[Reportage] Japan Expo Sud 2022

En Février 2020, la 11ème édition de la Japan Expo Sud à Marseille fut une des dernières conventions francophones à avoir lieu avant les premiers confinements et l’annulation totale de tous les autres évènements.

Il aura fallu attendre deux ans pour que cette entité renaisse de ses cendres avec son premier retour post-Covid du 18 au 20 Février 2022. Voici donc mon retour mitigé sur ma première JE hors de Paris tout en étant accrédité, et mon second passage au Parc Chanot.

« Mini » Japan Expo

Jusqu’à présent la seule JE que j’ai faite est celle se situant au Parc des Expos de Villepinte près de la capitale. Je n’avais pas encore eu l’occasion de tester les autres salons du même groupe en dehors de la grande couronne. Le plus connu et l’un des seuls qui aura perduré avec les années étant la JE Sud à Marseille. Située au même emplacement que le Hero Festival que j’ai faite 3 mois auparavant, et qui avait fêté ses 10 ans en 2019.

Une JE dans un lieu que j’ai déjà fréquenté, c’est comme si je connaissais déjà le salon avant même d’y mettre les pieds. Sauf que j’allais assez vite déchanter en constatant à quel point cette édition n’était pas au niveau d’une JE classique de mon point de vue et pour plein de raisons.

2019 vs 2022

Restrictions Covid oblige, beaucoup des salons qui ont rouverts leurs portes ces derniers mois ont vu leur taille se réduire drastiquement par rapport à leurs éditions passées. La JE Sud n’y a pas échappé avec un hall en moins en comparaison avec l’édition de 2019. Et si j’en crois les anciens plans, c’est à peu de choses près la même disposition que lors de ses toutes premières éditions.

Mais le vrai problème n’est pas ce retour en arrière, surtout vu le contexte actuel. D’autant plus qu’une convention plus petite ne veut pas forcément dire qu’elle sera moins intéressante si sa surface est bien exploitée et que les activités suivent derrière. Ce qui n’était pas le cas de cette JE Sud qui pour moi n’avait pas grand-chose d’intéressant et de neuf à proposer sur ces aspects.

Le groupe No Time No Tune qui performait sur du NieR Automata

Certes, il y a eu quelques conférences avec les invités et les différents shows musicaux et cosplay sur la scène Ichigo. Mais c’est pas suffisant. D’autant plus qu’allouer quasiment un hall entier pour cette grande scène qui auparavant était situé dans l’amphithéâtre du Parc Chanot, c’est du gâchis à mon sens.

D’ailleurs on en parle de la disposition du salon ? Le seul moyen d’en sortir étant d’aller tout au fond du grand Hall pour ensuite revenir sur la place principale près de l’entrée. Ça n’aurait pas été plus simple de mettre une sortie plus proche de l’entrée du salon afin d’éviter d’en refaire le tour ?

Même constat pour certains stands thématiques bien moins attrayants que d’ordinaire. Je pense notamment au jeu vidéo qui était trop peu représenté. Mis à part la Réalité Virtuelle, où sont les jeux rétro comme récents ? Même Just Dance n’avait pas son propre espace à mon grand étonnement. Aujourd’hui je suis incapable de dire si des tournois JV ont été organisés durant le salon. Cette info ne figurait même pas dans le programme du festival.

Pour une telle entité qui a toujours mis les grands moyens pour organiser des événements à grande échelle en France et ailleurs, ça m’étonne beaucoup. Ou alors ils n’ont eu guère le choix et cette crise sanitaire a eu un impact plus conséquent que je ne l’aurais imaginé.

Artistes

Malgré les déceptions évoquées plus haut, cette JE Sud a plutôt bien mis en avant les nombreux créateurs présents. Certains étant regroupés dans une zone spécifique au fond du hall principal.

Pour les autres qui m’ont tapé dans l’œil, j’ai retenu les illustrations de Sekai of Kangae., le magnifique stand de L’Atelier des Flammes Noires, et les objets geek et pop-culture de chez Themadmirrors et PopCut.

Gô Nagai & Buichi Terasawa

Dans le premier hall après l’entrée, se trouvait deux expos difficiles à rater. D’abord celle de Dynamic Heroes, on y retrouvait les héros mythiques imaginés par le mangaka Gô Nagai. Parmi eux, Goldorak, Devilman, Mazinger, et bien d’autres au sein d’un stand qui à première vue m’a donné une sensation de « déjà-vu ».

Et c’était le cas car déjà présent à la JE 2019 de Paris dans une disposition similaire. Avec la présence des mêmes statues à taille humaine des héros précités. À la différence que le mangaka lui-même nous avait honoré de sa présence à Paris.

