[Voyage] États-Unis (7/7) : Universal Orlando et retour à Paris – FIN

Jour 9 – En route vers Universal

Snapchat-4559008419780009103

Samedi 7 Mai 2016. Ultime journée passée en Floride, et étape finale avant le départ des USA le lendemain. Un périple qu’on a choisi de conclure en beauté avec la visite du complexe Universal Orlando Resort. Deux parcs à thèmes regroupant une multitude d’univers différents issus de la “Pop Culture”, que sont Universal Studios Florida et celui qu’on aura visité, Universal’s Islands of Adventure.

Avec la voiture louée la veille, il nous aura fallu 4h de route pour effectuer le trajet (plutôt fluide) de Miami vers Orlando. Ça équivaut à peu près à un Paris -> Poitiers (presque 400km). Un état que je n’aurais pas cru si vaste, et dont on n’aura parcouru que la moitiéOn arrivera finalement sur place dans les coups de midi heure locale.

 

Le Parc

On pourrait l’apparenter à nôtre Disney Paris avec d’un coté le coin plus traditionnel avec ses attractions phares, et de l’autre la partie Studios avec des attractions plus modernes et d’intérieur pour la plupart. Sauf qu’au lieu de un, ce sont pas moins de 3 univers différents qui sont représentés là bas. Rien que ça.

D’abord le Marvel District, fidèle à l’esprit des Comics et où on peux y croiser ses Avengers favoris. D’ailleurs, une grande montagne russe était dédiée à Hulk, mais hélas fermée ce jour-là.

Le parc à également reproduit très fidèlement le quartier Pré au Lard et le Château de Poudlard (qu’on a pas pu visiter) tous deux issus de l’univers de Harry Potter. L’homme que je suis et ayant passé une bonne partie de son adolescence avec cette saga à beaucoup apprécié.

Et enfin, le véritable Jurassic Park ! Presque aussi dangereux que dans les films avec des dinosaures presque en chair et presque en os. Des créatures animatroniques pour  être plus précis, et bougeant de manière assez réaliste.

Même le resto où on se sera posé, et nous ayant offert la superbe vue ci-dessous, était dans le thème. Vous vous souvenez du lieu de la scène finale du premier Jurassik Park de 1993 ? Les décors ont été reproduits à la brique près.

20160507_133746

Ce parc en définitive, c’est un rêve de gosse devenu réalité. Le jour où j’en aurai un, je l’emmènerai la bas à coup sûr.

Attractions

Jurassic Park River Adventure

20160507_145309

Prenez le Grand Splash du Parc Astérix. Remixez le à la sauce Jurassic Park en y ajoutant pleins de dinos dedans, et vous obtiendrez l’attraction Jurassic Park: The Ride. Un parcours aquatique dans une jungle recréant le décor du film, et qui se termine par l’inévitable « chute » du haut de la cascade face à ce bon vieux T-Rex. Ça mouillait pas mal, mais y avait pire…

The Amazing Adventures of Spider-Man

20160507_152158

Attraction dynamique et ultra immersive. Dont sa technologie m’a rappelé celle du Futuroscope à Poitiers que j’ai visité l’année passée. Grâce à des lunettes 3D, on parcourt depuis la voiture, la ville de New York en compagnie de l’homme araignée, tout en évitant les divers obstacles et les antagonistes de Peter Parker se dressant face à lui. Par moments, on avait vraiment l’impression de s’envoler, chuter où même manquer de peu de finir brûlés. C’était grisant.

Dragon’s Challenge

Snapchat-5766418173848759536

A 2 pas du château, deux montagnes russes inversés se faisaient face. Elles avaient pour thème les dragons de feu et de glace. D’ailleurs, l’attraction a été conçue de manière à ce que ces dragons s’entrecroisent de temps à autre. C’était assez drôle de frôler de si près, les occupants de l’autre parcours. Pour ma part, j’ai trouvé ça sympa mais très court. Pour le moment ma montagne russe préférée reste toujours le Oziris du Parc Astérix.

Poseidon’s Fury

Au sein du continent perdu, dessiné par de nombreuses ruines ayant pour thème la mythologie grecque, s’y trouvait l’ancien temple du Dieu des mers Poséidon. Au programme, une bataille épique entre dieux sous un déluge d’effets aquatiques et pyrotechniques. Le tout saupoudrée d’une touche d’humour que l’on doit aux showmans.

