[Reportage] Japan Expo 2019 (1/2)

20 ans auparavant, un des festivals pionniers en Europe de la culture japonaise, des mangas, animes, et du cosplay vit le jour. 2 décennies plus tard, la Japan Expo s’est petit à petit imposée comme un incontournable du genre, et ça n’est pas prêt de s’arrêter.

Pour la 5ème fois sur ce WordPress, il est temps pour moi de vous narrer sur 2 articles ma visite annuelle en ces lieux du 4 au 7 Juillet. La première partie étant consacrée aux 2 premiers jours du Jeudi et Vendredi.

Accréditation

Mais avant de vous raconter tout ça, je tenais à remercier chaleureusement l’équipe presse de la Japan Expo pour m’avoir filé une accréditation Presse. Après une demande de création d’entité refusée en 2016, puis validée en 2018 mais sans l’avoir, j’ai enfin pu obtenir le précieux sésame pour cette édition 2019. Un badge qui a une valeur particulière à mes yeux puisque c’est le tout premier que j’obtiens après 11 visites d’affilé. Comme quoi la persévérance, et probablement le travail que j’ai abattu sur mon site ont payé.

Mais ce badge aussi prestigieux soit-il, ne me donnait pas accès à tout (j’en reparlerai). Il avait pour principal utilité de me donner l’accès aux lieux (et au parking dédié)  sans frais et sur toute sa durée de la convention. En passant non plus par le Hall 7 comme je l’avais toujours fait jusqu’à présent, mais par le passage de sortie du festival dans le Hall 5. Accessible par le couloir de verre sur la gauche une fois sorti de la gare du Parc des Expositions. Passage réservé aux exposants et autres médias, et me faisant gagner un temps d’attente considérable.

Le fait que l’entrée me soit offerte fut la raison même qui m’a motivé à faire la Japan Expo pour la toute première fois durant les 4 jours. En je vais commencer par le premier d’entre eux.

Jour 1 – Jeudi 4 Juillet

Journée qui débuta par mon 3ème passage de suite au stand de Djiguito toujours dans le Hall 6 tout près de l’entrée. Non seulement pour enfin me procurer le 3ème volume de Dirty Cosmos que je n’ai pas pu avoir l’année passée pour cause de rupture de stock. Mais aussi son tout premier manga Mary Kimpride. Une comédie romantique hilarante dans un univers western sortie ce mois-ci, illustrée et scénarisée par Djigui lui-même. Vous verrez le tout dans mon pactole final.

À quelques allées de là, se tenait à nouveau le stand des copains de chez Orbesonge que j’ai salué pour la 5ème année consécutive. Mais cette fois en effectifs et moyens très largement réduits. Puisque seuls Capitaine Blue et Arcaël tenaient un stand dont l’absence de l’habituelle tonnelle bleue s’est fait cruellement ressentir en termes de visibilité. J’en suis reparti avec un « attrape-rêve » ficelé par les mains de Blue et qui sera lui aussi visible dans mon pactole.

Dans le Hall 5 en plein dans le Village Cosplay, j’ai pu voir le gros stand ou devrait-je dire, l’atelier de LoveCraft Studio tenu entre-autres par les Cosplayers Xia, Dounice, PakuPaku Ru, Samus, Libs, Shenzi, Props it Yourself et ceux que j’oublie surement. Qui en plus d’exposer leurs costumes, assuraient des animations quotidiennes de craft, sculpture, peinture et autres. Ils faisaient aussi dans la réparation au coin « Cospital » comme ils l’ont eux-mêmes appelé, avec au total 140 réparations effectuées sur les 4 jours.

Parmi les invités de prestige de cette Japan Expo, figurait le mangaka Leiji Matsumoto. L’homme qui a donné naissance au fameux corsaire de l’espace le Capitaine Albator (Captain Harlock au Japon) plus de 40 ans auparavant. Que je n’ai pas vu en chair et en os, mais dont j’ai pu voir le petit décor fort sympathique érigé en hommage à cette saga.

On ne fête pas 20 ans de Japan Expo sans se remémorer quelques souvenirs. Et c’est ce qui était fait au sein de la Japan Expo Memorial Zone dans le Hall 6. Avec des vidéos retraçant l’évolution du festival au fil des années, et un photocall dédié pour des photos souvenirs qui devraient figurer dans un livre spécial dont j’ignore encore la date de parution.

Aya Hirano, une Seiyū connue pour avoir prêté sa voix à Misa Amane dans Death Note, et Lucy Heartfillia dans Fairy Tail, tenait une conférence vers midi ce jour-là sur la scène Kuri.

Dans la zone Gaming du salon, quelques nouveautés étaient testables comme Borderlands 3 qui sortira le 13 Septembre. Ayant attiré beaucoup de monde sur place mais que je n’ai pas testé.

La dernière extension en date du MMO Final Fantasy XIV qu’est Shadowbringers était lui aussi jouable sur 48 postes.

À 2 pas de là se tenait l’éternel stand Nintendo toujours aussi vaste et plein à craquer durant les fortes périodes d’affluence.

Durant les 3 premiers jours du salon, j’ai rejoué à Super Smash Bros Ultimate tout juste 1 an après l’avoir testé pour la toute première fois en ces lieux. Dans le but de tenter les tournois quotidiens sur place, mais dont je n’ai pas réussi à aller plus loin que les phases de poules. D’ailleurs rien que le Dimanche, près de 700 participants ont tenté leur chance d’après le staff. C’est énorme, mais bien moins qu’en 2018 où on ne comptait pas moins de 1200 participants le Dimanche également.

J’avais aussi tenté le tournoi sur Mario kart 8 Deluxe, mais j’ai très vite déchanté quand j’ai constaté sur place que le jeu se jouait uniquement en 200cc

Pokémon Épée & Bouclier jouable lui aussi mais pas touché pour ma part, avait attiré beaucoup de dresseurs potentiels à la Japan Expo avant sa sortie le 15 Novembre.

Sorti la semaine précédant le festival, Super Mario Maker 2 a rassemblé pas mal de level-designers curieux aussi bien sur les bornes dédiées qu’en stream sur la scène principale.

