[Reportage] Gamescom 2019 (2/2)

Partie 1

Seconde et dernière partie de ma visite à la Gamescom 2019. Avec mes photos des Halls avec Nintendo, Square Enix, Netflix, beaucoup de jeux indés, et la zone Business.

Hall 9

À quelques détails près, le joli « Battle Stage » de Nintendo à la Gamescom avait la même apparence qu’en 2018. Avec en bonus un sympathique petit décor dans le thème de la firme au plombier.

J’ai pu voir de près la Switch Lite qui sort la semaine prochaine. Non testable sur place mais exposée en vitrine à la vue de tous.

Les gros titres Switch dont la sortie est de plus en plus proche que sont Mario & Sonic aux JO de Tokyo 2020 (8/11/19), The Legend of Zelda: Link’s Awakening (20/09/19) et Luigi’s Mansion 3 (31/10/19) étaient tous les 3 jouables aux prix d’une attente pouvant durer plusieurs heures.

Ainsi que Super Smash Bros Ultmate, Marvel Ultimate Alliance 3 : The Black Order, et Daemon X Machina (13/09/19). Quelques jeux indépendants comme Trine 4 (8/10/19), Mosaic (2019) et Hollow Knight: Silksong (2020). Les versions Switch de Trials of Mana (24/04/20), Panzer Dragoon pour la fin d’année, Final Fantasy VIII Remastered et Dragon Quest XI tous deux sortis la semaine passée.

En plus d’être testable chez PlayStation, le Remake de Final Fantasy VII était également jouable chez Square Enix sur pas moins de 72 stations de jeu.

On reste sur du FF avec le MMO Final Fantasy XIV, et Kingdom Hearts 3.

Et Marvel’s Avengers (15/05/20) dont j’ai déjà écrit une Preview.

[Aperçu] Gamescom 2019 : Marvel’s Avengers

S’il y en a bien un que je ne m’attendais pas à voir là-bas, c’est Netflix. Et pourtant, ils ont érigé un espace conséquent en hommage à leurs séries phares.

Comme La Casa del Papel, Stranger Things, qui avait même droit à sa propre borne d’arcade, The Dark Crystal, et Love, Death and Robots pour ceux que j’ai repéré.

Le Google Stadia était testable, avec un toboggan sur son stand. Pourquoi pas… ¯_(ツ)_/¯

Le stand de SEGA, sa Megadrive Mini, et sa manette géante visible au fond de la photo.

Le décor de Wasteland 3 (2020) et ses cosplayers.

Contra Rogue Corps (24/09/19), Humankind (2020), Hunt Showdown, et eFootball PES2020 qui vient de sortir.

Et le booth de Samsung avec  MiuMoonlight Cosplay en guest.

Hall 10.2

Quand le passé (Bomberman à gauche) côtoie le présent (Smash Ultimate à droite) avec les jeux de la zone rétro de l’étage supérieur de l’éclectique Hall 10.

De très nombreuses vitrines présentes dont une sur Dragon Quest. Des bornes d’arcade de chez Arcade 1up. Le stand USK (pour Unterhaltungssoftware Selbstkontroll) qui est l’équivalent allemand de notre PEGI. Et la cosplayeuse Luka Costume Artist en guest chez Trust Gaming.

L’indie village, ou l’Eldorado des jeux indépendants à la Gamescom. Et qu’il faudrait au moins une demi-journée pour tout tester vu leur nombre.

Des jeux allemands, ou d’autres comme Lamplight City sorti en 2018, le jeu de plateforme rogue-lite bien nerveux Scourge Bringer, Growbot et Space Scavenger.

D’autres jeux déjà sortis comme le JRPG Francais qu’est Edge of Eternity, Piffle et Necrobarista. Ceux de 2020 comme Ring of Pain, Heavenly Bodies et Recompile.

Fromto, un jeu de courses « bac à sable » où on peut créer ses propres circuits. Cathedral qui sort cet automne. Et Between Realms.

The Cycle, un shooter disponible en Free to Play depuis le 19 Aout sur l’Epic Games Store, réalisé par les mêmes derrière Spec Ops: The Line. Et qui est selon leurs dires, n’est pas qu’un énième Battle Royale mais un mélange entre PvE et PvP. Un « Quest Shooter Compétitif PvEvP« . Pour les curieux, je vous invite à jeter un œil à la vidéo de gameplay du jeu qui ne manque pas d’autodérision.

Et pour finir avec cette liste non exhaustive des jeux indés que j’ai vus, le space opéra Everspace 2  dont la campagne Kickstarter débutera en Octobre. Et qu’on ne verra pas avant 2021 si la campagne de financement s’avère concluante.

Hall 11.2

Pas grand-chose à voir de mon côté à la Gamescom Event Arena. Ouverte à partir de midi pour le public et regroupant les zones de dédicaces.

Hall 5

La zone marchande était certainement la plus densément peuplée de toute la Gamescom les jours d’ouverture au public. La photo de droite ci-dessous qui est la seule du Hall que j’ai prise le 21 Août en donne un aperçu.

À l’entrée du Hall trônait la même D.Va / Mecha en LEGO que celle présente à la Japan Expo 2019.

Kojima Productions avait pour la première fois dans un salon (à ma connaissance) sa propre boutique avec des tshirts, sweats, casquettes et autres arborant le logo du studio et de Death Stranding.

Des fringues, mugs et goodies en tout genre de chez Activision, Capcom, Bethesda et ailleurs.

Et aussi énormément de figurines dont vous avez un infime aperçu ici avec Spidey, le duo Atlas & P-Body du jeu Portal 2, Joker de Persona 5 et Vash Stampede du manga Trigun.

