[Reportage] Japan Expo 2019 (1/2)

20 ans auparavant, un des festivals pionniers en Europe de la culture japonaise, des mangas, animes, et du cosplay vit le jour. 2 décennies plus tard, la Japan Expo s’est petit à petit imposée comme un incontournable du genre, et ça n’est pas prêt de s’arrêter.

Pour la 5ème fois sur ce WordPress, il est temps pour moi de vous narrer sur 2 articles ma visite annuelle en ces lieux du 4 au 7 Juillet. La première partie étant consacrée aux 2 premiers jours du Jeudi et Vendredi.

Accréditation

Mais avant de vous raconter tout ça, je tenais à remercier chaleureusement l’équipe presse de la Japan Expo pour m’avoir filé une accréditation Presse. Après une demande de création d’entité refusée en 2016, puis validée en 2018 mais sans l’avoir, j’ai enfin pu obtenir le précieux sésame pour cette édition 2019. Un badge qui a une valeur particulière à mes yeux puisque c’est le tout premier que j’obtiens après 11 visites d’affilé. Comme quoi la persévérance, et probablement le travail que j’ai abattu sur mon site ont payé.

Mais ce badge aussi prestigieux soit-il, ne me donnait pas accès à tout (j’en reparlerai). Il avait pour principal utilité de me donner l’accès aux lieux (et au parking dédié)  sans frais et sur toute sa durée de la convention. En passant non plus par le Hall 7 comme je l’avais toujours fait jusqu’à présent, mais par le passage de sortie du festival dans le Hall 5. Accessible par le couloir de verre sur la gauche une fois sorti de la gare du Parc des Expositions. Passage réservé aux exposants et autres médias, et me faisant gagner un temps d’attente considérable.

Le fait que l’entrée me soit offerte fut la raison même qui m’a motivé à faire la Japan Expo pour la toute première fois durant les 4 jours. En je vais commencer par le premier d’entre eux.

Jour 1 – Jeudi 4 Juillet

Journée qui débuta par mon 3ème passage de suite au stand de Djiguito toujours dans le Hall 6 tout près de l’entrée. Non seulement pour enfin me procurer le 3ème volume de Dirty Cosmos que je n’ai pas pu avoir l’année passée pour cause de rupture de stock. Mais aussi son tout premier manga Mary Kimpride. Une comédie romantique hilarante dans un univers western sortie ce mois-ci, illustrée et scénarisée par Djigui lui-même. Vous verrez le tout dans mon pactole final.

À quelques allées de là, se tenait à nouveau le stand des copains de chez Orbesonge que j’ai salué pour la 5ème année consécutive. Mais cette fois en effectifs et moyens très largement réduits. Puisque seuls Capitaine Blue et Arcaël tenaient un stand dont l’absence de l’habituelle tonnelle bleue s’est fait cruellement ressentir en termes de visibilité. J’en suis reparti avec un « attrape-rêve » ficelé par les mains de Blue et qui sera lui aussi visible dans mon pactole.

Dans le Hall 5 en plein dans le Village Cosplay, j’ai pu voir le gros stand ou devrait-je dire, l’atelier de LoveCraft Studio tenu entre-autres par les Cosplayers Xia, Dounice, PakuPaku Ru, Samus, Libs, Shenzi, Props it Yourself et ceux que j’oublie surement. Qui en plus d’exposer leurs costumes, assuraient des animations quotidiennes de craft, sculpture, peinture et autres. Ils faisaient aussi dans la réparation au coin « Cospital » comme ils l’ont eux-mêmes appelé, avec au total 140 réparations effectuées sur les 4 jours.

Parmi les invités de prestige de cette Japan Expo, figurait le mangaka Leiji Matsumoto. L’homme qui a donné naissance au fameux corsaire de l’espace le Capitaine Albator (Captain Harlock au Japon) plus de 40 ans auparavant. Que je n’ai pas vu en chair et en os, mais dont j’ai pu voir le petit décor fort sympathique érigé en hommage à cette saga.

On ne fête pas 20 ans de Japan Expo sans se remémorer quelques souvenirs. Et c’est ce qui était fait au sein de la Japan Expo Memorial Zone dans le Hall 6. Avec des vidéos retraçant l’évolution du festival au fil des années, et un photocall dédié pour des photos souvenirs qui devraient figurer dans un livre spécial dont j’ignore encore la date de parution.