Dit comme ça on pourrait croire à une simple redite, mais le but était en réalité de présenter une toute nouvelle histoire sous la forme d’un crossover réunissant ces héros. On pouvait d’ailleurs découvrir sur place les premières pages de cette nouvelle série de 4 tomes dont le 1er sortira en Septembre prochain via l’éditeur isan manga.

La seconde expo qui pour le coup était inédite à ma connaissance, fut celle retraçant l’œuvre majeure de Buichi Terasawa qu’était le manga Cobra paru en 1978.

Dioramas

Un espace Diorama bien plus petit que ceux que j’avais l’habitude de voir en convention. Érigé essentiellement par Star Hill Team, JakssDio et XIII-art&work.

Invités

Autrefois les invités des conventions étaient dans la majorité des cas des Youtubers. À l’image de 123 Lunatic présent à cette JE Sud et connu pour les Epic Pixel Battle. Cela tend à évoluer petit à petit avec la présence de streamers de Twitch. Parmi eux, BagheraJones, DJBoucherie, Hiuuugs, Hortyunderscore, et Trinity. Sans oublier Brigitte Lecordier sur Twitch elle aussi, la voix française de Goku entre-autres depuis toujours.

Cosplay

Parmi les cosplayers croisés à cette JE Sud, beaucoup étaient déjà présents au Hero Festival de Novembre dernier. Ce qui m’a permis de revoir certaines têtes mais aussi d’en rencontrer des nouvelles. J’en ai pas pris énormément en photo mais le nombre et la qualité y était en tout cas.

Cosplayers : Rasensky cosplay (Madara), Noboru Tsuki (Tenten)

Cosplayers : Hooctis Cosplay (Eren), Tyrfing Cosplay (Zeke), @hyunagirliciious (Yoruichi), Switchy cosplay (Harley Quinn)

Groupe Genshin Impact

Et pour terminer sur le cosplay, j’avais pu assister aux concours cosplay des Samedi et Dimanche organisés par l’asso EPIC. Voici quelques vidéos filmés par pierre DreamCosMod des prestations qui m’ont le plus marqués. Sa playlist complète du salon est sur ce lien.

Cosplayers : @dothytrunks (Pepa) et @cosplay_100_visages (Bruno)

Battle de Rap entre Cendrillon et Belle

Cosplayers : @galounetteyumeji (Daenerys aka « Doudou »)

Cosplayeuse : Foxy cosplay (Arya)

Van Helsing

Conclusion

Cette Japan Expo Sud fut relativement décevante pour ma part. La faute à un nombre restreint d’activités, une taille réduite qui n’a pas été exploitée à sa juste valeur, et une disposition hasardeuse au niveau des stands et des accès. Ce qui sauve cette édition d’un naufrage total c’est la présence de certains invités et les différents shows organisés sur scène.

De toute manière, j’avais senti qu’il fallait revoir mes attentes à la baisse au moment où les plans du salon ont été dévoilés quelques semaines avant l’ouverture. Pour être tout à fait honnête, si je n’avais pas obtenu l’accréditation, je ne serais probablement pas venu en sachant ça. Et je pense que ça a dû freiner beaucoup de visiteurs et cosplayers qui prévoyaient de venir. En espérant que la JE Paris de Juillet, si elle est toujours maintenue, sera à la hauteur.

Malgré tout, je ne regrette pas ma venue car j’ai passé un très bon moment grâce à certaines personnes rencontrées et revus sur place qui se reconnaitront.

L’intégralité de mes photos de la JE Sud 2022 sur mon Album FB

[Reportage] Japan Expo 2019 (2/2)

Partie 1

Second et dernier article sur ma virée à la Japan Expo 2019. Avec un résumé des deux dernières journées du 6 au 7 Juillet, suivi d’un coup de gueule et ma conclusion globale.

Jour 3 – Samedi 6 Juillet

En plein dans la zone marchande du salon, j’avais repéré Le Repaire du Sorcier. Une Boutique éphémère à fier allure, vendant des goodies de la saga Harry Potter. Hélas je n’ai pas pu la voir de plus près à cause du monde présent à l’intérieur.

