[Reportage] Japan Expo 2017 (2/2)

>> PARTIE 1 ICI<<

Jour 2 – Samedi 8 Juillet

Place au 2ème round, que j’aurais mené cette fois avec 3 de mes compères en voiture. Et avec qui j’aurais testé dès l’entrée, mon tout premier jeu du salon sur le stand de Square Enix.

Dissidia Final Fantasy NT

Dissidia Final Fantasy NT, déjà sorti au Japon le 26 Novembre 2015 et prévu pour courant 2018 en occident. Un jeu de combat en arène en 3 vs 3 assez dynamique et regroupant des personnages clés d’une saga (qui a d’ailleurs soufflé sa 30ème bougie cette année) dont je n’y connais pas encore grand chose. Le seul opus auquel j’ai joué avant celui-ci étant le XV sur une PS4 que je n’ai pas encore, à la Paris Games Week 2016

Suite à cette session, j’étais sur le point de me rendre au stand Nintendo à 2 pas de là quand je croise complètement par hasard kekeflipnote. Un passionné d’animation qui poste régulièrement sur les réseaux ses créas issus du logiciel Flipnote Studio. Une appli permettant de réaliser des séquences animées à partir de dessins au stylet, et qui a vu le jour sur Nintendo DSi en 2009. Personnellement, je les trouve très rigolotes :p

Nintendo

Je pense qu’il n’y a pas eu une seule JE que j’ai faite sans que je passe par la case Big N. Au moins aussi vaste si ce n’est plus que l’année passé, et toujours pleine à craquer niveau affluence. À tel point qu’il était difficile de circuler dans l’artère principale près de la grande scène où  se jouait des tournois endiablés. Notamment sur ARMS, où le producteur du jeu Kosuke Yabuki lui-même est venu défier des joueurs pros français.

Là bas, j’ai recroisé beaucoup de personnes que j’avais rencontré pour la première fois à d’anciennes éditions, et qui sont devenus des amis pour certains. La plupart se reconnaitront mais j’en place une pour  @TTiersen @Jordanafolly et aussi pour ceux que je n’ai pas pu croiser cette année.

Une ambiance qui m’avait manqué vu que la firme n’avait pas eue de stand attitré à la PGW l’année dernière.

Super Mario Odyssey

Je file droit vers le stand d’un des jeux que j’attends le plus l’heure actuelle. Celui de Super Mario Odyssey toujours annoncé pour le 27 Octobre 2017 sur Nintendo Switch. Et dont j’ai pu très largement raccourcir la longue file d’attente grâce à un ami qui m’a attendu en bout de file. Voici mes impressions Joy-Con en mains.

Ma concentration est palpable… x)

La démo proposait 2 environnements. La première était la ville de New Donk City, avec ses avenues et ses buildings qui ne sont pas sans rappeler « la ville qui ne dort jamais ». Et la seconde que j’ai choisi, le monde désertique de Sand Kingdom.

Et mon retour sur cette expérience est plus que positif. Le jeu se prend bien en main et demeure fort joli au premier abord. Et même si ce n’est pas une claque graphique, le niveau de détails apporté aux animations force le respect. Le plombier n’a jamais paru aussi réaliste (c’est étrange à dire pour un jeu de Mario) que dans cet opus.

Niveau gameplay, le jeu introduit une nouvelle casquette spéciale baptisée « Cap » faisant office de « couteau-suisse » dans le jeu. On peut la projeter pour renverser les ennemis nous barrant la route, s’en servir de plateforme tremplin pour pouvoir sauter dessus, ou encore capturer un ennemi. Comme ce Bill Ball à tête chercheuse dont je me suis approprié sa capacité à voler une fois « cap-turé » (vous l’avez ?). Et à la manière d’un The Legend of Zelda : A Link Between Worlds sur 3DS, Mario peut aussi littéralement s’incruster dans les murs pour des phases de plateforme en 2D à l’ancienne. Une diversité et une richesse qui font plaisir à voir.

