[Actu] Le récap jeux vidéos : semaine 38 (14/09 – 20/09)

Nouvelle session de mon récap hebdomadaire et non exhaustif de l’actu vidéoludique. Au programme de la semaine du 14 au 20 Septembre 2020, la PlayStation 5 lâche ses dernières infos, la Nintendo 3DS tire sa révérence, et un grand nom de chez Ubisoft quitte le navire.

Conférences

PlayStation 5 Showcase (16/09/2020)

Après Xbox, c’est Sony qui s’est chargé d’annoncer la date de sortie et le prix de sa future console durant un Showcase dont j’ai déjà donné mon avis. Ça sortira 19 Novembre 2020 en Europe aux tarifs de 399,99€ pour la « Digital Edition« , et de 499,99€ pour le modèle de base.

Nintendo Direct Mini : Partner Showcase (17/09/2020)

Le lendemain du côté de chez Nintendo s’est tenu un nouveau Partner Showcase dédié aux jeux d’éditeurs tiers à venir sur Switch.

Ont été annoncés : Monster Hunter Rise (26/03/2021), Monster Hunter Stories 2 : Wings of Ruin (été 2021), Fitness Boxing 2: Rhythm & Exercise (4/12/2020), Disgaea 6: Defiance of Destiny (été 2021), Empire of Sin (1/12/2020), Sniper Elite 4 (2020), Hades (disponible), Balan Wonderworld (26/03/2021), Rune Factory 5 (2021), et Ori and the Will of the Wisps (disponible).

Cyberpunk 2077 – Night City Wire: Episode 3

À deux mois de sa sortie le 19 Novembre 2020, CD Projekt a tenu son troisième rendez-vous mensuel cette fois consacré au level-design du monde de Cyberpunk 2077, et aux différents gangs qu’on sera amenés à croiser durant l’aventure.

News

Fin de la 3DS

Cette semaine, la firme au plombier a annoncé l’arrêt de production de la famille Nintendo 3DS. Sortie le 25 mars 2011 en Europe, et écoulée à près de 76 millions d’exemplaires à travers le monde. Des chiffres honorables mais la placant derrière toutes les autres consoles portables de la firme, et bientôt derrière la Switch qui la rattrape déjà en termes de jeux vendus. Jeux qui continueront toujours d’exister aussi bien sur l’eShop qu’en boutique.

Michel Ancel quitte Ubisoft

L’homme à qui l’on doit la saga des Rayman a annoncé via son compte Instagram qu’il prendrait sa retraite vidéoludique après plus de 30 décennies passées dans l’industrie. Le développement de Beyond Good & Evil 2 et WiLD qu’il supervisait avant son départ, se finiront sans sa tutelle désormais. Ses futurs projets seront consacrés à la préservation naturelle.

Sorties (liste non exhaustive)

15/09 : eFootball PES 2021 (PS4, One, PC)

17/09 : Crysis Remastered (PS4, One, PC)

17/09 : Le Donjon de Naheulbeuk : L’Amulette du Désordre (PS4, One, PC)

17/09 : Hades (Switch)

17/09 : Ori and the Will of the Wisps (Switch)

17/09 : The Long Dark (Switch)

18/09 : Super Mario 3D All-Stars (Switch)

18/09 : WWE 2K Battlegrounds (PS4, One, Switch, PC)

À la prochaine pour un nouveau récap !

[Avis] PS5 Showcase – Payer plus pour jouer plus ?

Plus de 3 mois après le reveal de la PS5, Sony a récidivé hier le 16 Septembre 2020 à 22h heure française. Avec un show de 45 min dédié aux jeux first-party déjà connus ou non de la machine, et les informations que tout le monde attendait concernant le prix et la date de sortie. Voici ce que j’en ai retenu.

La next-gen augmente ses tarifs

Ça sera donc le 19 Novembre 2020 en Europe à 499,99€ pour la version classique (autant que la Xbox Series X sortant le 10 du même mois), et 399,99€ pour la Digital Edition sans lecteur disques. Un prix global, et surtout une différence de prix entre les deux modèles qui ne me surprends pas et qui pourrait même faire pencher la balance en faveur de la version dématérialisée qui à elle seule, coûte le prix de la PS4 à sa sortie.

Même constat pour la manette DualSense au tarif de 69,99€, soit 10€ de plus que sa grande sœur de DualShock 4. Une information qui n’a pas été mentionnée durant le Showcase mais figurant sur l’article dédié du Blog PlayStation.

L’Europe devra attendre encore un peu pour une raison qui m’échappe encore..