Aya Hirano, une Seiyū connue pour avoir prêté sa voix à Misa Amane dans Death Note, et Lucy Heartfillia dans Fairy Tail, tenait une conférence vers midi ce jour-là sur la scène Kuri.

Dans la zone Gaming du salon, quelques nouveautés étaient testables comme Borderlands 3 qui sortira le 13 Septembre. Ayant attiré beaucoup de monde sur place mais que je n’ai pas testé.

La dernière extension en date du MMO Final Fantasy XIV qu’est Shadowbringers était lui aussi jouable sur 48 postes.

À 2 pas de là se tenait l’éternel stand Nintendo toujours aussi vaste et plein à craquer durant les fortes périodes d’affluence.

Durant les 3 premiers jours du salon, j’ai rejoué à Super Smash Bros Ultimate tout juste 1 an après l’avoir testé pour la toute première fois en ces lieux. Dans le but de tenter les tournois quotidiens sur place, mais dont je n’ai pas réussi à aller plus loin que les phases de poules. D’ailleurs rien que le Dimanche, près de 700 participants ont tenté leur chance d’après le staff. C’est énorme, mais bien moins qu’en 2018 où on ne comptait pas moins de 1200 participants le Dimanche également.

J’avais aussi tenté le tournoi sur Mario kart 8 Deluxe, mais j’ai très vite déchanté quand j’ai constaté sur place que le jeu se jouait uniquement en 200cc

Pokémon Épée & Bouclier jouable lui aussi mais pas touché pour ma part, avait attiré beaucoup de dresseurs potentiels à la Japan Expo avant sa sortie le 15 Novembre.

Sorti la semaine précédant le festival, Super Mario Maker 2 a rassemblé pas mal de level-designers curieux aussi bien sur les bornes dédiées qu’en stream sur la scène principale.

Luigi’s Mansion 3 que j’avais déjà testé à l’E3 2019 était jouable ici. Et comme on pouvait s’en douter, il sortira le jour même d’Halloween le 31 Octobre prochain. Mais pour une raison qui m’échappe encore aujourd’hui, les photos et vidéos du stand n’étaient pas autorisés. J’ai juste eu le temps de prendre celle-ci avant qu’un vigile ne me fasse la remarque…

Et pour les jeux restants, le remaster du jeu Catherine renommé Full Body pour l’occasion, et les versions Switch de Attack on Titan 2 : Final Battle, The Elder Scrolls Blades et Resident Evil 5.

Dans le Hall 5 se tenait le joli stand EVANGELION2020 sur l’espace Saiko. Série récemment sortie sur Netflix dans sa version d’origine, et dont le dernier film de la tétralogie Shingekijôban (Rebuild of Evangelion) sortira l’année prochaine. L’interprète du générique (que vous avez forcément déjà entendu au moins une fois) Yôko Takahashi y était présente de temps à autre pour des séances de dédicaces.

Mitsuhiro ARITA, illustrateur connu pour son travail sur les Final Fantasy et pour avoir illustré plus de 500 cartes Pokemon TCG (Trading Card Game) a tenu vers 15h une conférence live-drawing durant laquelle il dessinait en direct une œuvre sur tablette.

Retour vers la zone Cosplay, où j’ai pu observer une statue du (pas du tout menaçant) Pyramid Head de chez Polymorphe Studio. Et 3 costumes sur le stand League of Replica, appartenant à Papa Cosplay pour l’armure Starcraft, Fire Cosplay pour Jessie, et Props it Yourself pour Ragnarok.

Et enfin vers 18h s’est tenu sur la scène ICHIGO le show Cosplay anniversaire des 20 ans : The Greatest Cosplay Show. Qui aura vu défiler presque une quarantaine de Cosplayers de tous horizons et ayant écrit l’histoire de la Japan Expo par leur participation à d’anciens défilés ou concours Cosplay comme l’ECG et le World Cosplay Summit. Et malgré quelques couacs techniques, ce fut un show très agréable à regarder.

Parmi les invités, Illyne TRS, Cosplay Quest, Kotori Doll, Lyel, Nad, Nikita, Pichu, et bien d’autres. Et pour ceux que ça intéresse, je vous poste en dessous quelques vidéos de certains shows qui m’ont marqués, et filmés non pas par moi, mais par esby. Sa playlist de ce show anniversaire est disponible via ce lien.