L’objectif principal de cette session de jeu était de récupérer toutes les Lunes du niveau avant la fin de la démo. Nombreuses, et rudement bien cachées pour certaines. Celles-ci serviront de carburant pour la fusée spatiale du plombier l’Odyssée, afin d’explorer d’autres royaumes.

En tout cas Nintendo a encore de la suite dans les idées pour sa licence phare. Pour ma part, ca sera quoi qu’il arrive un day-one garanti. Affaire à  suivre en Octobre prochain…

Sonic Forces

Prévu pour la fin 2017, Sonic Forces est ni plus ni moins qu’un Sonic Generations (que je viens de commencer) dans un univers post-apocalyptique. On retrouve le double gameplay avec d’un coté le Sonic « moderne » et sa vélocité (qui personnellement me fout des frissons depuis l’opus Unleashed sorti 9 ans plus tôt) en vue 3D, et de l’autre le Sonic « retro » qui se veut plus proche des premiers opus du hérisson sur Megadrive avec un gameplay entièrement en vue 2D.

J’ai opté pour le premier niveau avec le Sonic actuel vu que le second ne proposait qu’un combat de boss contre le Dr. Eggman sous les traits de l’ancien Sonic. La version Switch que j’ai testé passe à peu près bien à l’écran sans être une claque et demeure assez fluide. Mais au final j’ai quand même une méchante impression de déjà-vu. Même le Sonic Mania que je n’ai pas testé là bas, mais déjà sorti depuis quelques jours dans nos contrées m’intéresse davantage.

Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle

Alors celui là je bien que je le trouve plutôt sympathique, j’ai vraiment eu du mal à me faire aux mécaniques de jeu. Pas que ce soit mauvais bien au contraire, mais de base je suis très loin d’être un habitué des jeux de rôle tactique à la Fire Emblem ou les XCOM pour citer les plus récents. Mais je lui reconnais des qualités au niveau de l’ambiance et du gameplay. Les deux univers du Royaume Champignon et des Lapins Crétins pourtant si différents, se marient bien ensemble ici. Sortie le 29 Août prochain.

Après cette session de jeu, je me rend à nouveau au stand d’Orbesonge où je croise pour la 3ème année consécutive les membres « pionniers » de l’association d’artistes Bordelaise que sont Blue, Arcaël et Mercantile pour les présents. Ainsi que leur accompagnateur Mister Flech, un YouTuber spécialisé sur Nintendo et animant l’émission Reset System en duo avec Mercantile, jouant le rôle de la mascotte Hermine.

Ce Flech animait ce jour-là un quizz de 30 questions sur Big N que vous pouvez consulter sur ce Google Docs si vous êtes curieux. À titre personnel, j’ai fini dans le top 3 parmi la quinzaine de participants, ce dont je suis plutôt fier. Le vainqueur avait remporté une carte inédite de la mascotte.

Entre temps, je suis passé au stand de Djuigito, l’illustrateur du 2ème volume de la série de comics scénarisé par Le Chef Otaku, le Dirty Cosmos : Starfire. Un artiste talentueux et super cool dont je vous invite à voir ses travaux sur son DeviantArt.

Le YouTube Manga Part. 2

Histoire de rester encore un peu dans le thème des mangas, et plus particulièrement de One Piece, j’ai eu l’occasion de croiser d’autres vidéastes du milieu. Sur la photo de gauche le Dok’ de One Piece Passion qui fait des analyses de chapitres, d’épisodes et avec quelques théories de son cru. Et à droite, le duo à qui ont doit All Blue Channel avec des vidéos d’analyses diverses, et animé en grande partie par Sarah (à ma gauche). Si vous êtes fans des Mugiwaras, je ne peux que vous conseiller leur contenu.

Pactole Jour 2

Un butin plus « illustratif » cette fois pour ce 2ème jour avec le Dirty Cosmos Vol. 2 dédicacé par Djuigito. Un poster d’un sublime dessin du Capitaine Jack Sparrow par Amandine Montazeau Arts, Un poster de l’anime Assassination Classroom (fini récemment et que je recommande chaudement) Et un T-Shirt « Thug Life » pour le délire. 😎

Jour 3 – Dimanche 9 Juillet

Troisième et dernier round, que j’aurais mené en solo cette fois et exclusivement l’après-midi. Une journée plus tranquille dont l’objectif principal était de rejoindre un groupe d’amis, qui étaient même cosplayés pour certains.