Luigi’s Mansion 3 que j’avais déjà testé à l’E3 2019 était jouable ici. Et comme on pouvait s’en douter, il sortira le jour même d’Halloween le 31 Octobre prochain. Mais pour une raison qui m’échappe encore aujourd’hui, les photos et vidéos du stand n’étaient pas autorisés. J’ai juste eu le temps de prendre celle-ci avant qu’un vigile ne me fasse la remarque…

Et pour les jeux restants, le remaster du jeu Catherine renommé Full Body pour l’occasion, et les versions Switch de Attack on Titan 2 : Final Battle, The Elder Scrolls Blades et Resident Evil 5.

Dans le Hall 5 se tenait le joli stand EVANGELION2020 sur l’espace Saiko. Série récemment sortie sur Netflix dans sa version d’origine, et dont le dernier film de la tétralogie Shingekijôban (Rebuild of Evangelion) sortira l’année prochaine. L’interprète du générique (que vous avez forcément déjà entendu au moins une fois) Yôko Takahashi y était présente de temps à autre pour des séances de dédicaces.

Mitsuhiro ARITA, illustrateur connu pour son travail sur les Final Fantasy et pour avoir illustré plus de 500 cartes Pokemon TCG (Trading Card Game) a tenu vers 15h une conférence live-drawing durant laquelle il dessinait en direct une œuvre sur tablette.

Retour vers la zone Cosplay, où j’ai pu observer une statue du (pas du tout menaçant) Pyramid Head de chez Polymorphe Studio. Et 3 costumes sur le stand League of Replica, appartenant à Papa Cosplay pour l’armure Starcraft, Fire Cosplay pour Jessie, et Props it Yourself pour Ragnarok.

Et enfin vers 18h s’est tenu sur la scène ICHIGO le show Cosplay anniversaire des 20 ans : The Greatest Cosplay Show. Qui aura vu défiler presque une quarantaine de Cosplayers de tous horizons et ayant écrit l’histoire de la Japan Expo par leur participation à d’anciens défilés ou concours Cosplay comme l’ECG et le World Cosplay Summit. Et malgré quelques couacs techniques, ce fut un show très agréable à regarder.

Parmi les invités, Illyne TRS, Cosplay Quest, Kotori Doll, Lyel, Nad, Nikita, Pichu, et bien d’autres. Et pour ceux que ça intéresse, je vous poste en dessous quelques vidéos de certains shows qui m’ont marqués, et filmés non pas par moi, mais par esby. Sa playlist de ce show anniversaire est disponible via ce lien.

Cosplayeuse : Kalimsshar Skull Kid

Cosplayer : Lutinaile de chez Shoko and Jérôme CosplayRocket

Cosplayer : L’Atelier des Flammes NoiresL’Épouvantail

Cosplayeuse : Robin Art & CosplayHarley Quinn

Et c’est ainsi que s’est terminée cette première journée de Japan Expo 2019.

Jour 2 – Vendredi 5 Juillet

De retour au stand Nintendo où j’avais envie de rejouer au remake Switch de Zelda Link’s Awakening. J’ai pu aller un peu plus loin que lors de ma session de jeu à l’E3 2019, mais je n’ai pas eu le temps de terminer le premier donjon durant cette démo de 15 min. Contrairement à quelques rares personnes qui ont réussi à aller jusqu’au bout selon le staff.

J’ai vu d’un œil lointain la conférence de Nobuyuki Kuroki et Yumi Saji respectivement directeur artistique et chara-designer du dernier opus du jeu de combat Samurai Shodown. Aux alentours de 11h, et animé par Kayane.

J’ai revu le Dok’ de la chaine One Piece Passion croisé pour la dernière fois à la MIA 2019 à Bruxelles. Mais avec un espace beaucoup plus petit que son Musée de la convention Belge. Mon principal objectif sur place étant de remettre en mains propres mon dessin de Luffy dans la boite Tamatebako. Un projet monté par le Dok’ lui-même, permettant à n’importe quel fan de One Piece d’y déposer des cadeaux, œuvres ou autres à destination de l’auteur Eiichirō Oda et son staff au Japon.

Cette statue fut certainement une des plus belles choses que j’aurais vu à cette Japan Expo.

Je suis passé par l’espace WABI SABI autour de la scène SAKURA dans le Hall 5. La zone « traditionnelle » de la Japan Expo présente depuis 10 ans là-bas. Et où on peut y voir des spectacles, boire du saké, rencontrer de multiples artistes, artisans, illustratrices comme @aiharanico venus tout droit du Pays du Soleil Levant. Et pour qui le veut, acheter divers objets en céramique, origamis et autres produits dérivés made in Japan. Et à des tarifs plutôt « surprenants » pour certains d’entre eux..

Dans le Hall 6 se tenait un petit stand Blizzard avec D.Va et son Mecha tout en LEGO. Ainsi que le Torbjörn skin Magni de Papa Cosplay qui avait remporté le premier prix au sein de la team Française de la dernière Overwatch Cosplay Battle. Pour ceux que ça intéresse, son WIP (Work In Progress) de son costume est visible via son album FB.

Les figurines ce n’est pas ce qui manque à la Japan Expo. Mais celle de Guts en armure issu du manga Berserk a particulièrement retenu mon attention par sa taille respectable et son niveau de détail. Une figurine qui impressionne aussi par son prix de 1600€.

On reste dans le Berserk avec une figurine plus imposante encore de Guts de chez Oniri Creations, mais cette fois chevauchant un démon. Étrangement, son prix est strictement identique à la précédente. Avec une taille pareille, il va falloir prévoir pas mal d’espace pour l’exposer chez soi.

Peu avant de quitter le salon pour ce jour-ci, j’ai réalisé le fameux « Kamé Hamé Ha » au sein du photocall Dragon Ball sur le stand de l’éditeur Glénat. J’espère ne pas avoir causé trop de dégâts après ça…

Pour finir, il fallait absolument que j’évoque le retour chaotique en fin de journée du Vendredi. Cette marée humaine comme je n’en avais jamais vu auparavant à une Japan Expo, fut la conséquence d’une succession d’incidents sur la ligne B du RER. En l’occurrence un bagage oublié qui a stoppé tout le trafic entre l’Aéroport Charles de Gaulle et Châtelet-Les-Halles vers 18h. Et il était 19h quand j’ai pris ces photos à l’entrée de la gare du Parc des Expositions.