Cosplayeuse : Kalimsshar Skull Kid

Cosplayer : Lutinaile de chez Shoko and Jérôme CosplayRocket

Cosplayer : L’Atelier des Flammes NoiresL’Épouvantail

Cosplayeuse : Robin Art & CosplayHarley Quinn

Et c’est ainsi que s’est terminée cette première journée de Japan Expo 2019.

Jour 2 – Vendredi 5 Juillet

De retour au stand Nintendo où j’avais envie de rejouer au remake Switch de Zelda Link’s Awakening. J’ai pu aller un peu plus loin que lors de ma session de jeu à l’E3 2019, mais je n’ai pas eu le temps de terminer le premier donjon durant cette démo de 15 min. Contrairement à quelques rares personnes qui ont réussi à aller jusqu’au bout selon le staff.

J’ai vu d’un œil lointain la conférence de Nobuyuki Kuroki et Yumi Saji respectivement directeur artistique et chara-designer du dernier opus du jeu de combat Samurai Shodown. Aux alentours de 11h, et animé par Kayane.

J’ai revu le Dok’ de la chaine One Piece Passion croisé pour la dernière fois à la MIA 2019 à Bruxelles. Mais avec un espace beaucoup plus petit que son Musée de la convention Belge. Mon principal objectif sur place étant de remettre en mains propres mon dessin de Luffy dans la boite Tamatebako. Un projet monté par le Dok’ lui-même, permettant à n’importe quel fan de One Piece d’y déposer des cadeaux, œuvres ou autres à destination de l’auteur Eiichirō Oda et son staff au Japon.

Cette statue fut certainement une des plus belles choses que j’aurais vu à cette Japan Expo.

Je suis passé par l’espace WABI SABI autour de la scène SAKURA dans le Hall 5. La zone « traditionnelle » de la Japan Expo présente depuis 10 ans là-bas. Et où on peut y voir des spectacles, boire du saké, rencontrer de multiples artistes, artisans, illustratrices comme @aiharanico venus tout droit du Pays du Soleil Levant. Et pour qui le veut, acheter divers objets en céramique, origamis et autres produits dérivés made in Japan. Et à des tarifs plutôt « surprenants » pour certains d’entre eux..

Dans le Hall 6 se tenait un petit stand Blizzard avec D.Va et son Mecha tout en LEGO. Ainsi que le Torbjörn skin Magni de Papa Cosplay qui avait remporté le premier prix au sein de la team Française de la dernière Overwatch Cosplay Battle. Pour ceux que ça intéresse, son WIP (Work In Progress) de son costume est visible via son album FB.

Les figurines ce n’est pas ce qui manque à la Japan Expo. Mais celle de Guts en armure issu du manga Berserk a particulièrement retenu mon attention par sa taille respectable et son niveau de détail. Une figurine qui impressionne aussi par son prix de 1600€.

On reste dans le Berserk avec une figurine plus imposante encore de Guts de chez Oniri Creations, mais cette fois chevauchant un démon. Étrangement, son prix est strictement identique à la précédente. Avec une taille pareille, il va falloir prévoir pas mal d’espace pour l’exposer chez soi.

Peu avant de quitter le salon pour ce jour-ci, j’ai réalisé le fameux « Kamé Hamé Ha » au sein du photocall Dragon Ball sur le stand de l’éditeur Glénat. J’espère ne pas avoir causé trop de dégâts après ça…

Pour finir, il fallait absolument que j’évoque le retour chaotique en fin de journée du Vendredi. Cette marée humaine comme je n’en avais jamais vu auparavant à une Japan Expo, fut la conséquence d’une succession d’incidents sur la ligne B du RER. En l’occurrence un bagage oublié qui a stoppé tout le trafic entre l’Aéroport Charles de Gaulle et Châtelet-Les-Halles vers 18h. Et il était 19h quand j’ai pris ces photos à l’entrée de la gare du Parc des Expositions.

3 options se présentaient à moi à ce moment-là. Soit je bravais la foule en tentant de rentrer par un RER B bondé comme pas possible et sous une chaleur étouffante. Soit j’attendais pendant une durée indéterminée au Parc des Expos que les choses se calment. Soient je trouvais un autre moyen de rentrer autre que les transports en commun. Et c’est cette dernière option que moi et 2 de mes compères avons adopté en prenant un Uber qui nous a rapprochés de la capitale. Plus jamais ça.

À suivre dans la seconde partie, les deux jours restants du Samedi 6 et Dimanche 7 Juillet !