Dudley Do-Right’s Ripsaw Falls

20160507_150431

Et enfin le dernier lieu visité du parc, Toon Lagoon. Où on peut y croiser de célèbres personnages issus des Comics Strips tels que Betty Boop et Popeye pour ne citer qu’eux. Le paradis des attractions qui « mouillent ». Avec notamment celle qu’on a testé en tout dernier qui est une rivière rapide se terminant par une chute (celle que vous voyez au fond de la photo au dessus) aussi vertigineuse qu’humide.

Un superbe Parc, qui n’a rien de comparable aux nôtres rien que par les moyens mis en œuvre. Puis c’est aussi ça les USA. Champions du monde de la démesure. 😉

Snapchat-4062337137187631847

Jour 10 – Retour

Snapchat-4066995030465907830

Le soir même, et complètement épuisés, on s’est préparés à quitter le sol américain en passant par un Aéroport International de Orlando plutôt classe. Après y avoir dégusté le premier et dernier McDo du voyage, 7h de vol (comprenez par là 7h de sommeil) nous ont attendu au sein de la meilleure compagnie aérienne qu’on aura testé. la Norwegian Airlines. Pour faire simple, c’est ce que j’appellerais un Icelandair de luxe (cf. 1er article). Bye bye America !

Retour sur le continent européen à 11h20 à l’aéroport de Gatwick en Grande Bretagne. Escale finale avant l’atterrissage en France. Vous vous souvenez quand je mentionnait dans le précédent article que les 3h30 de retard de notre vol Newark – Miami ne serait pas le dernier ? Eh bien nous y sommes.

Easyjet, une compagnie aérienne Britannique low cost avec qui j’ai déjà eu l’occasion de voler auparavant, et sans soucis jusqu’ici, à fait preuve ce jour-là d’un cruel manque de professionnalisme. Sans l’ombre d’une explication de la part du personnel, le vol en direction de Roissy aura été retardé de 1h30. Décidément, vive les escales hein…

Finalement, notre aventure prend fin à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle dans les coups de 18h. Ce fut un des voyages les plus marquants de mon existence.

Conclusion

J’aurais passé une incroyable semaine en compagnie de ma grande sœur et mon beau frère, que je remercie chaleureusement.  J’ai pu découvrir un pays dont je rêvais de fouler le sol depuis tout petit, et je ne pouvais pas ne pas vous raconter ce que j’avais vécu là bas. J’y retournerai, ça c’est certain.

Merci de m’avoir lu 👍

Partie (1/7) > Partie (2/7) > Partie (3/7) > Partie (4/7) > Partie (5/7) > Partie (6/7)

[Voyage] États-Unis (6/7) : Welcome To Miami !

Vue de l’appart-hôtel depuis la station de métro la plus proche

Jour 6

Mercredi 4 Mai, nous quittions la tête pleine de souvenirs (nos valises aussi) notre appart-hôtel du Queens direction l’Aéroport international de Newark-Liberty. Sauf qu’on était loin de s’imaginer qu’une très mauvaise surprise nous attendrait là bas.

Alors que nous étions assis dans l’avion JetBlue Airways à 2 doigts de décoller, voila que les stewards demandent subitement à tous les passagers à bord de le quitter pour regagner le hall d’attente. La raison étant que de violentes intempéries ravageaient couloir aérien. Sécurité oblige, interdiction de décoller jusqu’à  nouvel ordre.

Snapchat-7333866440896349902

Conséquence, notre vol en direction de l’Aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood en Floride près de Miami, a subi un retard. Encore un. Notre 2ème en même pas 3 vols. Et le pire c’est que ca ne sera pas le dernier, mais ça aura certainement été le pire de tous.  J’aurais passé les 3h30 les plus longues de mon existence…

Mais dans un sens, je m’estime heureux car il aurait pu être annulé. Ce qui aurait fortement compromis notre arrivée à l’appart .

Heureusement que pour m’occuper un peu, j’avais ma 3DS avec The Legend of Zelda: A Link Between Worlds. Et fallait certainement pas compter sur le Wifi de l’aéroport pour surfer ou contacter des proches. Car il a eu “l’excellente” idée d’être à durée limitée. Contrairement à quoi, 99% des aéroports existants…?