Je me suis dirigé par la suite vers la boutique officielle de la Japan Expo pour voir ce qu’ils proposaient de neuf. Et j’ai constaté avec étonnement que les produits qui m’intéressaient le plus étaient déjà en rupture de stock depuis la veille. Comme le quizz de la Japan Expo que j’ai pourtant retrouvé en stock deux semaines plus tard à la Fnac. J’ai dû me contenter du bracelet anniversaire à 2€ et de l’éventail à 3€. Le genre de produit qui en temps ordinaire est offert gratuitement… ¯\_(ツ)_/¯

Un peu plus loin, le stand Canon proposait un photocall avec le décor le plus « Japonais » qu’il m’ait été donné de voir dans cette convention. Même les accessoires tels que les kimonos et les parasols étaient fournis pour s’y croire encore plus. J’ai donc posé avec le tout et mon éventail fraichement acheté, et qui aura donné lieu à l’une de mes photos préférés de là-bas. Pas encore au Japon mais presque… 🗾

Retour sur la scène ICHIGO en fin de journée. Mais cette fois-ci pour visionner un bout de la finale de la Saison 9 du concours cosplay Européen de l’ECG. Et ce après une bonne heure passé dans la plus noire des files d’attente. Au final, moi et un compère avons pu en voir le bout juste avant le début du show vers 18h, contraints de s’asseoir par terre vu que tous les sièges étaient pris.

D’ailleurs en parlant de sièges, c’était assez culotté de la part de la Japan Expo d’avoir proposé leur système (facultatif) de Star Pass pour l’ECG. Garantissant une place assise au plus près de la scène pour la modique somme de 30€. Star Pass qui bien évidement ne donnait pas accès au festival par lui-même puisqu’il fallait avoir préalablement acheté le billet d’entrée pour y être. Comme si ce n’était pas assez cher comme ça mais j’en reparlerai…

Bref pour revenir à cette finale, voici 4 vidéos en provenance de la chaine YouTube de l’ECG des prestations qui m’ont le plus tapé dans l’œil. La playlist complète est ici.

Celle du vainqueur de la catégorie solo, MistveinCosplay en Dr. Strange. Et que j’avais déjà eu l’occasion de voir à la dernière FACTS Spring 2019 en Belgique pour la sélection locale.

Une presta qui m’aura fait beaucoup rire de la Suédoise Amenoo Cosplay en Daisy de Super Smash Bros. Ultimate.

La presta de Cendrillon de la Portugaise @dorothy_dare2, qui m’a plutôt impressionné par la manière dont le décor a été utilisé et le changement de robe de l’intéressée.

Ma préférée du lot. Le duel Espagnol entre le Davy Jones de @here_chewie et le Jack Sparrow de Dedalo Cosplay  de la saga Pirates des Caraïbes. Et je vais terminer là-dessus avec la liste des gagnants par catégories.

Solo :
#1. MistveinCosplayDoctor Strange (Belgique).
#2. Aldarion CosplayFallout 4 (France).
#3. Amenoo CosplayDaisy (Suède).

Groupes :
#1. LucioleS Cosplay et Milou de Shibeez & Milou CosplayLa Belle et la Bête (France).
#2. Dedalo Cosplay et @here_chewiePirates des Caraïbes (Espagne).
#3. Tenkou Cosplay, Mayo-chan et @housenobiliAnastasia (Suède).

Prix de la meilleure perruque par Arda Wigs :
Manu Mindfreak, Misa & Sho CosplayHocus Pocus (Italie)

Un grand bravo à tous les participants et à ceux derrière le show.

Jour 4 – Dimanche 7 Juillet

Dernier jour du salon. Avec l’impression d’y avoir vu davantage de monde que les jours précédents.

À l’occasion des 40 ans de la saga Mobile Suit Gundam, Rise Of Gunpla était présent avec un stand rempli de maquettes Gunpla (Gundam plastic model) à ras bord, de toutes tailles et de tous horizons.

Un de mes objectifs de ce Dimanche fut d’assister à l’avant-première de la Saison 4 de My Hero Academia à 16h dans la salle MIKAN. Sauf que j’avais omis un « petit » détail. Dans l’encadré rouge de la photo du dessus, il était précisé que les bons de dédicaces et tous autres tickets d’évènements récupérables au Point Dédicaces, étaient strictement interdits aux exposants, aux professionnels et aux amateurs. Seuls les visiteurs ayant acheté un billet d’entrée pour la Japan Expo y avaient droit. Dit autrement, mon badge Presse ne me sert absolument à rien dans ce cas de figure.

Autant je veux bien comprendre que les exposants ne puissent pas en avoir vu qu’ils ont leur propre stand à gérer et n’ont guère le temps de beaucoup vagabonder dans le salon. Mais faudra m’expliquer la logique d’interdire ça aux Presse comme moi. On est les plus à même de couvrir le salon et on nous interdit une avant-première ? Je ne comprends pas la démarche. Tant pis, j’attendrai la diffusion officielle de l’anime en Octobre prochain.