3 options se présentaient à moi à ce moment-là. Soit je bravais la foule en tentant de rentrer par un RER B bondé comme pas possible et sous une chaleur étouffante. Soit j’attendais pendant une durée indéterminée au Parc des Expos que les choses se calment. Soient je trouvais un autre moyen de rentrer autre que les transports en commun. Et c’est cette dernière option que moi et 2 de mes compères avons adopté en prenant un Uber qui nous a rapprochés de la capitale. Plus jamais ça.

À suivre dans la seconde partie, les deux jours restants du Samedi 6 et Dimanche 7 Juillet !

Cosplays #17 – Spéciale Japan Expo 2019

En attendant l’article Reportage sur la Japan Expo 2019 à venir ce mois-ci, je déterre la catégorie « Cosplays » de mon WordPress avec cette galerie regroupant une trentaine que j’ai pu prendre en photo. Et qui représentent une goutte d’eau au sein d’un océan de Cosplayers que même 4 jours de « chasse » ne suffiraient pas à tout répertorier.

Comme toujours, je mettrais en bas des photos le lien des pages Cosplays de ceux que je connais.

Cosplayeuse : PakuPaku Ru – CosplayStar Butterfly

Cosplayers : MysteriousMaemi (gauche) – Cruella & Robin Art & Cosplay (droite) – Harley Quinn

Cosplayeuse : Enora CosplayBlack Cat (masque)

Cosplayers : Alliance ImpérialeStar Wars

Cosplayeuse : PakuPaku Ru – Cosplay – Anne Wheeler

Cosplayeuse : @anna.octapodaViddasala

Cosplayers : Piyo Cosplay (gauche) – Purah & @ren.azur (milieu) – Link & MendoriH cosplay (droite) – Riju

Cosplayer : @maul_ecarlateScorpion

Cosplayeuse : Mareva CosplayIronette

Cosplayeuse : kaligancosplay Sylvanas

Cosplayer : AdamHades (au centre)

Cosplayers : Angia – Mama CosplayWoody & Papa CosplayBuzz

Cosplayers : DM CosplayEscanor (le 2e en partant de la gauche)

Cosplayeuse : @eien_tanoshimiMadara Uchiwa

Cosplayeuse : Yuux CosplayPauline

Cosplayeuses : Helexiis & Mineya’s curiosity & Aëon CosplaySisters Repentia

Cosplayeuse : Yaya Han – Chun Li

Cosplayeuse : PakuPaku Ru – CosplayD.Va

Cosplayeuse : Xia – Cosplay & Props – Tracer

Cosplayeuses : Nine & Nora Cosplay Ryūko Matoi (Nine) & Satsuki Kiryūin (Nora)

Cosplayer : Robert ValkoMystério / Quentin Beck

Cosplayeuse : MümüKDA Evelynn

Cosplayeuse : Suzalia CosplayMalicia (version sauvage)

Des préférences ? 😉

[Reportage] Geek Faëries 2019

De la nocturne du Vendredi 7 Juin au Dimanche 9 Juin 2019, les Geek Faëries ont soufflé leur 10ème bougie autour du Château de Selles-sur-Cher. Festival français en plein air dédié à la culture du fantastique et de l’imaginaire, et plus particulièrement au Médiéval, à la Science-Fiction, et au Steampunk entre-autres.

1 mois après les festivités, je vous conte ici ma toute première venue en ces lieux durant ce 2ème week-end de Juin en compagnies de quelques compères à moi. Et je peux déjà vous dire d’emblée que ça ne sera pas la dernière.

Château imprenable

Photo provenant du site officiel du festival

Venir aux Geek Faëries, c’est un peu comme changer d’époque. Passer d’un environnement urbain avec les immenses Halls à toits fermés des autres conventions du genre, aux jardins à ciel ouvert d’un château datant de l’époque de la Renaissance, c’est agréablement dépaysant. Un cadre reposant que je n’avais encore jamais expérimenté jusqu’alors dans ce type d’évènements.

 

 

 

 

 

 

D’autant plus que la chance était du côté du festival cette année-là. Qui avait déjà connu deux annulations d’abord en 2013, puis en 2016 pour cause d’importantes inondations dans la région pour cette dernière. Cette fois-ci, c’est le vent qui a menacé la bonne tenue du festival en retardant l’ouverture de la nocturne du Vendredi. Mais plus de peur que de mal, les GF se sont déroulé sans encombre grâce au dévouement de l’organisation et des bénévoles qui ont fait leur maximum. Un grand merci à eux.

Les créateurs et créatrices avant tout

Les GF, c’est aussi l’une des plus belles lettres d’amour aux créateurs et autres artisans qu’il m’ait été donné de voir. Quasiment tous les produits exposés et en vente sur les stands y sont authentiques et faits-main (Craft en anglais). L’exact opposé des grosses conventions où les produits dérivés typiques que l’on retrouve un peu partout (lorsqu’il ne s’agit pas d’œuvres plagiées ou de contrefaçons) sont majoritaires.

Je n’ai pas pu tout voir, mais je vais essayer de référencer aux mieux tous ceux que j’ai vus en leur rendant honneur à travers cette longue succession de galeries. Avec un lien menant vers les réseaux respectifs de chacun d’eux.

Tout d’abord Lowena Craft, spécialisée dans le Cosplay, et surtout le Craft à l’image des cornes présentes sur cette photo entièrement faits main, et plus légères qu’elles ne le laissent paraitre.

 

 

De la création d’accessoires / pièces de costumes comme des armes, armures, brassards, holsters et bien plus encore chez L’atelier des Flammes Noires.

 

 

Le stand de Michiyo à gauche, artiste tatoueuse, illustratrice et fabricante de boucles d’oreilles et des plumes d’écriture. Et des livres des Editions Voy’el à droite.

L’Atelier Kitsune faisant dans la création de bijoux, figurines, accessoires Cosplay et autres sculptures.

Evhell.fr spécialisé dans les fanzines, et vendant leur BD New Game sur place.

 

 

Des plaques / supports de dédicaces et autres par l’Atelier de la Forgeciel, et inspirés de la pop-culture, du jeu vidéo et même de certains vidéastes comme e-penser et le crop-circle de Astronogeek.

 

 

Des fanarts de Dragibuz à gauche, et à droite des bijoux et autres de Wimey Wibbly Création.