Le calme avant la petite tempête..

Le calme avant la petite tempête..

Finalement, on a tous embarqué pour un vol de plus de 3h direction la pointe Sud de l’état de la Floride. Vol qui n’a pas manqué de turbulences malgré les précautions prises en amont. Comme quoi ça aurait pu être bien pire si on était partis plus tôt.

les derniers bagages à l’Aéroport de Fort Lauderdale

21h heure locale, nous sommes finalement parvenus à atterrir, mais sous une pluie diluvienne et à 25°C…Décidément, entre la brume New-Yorkaise, et l’atmosphère lourde et humide de la Floride, le climat n’aura pas été notre meilleur allié sur le continent américain. 

Sur place, on choppa un Uber qui ne mettra que quelques minutes à arriver, et qui nous déposera enfin à l’appart (toujours sous la pluie) dans la soirée. Ce fut le voyage en avion le plus pénible de toute mon existence…

Jour 7

😎

Welcome to Miami ! Comme dirait ce bon vieux Will. Sauf que dans notre cas, c’était South Beach. Un quartier à l’est du centre ville et donnant directement sur l’atlantique. Fini les gratte ciel anormalement hauts et trop nombreux pour être répertoriés. Place aux villas, hôtels et voitures de luxe ou autres signes de richesse (trop) évidents.

Les fanas de caisses seront aux anges là bas. Presque tout le monde là bas roule dans des bolides considérés en France comme “luxueuses” (Porsche, Chevrolet, Buggati, Cadillac et j’en passe…). 

20160505_110947

Y avait aussi quelques modèles plus extravagants comme celle que j’ai baptisé de mini « Batmobile ». Et une voiture de flic toute droite sortie de la saga Need For speed.

20160505_111300

Mais ce qu’il était bon de se trouver dans une atmosphère de vacances d’été au mois de Mai-Juin. Surtout quand on habite Paris et qu’on revient tout juste de New York. Qui nous ont pas gâtés avec leur climat,  eux…

20160505_140426

Palmiers, Soleil qui tape à fond, immense plage de sable blanc avec une mer bleu turquoise, bonne et quasi transparente. Personnellement, j’ai fait la Normandie, l’Aquitaine et la région PACA en France, et selon-moi aucune de leur plages n’arrivaient à la cheville de celles de Miami dans ces critères.

L’eau était tellement claire qu’on pouvait observer à l’œil nu un banc de poissons (impossible à attraper) nageant autour de nous. Mer qui était archi propre d’ailleurs. Zéro algues à signaler.

South Beach, c’est l’équivalent de Cannes en Côte d’Azur, mais à un tout autre niveau. Et avec beaucoup plus d’ambiance. Là bas, les gens peuvent faire la fête toute la nuit, mettre la sono à fond sur la plage ou dans la rue, ca ne dérangera personne, ou presque. À part peut être les touristes et les moins habitués. Une différence de culture que j’apprécie, et assez dépaysante.

20160505_173919

Parfois, j’avais l’impression d’être dans un de ces clips américains qui passent à la télé. Après faut pas se voiler la face. Tout est très “superficiel”. L’apparence et le faire paraître priment sur le reste. D’où les “signes de richesse” évoqués plus haut.

Mais contrairement à New York où j’avais déjà quelques notions, mes connaissances de Miami se limitent aux clips et à la série des Experts de là bas. x)

Dans la soirée, on aura bu un cocktail sur Collins Avenue. Le quartier « chic » de la ville, et aussi le plus animé, surtout de nuit. Sans exagérer, il doit y avoir facile au moins une boite de nuit par rue.

Jour 8

Deuxième et dernière journée à Miami Beach. Qu’on aura pu explorer davantage avec notre voiture louée dans une agence Sixt ce jour-là. Par chance, la gérante parlait aussi le Français. Ce qui facilita grandement la tâche.

Journée terminée en beauté (à un coucher de Soleil près) au South Pointe Park, peuplé de Yoguistes et situé à la pointe sud de la ville. Lieu nous offrant une vue imprenable sur l’océan et le centre ville. Ce « Miami Sunset » aura été l’une des plus belles choses que j’aurais vu durant ce voyage au USA.