Blog sur lequel on apprend entre-autres, que les plus gros jeux PS5 coûteront pas moins de 79,99€. Une augmentation globale de 10€ par rapport à la génération précédente, et qui fait mal au portefeuille. Peut-être que les prix ont augmentés car les jeux coûtent de plus en plus chers à produire, mais personnellement ça me donne surtout envie de ne pas les acheter le jour-j. Je préfère attendre de les prendre en occasion quand ça aura baissé. Puis bon j’ai aussi un problème avec les jeux solo qui coûtent une blinde, pour une expérience de jeu ne dépassant même pas la dizaine d’heures…

Le packaging officiel de la Digital

Tout ça pour nous inciter à prendre l’Édition Digitale. En y réfléchissant bien, une console moins chère de 100€ ne supportant que les jeux dématérialisés, mais avec un système d’abonnement similaire au Xbox Game Pass de la concurrence, ça ferait de sacré économies sur le long terme. De toute manière, je sens qu’on va lentement mais sûrement vers du tout dématérialisé concernant le Jeu Vidéo.

Moi ce qui me rend triste, c’est que je suis persuadé que cette augmentation des tarifs n’aura que peu d’influence sur les ventes. On aura beau être une poignée à râler ou inciter au boycott (ce qui n’a rarement marché), la masse suivra et ce genre de pratique deviendra normale dans le futur. Exactement comme les DLC et les Microtransactions autrefois décriées, mais qui sont monnaie courante aujourd’hui. Ne serait-ce que pour des raisons économiques, un retour en arrière après ça me semble peu probable.

Histoire de finir sur la console, à deux mois de sa sortie il aurait été intéressant de nous montrer à quoi ressemblera l’interface, ainsi que le fonctionnement de cette fameuse rétrocompatibilité annoncée avec la plupart des jeux PS4. Car tout ce qu’on a à ce sujet pour le moment, c’est ce PS+ Collection qui sera réservé aux premiers possesseurs de la console, et permettant de jouer sans surcoût aux jeux de l’ancienne génération pour une durée encore inconnue.

Les jeux

Petit tour d’horizon des quelques titres qui m’ont fait de l’œil durant cette conférence.

Marvel’s Spider-Man : Miles Morales (19/11/2020)

Enfin du Gameplay pour ce stand-alone de lancement de la PS5, et autant dire que ça envoie pas mal. Par contre on a appris dans la foulée qu’il sortira aussi sur PS4, et ça fera clairement la différence de mon côté mais j’en reparlerai plus bas.

Demon’s Souls Remake (19/11/2020)

Autant je ne suis pas un aficionados des « Souls Like« , autant le travail de remasterisation de cet opus est remarquable. Le studio Bluepoint Games n’en n’est pas à son coup d’essai car c’est aussi à eux qu’on leur devait le Remake de Shadow of the Colossus sorti deux ans auparavant sur PS4.

Hogwarts Legacy: L’Héritage de Poudlard (fin 2021)

C’était pour moi l’une des plus grosses bonnes surprises de ce Showcase. L’annonce d’un RPG se déroulant dans l’univers d’Harry Potter, mais vers la fin des années 1800. En tout cas ça change agréablement des anciens jeux tous tirés des films / bouquins de la franchise.

God of War : Ragnarok (2021)

Pour finir, le « One More Thing » de cette conférence, et pas des moindres. Une annonce que j’attendais, mais certainement pas de cette manière et pas aussi tôt. Un court teaser où l’on peut distinguer la voix d’un Kratos s’adressant certainement à Atreus, et le logo de la franchise se dessiner lentement jusqu’à afficher un 2021 qui me font poser quelques questions. Est-ce chez Santa Monica Studios ils ont eu ne serait-ce qu’un moment de répit entre l’épisode PS4 sorti en 2018 et celui-là ? À quelle période de l’année comptent-ils le sortir s’il n’est pas repoussé d’ici là ? Parce que Horizon II: Forbidden West est aussi prévu pour l’année prochaine. D’ailleurs tout comme ce dernier, ce God of War ne finira il pas lui aussi sur PS4 ?

Un teasing qui m’a très fortement rappelé celui de Metroid Prime 4 annoncé à l’E3 2017 presque de la même manière, mais à la différence près qu’aucune date n’avait été annoncée, et que Retro Studios n’était même pas affilié au projet. Nintendo devrait en prendre de la graine car si Sony s’est permis de l’annoncer ainsi, c’est qu’il y aura du concret à montrer très prochainement. Hâte de voir ce que va nous proposer cette suite du jeu qui m’avait fait acheter la PS4.

