[Anime] Critique – Vinland Saga: Saison 1

Adaptation en anime de l’œuvre de Makoto Yukimura, diffusé de Juillet à Décembre 2019. Voici ma critique sans spoilers sur cette première et excellente saison de Vinland Saga.

Avant visionnage, je n’étais familier ni avec l’univers Viking, ni avec le manga d’origine que je n’avais pas lu. Ce fut donc une totale découverte pour moi de ce genre d’univers s’inspirant des récits nordiques, et qui fut l’une de mes plus grosses surprises anime de l’année passée.

À commencer par son visuel impeccable. L’animation est au top et les dessins sont constamment de qualité. Chose peu surprenante connaissant le passif du studio d’animation WIT Studio qui est derrière le projet. Les mêmes à qui l’on devait la toute première saison de L’Attaque des Titans en 2013 ayant déjà mis tout le monde d’accord sur cet aspect à l’époque.

Le tout couplé à une excellente mise en scène, des affrontements bien chorégraphiés et impressionnants à l’écran dont on ressent la violence au travers des coups portés, effusions de sang, et démembrements. C’est cru, c’est bestial, une violence graphique qui crève les yeux (sans mauvais jeux de mots) mais qui n’est pas là pour rien. Elle sert avant tout le propos  du récit et le contexte d’une époque de conquêtes où la guerre et les pillages étaient légion. Très bonne bande-son également.

L’histoire prend un peu son temps à s’installer mais devient de plus en plus prenante. D’ailleurs, j’ai appris plus tard que les premiers épisodes de l’anime correspondaient en réalité à un flashback survenant bien plus tard dans le manga. J’ignore la raison de ce parti pris, mais j’imagine que c’était pour mieux introduire les personnages clés de l’anime. Sa narration quant à elle, est de très bonne facture et donne lieu à des séquences mémorables et des revirements de situation qui nous font porter un regard totalement différent à l’œuvre.

Concernant l’univers Viking en lui-même, il m’a paru riche et bien dépeint. On sent qu’il y a un respect là-dedans au travers des lieux et de l’aspect géopolitique du conflit entre le Danemark et l’Angleterre d’antan. Le code de l’honneur du guerrier Viking. Les noms des personnages à connotation nordique. Et aussi le souci du détail concernant les dialectes employés qui fait que deux individus venant de pays différents, ne pourront pas se comprendre. Même si pour nous spectateurs, ils sembleront parler la même langue. J’imagine que c’était plus simple de procéder ainsi que de demander à un Japonais de parler Danois

Mais le plus gros point fort de Vinland Saga, ça reste l’écriture de ses personnages. Tous sans exception sont intéressants, évolutifs, et charismatiques pour certains. D’abord le héros de l’œuvre Thorfinn, qui est passé de l’enfant jovial avec des rêves plein la tête, à un condensé de haine ne vivant que pour la vengeance. Dit ainsi ça semble peu original mais je peux vous assurer que ça va bien plus loin que ça.

Et en plus de cela, il est extrêmement fort pour son jeune âge et incroyablement badass. L’aisance avec laquelle il terrasse la plupart des ennemis adultes, montre ses aptitudes exceptionnelles au combat. Ennemis dont certains d’entre eux faisant plus de deux fois sa taille. Pourtant malgré son vécu, je n’ai pas réussi à avoir de l’empathie pour lui. Faut dire que son sale caractère et son manque de lucidité  dans certaines situations n’aident pas. J’aurais aimé qu’il évolue de manière plus significative sur la fin. On verra comment la saison 2 amènera ça.

Ensuite vient l’antagoniste, que je considère comme étant le véritable personnage principal portant l’œuvre à lui tout seul. Et étant aussi pour moi l’un des meilleurs méchants qu’il m’ait été donné de voir dans un anime depuis très longtemps. Je veux bien sûr parler d’Askeladd qui brille par son intelligence, sa puissance, sa prestance, et son background qui nous donne envie de voir son devenir au fil de l’histoire.

Sa relation « maître / élève » avec Thorfinn est plutôt bien traitée. Eux qui collaborent ensemble malgré le lien très particulier qui les lie. Et pour une note un peu plus personnelle, j’ai compris qu’Askeladd n’était pas un personnage comme les autres au moment où j’ai entendu la voix de son doubleur japonais. Qui est autre que Naoya Uchida, l’interprète d’Uchiha Madara. L’un des persos les plus charismatiques et des plus puissants du manga Naruto.