20160506_200734_Pano

Next stop, Orlando…

Partie (1/7) > Partie (2/7) > Partie (3/7) > Partie (4/7) > Partie (5/7)

[Voyage] États-Unis (5/7) : Museum d’Histoire Naturelle, Empire State et départ de N.Y

Petit changement, il n’y aura plus 8 parties mais 7 pour cette série d’articles.

20160503_120309_Pano

Jour 5

Ultime journée passée à NY avant le départ pour la Floride le lendemain, et avant dernière cartouche utilisée du Citypass. Celle du Museum Américain d’Histoire Naturelle, où on aura passé le plus clair de la matinée.

Il fut inauguré il y a presque 140 ans et regroupe une collection hallucinante de spécimens et d’objets par millions. Même son homologue Parisien que j’ai déjà visité y a une quinzaine d’années avec mon école primaire ne fait clairement pas le poids à coté.

20160503_123312

Ce musée regroupe tout ce qui touche de près ou de loin aux sciences naturelles (faune & flore, minéralogie, anatomie, etc…), la culture des civilisations humaines, la paléontologie, et l’astronomie. Cette dernière faisant partie du magnifique cube de verre (celui de la première photo) englobant le Rose Center for Earth and Space.

D’ailleurs concernant cette dernière catégorie, on a débuté l’exploration spatiale par une projection spéciale sur les origines du Cosmos, au sein du Hayden Planetarium. Une salle à écran hémisphérique du même acabit que la Géode de la Cité des Sciences à Paris, ou celles du Futuroscope de Poitiers. Le plafond faisait office de voûte céleste et diffusait de splendides effets spéciaux illustrant l’univers. L’expression “avoir la tête dans les étoiles” a pris tout son sens. Et le passionné d’astronomie que je suis en a eu plein les mirettes.

20160503_141237_HDR

On s’est dirigés par la suite dans ce qui m’avait l’air d’être la plus grande salle de tout le musée, à contempler des animaux figés dans un simili environnement naturel. J’ignore s’ils sont empaillés ou non mais l’impression d’être au zoo n’était pas loin.

Suite à ca, on a commencé à remonter le temps dans le passé en contemplant en vitrine des objets, armes et divers ayant de quelques siècles à plusieurs millénaires d’ancienneté pour certains. Comme cet attirail de samouraï ci dessus datant du Japon médiéval.

Beaucoup d’objets datant carrément de l’époque préhistorique y furent exposés. Avec parmi eux les tous premiers outils utilisés par nos lointains ancêtres (bifaces, silex, etc..), et une Vénus paléolithique (en haut à gauche de la 1ere image du dessus), statuette féminine datant de -200.000 ans avant nôtre ère pour les plus anciennes

20160503_144037

À ce stade ce n’est plus « Avoir le bras » mais « Avoir le cou long »…

Puis vient l’objet même de notre venue, que sont les Dinosaures ! Ou plutôt leur fossiles dans le cas présent. Mais pas d’inquiétude, on reparlera dinos (presque) en chair et (presque) en os plus tard dans un prochain article…

Bon ok, j’avoue. Le « classique » qu’est Jurassic Park de 1993 a UN PEU joué sur ma fascination pour ces créatures d’un autre temps. Et qui ont foulé notre Terre durant plus de 160 millions d’années (au moins 50x plus longtemps que l’homme). Les derniers ayant disparus 65 millions d’années avant nôtre ère. Vraisemblablement suite à l’impact d’une gigantesque météorite.

20160503_144913_Pano

Ce Diplodocus devait faire à vue d’œil au moins 30m de long…

J’ai eu sous les yeux, et souvent (largement) au dessus de ma tête, des ossements quasi complets de quelques uns des plus grands dinosaures ayant existé, et des plus connus aussi. Diplodocus, Stégosaure, Tricératops et bien sur Tyrannosaure. Y avait aussi d’autres créatures d’une époque un peu plus proche comme cette tortue ci-dessous, aussi grande qu’un homme, ou d’autres visibles dans une vidéo que j’ai filmés plus bas.

Parfois je me dis que si ces immenses créatures n’avaient pas disparus, “on” (j’entends par là l’espèce humaine) ne serait sûrement pas là pour en témoigner…

20160503_162028

Retour au Rockfeller Plaza, avec un passage rapide dans la boutique LEGO, étonnamment petite dans le genre. Quand en comparaison, t’as le M&M’s World à T.S et le Nintendo NY Store à 2 pas de là, comptant 2-3 étages chacun contre un seul étage sur une surface pas immense ici, ça désorienterait presque.