Business Area (Halls 1,2,3,4)

Avant de conclure, voici mes photos de la Business Area réservée aux journalistes ou détenteurs d’un badge Presse, et que j’ai pu visiter pour la toute première fois. C’est un salon complètement à part dans la Gamescom tellement l’ambiance qui y règne est différente. Un havre de paix en comparaison du tumulte des autres Halls. Cette année je n’ai pris qu’un seul rendez-vous en ces lieux. Mais si je reviens en 2020 j’essaierai d’en voir davantage.

Hall 1

Tout le Hall 1 était réservé à EA. Qui n’était accessible qu’à ceux munis d’une invitation spécifique fournie par l’éditeur.

Hall 2

Dedans on pouvait y trouver la boutique Pyramid International. Les fabricants de steelbook Novobox. Et des jeux italiens et espagnols.

Hall 3.2

C’est dans ce Hall que j’ai eu un rdv avec Microids pour tester Astérix & Obélix XXL3 et dont j’ai écrit une preview. Encore merci à Doriane et Célia (qui se reconnaitront) pour leur accueil. ✌

[Aperçu] Gamescom 2019 : Astérix et Obélix XXL 3: Le Menhir de Cristal

Hall 4.1

Ici, Cyberpunk 2077 avait la côte chez les journalistes.

Des professionnels du jeux vidéo venus d’Europe, Asie, Indonésie, bref du monde entier ou presque.

Hall 4.2

Et ici, Ubisoft, Xbox et Nintendo pour ne citer qu’eux.

Conclusion

Pactole de la Gamescom 2019

Cette Gamescom fut une fois de plus de bonne facture. Et le fait d’y avoir été pendant la période réservée à la Presse avec un salon beaucoup plus praticable, me l’a fait encore plus apprécier. Pourtant, ce n’est pas l’édition dont je garderai le souvenir le plus mémorable.

Même si j’ai pu tester à peu près tous les jeux que je voulais sur place, la plupart m’ont moins fait « rêver » que d’habitude. C’est peut-être dû au fait que j’aie été à l’E3 un peu avant et qui a atténué l’effet de surprise. De plus, je n’ai pas revu autant de monde et de cosplays que l’année passée. Mais j’en place une au rares que j’ai croisé comme Otakugame, Dimitri et Vrtvingt sans qui j’aurais certainement loupé mon haut fait de cette Gamescom que fut ma rencontre avec Hideo Kojima.

En espérant être présent pour la prochaine édition qui aura lieu du 25 au 29 Août 2020, et que j’essayerais de faire sur au moins 3 jours et avec la soirée de préouverture Opening Night Live si elle est reconduite.

[Reportage] Gamescom 2019 (1/2)

C’était ma 3ème visite d’affilée au sein du « Heart of Gaming » qu’est la Gamescom à Cologne. Voici mon Reportage sur l’édition 2019 que j’ai pu faire les 20 et 21 Aout 2019. Avec cette première partie retraçant ce que j’ai vu dans les Halls 6, 7 et 8. Et qui abritaient respectivement Ubisoft, PlayStation et Xbox pour les plus grandes zones.

Parlons « Business »

Pour la première fois en 3 éditions, j’ai pu aller à la Gamescom durant la journée réservée à la presse le Mardi 20 Août grâce à mon accréditation que j’ai eue pour la 2ème année consécutive (un grand merci au staff pour me l’avoir confié à nouveau). J’en ai profité pour me balader au sein d’un Koelnmesse largement moins peuplé que durant les jours d’ouverture au public. Et aussi de visiter la zone Business réservée au même public, mais dont je reparlerai au second article.

Gamers Assemble !

Cette année, la Gamescom a accueilli près de 373.000 visiteurs (dont 31,300 professionnels), et 1153 entreprises issus d’au moins 100 pays dans le monde. Le tout sur une surface de 218.000m² (8% de plus qu’en 2018). Des chiffres parmi d’autres qui prouvent que ce salon porte bien son statut de « Heart of Gaming ». Aucun autre salon de jeu vidéo dans le monde ne peut se permettre de rassembler autant de personnes sur une surface aussi grande. Pas même l’E3 que j’ai pu faire cette année mais qui lui, garde toujours une longueur d’avance au niveau des annonces.

Hall 6

Comme l’année dernière et l’année d’avant, les gros éditeurs / développeurs sont situés dans les mêmes Halls. À quelques « disparitions » près.

Take Two y a élu domicile avec son Borderlands 3 dont la sortie est imminente.

CD Projekt et le très (très) attendu Cyberpunk 2077 pour le 16 avril 2020.

Le énième jeu de combat sur Dragon Ball Z avec l’opus Kararot annoncé pour 2020.

À deux pas du titre précédemment cité, toute une zone dédiée au manga d’Akira Toriyama que j’ai trouvé superbement bien décorée. Avec d’autres jeux de la licence, des figurines, et des photobooth dédiés.

Un petit peu d’horreur et d’angoisse avec le récemment sorti The Dark Pictures Anthology : Man of Medan, et une des annonces surprises du salon Little Nightmares 2 pour 2020.

La zone Electronics Arts avec Apex Legends, et FIFA20 qui sort ce mois-ci.

Et une des grosses exclusivités du salon, le retour de la saga Need For Speed avec l’opus Heat qui arrive le 8 Novembre prochain et que j’ai pu tester. Résultat des (deux) courses, c’est mitigé

Pour les bons côtés, le retour des courses-poursuites à l’ancienne contre les flics, et la personnalisation assez poussée du bolide. Roues, carrosserie et même le bruit des pots d’échappement, on peut presque tout tuner (ou « pimper » pour ceux qui préfèrent). Même si j’aurais aimé qu’on nous impose moins de temps dessus durant la démo de la Gamescom.