Pour finir sur les personnages, je retiendrais aussi le géant Thorkell que j’ai adoré. Drôle, surpuissant, et avec une très bonne mentalité de guerrier. Et surtout le prince Knut qui fut ma plus grosse surprise de cette saison avec une évolution fulgurante et bien amenée. Le point culminant de toute cette saison étant l’épisode 24 tout simplement magistral. Une des plus incroyables fins de saison que j’ai vu depuis très longtemps dans un anime.

Voilà pour mon avis dithyrambique sur Vinland Saga. Une pépite que je vous recommande chaudement et qui pour moi fait partie de mes meilleurs animes de la derrière décennie 2010-2019. Vivement la suite !

[Cinéma] Critique – One Piece: Stampede

14ème long métrage d’animation du manga d’Eiichirō Oda, voici mon avis sur One Piece Stampede. Sorti le 9 Août 2019 au Japon, et que j’ai pu voir en avant-première française le 12 Septembre, avant sa sortie officielle chez nous le 9 Octobre prochain.

Avant-propos

Avant d’entrer dans la critique pure et dure de ce 1er film One Piece que j’aurais vu au cinéma, je tenais à dire que ma séance du jour J fut émotionnellement intense comme rarement. Avant-première oblige, l’ambiance était explosive au sein d’une salle comble et remplie d’adeptes du manga comme moi.

Entre les hurlements de joie et de surprise, les fous rires, applaudissements, et probablement des larmes pour certains à l’issue d’une des dernières scènes du film. Le tout s’étant déroulé dans le respect et sans heurts durant ma séance. Rien que pour ça j’en garderai un excellent souvenir, au-delà même du film dont je vais enfin parler.

Divertissement assumé

Bien avant la sortie du film, L’auteur avait clairement annoncé la couleur en déclarant que ce Stampede serait un pur divertissement dédié avant tout aux fans. En guise de cadeau d’anniversaire pour les 20 ans de l’anime cette année. Et si je précise cela, c’est parce que beaucoup ont reproché à ce film la « surenchère de fanservice et de combats » son « scénario aux fraises » et le « manque de cohérence avec le manga ».

Sans aller dans les extrêmes, je suis relativement d’accord avec ces critiques-ci. Tout à fait compréhensible de la part de ceux n’ayant pas été mis au courant de la façon dont il serait vendu, ou pour quelqu’un qui est peu familier à l’œuvre. Mais parfois, il faut savoir se replacer dans le contexte et se renseigner un peu avant de donner son avis. C’est quand même étrange de se plaindre sur des aspects qui ont été clairement annoncés comme tels non ? Puis bon depuis le temps que l’anime et ses films existent, ils peuvent bien se permettre de lâcher un peu de lest.

De toute manière, le Film Z sorti 6 ans auparavant reste inégalé pour moi. Il est l’exact opposé de Stampede avec des personnages plus travaillés et un scénario plus mature.

Everyone is here !

Ou presque. Car en plus des Mugiwaras, énormément de têtes connues du manga (et qui pour certains ne se sont jamais croisés auparavant) ont répondu à l’appel de Festa. Ce dernier faisant parti des 3 personnages inédits de ce film avec Bullet, dont je reparlerai dans quelques lignes.

Bien évidemment, tous n’ont pas le même temps d’exposition ni la même importance. Mais chacune de leurs apparitions leur rend magnifiquement hommage et a un intérêt. Qu’il soit contextuel ou faisant juste office de caméo. Quitte à ce qu’il y ait de la redite pour certains avec une entrée en scène copiée / collée au manga.

Je ne vais pas citer tous les personnages mais parmi ceux que j’ai retenu, Baggy toujours aussi couard et qu’il m’aura bien faire rire durant tout le long. Smoker toujours aussi complexe et pas mal mis en avant. Boa Hancock toujours aussi amoureuse de Luffy et qui m’aura surpris par sa puissance. Et je me dois d’évoquer Ussop qui est de très loin le meilleur personnage de tout le film. Et bien qu’il soit fidèle à lui-même, son traitement est impeccable et son dernier fait d’armes durant le film en fut l’un des meilleurs moments de celui-ci.