 

 

À gauche L’Atelier du Chas Pitre (dont je valide le jeu de mot) spécialisé dans les accessoires et le cuir. Et à droite l’Atelier MinaMonster Factory qui fait dans les masques, prothèses et divers accessoires à inspiration animalière.

 

 

Des posters à gauche, et des « Cloches de curiosité«  par L’Étoile de Verre. Créatrice de bijoux et de cabinets de curiosités.

 

 

Le forgeron de la Forge Pythoresque, et ses différents travaux de métal dont la batarang de Batman entre-autres.

 

 

Quelques ébénistes étaient présents comme Panda d’Ebène à gauche. Faisant dans les meubles, cadres, accessoires, coques de smartphones en bois et plus encore. Tout comme Borek Rune de Bois à droite et ses mugs (vous l’aurez deviné) en bois.

Sorina-Chan, qui exposait des dessins, goodies et posters des emblèmes « geek » des maisons vus dans l’épisode Harry Potter du Joueur du Grenier.

 

 

Divers accessoires en cuir à inspiration Steampunk et Moyen-Âge de chez Time Warp Shop, à gauche. Et des montres gousset artisanales par Layloken. J’ai d’ailleurs acheté une de leurs montres que vous verrez dans mon pactole en fin d’article.

Le stand de Shun Geek, tenu au moment de la photo par Dounice Cosplay que j’avais croisé à la dernière FACTS en Belgique.

 

 

Charlotte Wolf de chez Chronicles of Utopia, site de publication de bandes dessinées, figurines et bijoux, en pleine session de peinture.

 

 

Série littéraire La Clef, par Fanélia. Illustratrice à qui l’on doit l’affiche du festival. Une bibliothèque vivante. Les groupes Mozilla et :Blogul. Et la boutique officielle du festival.

Parmi les illustrations de LordOver, une a retenu mon attention. Le fameux « Raptor Jésus » à gauche sur la photo.

 

 

Et pour finir le stand ANIGETTER. Association de maquettistes, papercrafters, modélistes et plus encore, qui exposaient en tant que pièce maitresse un Dalek Caan de la série Doctor Who plutôt fidèle à l’original.

 

 

Activités

Pas mal d’activités à faire sur place dans des thèmes plus ou moins proches des GF.

 

 

Comme de l’initiation au Troll Ball et au Combat à l’arme. Et du tir à la Catapulte Naine. Animés par L’Association Poing d’Acier et les Bretteurs de Saint-Jean.

 

 

On reste dans le cadre de l’initiation avec de l’escrime à gauche. Et un « cadavre exquis » à droite. Pour ceux qui n’en connaissent pas les règles, le but est de faire composer une phrase par plusieurs personnes différentes. Avec seulement un extrait de ce que les prédécesseurs ont déjà écrit. Ce qui donne au final une histoire sans queue ni tête, mais très drôle à relire dans son intégralité.

 

 

La MagikZone, investie par la Gazette du Sorcier dans les jardins intérieurs du château, avec un pôle d’animation Harry Potter et de l’initiation au Quidditch.

 

 

À gauche une des seules activités que j’ai eu à faire avec mon groupe d’amis aux GF. Un RP (Role Play) dans l’univers du Donjon de Naheulbeuk. Et on a tenté trop tard le Tiny Escape Game Saw – La Grotte. Où on doit s’y échapper en 15 min.

 

 

Nichée sous une grande tente, la zone Gaming Force. Qui comme son nom l’indique propose du gaming, ou plutôt retro-gaming (anciens jeux consoles) mais aussi retro-computing (anciens jeux PC). Parmi les jeux jouables, Mario Kart 64, Smash Bros Melee, Space Invaders et d’autres.

Plus proche des invités qu’ailleurs

La raison numéro un qui fait que les GF ne sont pas des festivals comme les autres, c’est la proximité entre les visiteurs et les invités de marque qui y sont présents. Ailleurs, ces mêmes personnes sont pris d’assaut durant des séances de dédicaces qui sont souvent les seuls (courts) moments où il est possible de leur parler directement.

 

 

Mais ici, qu’il s’agisse des habitués des lieux comme Un Odieux Connard, LinksTheSun, Le Sad Panda, Bob Lennon, et même David Goddenough Seb du Grenier avec qui j’ai pu discuter au calme durant une bonne vingtaine de minutes, tous sont beaucoup plus accessibles que nulle part ailleurs à ma connaissance.

 

 

 

 

 

Chacun des invités animaient leur propre conférence (hilarantes pour certaines) au sein de la « La Grande Tentacule ». Encore un autre jeu de mot avec « tente » et « acule » décidément. Avec ci-dessus, Korben qui parlait de Web le Dimanche.

Et le Samedi soir on a pu assister à un concert du groupe de rock Geek Kickban. Qui célébrait leur 10ème venue aux GF en musique.

Cosplays

Beaucoup de Cosplays de tous univers de croisés, mais très peu que j’ai pris en photo.

Ceux du défilé-concours Cosplay organisé par Shun Geek. le Samedi.

Quelques Avengers avec deux Dr. Strange, Captain America, War Machine et Loki pour ceux que j’ai reconnus.

 

 

Et pour finir en beauté, un duo sanglant des Sister Repentia de Warhammer 40k interprétées par Aeon Cosplay et Mineya Curiosity, et qui ont manquées de peu de m’exécuter sur la place publique… ☠

Pactole

Avant de conclure, mes photos de tout ce que j’ai récupéré et acheté durant le festival. Avec le poster du festival, un fanart de Sorina-Chan et un pin’s de Fanélia offerts à tous les visiteurs. La montre gousset de la boutique de chez Layloken présentée plus haut. Un verre en plastique offert (avec caution) par le restaurant du festival. Ainsi qu’une tasse et une pièce souvenir achetés sur le stand de la boutique officielle de Selles-sur-Cher.

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion

Pour être honnête, les GF ne m’ont jamais intéressé jusqu’au moment où mes compères de voyage m’en ont parlé. Aujourd’hui, je les remercie du fond du cœur pour m’avoir fait découvrir l’un des meilleurs festivals geek français que j’ai pu faire jusqu’à présent. Une ambiance chaleureuse et conviviale comme nulle part ailleurs. Des activités originales et plutôt variés. Une ode à la création et à l’artisanat. Une proximité inédite avec des personnalités du web et de YouTube. Et surtout une organisation et des bénévoles dévoués comme jamais. Encore une fois, à tous ces gens ainsi qu’à ceux que j’ai croisés, un immense merci et à l’année prochaine je l’espère !