Mais que ce soit techniquement parlant et au niveau des sensations de jeu, c’est pas vraiment ça. J’ai eu beaucoup de mal à manier la caisse et à faire des dérapages contrôlés sans que je me prenne systématiquement un mur. Et je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas. Pour un saga de jeux de course qui se veut « Arcade » et donc par définition facile à prendre en main, c’est quand même un comble. Et la Nitro ne sert pas à grand-chose tant il est difficile de dépasser les concurrents même avec ça. En espérant que le jeu soit amélioré d’ici sa sortie dans 2 mois même si j’en doute fortement.

Pour les autres jeux de baston du Hall qui sortiront tous deux en 2020, One Piece Pirate Warriors 4 et le tout premier jeu console sur One Punch Man. Intitulé A Hero Nobody Knows et auquel j’ai pu jouer à travers cette vidéo de gameplay prise par ce cher Otakugame FR.

Et pour finir avec ce Hall, la zone Ubisoft avec sa scène et Just Dance 2020 annoncé pour le 5 Novembre.

Les jeux estampillés Tom Clancy’s que sont Ghost Recon Breakpoint (jouable actuellement en Bêta du 5 au 9 Septembre) et Rainbow Six Siege. Ainsi que Roller Champions et Watch Dogs Legion dont j’ai déjà écrit une Preview dédié.

[Aperçu] Gamescom 2019 : Watch Dogs Legion

Hall 7

Grand absent de ce Hall et de cette Gamescom, Blizzard Entertainment. Eux qui avaient un des plus grands espaces en 2018 et ayant fait le show avec le concours cosplay de la même année. Aucun jeu de chez eux n’était testable cette année, pas même le WoW Classic sorti juste après ce salon.

Cette place vacante a été comblée entre-autres par le site IGN.

Et le studio Frontier Developments. Connu pour ses jeux de gestion et qui cette année avait une grande zone consacrée à Planet Zoo sortant le 5 Novembre 2019. Et qui pour le coup ressemblait réellement à un zoo, la faune en moins.

Le stand de Monster Hunter Iceborne et ses cosplays. Extension disponible aujourd’hui même.

La zone PlayStation qui fut bien plus intéressante que l’année dernière, et qui aura au moins eu le mérite d’être présente contrairement à l’E3 2019. Avec une surprenante fresque reproduisant les touches d’action de la Dualshock, avec des manettes Dualshock

Parmi les jeux jouables, le tout juste sorti Control, Final Fantasy VII Remake (3/03/20), le Remake de Medievil (25/10/19) et Iron Man VR pour cette année.

Mais la grande star du stand, c’était Death Stranding. Avec un stand exposant de sympathiques goodies en vitrine et ayant rameuté beaucoup (trop) de monde. Par curiosité, je voulais voir de mes propres yeux comment rendait le jeu (et éventuellement récupérer des goodies mais en vain) durant la présentation privée. Et je peux vous dire que j’ai clairement perdu mon temps.

Que le jeu ne soit pas jouable sur place ni par nous, ni par les développeurs, je peux éventuellement comprendre. Mais s’être contenté de faire défiler les 3 vidéos de gameplay (dont une inédite avec les personnages de Amelie et Die-Hardman) qui ont été révélés durant la soirée Opening Night Live le Lundi 19 Aout, c’est clairement du foutage de gueule.

Et là j’ai une pensée à tous ces gens qui ont attendu plusieurs heures pour voir un contenu qui était déjà visible à 75% sur le net. En ce qui me concerne, je m’y suis pris suffisamment tôt le matin pour ne pas avoir à attendre. Et heureusement

Le 20 Août sur la scène PlayStation, Hideo Kojima tenait une séance de dédicaces de 15h à 16h limité aux 200 premiers venus. J’ai dû m’y prendre une heure et demi à l’avance pour avoir cette chance qui n’est pas prête de se reproduire de sitôt.

Mon meilleur souvenir de cette Gamescom 2019 😎

Hall 8

Autre grand absent de ce salon, Fortnite qui pour des raisons que j’ignore, a rendu son « mini parc d’attractions » de la précédente édition.

On y retrouvait World of Hotesses Tanks, Windows Gaming, l’étonnant stand de McDo X Big Bang Theory, Doom Eternal (22/11/2019).

Le stand de FordZilla, la division eSport de Ford nouvellement crée.

Le constructeur Omen et ses attractions.

THQ Nordic, et ses cosplays de l’univers Darksiders.

Le Remake de Bob l’Éponge : Bataille pour Bikini Bottom dont j’ai aussi écrit une Preview, et le stand de Biomutant.

[Aperçu] Gamescom 2019 : Bob l’Éponge : Bataille pour Bikini Bottom – Rehydraté

Et pour terminer avec ce premier article, la zone Xbox toujours plus attrayante d’année en année avec un sacré paquet de jeux jouables.

En particulier chez les jeux indés ID@Xbox dont vous avez un petit échantillon ci-dessus.

Le Cloud Gaming à la Microsoft qu’est le projet xCloud était présent. Ainsi qu’une roulette « Game Pass » qui donnaient des goodies en présentant une carte avec les jeux Xbox joués sur le stand.

Le très atypique stand de Battletoads qui devrait sortir cette année.

Et Gears 5 déjà jouable pour certains et dont j’ai pu tester le mode Horde qui est dans la pure lignée des anciens volets. Avec en plus la possibilité de jouer la Sarah Connor de Terminator Dark Fate qui sort en salles le 23 Octobre prochain.