Conclusion

Ce second Showcase PlayStation de l’année bien qu’intéressant sur le fond et la forme, ne fait que confirmer davantage mes intentions pour cette nouvelle génération de consoles. Certainement pas à sa sortie et probablement pas avant un bon moment.

Pourquoi ? Parce que les rares jeux qui seraient susceptibles de me faire prendre la PS5, sortiront aussi sur PS4. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt d’acheter une nouvelle console juste pour des jeux auxquels je peux déjà jouer sur un support que je possède déjà. Pour le coup on est plus « cross-gen » que « next-gen », car de véritables exclues day-one y en a très peu au final.

Et de vôtre côté, vous comptiez prendre la PS5 à sa sortie ou après ?

[Actu] Le récap jeux vidéos : semaine 37 (07/09 – 13/09)

Nouvelle session de mon récap hebdomadaire et non exhaustif de l’actu vidéoludique. Au programme de la semaine du 07 au 13 Septembre 2020, ça bouge du côté de chez Xbox, de nouveaux reports, et le retour d’Hyrule Warriors entre-autres.

Conférences

Ubisoft Forward

Le 10 Septembre dernier s’est tenu le second Ubisoft Forward de l’année. Parmi les grosses annonces qui en ont découlé : Immortals: Fenyx Rising (3/12/2020), le Remake de Prince of Persia : Les Sables du Temps (21/01/2021), un Remaster pour Scott Pilgrim vs The World, et Riders Republic (25/02/2021).

News

Xbox Series S + All Acces

La grosse annonce de la semaine fut sans nul doute l’officialisation de la Xbox Series S au prix de 299,99€. Version réduite (et dépourvue de lecteur disques) de la Series X qui elle, sera vendue à 499,99€. Les deux modèles sortiront le 10 Novembre prochain.

Mais pour ceux qui seraient réticents à payer les machines plein pot, le futur service d’abonnement Xbox All Access permettra de repartir avec la machine voulue et le Xbox Game Pass Ultimate permettant de jouer à de nombreux jeux Xbox pendant 2 ans. Aux tarifs de 34,99€/mois pour la Series X, et 24,99€/mois pour la Series S.

Xbox Game Pass + EA Play

D’ailleurs histoire de rester sur la firme de Redmond, on a appris dans la foulée que le service EA Play serait inclus dans le Game Pass sans surcoût supplémentaire dès la fin de l’année en cours.

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau

L’annonce surprise de la semaine chez la firme au plombier fut le reveal d’Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau. Développé par Nintendo & Koei Tecmo et annoncé pour le 20 Novembre, il prendra place 100 ans avant les évènements de Zelda Breath of the Wild durant la chute du royaume d’Hyrule en compagnie de Link, Zelda, les autres « Champions » et probablement d’autres personnages jouables à annoncer.

Reports

Cette semaine aura aussi été marqué par deux reports de jeux attendus. Le premier est No More Heroes III qui devait sortir pour la fin de l’année pour finalement être décalé à l’année prochaine sans plus de précisions. Je ne pense pas avoir besoin d’en expliquer la raison..

Même schéma pour Kena : Bridge of Spirits qui figurait parmi les jeux de lancement de la PS5 pour être finalement reporté à une date ultérieure.

À la prochaine pour un nouveau récap !

[Wallpapers] Fournée du 12.09.2020

Hyrule Warriors : Age of Calamity (en 8K par ici)

Mecha Kingdoms Leona

Satorl March By Night by Orioto

The Last of us Part II by PatrickBrown

Manor Lords – Keyart by WojtekFus

A Voyager’s End by tigaer

Blade Runner The Gates by Ifreex

Eibsee (Allemagne)

Mononoke Forest

Gokyo Ri (Népal)

Holidays by JoeyJazz

EVA by Huang Fan

Fitz Roy (Patagonie)

Sanctum of control by Julian-Faylona

The Future by AnthonyPresley

Treasure planet III by ERA7

Valley by DominiquevVelsen

A world beyond by MaxDocker

The Shadow and the Flame (LOTR) by AnatoFinnstark

Jean (Genshin Impact) by raikoart

[Cinéma] Critique – TENET

Dernier film en date de Christopher Nolan qui met une fois de plus le temps à rude épreuve, voici mon avis sans spoilers sur TENET sorti le 26 Août dans les salles obscures françaises.