M’enfin bon, y avait quelques créations sympathiques. Comme une reproduction du Comcast Building, et le Dragon Shenron de Dragon Ball impossible à louper et visible même depuis l’extérieur de la boutique.

Notre dernière nuit à NY s’est conclu par un retour au Macy’s, et l’ascension de l’Empire State Building plus loin dans l’avenue. Et franchement, si ce n’était pas pour utiliser une dernière fois le Citypass, j’y serais jamais allé. En tout cas pas cette nuit là. J’aurais déjà du m’y attendre avec cette jolie photo ci-dessous, mais la désillusion fut absolue 381m plus haut.

20160503_203917

On se croirait dans un jeu où quelque chose de terrible nous attend là haut x)

Quand je vous disais dans mon 2ème article que j’étais chanceux d’avoir eu un Samedi ensoleillé pour contempler NY de jour depuis le “Top of the rock”, c’était surtout pour vous parler du fait que je n’ai rien vu du tout ce Mardi soir en haut de ce building des années 30.

20160503_214912

Une brume tellement épaisse qu’on n’y voyait rien à 20m. Et c’est à peine si on distinguait l’antenne de là haut. Même King Kong lui-même aurait du mal à y voir quoi que ce soit…Puis bon, quand on prépare un voyage pareil plus de 6 mois à l’avance, y a parfois des imprévus (bons ou mauvais) auquel on ne peux rien y faire.

Après faut voir aussi le bon coté des choses. On a eu aucune file d’attente, j’ai pu admirer les jolis décors d’intérieur d’époque du style “Art Déco”, et on est arrivés au sommet d’un des buildings les plus iconiques de la ville. Mais ma frustration fut trop grande pour le réaliser à ce moment là.

Et c’est ainsi que notre séjour à NY s’est terminé. Une sacrée aventure que je referais à coup sûr, dans un futur proche je l’espère. La seule chose que je regrette étant le fait que nous n’ayons pas pu rester plus longtemps afin de profiter au mieux de tout ce que la ville proposait. Car sans compter le vol d’arrivée du 29 Avril et le départ du 4 Mai, on aura passé 4 jours complets à arpenter cette ville. Dit comme ça c’est pas énorme, mais ca nous aura pas empêché de voir énormément de choses comme vous avez pu le voir sur ces 5 premiers articles. Puis depuis le temps que je rêvais de poser le pied là bas, au moins ça sera fait. Bye Bye New York !

Next stop, Miami…

Partie (1/7) > Partie (2/7) > Partie (3/7) > Partie (4/7)

[Voyage] États-Unis (4/7) : Statue de la Liberté, World Trade et Pont de Brooklyn

20160502_114017

Jour 4

Journée particulièrement brumeuse, mais certainement l’une des plus enrichissantes de nôtre trip. On la débute avec l’attraction la plus phare et probablement la plus ancienne de tout NY.

20160502_113846

La Statue de la Liberté ! Symbole de Amérique mais aux origines pourtant françaises. Car Gustave Eiffel, l’ingénieur qui a conçu la Tour à son nom, à lui aussi participé à la construction de cette véritable “Dame de Fer” en France, avant qu’elle soit expatriée aux USA.

Ce fut aussi la première vision de Amérique pour les tous premiers émigrants venus de l’est entre le 19ème et le 20ème siècle avant d’accoster à l’île voisine de Ellis Island. Qui abrite aujourd’hui le Musée  National de l’Immigration, mais qu’on a pas visité ce jour là. Voila pour la petite histoire.

Allez encore une photo juste pour le kiff 8-)

Allez encore une photo juste pour le kiff 😎

En ce qui nous concerne, on ne s’est contenté que de se balader sur l’Île de la Liberté, et tourner autour de la statue. Car pour entrer dedans, fallait prendre longtemps à l’avance un billet spécial non inclus dans nôtre Citypass. Puis franchement avec la brume de çe matin là, épaisse au point de ne même pas pouvoir discerner le sommet des buildings, même sur la torche on aurait pas pu profiter pleinement de la vue. Mais bon, ça aurait quand même été un truc sympa à faire.