Dans la file d’attente étaient exposés en vitrine la manette Xbox et la console aux couleurs du jeu. Ainsi qu’une imposante figurine de Kaith.

À suivre dans la seconde partie, les halls avec entre-autres Nintendo, Square Enix, Netflix et la zone Business de la Gamescom.

[Reportage] E3 2019 (3/3)

Partie 1Partie 2

Suite et fin de ma virée à l’E3 2019 en Juin dernier. Au programme de ce dernier article, du Microsoft, un petit peu de cosplay, du retrogaming, et ma conclusion générale.

Xbox Theater

Un peu en marge du Convention Center et juste derrière le Staples Center se trouvait le Xbox Theater. Qui comme l’année passée, était le lieu dédié à la firme de Redmond aussi bien en termes de jeux présentés que des conférences E3 de Microsoft ayant lieu là-bas.

Dedans on y trouvait la boutique officielle Xbox Gear avec notamment leur manette dernier cri Xbox Elite 2.

J’accède ensuite dans la fameuse salle de conférence du Microsoft Theater comportant plus de 7000 places assises. Et laissez-moi vous dire que c’est beaucoup plus impressionnant et grand que ces photos ci-dessus ne le laissent paraitre. Par contre faut aimer le vert car y en a partout. Qu’il s’agisse des lumières et des stands qui sont tous aux couleurs de la marque. J’espère un jour pouvoir assister à une conférence E3 en ces lieux rien que pour l’ambiance.

Quoi de mieux pour faire la promo de l’extension Lego Forza Horizon 4 que d’exposer une voiture entièrement faite de Lego ? Une McLaren Senna grandeur nature réalisée à partir de plus de 400.000 briques.

Et le plus impressionnant dans tout ça, c’est qu’elle est entièrement fonctionnelle et pourrait même rouler en conditions réelles. Raison pour laquelle les roues et le volant sont authentiques.  En tout cas, je pense avoir trouvé ma future voiture. 🚗

Parmi les jeux jouables, des exclues Xbox comme Sea of Thieves, et quelques jeux multiplateformes tels que Doom Eternal et Borderlands 3 pour ne citer que ceux-là.

Et le jeu phare Gears 5 dont on pouvait jouer au mode Escape que je n’ai pas trouvé incroyable. Même si moi et mon partenaire de jeu on s’en est bien tiré durant la session. Je préfère encore le mode Horde que j’ai pu tester à la Gamescom 2019. Et j’ai manqué de peu de me fritter contre un monstre de ce Gears en sortant du stand. 👊

Vous avez probablement déjà entendu parler du Hollywood Walk of Fame. Le fameux trottoir où demeure inscrit sur des plaques à même le sol, le nom de plus de 2600 célébrités à ce jour. Il semblerait que Microsoft s’en soit inspiré au Xbox Plaza avec des plaques rendant hommage non pas à des stars, mais à des machines, jeux et autres évènements liés à Xbox. Je n’ai pas pu tous les prendre en photo mais vous en avez un aperçu.

Cosplay

Pour les cosplays de l’E3, j’ai pu apercevoir un duo Cloud & Tifa par Iwood et Stephanie Stone, et une Aerith. Altaïr incarné par RBF-Productions-NL. Germia en Fury de Darksiders III. Crash Bandicoot et un personnage du jeu mobile chinois Eastward Legend: The Empyrean.

Bornes d’arcade

On va terminer ce voyage à l’E3 en remontant dans temps. En commençant par une galerie de bornes d’arcades en pagaille et de toutes tailles. Dont la borne gigantesque de chez Arcade 1up, et les autres chez My Arcade.

Consoles Rétro

Et pour finir, un musée dédié aux consoles rétro le National Video Game Museum. Qui a exposé une quantité hallucinante d’antiquités vidéoludiques plus ou moins connues.

Comme la Vectrex, Iltellivision, ColecoVision, NES, Master System, Atari XEGS, TurboGrafx, Sega Genesis, Fairchild et tellement d’autres.

Conclusion

Rien que pour avoir enfin pu fouler le sol d’un salon que je rêvais de faire depuis tout petit, je garderais un souvenir impérissable de ces 3 jours passés à l’E3 2019 à Los Angeles en solitaire. Et qui malgré l’absence de PlayStation cette année, est le meilleur salon du Jeu Vidéo que j’ai pu faire avec la Gamescom en Allemagne. Cette dernière ayant l’avantage d’être plus grande, et sensiblement plus proche de chez moi.

Ceci dit, c’est un salon qui ne vaut le coup que si on y est accrédité comme j’ai pu l’être. Les simples visiteurs ont trop de contraintes comme le prix du billet qui est exorbitant, et devant pénétrer dans l’enceinte du salon plus tardivement que les Medias / Journalistes.

En tout cas, j’espère pouvoir y retourner en 2020 dans les mêmes conditions. Ça risque d’être une année monumentale avec la next-gen qui est plus proche que jamais. Merci d’avoir lu le récit de mes aventures au pays de l’Oncle Sam, et croyez en vos rêves. 💪

[Reportage] E3 2019 (2/3)

Partie 1

Second article sur mon voyage à l’E3 2019, consacré aux gros éditeurs présents dans le Hall Sud.

Hall Sud (South Hall)

Hall s’étendant sur une surface de 32,226 m², c’est le plus grand de toute la convention. Tout ce qui reste (ou presque) des autres constructeurs se trouve ici comme vous pouvez le voir sur le plan du dessus.

Dans la grande cour avant l’entrée dans ce Hall et l’escalier Twitch, deux stands ont retenu mon attention.