[Reportage] FACTS Spring 2019

Durant le Week End du 6 au 7 Avril 2019, s’est tenue l’édition printanière de la FACTS (acronyme de Fantasy, Animation, Comics, Toys, Sci-Fi) au sein du Flanders Expo dans la ville flamande de Gand. La plus connue des Comic Con en Belgique et faisant la part belle à la pop-culture, aux films / séries TV, à la science-fiction et aux Comics pour ne citer que ça.

Je vous livre donc mon compte rendu de ma toute première visite en ces lieux durant ces 2 jours. À peine 1 mois après un autre salon Belge connexe qu’était la Made in Asia 2019 à Bruxelles.

À l’intérieur du « Vaisseau Mère »

Je trouve le plan de cette FACTS particulièrement stylé

7 Halls couvrant superficie totale de 40.000m² ont été mis à disposition au sein du Flanders Expo qui fut renommé « Vaisseau Mère » pour l’occasion. Un nom qui lui va plutôt bien si j’en crois l’apparence très science-fiction du plan du salon ci-dessus. Plan que l’on peut retrouver sur ce flyer interactif ci-dessous, qui est la version numérisée de celui distribué aux visiteurs.

Hall 1 – Marché & Divers

Toute la partie « boutique » était concentré au sein de cet immense Hall central relié à tous les autres Halls adjacents par des couloirs. Et demeurant le plus grand de tous avec près de 19.000 m² à lui seul (contre 4.000 m² pour les autres). Faisant de lui l’un des plus grands Halls d’expositions de Belgique.  À titre de comparaison, la Grande Halle de la Villette où se déroule la Comic Con Paris fait 26 000 m².

Parmi ce qu’on pouvait y trouver, pas mal d’œuvres, créations et autres fanworks d’artistes indépendants exposés dans une allée leur étant dédiée.

Dont des dessins crayonnés (à droite) au style réaliste par un Aguirre Firth dont j’envie le coup de crayon.

D’innombrables produits dérivés et objets comme ces Dragons Steampunk qui m’ont fait de l’œil, dont un qui avait visiblement très soif

Niveau activités, plusieurs tournois de jeux vidéos avaient eu lieu. Donc un sur Mario Kart 8 Deluxe où l’organisation du salon a eu la bonne idée de faire s’affronter les joueurs sur des Karts grandeur nature, mais tous à l’arrêt pour des raisons de sécurité sans nul doute…

Et pour rester dans le thème des voitures, on pouvait admirer l’authentique Zebra 3 du duo iconique de flics Starsky et Hutch de la série éponyme sortie 40 ans plus tôt.

J’ai pu récupérer une photo souvenir (posté aussi sur mon instagram) sur le stand du film Men in Black International qui sortira le 19 Juin prochain en salles obscures. Où j’ai pu poser aux côtés de Thor Agent H et Valkyrie Agent M. Pour le coup je n’avais même pas besoin d’enfiler une nouvelle veste ou une paire de lunettes noires puisque j’avais déjà la panoplie. 😎

Hall 2 / Hall 4 – Main Stage / Guests

J’ai regroupé ces 2 Halls ensemble car ils sont tous deux dédiés aux invités de marque que le salon s’est offert. Pour les acteurs, Mads Mikkelsen (Hanibal dans la série éponyme, Le Chiffre dans 007 Casino Royale, Kaecilius dans Dr. Strange), Shannen Doherty (Brenda Walsh dans Beverly Hills, Prue Halliwell dans Charmed), Dolph Lundgren (Ivan Drago dans Rocky IV / Creed II, Gunnar Jensen dans The ExpendablesNereus dans Aquaman) Tom Hopper (Dickon Tarly dans Game of Thrones, Perceval dans Merlin), Lana Parilla (Roni dans Once Upon A Time), Gaten Matarazzo (Dustin Henderson dans Stranger Things), et Jason Isaacs (Lucius Malfoy dans la saga Harry Potter).

Au sein du Main Stage du Hall 2, les acteurs présents ont assuré une session de Questions/Réponses avec leurs fans durant leurs panels respectifs. Celui auquel j’ai assisté étant celui de Mikkelsen ci-dessus.

Et pour les autographes et sessions photos avec les acteurs (Photo Booth) au tarif variable, ça se passait dans le Hall 4 Guests. Pour ma part, je n’y aie pas pris part car pas assez « fan » des stars présentes cette année pour ça. Et dans ce même Hall se trouvait lArtist Alley où était présent Kevin Eastman (créateur de Teenage Mutant Ninja Turtles) pour ne citer que lui.

Hall 3 – Super Hero Academy

Un Hall « surprenant » qu’était la Super Hero Academy où se tenait beaucoup de jeux gonflables destinés aux enfants (ou aux adultes ayant conservé une âme d’enfant). J’ai rien contre l’idée et pour le fait de permettre aux plus jeunes de s’amuser, mais réserver un Hall entier de convention pour ça ? Mouais.

Hall 5 – Fanclubs

Le premier Hall par lequel on passait en entrant dans le salon. Regroupant divers Fanclubs de Sci-Fi, et certains objets iconiques de la pop-culture comme cette Mini qui aura accompagné Mr. Bean dans ses aventures les plus burlesques. Ça m’a rappelé de bons souvenirs.

Hall gardé par un Super Héros géant et fictif (à ma connaissance) représentant le « A » du logo de la FACTS.

Hall 6 – Jeux Vidéos

La zone gaming du salon que j’ai trouvé un peu décevante. Ça manquait de variété au niveau des stands et on en fait très vite le tour. Et en plus de cela ce Hall est étonnamment sombre. J’ignore si c’était un parti pris ou si il les lampes étaient simplement HS.

Nintendo était le constructeur principal de présent ici. Avec comme jeu jouables l’inévitable Super Smash Bros. Ultimate, et le jeu sorti en ce mois d’Avril sur Switch Yoshi Crafted World.