Mais avant cela, je suis repassé une dernière fois par le stand Orbesonge pour récupérer mon « portrait onirique » (en butin de fin d’article) réalisé par Blue, et aussi par la même occasion décrocher un p’tit selfie de groupe.

Ceci fait, je me dirige vers la zone Anime 100, où à deux pas de là s’y trouvait une fresque chronologique des événements marquants de One Piece afin de célébrer les 20 ans du manga. Je salue l’effort même si je m’attendais à mieux comme hommage anniversaire. Surtout quand on sait que selon les dires du Dok’, le salon Belge de la Made in Asia avait vu les choses beaucoup plus grand.

Toujours dans la même zone, une toute petite expo sur l’univers de Ghost In The Shell avec aussi une frise, des fiches explicatives et des objets en vitrine.

Et juste à coté, Animeland avant aménagé un un Photocall où on pouvait prendre en main un « Dominator » presque plus vrai que nature de l’anime Psycho Pass.

Pactole Jour 3

Et enfin pour le pactole final, on retrouve mon Portrait Onirique, deux « repose bouteille », une Plante Kokédama, deux Lampes, et mon  tout premier T-Shirt One Piece.

Conclusion

Au moins, j’aurais tenu ma promesse que je m’étais faite l’année passé. Qui était de faire au minimum 2 jours voir plus en 2017. Et au final ces 3 jours (ou devrais-je dire 2 jours et demi), je les ait passés essentiellement à retrouver des gens et passer du temps avec eux. C’est cet aspect humain qui me motive à aller inlassablement à ce type de convention. Beaucoup plus que pour l’aspect salon qui lui, n’évolue quasiment plus.

Dans la forme, rien qui change à part le prix des billets et des produits qui ne cessent d’augmenter, et particulièrement cette année. Je suis bien conscient de l’aspect commercial du truc, ça fait des années que c’est ainsi et ça ne changera probablement jamais. Mais quand on creuse un peu le truc et qu’on constate que de moins en moins de monde s’y rend, une remise en question s’impose. Même les vidéastes étaient peu nombreux comparé à avant. Et certains on même eu des accréditations retirées au dernier moment. C’est pas normal, surtout quand tu viens de loin et que t’as du payer une fortune pour te déplacer pour qu’au final, niet. Bref, l’organisation de la JE, c’était pas trop ça. Mais je garderai un excellent souvenir de la Master Class Zelda, ma seule « activité » on va dire.

En tout cas à refaire l’année pro pour une simple et bonne raison. En 2018, ça fera 10 ans de suite depuis ma toute première Japan Expo. Et j’y tiens.

 

 

Cosplays #15 – Spéciale Japan Expo 2017

En attendant la seconde et dernière partie de mon compte rendu sur la Japan Expo 2017, je vous propose une sélection perso d’une vingtaine de Cosplays de cette édition parmi ceux qui m’ont fait de l’œil. Et que je n’ai personnellement pas croisés ni pris en photos pour la plupart hélas.

Et je tiens à ajouter une petite précision. Ces Cosplays-ci ne représentent qu’une infime partie de ce qu’on pouvait trouver à la Japan. Croyez-moi, même les 4 jours ne suffirait pas à tous les croiser. Autant dire que le tri fut très compliqué de mon coté…

J’indiquerais le nom de l’artiste si besoin. En espérant que vous apprécierez 😉

Julie Peugeot Cosplaylaracroft

Minana & Desti Cosplay

Nightmare illusion

Nini michiko

Miko Yuukimi Art

Tatasenko Mana ¤ Cosplay Rune

Archonos Cosplay

CosplayAlice & Joulzy

bakka cosplay – transformation artist

Cosplay du Canard

Bahamut Cosplay

Miria Senshi Cosplay

Madaj Production

À dans quelques jours pour la partie 2 de l’article Reportage ! 😎

[Reportage] Japan Expo 2017 (1/2)