Nolan n’a pas l’temps

Ceux qui connaissent un tant soit peu la filmographie de Nolan savent qu’il a toujours eu une certaine obsession pour le temps. De la manière dont il s’écoule et dont il dessert le scénario. Au point d’en faire le thème central de films comme Memento et Inception que je ne spoilerai pas ici, mais que j’ai trouvé nettement plus limpides que ce TENET qui a tendance à se noyer dans son propre concept par moments.

Un concept pourtant loin d’être inintéressant dans l’idée. Puisqu’il est non pas question de voyage dans le temps à proprement parler, mais  de « renversement temporel ». Présenté ainsi ça parait barbare mais le film prend bien le temps (peut-être trop même) de nous l’expliquer à travers ses personnages. Des explications aux faux airs de cours de physique et nécessitant d’être bien réveillé durant la séance au risque de ne rien capter. Au point où j’ai dû moi-même éplucher 2-3 articles et vidéos sur le net pour comprendre certains éléments du scénario, et voir les nombreux indices et détails qui m’ont échappé lors du premier visionnage.

Comme cette histoire avec le « carré de SATOR » qui est évoqué dans le film d’une manière assez subtile, et une théorie très intéressante sur le personnage de Neil qui pourrait expliquer certaines de ses actions, et son dévouement envers le Protagoniste.

Autant je ne suis pas contre les films qui poussent à une certaine réflexion et laissent libre court à l’interprétation du spectateur, autant dans le cas de TENET, je trouve que ça va beaucoup trop loin. Pour moi, un film et son seul visionnage devrait se suffire à lui-même pour en saisir les enjeux principaux. À moins qu’on veuille développer un autre regard sur la chose.

Toutefois fallait y penser, surtout quand un paquet de films ont déjà traité du voyage temporel avant ça. Au risque de se retrouver avec un bon nombre d’incohérences scénaristiques et faux-raccords visuels. Aussi perfectionniste que soit Nolan, il est probable que son film en ait fait les frais, mais ça ne m’a pas sauté aux yeux si c’est le cas.

Esthétique

En termes de réalisation et de photographie, TENET se situe dans le haut du panier des films de Nolan, et du genre en général. Le fait de l’avoir vu au Grand Rex de Paris la veille de sa sortie a beaucoup joué sur mon appréciation. Même si le son était un peu trop fort à mon goût mais bref. La plupart des séquences et scènes d’action sont de qualité et certaines m’ont fait penser à du James Bond dans l’esprit, surtout durant la première partie du film.

Comme la toute première à opéra que j’ai trouvé excellente sur ces aspects, avec un rythme effréné caractéristique du film, et la puissante musique de Ludwig Goransson qui accompagne l’action tout du long. Musique qui par moments fait penser à du Hans Zimmer, le partenaire musical habituel du réalisateur jusqu’ici.

D’autres scènes ont le mérite d’être assez originales dans leur exécution. Comme celle dans un certain avion, ou la « course poursuite inversée » sur une autoroute. À ma connaissance, aucun film avant lui n’avait été filmé de cette manière.

Seul point noir, « l’assaut final » que j’ai trouvé très brouillon et où j’ai décroché de l’action tellement ça partait littéralement dans tous les sens.

Distribution

Globalement le casting s’en tire avec les honneurs même si je ne me suis pas autant attaché aux personnages comme ce fut le cas dans un autre film de Nolan qu’était Interstellar par exemple. Avec John David Washington plutôt convaincant dans son rôle de l’autoproclamé Protagoniste. Robert Pattinson mystérieux mais excellent en tant que Neil, et dont sa prestation m’a encore plus donné envie de le revoir endosser le costume du Batman. Elizabeth Debicki très classe en tant que Katherine et qui a une évolution intéressante.

Celui qui m’a le plus marqué étant Kenneth Branagh endossant le costume du vilain. En incarnant un Andrei Sator (comme le carré du même nom tiens) effrayant et avec un accent Russe étonnant en VO connaissant ses origines Irlandaises. Même si vers la toute fin il frôle la caricature.

Conclusion

Bien qu’il ne soit pas mon préféré de la filmographie de Nolan, çe TENET est un film audacieux. Ce qui est à la fois sa force et sa plus grande faiblesse. La faute à un concept qui a défaut d’être original, m’a perdu à plusieurs reprises durant la séance. J’ai passé trop de temps à assimiler les nombreuses infos et comprendre ce qu’il se passait, au lieu de profiter du film comme il se devait. Toutefois, ça reste un long-métrage à voir au ciné au moins une fois ne serait-ce que pour profiter de la réalisation, surtout en ces temps qui courent. « Pour la postérité. »