Retour en ferry au sud de Manhattan où on marche jusqu’au quartier d’affaires de Wall Street à 2 pas de là. En chemin, on y a croisé le fameux Taureau de bronze, dont j’ignorais tout avant de venir à NY. J’ai compris plus tard que cette sculpture de l’artiste italien Arturo Di Modica, symbolisait la force, le pouvoir, et l’espoir du peuple américain. Ca explique pourquoi tant de monde s’agglutinait autour pour prendre des photos.

20160502_143749

Ensuite, pause midi dans une sandwicherie au nom français, et passage au Century 21 (la boutique américaine pas l’agence immobilière) et son hallucinante collection de shoes de toutes tailles. Je n’avais jamais vu de mes yeux de baskets dépassant la taille 50, pas en France en tout cas. Ce qui au final est plutôt compréhensible vu le gabarit de certains américains…

20160502_152542_Pano

Puis à quelques rues de là, se situait un lieu malheureusement connu de tous depuis ce tragique événement survenu 15 ans plus tôt. La place du World Trade Center (mais sans avoir visité le Mémorial du Citypass) Les noms des milliers de disparus ont été gravés sur 2 immenses stèles avec une cascade en leur sein, situés à l’emplacement exact des anciennes tours jumelles. Des proches des victimes déposaient même des fleurs dedans.

20160502_151705

Le tout est surplombé par le One World Trade Center et ses plus petits buildings, qui est à l’heure où j’écris ces lignes, et du haut de ses 541m, ou 1776 pieds, en hommage à la date de la déclaration d’indépendance des USA (le 4 juillet 1776), le plus haut bâtiment de tout NY et des États Unis.

20160502_151638_Pano

Pour être tout à fait franc avec vous, je me suis senti très mal une fois sur place. Les douloureux souvenirs de ce Mardi 11 Septembre 2001 ont resurgis d’un coup. J’avais 7 ans ce jour là mais je m’en souviens comme si c’était hier. Je rentrais tout juste de l’école quand j’ai vu les attentats le soir à la télé. J’hallucinais tellement ça me semblait irréel. Dans ma tête, ça ne pouvait pas être autre chose qu’un film catastrophe. Mes références étant Independence Day et Armageddon sortis respectivement 5 ans et 3 ans plus tôt à l’époque. Mais non, la réalité avait bel et bien dépassé la fiction. Et là, je le permets une grosse digression.

20160502_151605

J’étais trop jeune pour voir au delà de ce que les journaux voulaient nous montrer. Et même si je ne suis pas friand de tout ce qui concerne les théories du complot, ou délires avec les illuminatis et consorts, j’ai un peu du mal a imaginer aujourd’hui comment 2 tours de plus de 400m de haut et pesant chacune des centaine de milliers de tonnes on pu s’effondrer parfaitement (et à la suite), « seulement » suite à l’impact des 2 Boeing 747 sur leur façade.

Je veux bien que les déflagrations aient salement fragilisé leur structure interne, mais à elles seules ca me semble trop gros pour suffire à les faire s’écrouler aussi bien qu’un immeuble déjà prévu à la démolition. D’autant plus qu’il y avait le WTC 7, un autre building du voisinage beaucoup plus petit, n’ayant rien à voir avec les avions, qui s’est pourtant effondré sans leur aide. Bref, je vais m’arrêter là parce que je pourrais en faire un article entier sur cette affaire.

20160502_161137

Afin de se changer les idées, nous sommes partis dans un autre quartier de NY, qui est Brooklyn. Où on se sera baladé sur le Pont du même nom. Long de 1825m et reliant ce quartier à celui de Manhattan. Le niveau inférieur étant réservé aux véhicules et le supérieur juste assez large pour laisser passer cyclistes et piétons. À certains tronçons c’était limite limite niveau largeur, et je n’ai pas compté le nombre de fois où un cycliste m’a frôlé sans que je ne le voie venir…

La vue est superbe et donne sur une très grande partie de NY. On distingue sans peine (et malgré la brume) les buildings iconiques, et avec de bon yeux distinguer même la Statue de la Liberté, pourtant située à 6km du pont (3,7 miles)

J’ai eu la surprise de croiser un rangement de « cadenas/coffre-fort de l’amour » du même style que l’ancien Pont des Arts à Paris. Qui a été récemment démantelé car le poids de ces objets fragilisaient la structure du dit pont. Je n’ai pas encore assez voyagé pour l’affirmer, mais à mon avis cette pratique doit être universelle.