Les visiteurs pouvaient se faire coiffer au style « punk » à l’image des personnages du jeu Rage 2, sortant en Mai prochain. Non loin de là, un petit espace permettait de s’essayer à la Réalité Virtuelle.

Et enfin une zone de Retrogaming aménagée par Retro Volt permettait de jouer à d’anciens jeux.

Hall 7 – Cosplay Stage

Le Dimanche, j’ai assisté à la sélection Belge du concours Cosplay de l’ECG (European Cosplay Gathering) sur la scène Cosplay Stage et animé avec brio par Blondecay en cosplay de  KDA Evelynn.

Le jury était composé par les Cosplayers Lady Sundae, Shien Cosplay, Rinaca Cosplay, Surine Cosplay, et Ebony Warrior Studios LLC.

Durant le show, j’ai eu 3 prestations « coup de cœur ». Les vidéos et la photo des finalistes qui vont suivre ne sont pas de moi mais de BeCosplay.

La première est celle de ATORI Cosplay en Albator qui en plus d’être plutôt bien chorégraphiée, ne manquait pas de créativité, surtout à la fin.

La seconde concerne les Dauphines de cet ECG LazyMayu & Charuru Cosplay qui incarnaient respectivement Link & Zelda du jeu The Legend of Zelda: Breath of the Wild.

Et la dernière qui a mis tout le monde d’accord sur place, fut le show YMCA de Hartigan Cosplay en Death Knight de World of Warcraft.

Deux Cosplayers ont été sélectionnés pour la finale à la Japan Expo Paris le Samedi 6 Juillet 2019. MistveinCosplay en Dr. Strange dans la catégorie ECG Solo, et Shun Geek & Meilyli en Nightmare before Christmas dans la catégorie ECG Group. La photo ci-dessous (de moi cette fois-ci) montre les Cosplayers quasiment au complet sur la scène.

Cosplays

Je vais parler une dernière fois Cosplay en évoquant ceux que j’ai vu un peu partout dans le salon. Entre ceux que j’ai pris en photo, avec qui j’ai pu poser, et un bonus

Une Lightning Tracer par Willow Creative et un Kyûbi / Kurama.

Pas mal de défilés de cosplay sur le tapis rouge du Hall 1. Comme ces Cosplayers de Star Wars.

Une parodie de génie de la société EA et sa politique de DLC. Et un Nick Fury dont je n’ai pu trouver que l’Instagram.

Pep’s Cosplay que j’ai revu et qui incarnait la même Valkyrie (version Comics) qu’à la MIA 2019 à 2-3 modifications près. Et un groupe de Cosplayeuses Overwatch composé de Delightify Cosplay en BrigitteSSJBra en Ange, aniki_cosplays en Tracer, et cenfluff en Widowmaker.

Et pour finir, Robin Art & Cosplay en Spider Gwen / Venom (ou Gwenom) avec qui j’ai pu poser. Et…moi-même, avec ma tentative de Cosplay de Marty McFly que j’avais déjà porté à la dernière Paris Manga en date. Et immortalisé par Jérémy Laurencin.

Conclusion

Deuxième convention Belge d’affilée où j’aurais également passé un bon moment. Une Comic Con largement plus intéressante que son équivalent parisien, et qui m’aura permis de revoir et rencontrer énormément de personnes. D’ailleurs un grand merci à tous ces gens sans qui tout ça n’aurait pas eu la même saveur.

Cela dit, il y a des choses que j’ai moins apprécié. Le prix exorbitant des goodies et surtout de la bouffe sur place. Comme leurs hot-dog (qui ne sont rien d’autre qu’une vulgaire tranche de pain avec une saucisse dedans) à 10€, fallait oser. Et faudra qu’on m’explique qu’est ce qui justifie le fait que les toilettes de la FACTS soient payantes ? De toutes les conventions que j’ai fait ces 10 dernières années, c’est la première fois que je vois ça. De toute manière, j’ai toujours eu du mal avec l’idée de rendre des toilettes publiques payantes.

Si j’y retourne, cela dépendra surtout des invités qui seront annoncés. Mais ça reste un salon à faire au moins une fois pour tout adepte de la pop-culture.

Merci de m’avoir lu.

[Reportage] Made in Asia 2019

Du Vendredi 8 au Dimanche 10 Mars 2019 a eu lieu la 11ème édition de la Made In Asia & Youplay au Parc des Expositions de Bruxelles (Brussels Expo).  Le salon phare dédié à la pop-culture, aux mangas, animes et jeux vidéos en Belgique. Et à ne pas confondre avec le festival Made In Asia ayant lieu à Toulouse à la fin du mois, et consacré à la culture asiatique en général.

J’y étais pour la toute première fois le Samedi 9 Mars,  et c’est tout naturellement que je vais vous conter ma visite en ces lieux à travers cet article Reportage.

Contexte

Il faut savoir que la Made In Asia (que je vais abréger par MIA) fait partie du réseau international Heroes. Regroupant 11 évènements dédiés à la pop-culture, et répartis sur 4 pays en Europe. Dont parmi ces évènements figure un autre salon Belge, la FACTS. La Comic Con locale qui aura lieu du 6 au 7 Avril prochain à Gand, et où je me rendrais également.

Cette année, la MIA a accueilli plus de 70.000 visiteurs au sein des 5 Halls (appelés ici « Palais« ) disponibles parmi les 12 du plateau de Heysel. Et d’une superficie totale d’environ 56.000m². À titre de comparaison, c’est 2,5x moins que la Japan Expo Paris à Villepinte. D’ailleurs, je vais de suite parler de la manière dont ils ont été répartis.

Répartition

Pour voir le plan en HD c’est par ici

À la MIA, chaque Palais avait son propre thème. Chose bien pratique dans le cas où on chercherait quelque chose en particulier. Puisqu’on saurait déjà dans quelle zone se rendre en cas de besoin. Je vais lister de manière non exhaustive ce qu’on pouvait y trouver parmi ce que j’ai pu voir.

Palais 3

De gauche à droite en suivant le plan, en premier lieu le Palais 3. Qui faisait office à la fois de restaurant et de salle de concert. D’ailleurs, je pense que ce n’était pas la meilleure des idées de les faire cohabiter. Difficile de manger tranquillement avec le boucan que font les artistes sur scène.