18ème édition en France et 9ème Japan Expo d’affilé pour moi. L’un des plus grands événements européens dédiée à la culture du pays du soleil levant, a comme à son habitude fait la part belle à ses incontournables Cosplays, invités de marque, concerts, produits dérivés en tout genres et j’en passe. Voici mon retour annuel sur cette convention scindé en 2 articles sur mes 3 jours  passés là bas. Une année bien chargée encore une fois.

Jour 1 : Vendredi 7 Juillet

Cette année j’ai pu pour la première fois depuis 3 ans, y aller au moins 1 jour en semaine, le Vendredi en solo. Et j’étais parti dans l’idée que contrairement au Samedi habituellement blindé de monde, ça serait une journée tranquille et peu fréquentée. Que nenni !

Le RER B de l’angoisse

Gare de Paris Nord aux alentours de 9h…

Il y avait quasiment autant de monde ce jour-ci que le week-end. Et pas seulement dans l’enceinte du festival, mais aussi dans cet enfer qu’était le RER B. Le monde présent sur les quais de la gare de Paris Nord sur la photo du dessus peut vous donner une idée de ce que ça devait être à l’intérieur du wagon…

L’interminable file aux alentours de 10h

Bref après ce trajet en sauna mobile, me voila dans l’enceinte du salon. Dans une file qui fut fluide, où je n’ai pas trop attendu, mais où j’ai marché pendant au moins 20 min non-stop. C’est à se demander si je n’ai pas davantage marché dans la file que dans le salon.

Masterclass « The Art of The Legend of Zelda Series »

D’habitude quand je me rends à la JE, j’ai rarement de programme précis en tête. J’y suis toujours allé à l’instinct, sauf ce Vendredi où je voulais participer à un événement en particulier. Et pour ça, direction la Scène Ichigo en compagnie d’amis déjà croisés à d’anciennes JE pour la plupart, afin d’assister à une Masterclass de 1h dédiée à l’art dans les jeux Zelda.

Et qui de mieux pour en parler que des invités de renom tels que Eiji Aonuma, le producteur de The Legend of Zelda Breath of the Wild et vétéran de la firme depuis plus de 30 ans, Yusuke Nakano l’illustrateur de « La Bataille de Ganon » du même jeu, et le directeur artistique Satoru Takizawa ?

Et je dois dire que cette Masterclass fut fort sympathique et instructive. Les intervenants expliquaient à tour de rôle (et souvent avec humour) le processus de création de certains aspects visuels de certains opus sortis sur consoles de salon. Du design des personnages pour Ocarina of Time en passant par des références à la Période Jōmon (préhistoire Japonaise de 15 000 ans jusqu’en 300 ans avant notre ère) dans le cas de BotW.

Et la cerise sur le gâteau, ce fut un très bref aperçu en avant première mondiale du second pack du DLC de Zelda, intitulé « Ode aux Prodiges ». Qui d’après la firme est encore loin de sa version finale prévue pour l’hiver 2017.

Citation issue du site officiel du jeu :

« Le second pack de DLC, Ode aux Prodiges, proposera un nouveau donjon, une histoire originale et de nouveaux défis. Lors de l’événement, le producteur de la série, Eiji Aonuma, a confirmé que vous incarnerez toujours Link dans l’Ode aux Prodiges et que vous en apprendrez davantage sur la princesse Zelda. »

La Masterclass s’est terminée par les résultats d’un concours de Fan Arts pour la JE dans le thème de BotW (et dont certains figurent dans mon article Fanarts sur le sujet). Ci dessous les 3 œuvres sélectionnés par le Jury des développeurs.

Chacun d’entre eux s’est vu remettre en mains propres par les invités, une de ces 3 illustrations :

La rediff complète pour ceux qui auraient envie de la (re)voir.