Et pour finir, Bullet la déception. Et malgré le fait qu’il soit habilement introduit au tout début du film, il ne brille pas par sa personnalité et sa profondeur puisque son leitmotiv se résume à être le plus puissant des pirates et surpasser Gol D. Roger. Pour un ancien membre de l’équipage du Roi des Pirates, je m’attendais à bien mieux que ça. Ne lui reste que sa prestance, son thème musical et son incroyable puissance qui est très bien retranscrite à l’écran.

Esthétique

Avant de conclure, un point qu’on ne pourra difficilement remettre en cause est l’aspect visuel du film. Stampede est de loin le plus beau film One Piece jamais sorti. L’animation est irréprochable avec un style optant parfois pour des bords épais pour les personnages. Le rendant assez proche du manga d’origine. Et les (très) nombreuses scènes d’action sont superbement bien animées.  C’est fluide, on comprend ce qui se passe, et on ressent la puissance des coups. Le genre de film à voir impérativement en salles obscures afin de profiter de ce feu d’artifice visuel et sonore. Et je trouve qu’ils ont mis les gros moyens en termes d’effets spéciaux. En particulier ceux liés à Bullet, même si ça tranche radicalement avec l’univers.

Conclusion

Aussi satisfaisant et spectaculaire qu’il soit, ce One Piece Stampede est loin d’être parfait et n’est certainement pas le meilleur film de l’anime, voire  le meilleur film d’animation de tous les temps comme j’ai déjà dû l’entendre à maintes reprises. L’originalité n’est clairement pas l’atout de ce film puisqu’il se contente de reprendre des gimmicks et d’autres éléments bien connus du manga.

Malgré ça, j’ai passé un moment inoubliable et le film remplit parfaitement son cahier des charges avec du fanservice en veux-tu en voilà, un casting « All Stars », un rythme effréné avec des affrontements qui s’enchainent sans qu’on ait le temps de souffler, et beaucoup de moments forts dont on s’en souviendra longtemps. Si vous êtes fans, c’est un film à ne manquer sous aucun prétexte. Et peut-être même qu’il donnera envie aux non initiés de se plonger dans cet univers d’une richesse inégalée dans le genre.

[Anime] Critique – L’Attaque des Titans: Saison 3

Anime scindé en deux parties avec une diffusion sur 12 épisodes de Juillet à Octobre 2018 pour la première, et sur 10 épisodes d’Avril à Juin 2019 pour la seconde, voici mon avis global sur cette Saison 3 de L’Attaque des Titans finie depuis quelques temps déjà. Et que je considère comme étant la meilleure Saison depuis que cet anime existe.

Concernant la première partie de la saison, elle fut globalement beaucoup plus calme et posée que ce que la série nous avait habitué jusqu’alors. Et cela se ressentait jusqu’à l’opening beaucoup moins épique que ses prédécesseurs, et qui avait pas mal divisé au sein de la communauté même si je l’aimais bien personnellement. La menace des titans avait temporairement laissé place à la menace humaine et aux intrigues plus politiques. Le tout agrémenté de quelques flashbacks très importants pour le développement de certains personnages clés. Comme Livai qui aura été énormément mis en avant durant cette saison, Historia et Eren pour ne citer que ceux-là. Un changement de ton qui n’a pas plu à tous, mais qui pour moi était nécessaire.

Saison qui démarra sur les chapeaux de roues dès l’épisode 2 (épisode 39 de la série), avec des affrontements d’homme à homme d’anthologie. À l’image de la course poursuite entre Livai et les hommes de son ancien mentor Kenny. Épisode qui fut un bijou d’animation que l’on doit en grande partie à Arifumi Irai. Suivi d’un match retour à l’épisode 7 (épisode 44) lui aussi de qualité dans la chapelle souterraine où fut emprisonné Eren. Où c’est toute l’escouade de Livai qui a échafaudé un plan pour terrasser une bonne fois pour toutes leurs adversaires. On aura vu par la même occasion que cette même escouade a passé un cap en tuant non plus des titans, mais des hommes.