Palais 4

Pour moi c’était la zone la plus intéressante du salon, qui regroupait les activités phares telles que le Lazer Game, une zone de Parkour, et même du rodéo de Licorne

Dans le village Ghibli, on pouvait y admirer quelques décors et statues de personnages issus du film d’animation « Mon Voisin Totoro » (1999) de Hayao Miyazaki.

Non loin de là, une poignée d’invités de marque ont répondu présent. Dont Takahiro Yoshimatsu connu pour son travail sur Dragon Ball et Hunter X Hunter. Yoshiharu Sato du Studio Ghibli qui avait bossé sur « Mon voisin Totoro » et « Kiki: la petite sorcière » (2004) pour ne citer que ceux-là. Maliki, l’auteur de la BD Française éponyme. Et Nadou, illustratrice et auteure de BD à qui l’on doit le poster officiel de ma MIA 2019.

Je reparlerai plus bas des Cosplays que j’ai croisés au Village Cosplay, des dioramas de l’Expo des Légendes, et du Musée One Piece.

Palais 5

Le plus grand de tous en termes de superficie avec 13.040 m² à lui tout seul. Le Palais 5 était ni plus ni moins que la boutique du salon. Autant dire que c’était la zone la plus fréquentée de la MIA, et une de celles où j’ai eu le plus de mal à me déplacer. Tous les produits dérivés possibles et imaginables typiques des conventions du genre s’y trouvèrent. Qui pour beaucoup sont à des prix plus élevés qu’ailleurs (et qui sont même plus chers qu’avant selon certains témoignages). Tout ça pour dire que même si on peut y trouver de tout, ce n’est rarement en convention qu’on fera les meilleures affaires.

Beaucoup de figurines des Avengers vus dans « Infinity War » sorti l’année passée, avec même un joli mug à l’effigie du Gant de l’Infinité de Thanos.

Pas mal de goodies Harry Potter avec notamment le Vif d’Or, le Retourneur de Temps, la Coupe de Feu, un (faux) Hedwige et etc.

De grosses figurines impressionnantes par leur qualité d’usinage et issues des mangas Berserk, Death Note, Full Metal Alchemist et Cobra. Malheureusement toutes en rupture de stock au moment des faits, et à un prix dépassant très largement la centaine d’euros chacune.

Palais 6

Le Palais 6 qui était le premier de la zone Youplay, dédié aux jeux de sociétés / plateaux, et surtout aux dédicaces Youtubeurs. Avec entre-autres le Joueur du Grenier, Poisson Fécond, Trash, Axolot, Sheshounet et d’autres.

Palais 7

Et enfin le Palais 7. Second de la zone Youplay, c’était du jeu vidéo à tous les coins de rue.

Le groupe Epic Pixel Battle y assurait un concert sur la scène du Palais entre 2 séances de dédicaces. Quelques consoles customisées étaient exposées en vitrine dont une aux couleurs de la saga Final Fantasy.

Parmi les jeux jouables chez Nintendo, Super Smash Bros Ultimate répondait présent aussi bien en tournoi que pour du freeplay.

Du Retrogaming en veux-tu en voilà. Et un Mario gonflable ayant pris un léger coup de soleil

Une petite zone Zelda Gaming qui en plus d’exposer en vitrine des jeux, consoles, accessoires, OST et autres, permettait de jouer à quelques titres parmi les plus populaires de cette saga. Dont Minish Cap, et Four Swords Adventures sortis sur GBA, ainsi que des plus récents comme Link’s Crossbow Training sorti sur Wii, et le dernier opus en date Breath of The Wild.

Toujours pour rester dans le thème Zelda et à quelques mètres de là, un sublime diorama rendant hommage aux opus sortis sur consoles de salon. Et la fameuse statue dorée de Link chevauchant Epona qui était l’objet le plus cher de l’ancien Club Nintendo.

L’Expo des Légendes – Dioramas en pagaille

Dans le Palais 4 de la MIA, j’ai vu le plus grand et le plus bel espace diorama qu’il m’ait été donné de voir en convention jusqu’ici. On le doit à l’association Les Amis de Ma Déesse et les innombrables artistes contributeurs, qui ont déjà exposé leur collection durant d’autres conventions francophones. Je n’ai pas pu tout prendre en photo mais je vous laisse admirer ce que j’ai immortalisé.

Dans cette fournée, un(e) Game Boy avec les blocs Tetris incrustés dedans. Deux mini bornes d’arcade et autant de dioramas Crash Bandicoot dont celui de droite réalisé par Kaozium Creation. Un sur Duck Hunt avec le Zapper par L’atelier du darkpony, et un autre sur Mario Kart. Un diorama Saint Seya par ShaGminator et un sur Sonic dans Green Hill Zone. Et des Pokeballs qui font office de « vivariums » pour Pokemons par Lily d’Or – Art & Création.

Un de mes coups de cœur de l’expo par JakssDio. Sephiroth et Cloud du jeu Final Fantasy VII qui s’affrontent sur l’épée de ce dernier. Épée qui a préalablement tranché en deux le boitier du jeu PS1. Sans oublier la console et la manette d’origine. Le souci du détail est présent.

Un Gundam monté de toutes pièces avec les consoles et manettes NES et SNES. Plusieurs dioramas sur Dragon Ball par Le Continuum du CapitaineSisko, Renatus Land, Les Freres Viste Diorama et sur Saint Seya par ShaGma.

Dante de Devil May Cry tapant la pose sur la première version de la PS3, et une nouvelle fois par JakssDio, un du manga Claymore par Kaozium Creation à nouveau. Et juste au dessus, la scène de Naruto ShippudenShikamaru affronte Hidan dans la forêt du clan Nara.

Un imposant diorama sur Goldorak. Et un qui illustre le combat entre le 1er et le 3ème Hokage dans Naruto. J’apprécie le rendu de l’eau et du feu sur ce dernier.

Pour finir, du One Piece par Renatus Land, KenshiWadio , et Lily d’Or – Art & Création. Et du Saint Seiya.

Le Musée One Piece

Toujours dans le Palais 5, avec certainement la plus belle chose que j’ai vu à la MIA. Le musée One Pïece érigé par le Dok’ de la chaine One Piece Passion et son équipe. Un vidéaste que j’avais déjà croisé à la Japan Expo Paris et à la Paris Manga. Un musée fait par des fans, POUR des fans. Et vous allez très vite comprendre pourquoi au travers de cette galerie.

