant à l’authenticité et degré de script de la session de jeu présentée. Mais si on part du principe qu’il sera tel quel à sa sortie, ça serait une belle performance graphique. J’ai pas mal apprécié le souci du détail sur la localisation de dégâts. Selon la zone visée on peut facilement trancher un membre ou même la tête.

Et je vais finir avec le point le plus intéressant du jeu. Les développeurs ont bien insisté sur le fait que ce Dying Light 2 ne nous prendra pas par la main. Ça sera à nous, joueurs, de façonner le destin du monde du jeu par les choix qu’on aura à faire tout au long de l’aventure. Des choix qui auront un impact plus ou moins prononcé, mais sur lesquels on ne pourra pas revenir. Aucune mention n’a été faite sur le nombre total de choix différents, mais je me demande si ils iront aussi loin voire plus que pour Detroit Become Human pour citer un exemple récent et connexe.

Voilà pour ma Preview sur ce Dying Light 2 qui m’a plutôt enthousiasmé. Et qui risque d’envoyer du lourd s’il tient toutes ses promesses. Je vous laisse avec mes photos du press-kit qu’on m’a filé à l’issue de cette présentation. Une figurine d’Aiden de presque 30 cm de haut (base comprise) que je ne serais pas surpris de revoir dans une édition collector.

[Aperçu] E3 2019 : Mario et Sonic aux JO de Tokyo 2020 + Photos Stand E3

6ème volet de la série Mario & Sonic aux Jeux Olympiques engendré sur Wii en 2007, voici mes impressions en solo sur l’épisode des Jeux de Tokyo de l’année prochaine. 🥇

La démo E3 permettait de tester 5 épreuves Olympiques sur les 24 du jeu final. Jouables de manière « classique » ou avec le « motion gaming » dans 3 configurations différentes. Avec un seul Joy-con, les deux détachés, ou à la Manette Pro en utilisant que les boutons et la croix.

D’abord le tir à l’arc, celui où je m’en sortais le mieux. L’idéal pour ce sport est d’y jouer avec les Joy-cons détachés ne serait-ce que pour gagner en précision avec le gyroscope, et pouvoir mimer le geste pour décocher une flèche. Les seuls véritables obstacles étant la distance et le vent qu’il faudra anticiper. Ça m’a très fortement rappelé le mini-jeu dédié de Wii Sports Resorts sorti 10 ans auparavant.

Pour le skate, c’était presque comme dans les anciens jeux Tony’s Hawk Underground pour ceux qui ont connu ça. Où il est question de réaliser un maximum d’acrobaties (ou « Tricks ») tout en gardant l’équilibre en orientant les Joy-cons en conséquence. Pareil pour le surf qui se joue presque de la même manière. La seule différence étant le lieu (skate-park pour l’un, une mer de vagues dans l’autre)

Le Karaté Kumite est un peu particulier car étant un sport où tout se joue sur l’anticipation. Il faut deviner quand frapper, quand parer, et quand contre-attaquer. Cela évitera de se faire éjecter du ring ou se faire mettre KO en un coup comme cela m’est arrivé à plusieurs reprises… Et pour la dernière épreuve, qu’est le 110m haies,  je l’ai trouvé bien trop courte et peu intéressante.

Au final, j’ai été que moyennement emballé par ce Mario & Sonic. Bien que les mini-jeux soient plutôt originaux en comparaison de ce que la série (et les jeux du genre) a déjà proposé, les sensations et le fun étaient peu présents. J’ai envie de croire que c’est parce qu’il vaut mieux y jouer à plusieurs.

Voilà pour mon avis. Je vous laisse ici avec 2 photos de la zone de jeu E3 et ma vidéo de Gameplay. 🧗‍♀️

[Aperçu] E3 2019 : Zelda Link’s Awakening + Photos Stand E3

Remake de l’opus sorti il y a 26 ans sur Game Boy, voici mes impressions E3 2019 de cette nouvelle version de The Legend of Zelda: A Link’s Awakening sur Switch, prévu pour (mon anniversaire) le 20 Septembre 2019. 🎂

Et je vais embrayer d’emblée avec l’aspect qui fait le plus parler de lui, les graphismes. Quand le jeu fut dévoilé pour la toute première fois au Nintendo Direct du mois de Février, je n’avais pas aimé le parti pris graphique de cette version. Minimaliste, et faisant très « pâte à modeler » ou « jouet pour enfant ». Mais après y avoir joué à l’E3, j’ai un peu revu mon jugement. Ça passe mieux que je ne l’aurais imaginé et je trouve qu’on s’y fait assez vite.

Même si je n’aurais pas été contre un style plus « manga » comme dans la vidéo d’intro du jeu, ou même en cell-shading  à la Breath of the Wild. Histoire de changer de la patte cartoonesque de Wind Waker sur Game Cube, et déjà réutilisée pour les épisodes sortis sur DS que sont Phantom Hourglass et Spirit Tracks. Et cela se ressent même dans la bande-son. Qui en plus d’être très fidèle à l’excellente partition du jeu d’origine, colle parfaitement à l’ambiance « enfantine » du titre.

Passant outre cet aspect, force est de constater qu’un certain soin a été apporté aux décors et environnements de l’île de Cocolint. En particulier les intérieurs de maisons qui fourmillent de détails (meubles, tableaux, plantes, etc). Avec quelques effets de lumières, de textures, et animations plaisantes à voir.

Le tout a été agencé exactement comme à l’époque, et on se surprend à redécouvrir sous un nouveau jour (et surtout en haute définition) des lieux familiers comme le village des Mouettes, la plage Coco, et la Forêt Enchantée pour ne citer que ça. Il en va de même pour les personnages et dialogues qui ont été laissés à l’identique.  La nostalgie opère en tout cas.

J’ai même tenté de voler les objets du  fameux marchand comme dans l’opus originel, mais sans succès. Peut-être que cette démo ne le permettait pas et que ça sera possible dans le jeu final.

Et pour les non-connaisseurs se demandant pourquoi s’abaisser à un tel acte de vandalisme, c’est d’abord parce que c’est drôle (dans le jeu), et surtout car si on avait le culot de revenir au magasin après ça, le vendeur nous tuait (littéralement) sur place et on reprenait la partie non plus en tant que « Link », mais sous la dénomination de « Voyou ». Avouez que ça donne envie…

Il n’était pas possible non plus de tester la principale nouveauté de cet opus qu’est l’outil de création de donjons. Et même si je n’ai pas l’âme suffisamment créatrice pour ce genre de fonctionnalité, j’ai hâte de voir jusqu’où l’originalité des joueurs ira.

En termes de prise en main, j’ai ressenti un feeling assez similaire à l’opus A Link Between Worlds sur 3DS. Ce qui n’est guère étonnant quand on sait que cette version était initialement prévue pour la dite console. Link se manie de manière naturelle et dans toutes les directions cette fois-ci. L’ergonomie a été revue puisque contrairement à la version d’origine limitée par les boutons « A » et « B », ici on peut d’emblée assigner 2 objets à la fois, comme l’épée et le bouclier par exemple. Pareil pour la carte du jeu qui permet de placer des points de repères et de référencer les dialogues du jeu. Chose qui sera bien pratique pour certaines quêtes annexes, notamment celle du « troc » pour ceux qui savent.

Voilà pour ma Preview de cette session d’une quinzaine de minutes. Je vous laisse maintenant avec mes photos que j’ai prises de la zone de jeu à l’E3. Où de jolis dioramas Zelda servaient de décors et avec quelques Cosplays de la série (et d’ailleurs) qui trainaient dans les parages.