Je suis passé dans l’une des zones dédiées aux créateurs tout près de la sortie du festival dans le Hall 5. Où j’y ait vu beaucoup de toiles, illustrations et fanarts d’artistes internationaux pour la plupart. Et avec 2-3 d’entre-eux que j’ai dû repérer aux dernières Geek Faëries 2019. Pour ceux que ça intéresse, je mettrais le lien des pages des artistes sous leurs photos respectives.

Artiste : Kudnala

Artiste : Simart

Artiste : Ruby Art

Artiste : Chane

Artiste : Guizang

Artistes : Step & Jahyra

Artiste : Little-Ginkgo

Artiste : Nogi Art

Certains artistes réalisaient aussi des portraits à la demande comme Alekskawai qui m’en a fait un dans un style chibi / mignon et en couleur durant à peu près 10 min. Vous verrez la tête qu’elle m’a donné dans mon pactole final.

City Hunter, plus connu chez nous en tant que Nicky Larson (avec un chouette film live à la française sorti en Février dernier), avait son stand à photocall que j’ai seulement vu de loin. Avec même la Mini Cooper rouge de Ryô Saeba à l’intérieur.

Un autre invité de renom de présent mais que je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer, Gô Nagai. Qui est ni plus ni moins le créateur du robot géant Goldorak plus de 40 ans auparavant. Et aussi de l’encore plus ancien Devilman (1972), manga horrifique pionnier dans le genre,  et repopularisé sur Netflix l’année dernière à travers l’excellent remake Devilman Crybaby.

En hommage, un mini musée dédié à sa personne et ses œuvres à été érigé. On y retrouve tout ce qui a fait son succès à travers des planches de mangas, storyboards d’anime, statues à taille humaine de Devilman, Goldorak et Mazinger pour ne citer que ceux-là. Des dioramas, figurines, fiches explicatives et j’en passe.

Détour au (paisible) Hall 4 où j’ai pu observer quelques séances d’arts martiaux  reparties sur les trois terrains BUDÔ avec tatamis.

J’ai vu dans le même hall un stand dédié à Leiji Matsumoto dont j’ai déjà parlé dans la première partie, et monté par les fans Toki No Wa & Webring Leiji Francophone. Avec comme pièce maitresse le vaisseau d’Albator lui-même, un Arcadia en bronze de 2 mètres de long.

Ultime passage vers le stand Nintendo où j’ai vu se dérouler à deux pas de là, la finale de la Battle League Beyblade 2019. Ça m’a rappelé de vieux souvenirs sur le coup. Hyper vitesse !

Juste derrière le stand de Pokémon Épée & Bouclier, j’ai fait une photo souvenir en compagnie des 3 starters Ouistempo, Flambino et Larméléon, et de 2 de mes habituels partenaires de convention. Photo qui faisait aussi partie d’un concours photo organisé par Nintendo avec une des deux versions de ce Pokémon à la clé. Mais qu’on n’a pas remporté hélas.

Sur la scène KITSUNÉ, Wes-P un comique japonais qui s’est fait connaitre chez nous l’année passée durant la finale de l’émission La France a un incroyable talent, réalisait son spectacle quotidien du fameux « tour de la nappe ».

Après la finale de l’ECG la veille, j’ai assisté aux sélections françaises dans la salle habituelle vers 14h. Une fois encore, je mettrais plus bas les vidéos d’esby (playlist ici) de mes shows favoris, et les vainqueurs par catégorie qui participeront à la finale en 2020.

Cosplayeuse : Soo CosplayBatgirl

Cosplayeuses : Miss Miwooki (Milk) & Mélyanis cosplay (Royal Milk Tea)Sakizou

Cosplayeuses : Steel Wheel Cosplay The 100

Cosplayers : Akisa (Tintin) & Edes (Haddock)

Solo :
#1. Shibeez de Shibeez & Milou Cosplay Bride Stories.
#2. Sikay CosplayHarley Quinn.

Groupes :
#1. Mélyanis cosplay et Miss MiwookiSakizo.
#2. Steel Wheel CosplayThe 100.

Qu’il s’agisse du show anniversaire du Jeudi, de la finale de l’ECG du Samedi et des sélections françaises du Dimanche, un grand bravo à tous les cosplayeurs et cosplayeuses qui ont donné de leur personne, et aux hommes et femmes de l’ombre qui ont assuré la bonne tenue des shows comme l’ECG et l’association EPIC. Longue vie au cosplay !