Celui de Crash Team Racing: Nitro-Fueled en premier lieu. Jouable sur place et sorti peu après l’E3. Avec même le décor et un Kart grandeur nature.

Le second est celui de Final Fantasy VII Remake, ou plutôt de la moto du jeu. La Hardy Daytona de Cloud Strife que j’ai pu monter à défaut de pouvoir la piloter. 🏍

D’ailleurs les personnes qui géraient le stand m’ont pris en photo sous plusieurs angles. Donnant l’effet « 3D » que vous avez sous les yeux. Ça rend plutôt bien non ? 😎

D’ailleurs un invité un peu spécial s’est lui aussi prêté au jeu, Crash Bandicoot lui-même. Drôle de crossover

2K (Borderlands 3)

Je pense qu’il devait y avoir pas loin d’une centaine de postes de jeu pour Borderlands 3. Qui avait un très joli stand avec des statues à l’effigie des personnages du jeu.

Et bien que je n’aie pas joué, j’ai pu récupérer pas mal de goodies. Comme le masque d’un Psycho qu’une personne sur dix devait porter à l’E3 au moins. Des codes pour débloquer du contenu pour le jeu. Un porte-clés du Borderlands 3 Cosplay Tour dont je parlerai juste après. Et sept superbes artworks à l’effigie du Psycho.

Ce Borderlands 3 Cosplay Tour était donc un stand à part où on était filmés en train de faire notre propre emote de personnage, déguisés ou non. Ne soyez donc pas surpris si j’apparais (ou pas) dans le jeu final. 😁

Bethesda

Chez Bethesda, on pouvait jouer à Rage 2 et  The Elder Scrolls Blades tous deux déjà sortis au moment des faits.

Le spin-off Darksiders Genesis était présent lui aussi avec une belle statue de Strife.

Pour la saga Fallout, le mode Battle Royale déjà dispo qu’est Nuclear Winter de l’opus 76 était testable. Ainsi que beaucoup de goodies (que l’on pouvait retrouver pour certains grâce à un QR Code scannable) comme des figurines, statuettes, planches de skate, armures antiatomique à taille réelle et etc..

Dernière grande saga représentée chez Bethesda que j’ai vu à l’E3, Doom et l’opus Eternal à venir pour le 22 Novembre. Et ils ont mis le paquet au niveau de leur stand. À commencer par leur mur faisant office de frise chronologique retraçant l’évolution de la saga que je me suis permis de filmer.

Un photocall sur Doom Eternal. Où j’ai pu prendre la place du Doom Slayer en brandissant le Plasma Gun du titre. Les créatures n’ont qu’à bien se tenir 🔫

Des goodies en vitrines avec entre-autres le casque du Doom Slayer, une figurine à son effigie, un artbook dEternal, et une statue en résine du Deathclaw.

Et enfin ce miroir qui m’avait fait tripper avec les casques se répétant à l’infini.

Black Shark

J’ai pu tester le Black Shark 2 au sein du stand du même nom, présente pour la toute première fois à l’E3. Un smartphone vendu comme un « ordinateur de poche » spécifiquement dédié pour le gaming sur mobile. Et quand on voit les caractéristiques techniques (Snapdragon 855, Adreno 640, 12 GB de Ram et etc..) et le produit en mains, on comprend pourquoi.

Première particularité de ce smartphone assez robuste, on peut agripper sur l’écran des manettes spécifiques (vendues séparément) de la même manière que les Joycons pour la Nintendo Switch. Bien pratique pour jouer à des jeux mobile autrement que via l’écran tactile ou en connectant une manette externe. Concernant les manettes, celle de gauche possède un joystick classique et 4 boutons de direction. Tandis que celle de droite a droit à un touchpad et 4 boutons d’action.

Autre particularité et unique à ce modèle, la présence d’un système de refroidissement sous la forme d’une coque (vendue elle aussi séparément). Une technologie très proche de celle présente sur les PC dédiés au gaming, et pouvant réduire la température du smartphone jusqu’à 14°C. Selon la version choisie, ce Black Shark 2 vaut entre 549€ et 649€ sans les accessoires.

En tout cas, je remercie les personnes de chez Black Shark qui m’ont permis d’être sur place et qui ont donné de leur temps pour me parler de leur produit. Et aussi pour leurs  goodies comme ce sac, ces deux tshirts et ce stylo.

Capcom

Le jeu phare de chez Capcom à l’E3 était l’extension Monster Hunter World : Iceborne. Le directeur exécutif et artistique Kaname Fujioka, et le Producteur Ryozo Tsujimoto ont répondu présents pour des séances de dédicaces.

Le stand du jeu était dans le thème hivernal de cette extension et me donnait froid rien qu’à m’y balader. Avec le Velkhana, le monstre principal de Iceborne qui veille.

Beaucoup de produits Capcom étaient exposés en vitrine. De Mega Man en passant par Street Fighter, Monster Hunter, Phoenix Wright, Okami, Pac Man et ses mini bornes d’arcades, et Devil May Cry avec l’authentique veste rouge portée par Dante dans le 5ème opus.

CD Projekt (Cyberpunk 2077)

Il y avait deux manières différentes de voir Cyberpunk 2077 à l’E3. Soit en privé, en étant invité en tant que Presse / Media pour une session de jeu en behind closed doors au sein des salles de meeting du hall ouest vues dans l’article précédent. Soit en public, en s’engouffrant juste à temps dans la file d’attente du stand du Hall Sud comme je l’ai fait. Sachant que dans les deux cas, le jeu était joué par l’équipe de développement. Cette casquette transparente donnée par le staff en est la preuve.