Et petite précision qui a son importance. Le contenu de certaines photos et de leur légende peuvent potentiellement spoiler ceux qui ne suivent que l’anime ou la parution française des tomes. Je préfère prévenir.

On pouvait y admirer de nombreuses planches accrochés au mur. C’était soit des originaux du manga, soit des documents storyboard qui ont servi pour l’anime. Autant dire qu’ils sont rares.

Au sein du musée, on avait la possibilité de faire un détour par le fameux Monde des Miroirs qui fut le théâtre de l’affrontement entre Luffy et Katakuri. Avec la photo de Mother Caramel prête à être cassé au marteau par Brook qui a même laissé son chapeau. Et sur la photo de droite trônait le Bisentō, l’arme de prédilection de l’ex-Empereur feu Barbe Blanche.

D’ailleurs, je n’ai pas pu résister à l’envie de me faire prendre en photo à gauche prêt à passer à l’action. Et à droite aux cotés de la planche manga qui a inspiré mon T-shirt One Piece. Avec un Luffy qui préparait pour la toute première fois son Gear Second.

Et pour finir, de nombreuses vitrines qui mettaient en valeur de sublimes figurines en résine.  Dont celles de chez BP Studio qui comprend Doflamingo en duo avec Luffy en Gear 4, Big Mom et Eneru. Et un diorama de Pica vs Zoro par Duo-Rama.

Une figurine d’Akainu brillant de mille feux (sans mauvais jeux de mots) de chez Pandora Studio. Un duo avec Shanks sauvant de justesse un jeune Luffy d’un monstre marin réalisé par Surge Studio, et Luffy qui hisse le drapeau du royaume de Drum par Naga Studio. Et Cracker de chez Gold Peter Studio.

Et j’ai gardé le meilleur pour la fin. Ce que je considère comme la pièce maitresse du musée et une des plus belles figurines One Piece que j’ai vu jusqu’à présent. BP Studio a illustré de la plus belle des manières l’un des moments les plus épiques de l’arc Marineford. Le « clash » entre Barbe Blanche et Akainu. Le souci du détail a été poussé tellement loin que même les séquelles de cet affrontement sont visibles physiquement sur les combattants, et plus particulièrement sur le côté gauche du visage de l’Empereur. Et ce n’est pas beau à voir…

Cosplay

J’ai pu immortaliser quelques Cosplays dans le Palais 5 autour du village dédié. Le seul endroit avec l’extérieur des murs où il était possible de les prendre en photo tranquillement sans qu’il y ait trop de monde autour. Je mettrais les pages Cosplay de ceux qui en ont une.

La boutique de matières premières Cosplay Craft (qui vient de fêter ses 4 ans d’existence) était sur les lieux. Et un photocall Cosplay était même mis à disposition pour les intéressés

À gauche du Overwatch avec Genji et son skin Baihu, et Reinhardt par Nathunter Cosplay, Art, 3D. Et à droite du One Piece avec l‘Équipage du Chapeau de Paille presque au complet de la Mugiwara Cosplay Team.

Du Marvel cette fois avec Dr. Strange, Thor par Wolfy Cosplay, Bucky et ce qui semblerait être ThorPool.

Du jeu vidéo avec Isaac Clarke de Dead Space, et Link par Non Stop Props avec l’armure archéonique de Breath of the Wild et le chapeau de Midona de Twilight Princess.

J’ai pu voir de loin le show Cosplay du Samedi où j’aurais vu défiler un certain nombre de Cosplayers dont Enaelle’s Arts en Shyvana de LoL.

Et enfin une amie Cosplayeuse que j’ai croisé brièvement à cette MIA (et à d’autres conventions antérieures à celles-ci) et que je n’ai pas pu prendre en photo ce jour-là. Pep’s Cosplay en Valkyrie prise en photo par Wallain photographie.

Coup de gueule

Avant de conclure, je ne pouvais passer sous silence certaines choses que j’ai lu et vu sur cette MIA qui sont révoltantes.

Dont un incident ayant eu lieu au musée One Piece. Un individu visiblement limité intellectuellement, a volé le chapeau ET le marteau de Brook. Un cas qui est loin d’être isolé si j’en crois certains témoignages faisant allusion à des vols des caisses sur les stands des jeunes créateurs pour ne citer que cet exemple.

Et ce qui me révolte le plus, c’est qu’il n’existe pratiquement aucun moyen de retracer ce genre de délit à moins d’avoir par chance un témoin oculaire sur les lieux. J’ai même lu que le Lazer Game a été vandalisé… Mais on est où là ?

Ou comment démotiver les exposants de revenir à la MIA. Eux qui ont dû sacrifier tellement de temps pour préparer leur venue pour qu’au final ça se passe de la sorte et voient une partie de leur travail (si ce n’est pas l’entièreté) qui se retrouve réduite à néant.

J’ai l’impression que le fait de placarder des « Cosplay is not consent » un peu partout (car oui le manque de respect envers les Cosplayers(euses) est toujours d’actualité), et rappeller sans cesse les règles du savoir-vivre dans ce genre d’événements, n’ont que peu ou pas d’effets sur le long terme. C’est désolant, mais ce n’est pas une raison pour que ça continue ainsi. Les conventions ont été et doivent toujours être des moments de partage et de respect avant tout. Il ne faut pas l’oublier.

 

Conclusion

Malgré les problèmes suscités, j’ai passé un bon moment à ma toute première convention Belge que fut la MIA 2019. Et en tant qu’habitué des conventions du genre, je l’ai trouvé plutôt sympathique sans être exceptionnelle. J’ai beaucoup apprécié l’organisation des Halls même si il était assez  difficile de circuler dans les allées le Samedi. Et un gros big up aux artistes / créateurs qui se sont donné à fond pour nous en mettre plein les mirettes à travers leurs expos.

J’en profite pour remercier tous  ceux avec qui j’ai partagé le séjour à Bruxelles et qui m’ont accompagné. Et aussi aux autres amis / cosplayers que j’ai pu croiser sur place. Pour ma part, j’ai bien l’intention d’y retourner l’année prochaine si mes disponibilités me le permettent.

Merci de m’avoir lu 👍