Deux épisodes après ça, j’ai été à nouveau marqué par celui sur le gigantesque titan de Rhodes Reiss rampant en direction du district d’Orvud. Épique lui aussi, mais surtout l’un des plus répugnants de toute la série à cause de l’apparence de ce titan aux boyaux apparents et dégoulinants. Valait mieux ne pas manger en le visionnant

Pour la seconde partie de cette saison 3 qui pour moi tutoyait la perfection à tous les étages, ce fut un retour aux sources dans le sens le plus littéral qui soit. D’abord un retour dans la ville désormais fantôme de Shiganshina. Là où l’histoire même de la série a débuté 5 ans avant la trame actuelle. Et aussi le retour des titans emblématiques avec le Cuirassé et le Colossal qui avaient ravagé ce même district à l’époque. Et qui sont à nouveau présents sur les lieux pour finir le boulot. Un clin d’œil m’a fait remémorer les excellents souvenirs de la toute première saison sortie il y a déjà 6 ans. La boucle était presque bouclée à ce moment-là.

Deux épisodes m’auront marqué au fer rouge durant cet arc. D’abord le 15ème (épisode 52) qui m’a coupé le souffle par son intensité. Les séquences où on voit la quasi-totalité du bataillon d’exploration se faire broyer par les jets de pierres du titan Bestial furent glaçantes. Et comme si la situation n’était pas assez critique, le titan d’Eren se fait balayer au sens propre du terme par le Colossal dans l’enceinte des murs au même moment. Tout était là pour nous faire croire que c’est sans issue pour nos protagonistes.

Sauf que ça serait mal connaitre le major Erwin de penser que tout est perdu. Qui du début à la fin, aura été un leader d’un charisme inégalable et d’une volonté inébranlable. Il n’aura reculé devant rien, même pas face à la mort qui lui tendait les bras lui et ses soldats (dont je n’ose même pas imaginer leur état d’esprit) suite à l’ultime charge désespéré qu’il aura mené face au Bestial. Un sacrifice qui a eu pour but de laisser un certain individu s’occuper de ce dernier à l’épisode suivant.

Et qui de plus puissant que Livai pour s’en charger ? Qui nous aura livré l’une des plus belles démonstrations de force de tout l’anime en acculant le Bestial presque sans difficulté. Le doute n’est plus permis, c’est lui le boss.

Mais le véritable héros de cet arc, c’est Armin. Qui durant le même épisode, m’aura impressionné par son esprit de déduction qu’on lui connait si bien, et surtout ému par son courage en se « sacrifiant » face au Colossal afin de permettre à Eren d’en finir avec lui. Et c’était d’autant plus émouvant quand on sait que le rêve le plus profond dArmin était de voir l’océan. Et qui a accepté d’y renoncer pour offrir un futur à ses compagnons.

Et c’était sans compter le lourd dilemme auquel il était impliqué juste après cet acte héroïque. Puisqu’il a été remis sur pied en héritant du Colossal au détriment de Erwin qui était tout aussi méritant que lui et qui avait lui aussi un rêve. Celui de voir ce que renfermait cette fameuse cave du père d’Eren. Encore aujourd’hui je me pose la question. Qu’aurions-nous faits à leur place ?

Au final malgré les très lourdes pertes, les objectifs initiaux de nos protagonistes auront tous étés remplis ou presque. À l’exception du Cuirassé et du Bestial qui ont pris la tangente, les titans ont été quasiment tous éradiqués conformément au souhait initial d’un Eren qui aura gagné en maturité entre-temps. Le sous-sol a révélé tous ses secrets dont la véritable origine des titans d’Eldia, et l’existence d’une autre civilisation ennemie des Mahr, au-delà d’une mer qui était aussi l’objectif du trio Eren, Mikasa et Armin. La série aurait presque pu s’arrêter là si nos protagonistes n’étaient pas sur le point de livrer leur véritable, et plus grand combat.

 

 

Conclusion

Qu’il s’agisse du manga en tomes reliés et surtout de l’anime qui le surclasse sur tous les points, cette Saison 3 a davantage confirmé le fait que Shingeki no Kyojin fait partie des meilleures œuvres existantes du genre. Autant on peut trouver des choses à redire sur son rythme, autant pour son écriture c’est un sans-faute. Quand on revisionne les anciens épisodes, on se rend compte que par des petits indices glissés ça et là, l’auteur Hajime Isayama avait véritablement tout prévu depuis le début. Avec des révélations et retournements de situation qui arrivent à des moments où on ne s’y attend jamais. Du génie tout simplement.