J’ignore si les démos étaient les mêmes d’un côté ou de l’autre, mais de contempler enfin de mes propres yeux le jeu le plus attendu de cet E3 fut un réel plaisir. Et j’ai constaté à quel point l’univers de Night City où évoluait l’avatar « V » était vivant et surtout « connecté ». Avec le personnage de Johnny Silverhand incarné par Keanu Reeves, et Placide qui communiquent régulièrement avec nous à distance. La possibilité de traduire automatiquement des langues étrangères selon nos compétences acquises. Ou encore les capacités de hacking que l’on peut retourner contre ses ennemis.

J’ai pu voir en œuvre le « monowire » de V, une corde laser pouvant démembrer les ennemis avec une facilité déconcertante.

Une démo impressionnante que j’aurais bien aimé revoir sur le net. Mais à ce jour je n’ai pu retrouver aucune vidéo. Et le fait que sur place, le simple fait de sortir son téléphone pour filmer ou quoi que ce soit d’autre était prohibé sous peine d’exclusion du stand n’aidait pas beaucoup. Voilà qui rendra l’attente d’ici le 16 Avril 2077 2020 d’autant plus compliquée…

Epic Games (Fortnite)

Que serait un gros festival de Jeu Vidéo aujourd’hui sans son stand Fortnite ? L’E3 n’y a pas échappé avec une zone certes moins vaste que les « parcs d’attractions » de la Paris Games Week 2018 et de la Gamescom 2018 avant lui. Mais bien plus coloré et proche de l’univers de ce Battle Royale. J’en ai aussi fait une petite vidéo.

Square Enix

Chez Square Enix, bien que Final Fantasy VII Remake était testable sur place, j’en retiendrais surtout certains goodies du jeu en vitrine à des prix exorbitants pour certains. Comme les montres de Cloud et Sephiroth à 2499,99$ chacune…

Shadowbringers,  la dernière extension en date de Final Fantasy XIV Online était jouable moins d’un mois avant sa sortie officielle le 2 Juillet dernier.

Pour finir avec cet espace, j’ai aussi pu y visiter une partie du QG des Avengers.

Avec en son sein, une galerie des répliques en taille réelle de leurs costumes, armures et uniformes vus dans le jeu. Ça pourra donner des idées de cosplay aux intéressés.

Ubisoft

La zone Ubisoft avec son magasin et sa grande scène diffusant des interviews, gameplays, et où se produisait des shows comme celui de l’éternel Just Dance.

Ghost Recon Breakpoint et sa petite jungle gardée par des Ghosts en chair et en os avec qui j’ai pu poser.

Et pour finir avec Ubi, Watch Dogs Legion qui était présenté en privé et dont on ne pouvait pas voir grand-chose de l’extérieur à part des affiches du jeu.

Modus (Trine 4)

Chez Modus Games, j’ai pu jouer à Trine 4 : The Nightmare Prince. Une saga de jeux de plateforme et de réflexion en 2,5D dont j’ai beaucoup apprécié les deux premiers opus sortis en 2009 et 2011.  Tout ce que je peux dire sur cette très courte démo, c’est que l’ambiance enchanteresse propre à l’univers est toujours présente, les décors sont toujours aussi beaux et détaillés, et la physique du jeu tient toujours une part primordiale pour la résolution des énigmes.

D’ailleurs, il sera toujours question de switcher entre les capacités distinctes des héros habituels que sont Zoya la voleuse et son grappin, Amadeus le magicien qui peut faire léviter ce qui lui chante, et Pontius le chevalier armé d’un bouclier et d’une épée. Sortie prévue le 8 Octobre.

Autres jeux

Parmi les autres jeux du salon que j’ai vus de loin, Harvest Moon, et ceux sortant en 2020 que sont Dragon Ball Z Kakarot et LEGO Star Wars: The Skywalker Saga.

Mais aussi Monster Jam Steel Titans déjà sorti, Biomutant pour la fin d’année, et Psychonauts 2 pour 2020.

À suivre dans le troisième et dernier article, toute la partie Xbox avec le Microsoft Theater, un « musée » dédié aux jeux et consoles retro, quelques cosplays et ma conclusion globale sur cet E3 2019.

[Reportage] E3 2019 (1/3)

Grande Messe du Jeu Vidéo depuis 25 ans, l’Electronic Entertainment Expo est un rendez-vous immanquable pour tous les adeptes du média vidéoludique. Qu’il s’agisse des trailers de jeux ou de hardware, et des conférences des constructeurs.

Deux mois se sont écoulés depuis l’édition 2019. Et il est enfin temps pour moi de vous raconter à travers ce premier des 3 articles, mon tout premier passage en solitaire à ce salon de l’E3 du 11 au 13 Juin au Convention Center à Los Angeles. Let’s go !

Un rêve de gosse

Started from the bottom, now I’m here 😎

La toute première fois que j’ai entendu parler de l’E3 doit remonter aux débuts des années 2000 à travers des reportages sur la chaine Game One. Et c’est en 2009 que j’ai moi-même commencé à en parler via des articles sur mon ancien Skyblog qui venait juste de voir le jour à l’époque.

Depuis tout ce temps, j’ai suivi les annonces et les conférences de ce salon d’un œil lointain en fantasmant sur l’idée d’être sur place un jour. Mais au fond de moi, je ne me faisais pas trop d’illusions. Sans parler du manque de temps et surtout d’argent pour le voyage. Puis les années défilèrent, ma situation personnelle évolua, et j’estimais que mon WordPress s’était suffisamment développé pour que je puisse tenter une demande d’accréditation. Ça avait bien marché en 2018 pour l’autre gros salon du genre qu’est la Gamescom en Allemagne alors pourquoi pas l’E3 ? Et même si la réponse aurait été négative, au moins j’aurais essayé. Puis je reçois ce mailJe n’y croyais pas moi-même, et pourtant si. L’un des plus grands salons de Jeux Vidéos au monde que j’ai toujours rêvé de faire, avait accepté ma demande et m’octroyait un accès en tant que Media. Ça a dû me prendre au moins 5 minutes à réaliser ce qui m’arrivait, et à relire le mail histoire d’être sûr que je n’avais pas lu de travers.