Le YouTube Manga Part. 1

Suite à ça j’entame ma ballade traditionnelle dans le salon, en laissant volontairement de côté le stand Nintendo pour le lendemain.

Ballade qui m’as permis de retrouver des vidéastes et artistes du milieu du Manga dont j’ai une grande estime. À gauche Gonzaroo, spécialisé dans les reviews de Mangas tels que One Piece, Dragon Ball Super, My Hero Academia, Hunter x Hunter et j’en passe. Au milieu Neal le Soubeyran / Killerbee qui fait des critiques, théories  et lives divers sur les mangas (dont One Piece), comics, séries et mythologie. Et Hanayo Nao une illustratrice connue pour ses colos de mangas sur son DeviantArt. Tous ont fait preuve d’une grande hospitalité. Merci à eux.

En leur compagnie, j’ai pu assister à la Zoné Také, à un Quizz Manga entre YouTubers impliquant le Chef Otaku, Gonzaroo, LuccassTV et Tonton Benzz. Avec cette séquence filmée par mes soins.

Pactole Jour 1

Ce jour-ci le butin fut assez léger. Avec mon tout premier tome One Piece acheté avec le volume 83 qui arbore une couverture dorée à l’occasion du 20ème anniversaire du manga. Un T-Shirt NASA avec d’écrit « I Need My Space ». Et le Prologue Orbesonge, bouquin qui a vu le jour grâce à un financement participatif via la plateforme Ulule et racontant un « rêve onirique » mis en scène par les membres de l’association (dont vous entendrez à nouveau parler dans le prochain article).

A suivre dans la partie 2, ma Japan du Samedi 8 et Dimanche 9 Juillet ! 

[Fanarts] Spéciale Zelda BotW – Japan Expo 2017

1 mois avant la Japan Expo 2017, Nintendo France avait organisé un concours de Fanarts dont le but était de réaliser le plus beau dessin possible d’un personnage du jeu The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Concours qui s’est déroulé exclusivement via Twitter avec le hashtag #FanartZeldaJapanExpo2017. Et pour les curieux qui veulent consulter les règles, c’est par ici.

Et sur les très nombreux participants, j’ai sélectionné une 30 aine de Fanarts « coup de cœur » que je posterai ici. Je laisserai ceux des 3 finalistes du Vendredi 7 Juillet pour l’article Reportage à venir dans les prochains jours. J’espère que vous les apprécierez autant que moi.

Link

Zelda

Mipha

Urbosa

Riju

Pru’ah

Autres

https://twitter.com/Zhut/status/880095542453448707

Des préférences ?

Reportage : Paris Manga – Sci-Fi Show #22

13346656_1084865884884957_2590350011528410139_nDeux semaines après la Comic Con Paris et seulement une semaine après la Paris Games Week 2016, j’ai profité de mon après-midi de libre du Vendredi 4 Novembre 2016  pour me rendre à la 22ème édition du  salon bi-annuel de la Paris Manga. Un autre dédié  à la pop-culture et dont je vous livre un rapide résumé de ma 2ème virée en solo.

Comeback

Car la dernière fois que je suis venu à la Paris Manga, c’était y a 2 ans un Samedi (précision qui aura son importance dans quelques lignes). Lors de la 17ème édition qui a eu lieu fin 2014. Si je suis revenu d’aussi loin, ce n’était non pas par manque de disponibilité mais par manque d’envie.

J’avais assez mal vécu cette première PM à cause des même raisons qui m’ont pourri la Comic Con cette année. Beaucoup trop de monde dans les allées. Sauf qu’en comparaison de cette édition 2016, c’est le jour et la nuit. Les photos ci-bas prises à mon entrée au salon dans les coups de 14h peuvent en témoigner.