Et que dire de sa qualité visuelle globale que l’on doit à Wit Studio depuis tant d’années et qui est toujours au-dessus de presque tout ce qui se fait actuellement en termes d’adaptation de mangas en animes. Et de son OST par Hiroyuki Sawano (Kill la Kill, Xenoblade X) qui bien que moins marquante pour cette saison, comporte quelques excellents nouvelles pistes toujours placés au bon moment.

Même pour moi qui étais à jour dans les scans, j’étais pas préparé pour ça. Je n’ai qu’une hâte, c’est de voir le fin mot de l’histoire en anime à partir d’Octobre 2020.

Bilan 2018 (3/4) – Récap Cinéma / Animes / Séries

Bilan (1/4)(2/4)

3ème et avant dernière partie de mon Bilan annuel, cette fois centré sur le 7ème art avec mon degré d’appréciation des films que j’ai vu au ciné en 2018, mais aussi un avis rapide sur les séries et animes vus cette année. 🎬

Et comme pour le bilan JV, chacune des œuvres ici présentes peuvent faire l’objet d’un article dédié dans le futur.

Films de 2018

Top 5 films 2018 👍

5) Astérix : Le Secret de la potion magique [7/10]
4) Mission : Impossible – Fallout [8/10]
3) Les Indestructibles 2 [9/10]
2) Avengers : Infinity War [9/10]
1) Spider-Man : New Generation [9/10]

Flop 5 films 2018 👎

5) Ant-Man et la Guêpe [5/10]
4) Jurassic World : Fallen Kingdom [5/10]
3) Venom [5/10]
2) Tomb Raider [4/10]
1) Fullmetal Alchemist (Netflix) [4/10]

Mentions Honorables 👌

Black Panther [7/10]
Annihilation [7/10]
Ready Player One [6/10]
Deadpool 2 [7/10]
The Equalizer 2 [7/10]
Aquaman [7/10]

 

Animes vus en 2018

Devilman Crybaby

Anime de 10 épisodes ayant vu le jour en exclusivité sur Netflix en début d’année, et adaptation du manga éponyme et culte de 1972 par Go Nagai, ce fut pour moi un électrochoc

Pour me situer, je n’avais aucune connaissance de la mythologie Devilman avant de mater cette version. Mais ce que je peux en dire, c’est que c’est typiquement le genre d’anime qui non seulement ne plaira clairement pas à tout le monde, mais qui en plus n’est pas à mettre entre toutes les mains.

Déjà à cause du parti pris visuel avec les effets de déformation caractéristique au style de Masaaki Yuasa, et les dessins ultra simplistes avec la quasi absence d’ombres sur les personnages. Mais surtout à cause des nombreuses scènes de sexe plus ou moins justifiées et l’extrême violence de l’anime. Mais au-delà ce ça, cet anime pousse à la réflexion sur la nature même de l’humanité. Laissant fortement sous-entendre que les démons ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Et que ce soit au niveau de l’OST et de sa réalisation globale, c’est du tout bon. Encore aujourd’hui, j’ai un souvenir particulièrement marqué des 3 derniers épisodes de la série. En particulier le 8 qui fut certainement un des plus tristes, durs et émouvants qu’il m’ait été donné de voir depuis très longtemps.

My Hero Academia – Saison 3

2018 aura été l’année où j’aurais débuté l’anime My Hero Academia. Un Shonen très sympathique que l’on compare souvent aux ténors du genre comme Naruto en son temps. Même si pour ma part après 3 saisons de visionnées d’une traite, il est encore trop tôt pour en juger. Voici mon bilan de la Saison 3 avec spoilers.

Excellente première moitié de saison marquée par les événements du camp d’entrainement, le sauvetage de Katchan, et le combat dantesque entre All Might et All for One. En revanche, j’ai trouvé la seconde moitié moins marquante avec l’examen du permis provisoire. Et çe, malgré les moments de bravoure des élèves de la Seconde A (et des autres élèves), qui ne cessent de progresser et d’évoluer en tant que héros.

Saison clôturé avec brio par l’affrontement inévitable entre Deku et Katchan. Épisode qui fut un pur délice à regarder et magnifiquement réalisé. Je le mets au moins dans le Top 3 des meilleurs fights de la série.

En bref, une bonne saison même si pour moi la S2 est au-dessus. À l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore lu les scans. Mais j’ai entendu dire que le meilleur est à venir.