Ma surprise était d’autant plus grande que je ne pensais pas l’avoir à cause de mon « faible » trafic. Qui d’après le formulaire d’accréditation, serait vérifié via SimilarWeb. Un site parmi d’autres pouvant analyser diverses données de sites web, dont le nombre de visites. Autant dire que c’est difficile de tricher là-dessus, sauf que c’est quand même passé pour moi. J’imagine que mon contenu et aussi le fait que je parle de l’E3 tous les ans ont dû jouer en ma faveur. Et ça, vous n’imaginez pas à quel point ça me motive pour l’avenir de mon blog.

Concrètement, ce badge Media me permettait de rentrer et sortir du salon à ma guise sur toute sa durée, et généralement plus tôt que les visiteurs qui en plus de ne pas avoir droit à un sac à dos, ont dû claquer pas moins de 250$ pour y rentrer avec un badge Gamer… J’avais aussi eu droit à certains privilèges comme rencontrer directement des éditeurs et développeurs en privé pour qu’ils me présentent leurs jeux ou produits. Choses dont je parlerai bien entendu.

Une accréditation en or qui bien qu’en n’ayant pas l’apparence, est pour moi mon plus beau trophée. Et qui de toutes celles que j’ai déjà obtenues au fil des conventions jusqu’ici, demeure de très loin la plus prestigieuse. En tout cas je tiens à remercier du fond du cœur l’organisation de l’E3 pour cette reconnaissance accordée. Et de m’avoir donné cette chance inouïe de réaliser un de mes plus grands rêves de gamer.

Plan (L.A Live)

Le plan du quartier

L’E3 se situe au Los Angeles Convention Center depuis plus de 10 ans maintenant. Englobant le fameux Staples Center et non loin du centre-ville (downtown) de L.A. Le tout représente une surface totale de 67.000m² reparti sur plusieurs Halls que je décrierai au fur et à mesure.

D’ailleurs, le quartier s’est vu refaire une beauté pour l’évènement. Avec d’immenses affiches des jeux phares du salon visibles sur certains bâtiments, et même des bus dont la carrosserie a été repeinte pour l’occasion.

Hall Ouest (West Hall)

D’une superficie de 19,572 m², ce fut le tout premier Hall où j’aurais mis les pieds le jour d’ouverture le 11 Juin à 11h heure locale. Quelques minutes seulement après la fin du Nintendo Direct E3 du même jour et clôturant le bal des conférences E3.

Mais avant d’y entrer, j’ai pu contempler sur le chemin les superbes peintures de Blend Cota sur les héros de DC et Marvel pour celles qui étaient exposés sur place.

Nintendo

Occupant la majeure partie du Hall, la firme au plombier avait certainement la plus grande zone allouée de tout l’E3. C’était là que se trouvait l’espace Nintendo Threehouse, situé en hauteur et accessible uniquement aux VIP.

C’était également l’une des zones les plus densément peuplées du salon. Certaines files d’attentes monstrueuses pour tester les jeux phares de chez Big N dont vous avez un infime aperçu ci-dessus pourront en témoigner.

Pour tester certains jeux, il fallait se munir d’un Game Passeport nous permettant de jouer à 5 titres maximum sur les 10 présents sur le pass, et pour une seule session de jeu pour chacun d’entre eux. J’ai pu jouer aux versions Switch de Dauntless et Wolfenstein Young Blood, que je n’ai pas trouvé top visuellement.

Afin d’éviter une file d’attente monstre, j’ai dû me précipiter dès l’entrée dans le Hall pour jouer au jeu qui m’aura le plus conquis durant cet E3. Luigi’s Mansion 3, dispo pour Halloween et dont j’ai déjà rédigé un aperçu.

[Aperçu] E3 2019 : Luigi’s Mansion 3 + Photos Stand E3

Hélas, j’ai eu moins de chance pour Zelda Link’s Awakening dont j’ai aussi écrit mes impressions. Et qui malgré sa présence parmi les jeux du Game Passeport, était impossible à tester par ce moyen. J’ai donc dû faire plus de 3h de queue pour y jouer…

[Aperçu] E3 2019 : Zelda Link’s Awakening + Photos Stand E3

Par chance j’ai pu croiser deux grandes personnalités de la firme. Le président actuel de la branche américaine de Nintendo qu’est Doug Bowser, et Charles Martinet la voix officielle de Mario depuis Super Mario 64. Si je retourne à l’E3 un jour, j’espère pouvoir croiser Eiji Aonuma ou Shigeru Miyamoto pour ne citer qu’eux. 🤞

Pokemon Épée & Bouclier que je n’avais pas testé, avait rassemblé énormément de monde aussi. J’ai trouvé la zone plutôt attrayante au passage.

SEGA / Atlus

Mais la palme de l’originalité revient à la zone de chez SEGA / Atlus. Qui pour coller au thème de son prochain jeu Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, est allé jusqu’à transformer le sol en une piste d’athlétisme, et ériger une tour d’escalade pour les plus téméraires. Davantage de photos dans mon article aperçu du jeu.