Et enfin retour au M&M’s World, où j’ai vu une vitrine que je n’avais même pas calculé lors de mon premier passage. Avec une veste à 3000$. Décidément…

20160502_182842_Pano

Mon ultime photo (panoramique) de Times Square

A suivre…

Partie (1/8) > Partie (2/8) > Partie (3/8)

[Voyage] États-Unis (3/7) : Shopping, Madison Square Park et MM’s World

Jour 3

Journée essentiellement dédiée au shopping, et aussi l’une des plus épuisantes pour moi. En passant par Chinatown et un rangement de voitures à la Tetris, on arrive sur Broadway. La fameuse allée commerciale de la ville. Je me suis pris mon premier Jeans Levi’s® dans une enseigne du même nom. Le modèle 505™ Regular Fit pour être plus précis, que j’ai pu chopper pour 50$. À titre de comparaison, le même modèle en France tourne autour des 100€… Donc oui, c’est réellement moins cher aux USA. J’ai même eu la surprise d’y croiser un vendeur français originaire de Lille.

Celui là par exemple est à 2 pas du Macy’s

D’ailleurs à ce propos, que ce soit dans les enseignes, dans la rue et surtout dans l’appart-hôtel, on aura croisé beaucoup de nos compatriotes aux USA.  Après, y a eu les enseignes internationales telles que H&M et  Zara où j’ai pu y chopper 2-3 trucs. Mais chez eux, les prix tout comme les collections sont assez similaires qu’en Europe.

Mais ce dont j’avais le plus besoin, c’était une nouvelle paire. Et ma détermination s’est accrue à cause du fait que mon corps commençait à me faire souffrir de la tête aux pieds. La dureté des semelles de mes Timberland que je portais quotidiennement, additionné au fait de porter mes courses et me balader dans NY avec. Croyez-moi quand on a pas l’habitude de marcher autant comme moi, c’est très dur….

Pause de midi au Shake Shack. Une chaîne de fast-food américaine réputée pour faire de très bons burgers. Et sur le coup ils n’ont pas menti.

Celui où on s’est posé se trouvait en plein cœur du Madison Square Park. À la fois petit coin de verdure et grande place surplombé par des buildings iconiques tels que le Flatiron Building, un des plus anciens (1902) et des plus célèbres de la ville, et le Met Life Tower.

20160501_153508Au final, notre virée commerciale se termine en beauté au Macy’s. Un chaîne de magasins américaine dont le plus grand d’entre eux, et aussi un des plus grands bâtiments commerciaux au monde d’après le Guinness Book (198 500m²), se trouve au cœur même de NY.

J’ai pas compté, mais il doit y avoir pas loin de 10 étages dans ce complexe, pour vous donner une idée de l’immensité du truc. C’est simple, on y trouve de tout. Et c’est là bas que j’aurais finalement trouvé littéralement “chaussures à mon pied”. Une paire de Nike beige en Daim, et aux faux airs de Timberland qui m’a séduite sur le coup.

Le Doc’ est passé par là visiblement

Les courses déposées à l’appart hôtel, retour à T.S mais de nuit cette fois. Quartier encore plus aveuglant impressionnant sous cet aspect là. Les innombrables écrans du quartier éclairaient la rue à tel point qui paraissait faire jour depuis l’intérieur des boutiques. Limite on pourrait enfiler des lunettes de Soleil (ou des lunettes de Lune dans le cas présent) que ca ne serait même pas absurde…

On aura dégusté une grosse Pizza au Don Antonio, auto-proclamée meilleure Pizzeria de  NY. Et visité par la suite la fameuse et immense boutique M&M’s World.  Il en existe quelques unes dans le monde (dont une à Londres, Las Vegas et à Roissy CDG) mais celle de NY, qui est aussi la plus grande boutique de confiseries de toute la ville, a voulu faire les choses en très grand. Avec par exemple un mur de 72 tubes de M&M’s prêts à l’emploi.

Et c’est à ce moment précis que j’ai réalisé que les américains sont vraiment tarés. Je suis même surpris qu’ils n’aient pas de magasins Coca Cola de cette trempe tant qu’on y est…

A suivre…

>> Partie (1/8) <<  >>Partie (2/8) <<