Shingeki No Kyojin – Saison 3

Une Saison beaucoup plus calme que les précédentes. Chose dont on aurait pu se douter pour peu qu’on connaisse le déroulement de l’intrigue, et à l’opening beaucoup moins épique que ceux d’avant. Les affrontements contre des titans ont laissé place à des combats d’homme à homme, et les intrigues politiques ont pris le dessus. Un changement de ton qui peut surprendre, mais qui était nécessaire. Et cela permet de développer davantage l’univers et les personnages, et de se focaliser sur autre chose que des titans.

L’animation est toujours aussi irréprochable. Je pense notamment à l’épisode 2 avec la course poursuite entre Livai et une vielle connaissance à lui qui est superbement animée. Et l’épisode 9 qui en plus d’être l’un des plus épiques de la saison, aura donné lieu à une des scènes les plus dégoutantes de tout l’anime avec une certaine créature. Ceux qui l’auront vu sauront de quoi je parle.

Et quelle ne fut pas ma déception quand j’ai appris que cette saison initialement annoncée avec 24 épisodes, ne s’est terminée qu’au 12ème et ne reprendra qu’en Avril 2019 avec un teasing qui annonce beaucoup plus d’action. Et je peux vous dire que pour quelqu’un comme moi qui suis à jour sur les scans et qui sait à peu près ce qui risque d’arriver, j’ai hâte comme c’est pas permis.

 

Gurren Lagann (2007)

Anime que je voulais regarder depuis très longtemps. Et je n’ai pas été déçu du voyage même si j’ai eu du mal à accrocher durant les 7 premiers épisodes. Ce n’est qu’à partir du 8ème suite à un certain évènement, que le tout prend d’un coup une tournure inattendue et a commencé à me scotcher jusqu’à la fin.

Cet anime est la définition même de la démesure et de l’epicness. J’ai eu du mal à me remettre de l’affrontement final gargantuesque (terme à peine exagéré). Sans parler de cette animation virevoltante, son OST Rock’n Roll comme il faut, et ses personnages hyper attachants qu’on se surprend à aimer pour certains, et à détester pour d’autres. Un classique tout simplement.

Séries de 2018

De base je ne suis pas quelqu’un qui regarde énormément de séries. La seule que j’aurais regardé cette année était les 2 saisons de Westworld.

Et ce fut une pépite. Avec un univers immense qui laisse entrevoir des possibilités insoupçonnés. Une OST magnifique que l’ont doit au compositeur de génie qu’est Ramin Djawadi.  Et un casting d’exception avec la sublime Evan Rachel Wood (Dolores), le déterminé Jeffrey Wright (Bernard), l’effrayant Ed Harris (L’homme en noir), la dangereuse Thandie Newton (Maeve) et Monsieur Anthony Hopkins (Dr. Robert Ford), qui portent la série à eux seuls. Il faudra juste se faire au rythme assez lent, et au fait que plusieurs temporalités se côtoient au sein d’un même épisode. Ce qui peut rendre le tout compliqué à suivre si on a pas la timeline sous la main.

La première saison plaçait tranquillement toutes les pièces sur son échiquier jusqu’à son final en apothéose. Et la seconde, sortie en 2018, était très largement au dessus. D’ailleurs une Saison 3 a été annoncée même si je me demande bien comment ils vont nous raconter ça vu tout ce qui s’est passé dans la 2.

Autres

1 image de film par jour jusqu'à la fin du mois. Défi inspiré par la blogueuse Lillysteria http://www.lillysteria.com/2017/06/juin-le-mois-du-film.html

Posted by Nindo64 on Tuesday, January 30, 2018

Sur Facebook, j’avais relevé le défi de poster une image de film par jour pendant 1 mois, en prenant en compte les critères de l’image ci-dessous.

Et comme pour les Jeux Vidéos, j’avais réalisé un bingo mais cette fois sur les animes que j’ai déjà vus toutes années confondues. Ça me fait penser qu’il faudrait que j’en fasse un sur les films tiens.

À suivre dans la Partie 4, mon récap des RS (FB, Twitter, Instagram) et la conclusion.

[Fanarts] Spéciale One Piece [X] Overwatch (3) ! – FIN

Dernière salve de Fanarts de la part de Han Seok-Bum sur le crossover entre One Piece et Overwatch. Pour revoir les précédentes fournées, c’est ici et .

Sur çe, je retourne à ma partie 😎