[Aperçu] E3 2019 : Mario et Sonic aux JO de Tokyo 2020 + Photos Stand E3

En plus du Sonic, il y avait Judgment de jouable ainsi que la SEGA Megadrive Mini (Genesis Mini aux USA) qui sortira le 19 Septembre prochain avec 40 jeux inclus dedans. Et pour les curieux, cette console Mini était aussi jouable sur une manette Megadrive Géante.

Dans la zone Atlus, j’ai pu faire un Photocall sur le mur de Persona 5 Royal qui m’aura permis d’obtenir un pin’s de Joker.

The Unreal Garden

Expérience de Réalité Virtuelle collective que je n’ai pas pu expérimenter en ces lieux, The Unreal Garden permettait d’évoluer dans un espace (un jardin en l’occurrence) spécialement aménagé pour l’occasion. Mais qui changera du tout au tout à travers un casque de réalité virtuelle. Avec la possibilité de voir et aussi d’interagir avec des éléments inexistants dans le monde réel, mais presque tangibles à travers le casque.

IndieCade

Festival majeur des jeux indépendants dans le monde, IndieCade était présent à cet E3 avec sa zone dédié. Voici ce que j’en ai vu et testé.

Le premier était Sloppy Forgeries par Jonah Warren. Un jeu de peinture où 2 joueurs doivent s’affronter en direct pendant 120 secondes durant lesquelles ils devront reproduire le plus précisément possible, une toile connue de l’histoire de l’art. Le vainqueur étant celui dont la peinture sera la plus fidèle à l’originale. Pour ma part, j’ai pu gagner ma manche avec ma Joconde ayant 60,01% de ressemblance, contre 59,09 % pour mon adversaire. Le fun était présent.

Kathryn Hymes de chez Thorny Games m’a expliquée le principe de Dialect qu’elle a co-crée. Un jeu de rôle sur table nous mettant dans la peau d’une communauté isolée, son langage et sur les conséquences de perdre ce dialecte. Il y sera question de construire un langage pièce par pièce à partir des traits fondamentaux de la communauté, des événements clés qui ont défini leur existence, et de la façon dont ils réagissent à un monde changeant.

À gauche, TINY METAL: FULL METAL RUMBLE par AREA 35. Une simulation de guerre tactique arcade sortie le 11 Juillet dernier, et assez proche des Advance Wars sortis sur Game Boy Advance. Et à droite, Wave Break par Funktronic Labs. Qui puise son inspiration dans les jeux de skating ou de snowboarding arcade, mais cette fois sur l’eau et avec des bateaux.

Et pour finir, mon coup de cœur du stand le PiXXL Cube. Crée de toutes pièces par le studio Hongrois Pirategames, c’est un cube dont chacune des 6 faces sont constituées de leds donnant une résolution d’image de 32×32 pixels (1024 leds par face). Leur jeu phare étant le PiXXL Maze. Un labyrinthe de pixels que l’on devait parcourir en inclinant le cube vers la direction voulue grâce à un accéléromètre intégré. Ludique, et surtout ingénieux.

Gamespot / ESPORTS ZONE

Non loin de là se tenait deux scènes. Celle de Gamespot qui a diffusé de manière quotidienne des extraits de gameplay de quelques jeux phares du salon. Et la E3 ESPORTS ZONE pour les sessions de jeu en Free Play ou compétitifs sur NBA 2K, Fortnite et PUBG pour ne citer qu’eux.

BIGBEN

Au sein du stand BIGBEN accessible uniquement à la presse et aux médias, j’ai pu jouer à Bee Simulator. Titre qui avait « piqué » (sans mauvais jeux de mots) ma curiosité depuis les échos que j’en ai eu de la Gamescom 2018. Chapeauté par les Polonais de chez Varsav Game Studios et prévu pour la fin de l’année en cours. Et bien que je n’avais pas le droit de prendre de photos ou de filmer ma session de jeu, voici un rapide aperçu. 🐝

Bee Simulator

Comme son nom le laisse suggérer, ce jeu nous met dans la peau d’une abeille vivant avec ses congénères au sein d’une ruche logée à l’intérieur d’un arbre dans Central Park Honey Park. Arbre qui est menacé de destruction par les humains. Notre but est donc d’assurer la pérennité de sa colonie en récoltant diverses ressources à l’extérieur, et d’affronter de manière occasionnelle les ennemis jurés des butineuses que sont les frelons. Un jeu clairement destiné aux plus jeunes qui y trouveront surement leur compte.

Concourse Hall

Entre le Hall Ouest et Sud (dont je parlerai au prochain article), le Concourse Hall qui était lui aussi réservé à la presse. À la seule différence qu’on y est beaucoup plus tranquille qu’ailleurs puisque le bruit y était quasiment absent en ces lieux.

Turtle Beach / Roccat

J’avais pris un rendez-vous « hardware » chez  Roccat, rachetés par Turtle Beach depuis peu. Afin d’y voir quelques un de leurs futurs produits pour PC et consoles destinés au gamers les plus exigeants. Comme le casque gaming multi-plateforme Recon Spark, des claviers mécaniques Vulcan, et la gamme de souris Kain. Je ne vais pas vous faire une review de chacun ici, mais je peux vous dire qu’on est sur du matos de qualité. Je vous invite à consulter les liens dédiés pour les détails techniques et plus encore.

Salles de Réunion Ouest (West Meeting Rooms)

Et pour finir, un aperçu des salles de réunion Ouest où j’ai eu la possibilité de voir une session de jeu privée du prochain Dying Light 2 chez Techland.

[Aperçu] E3 2019 : Dying Light 2 + Photos Press Kit

À suivre dans le second article, le Hall Sud avec Bethesda, Black Shark, Square Enix, Ubisoft, Capcom et bien plus encore ! 🎮