Zéro file d’attente ! Je n’avais jamais vu ça auparavant en convention. À croire que c’était bien vu de la part des organisateurs d’augmenter exceptionnellement la durée de 2 à 3 jours. Le Vendredi n’était pas un jour de forte affluence semaine oblige, la fréquentation n’a rien à voir avec la période du Week-End. Ça fait du bien de pouvoir se mouvoir librement dans les allées quand on est habitué à presque se marcher les uns sur les autres

Une sensation de déjà vu

Le fait de revenir à la PM après tout ce temps m’a fait réaliser à quel point les choses changent peu au fil des ans, et au fil des lieux. J’ai repéré des stands qui vendaient ou exposaient les mêmes produits que dans d’autres conventions du même genre. Comme ceux des photos ci-dessus, avec cet artiste qui avait dessiné mon prénom en Japonais à la dernière Japan Expo, et les propriétaires d’une DeLorean plus vraie que nature croisés à la Paris Comics Expo.

Même constat du coté des produits dérivés. Ce salon ne trahit pas sa réputation de boutique géante avec ses innombrables et incontournables T-Shirts geek, figurines, posters, épées, peluches, dvd, mangas (non sans rire), sacs, jeux en occaz…Bref, à force je connais la chanson. Mais rien que pour tout énumérer, il me faudrait un article entier.

Invités

img_20161104_145934Parmi les invités de marque, certains acteurs de la série Game Of Thrones ont répondu présent. Comme Keisha Castle-Hughes (Obara Sand), Ellie Kendrick (Meera Reed) et Charles Dance (Tywin Lannister). Acteurs visiblement assez friands des conventions françaises après Carice Van Houten (Melisandre) vu à la CC, et Kristian Nairn (Hodor) à la dernière PM où je me suis rendu.

Paris Manga #18 (2014)

Paris Manga #18 (2014)

Pas mal de vidéastes étaient présents aussi. Dont un duo que j’apprécie tout particulièrement. Le @ChefOtaku et son petit frère le le PetitChefOtaku, créateurs de Menu Manga. « L’émission qui parle de mangas d’animations, et d’autres trucs… » comme ils le résument si bien. D’ailleurs si vous aimez un tant soi peu ces médias, vous savez ce qu’il vous reste à faire. 😎

Ce qui m’a amené à faire quelque chose d’inhabituel en convention, des dédicaces

Faut dire qu’avec le peu de monde présent, ça va très vite pour ce genre de choses.  En temps normal, il faut patienter jusqu’à plusieurs heures pour ça. Chose que je n’aurais jamais faite dans ces conditions et quelque soit l’invité malgré tout le respect que j’ai pour eux. Du coup, je suis reparti avec son bouquin dédicacé Dirty Cosmos. Scénarisé par le chef lui même, et illustré par le talentueux Djiguito.

Cosplays

Quand je refais l’historique de mes articles de conventions, je remarque qu’il y en a pas un seul où je ne parle pas de Cosplay. x)

Car même si je n’en pratique pas de mon coté, j’ai beaucoup d’admiration envers cette discipline de passionnés. Car il faut au moins être ça pour être prêt à sacrifier une bonne partie de son temps libre à concevoir de A à Z, des costumes dont la qualité de certains force le respect.

À l’image de Papa Cosplay ci dessus. Cosplayeur émérite et difficile à louper avec son imposante armure. Et si vous vous demandez d’où elle provient, inutile de chercher. Il a tout imaginé lui même selon ses propres dires.

Star Wars

Difficile d’échapper au phénomène Star Wars, qui avait repris de plus belle à l’épisode VII l’année dernière et le fraichement sorti Rogue One (dont j’en ferais une critique en 2017).

Mais plus que les droïdes, animations, objets clés et autres décors, c’est le groupe de cosplayers bénévoles de la  501st Legion French Garrison qui aura fait vivre l’univers de Georges Lucas à travers le salon.

Conclusion

img_20161104_200105

T-Shirt Konoha, T-Shirt Death Note et Dirty Cosmos

À la base je n’avais même pas prévu de venir à la Paris Manga, ce n’est que le jour même que je me suis décidé à y aller. Mais finalement je ne regrette pas d’être passé, même si j’ai fini très vite par arrêter de compter combien de fois j’ai fait le tour du salon…

A refaire, si les conditions s’y prêteront à nouveau 👍