Pactole global

Voici tout ce que j’ai pu chopper durant ces 4 jours. Un poster recto verso du jeu mobile Final Fantasy Brave Exvius et un petit éventail de FF XIV Shadowbringers. 3 photos des photocalls Pokémon, Canon et Dragon Ball dont j’ai déjà parlé. Un petit masque de chat. Le jeu quizz de la Japan Expo récupéré non pas là bas, mais dans une Fnac comme expliqué plus haut. Avec l’éventail et le bracelet officiel des 20 ans. Un attrape-rêve de chez Orbesonge , le volume 3 de Dirty Cosmos et le manga Mary Kimpride dédicacés par Djiguito. Et mon portrait chibi par Alekskawai.

Coup de gueule

Et avant de conclure, il fallait que je pousse une grosse gueulante concernant l’argent à la Japan Expo. Plus haut, j’avais d’une part critiqué le système (facultatif toujours) de Star Pass pour l’ECG où on nous fait littéralement payer pour s’asseoir. Et d’autre part le fait que malgré mon badge Presse, j’aurais dû racheter un billet d’entrée pour obtenir un bon de dédicaces ou d’événements. Mais ça, c’est du chipotage en comparaison de ce qui va suivre.

À gauche, les tarifs de 2019 des billets 1 jour et 4 jours. Et à droite, les tarifs minimum de l’édition de 2020 qui ont TOUS augmenté. Le Jeudi est 1,5€ plus cher, le Vendredi 2€, 1€ de plus le Samedi et Dimanche, et 3,5€ d’augmentation pour le Pass 4 jours. Vous trouvez ça cher ? Et bien accrochez-vous car ils ne sont valables que jusqu’au 30 Septembre prochain. Je vous laisse consulter ceux des prochaines vagues qui (spoiler), sont encore plus onéreux

Et encore, c’était sans compter le Billet Zen classique (hors variantes) qui passe de 104€ à 120€ dans le plus grand des calmes.

Je ne m’en remets toujours pas

Alors peut-être que l’inflation et le prix d’exploitation du Parc des Expositions qui augmente d’année en année en sont la cause. Mais sans déconner, des tarifs aussi hauts ? Le projet c’est de faire fuir les futur visiteurs c’est ça ? Faut croire que le Pass Spécial 20 ans à 300 balles n’était pas suffisant…

Pour la petite histoire à ceux qui ne s’en rappellent pas ou qui ne le savent pas, laissez-moi vous dire qu’en 2012 (époque où la Comic Con était encore présente là-bas) c’était 9€ le Jeudi. Et le Samedi en 2015 c’était 20€. Et ça râlait déjà à l’époque pour ce dernier.

Vous comprenez bien que si on cumule tout ce que je viens de citer, avec en plus de cela le prix des transports en commun pour ceux qui ne sont pas véhiculés, du parking pour ceux qui le sont, du logement pour ceux qui viennent de loin, des stands pour les exposants, et bien sûr sans compter les potentiels achats sur place, financièrement parlant c’est de moins en moins tenable. La Japan Expo c’est très clairement un festival de luxe et c’est pas en bien que je dis ça. Et tout porte à croire que ça ne va pas en s’arrangeant. De toute manière, ça fait déjà longtemps que je trouve que c’est devenu trop cher pour ce que ça vaut vraiment et ceci ne fait que le confirmer davantage.

En tout cas en faisant ce constat amer, je suis bien content de ne pas avoir à payer mon entrée avec mon Pass Presse pour une fois.

Conclusion

Malgré ça, je crois bien que cette Japan Expo 2019 fut l’une des meilleures que je n’ai jamais faite. Le fait d’avoir pu faire le salon sur toute sa durée et en étant accrédité a pas mal aidé. 4 jours qui furent intenses et qui sont passés incroyablement vite. Mais concernant le salon en lui-même, mis à part les invités de marque, les jeux testables et le coût, rien ne change fondamentalement au fil des ans.

Pourtant, cette édition restera gravée dans ma mémoire grâce à tout ce que j’y aie vécu et toutes les personnes vus et revus sur place. Qu’il s’agisse d’amis de longue date ou ceux qui le sont devenus au fil des conventions, cosplayers, photographes, artistes et ceux que j’oublie, c’est grâce à vous tous que j’ai encore la foi de venir. Et pour ceux présents sur place mais que je n’ai pas pu voir, ce n’est que partie remise. 💪

Comme toujours, j’espère pouvoir être présent l’année prochaine même si rien n’est jamais sûr. Merci de m’avoir lu et à très vite. ✌