[Fanarts] Spéciale Marvel (ultraraw26)

Le tout dernier film de la phase 3 du Marvel Cinematic Universe qu’est Spider-Man: Far From Home étant sorti il y a peu, je me suis dit que ça serait le bon moment pour vous montrer les œuvres de Yadvender Singh Rana. Plus connu sous le pseudonyme de ultraraw26 sur Instagram. Sa particularité étant la manière dont il arrive à se réapproprier les personnages et l’univers du MCU pour créer des illustrations dégageant une sacré énergie. Je vous laisse juger avec ma sélection d’une vingtaine de fanarts de son cru.

#1 -> Version HD

View this post on Instagram

"Nothing in life is planned kid. As life itself is a roller coaster ride. You never know what you'll find at the next corner. Yeah you can prepare yourself for it, but you'll never know it until it actually happens. I never planned on dying. I mean who does that? Duh. But for someone with a lifestyle like mine, I guess dying was at the top of the list anyway. So if you never know what's coming for you, then how are you going to get prepared for it? Well kid, I didnt prepare myself for anything. I did what I had to do. And I did it because I knew that you'll be here when I'm not kicking anymore. Yeah yeah that's a sob story..whatever. Point is, if there was ever some fiction torch that I was supposed to pass onto someone…a worthy successor I mean…then I guess I have already passed it onto you kid. World is a lot more bigger than a simple neighborhood. So this is the time for you to step up your game. Don't be the next ironman. Don't be what others tell you to be. Be yourself. Be that friendly neighborhood spidy guy. But better. Because remember, I'm watching you. And I'll be always there by your side when you'll need me kid." . . #spidermanfarfromhome #spidermanhomecoming #spiderman #ironman #robertdowneyjr #tomholland #mysterio #tonystark #marvelcomics #marvel #marvelcinematicuniverse #mcu #avengers #avengers4 #avenger #avengersinfinitywar #avengersendgame #infinitywar #endgame #captainamerica #captainmarvel #thor #thanos #strangerthings #batman #wonderwoman #comicbooks #comics #digitalart #photoshop

A post shared by Yadvender Singh Rana (@ultraraw26) on

#2 -> Version HD

#3 -> Version HD

#4 -> Version HD

#5 -> Version HD

#6 -> Version HD

#7 -> Version HD

#8 -> Version HD

#9 -> Version HD

#10 -> Version HD

#11 -> Version HD

#12 -> Version HD

#13 -> Version HD

#14 -> Version HD

#15 -> Version HD

#16 -> Version HD

#17 -> Version HD

#18 -> Version HD

#19 -> Version HD

#20 -> Version HD

#21 -> Version HD

 

Des préférences ? 😎

[Anime] Critique – L’Attaque des Titans: Saison 3

Anime scindé en deux parties avec une diffusion sur 12 épisodes de Juillet à Octobre 2018 pour la première, et sur 10 épisodes d’Avril à Juin 2019 pour la seconde, voici mon avis global sur cette Saison 3 de L’Attaque des Titans finie depuis quelques temps déjà. Et que je considère comme étant la meilleure Saison depuis que cet anime existe.

Concernant la première partie de la saison, elle fut globalement beaucoup plus calme et posée que ce que la série nous avait habitué jusqu’alors. Et cela se ressentait jusqu’à l’opening beaucoup moins épique que ses prédécesseurs, et qui avait pas mal divisé au sein de la communauté même si je l’aimais bien personnellement. La menace des titans avait temporairement laissé place à la menace humaine et aux intrigues plus politiques. Le tout agrémenté de quelques flashbacks très importants pour le développement de certains personnages clés. Comme Livai qui aura été énormément mis en avant durant cette saison, Historia et Eren pour ne citer que ceux-là. Un changement de ton qui n’a pas plu à tous, mais qui pour moi était nécessaire.

Saison qui démarra sur les chapeaux de roues dès l’épisode 2 (épisode 39 de la série), avec des affrontements d’homme à homme d’anthologie. À l’image de la course poursuite entre Livai et les hommes de son ancien mentor Kenny. Épisode qui fut un bijou d’animation que l’on doit en grande partie à Arifumi Irai. Suivi d’un match retour à l’épisode 7 (épisode 44) lui aussi de qualité dans la chapelle souterraine où fut emprisonné Eren. Où c’est toute l’escouade de Livai qui a échafaudé un plan pour terrasser une bonne fois pour toutes leurs adversaires. On aura vu par la même occasion que cette même escouade a passé un cap en tuant non plus des titans, mais des hommes.

Deux épisodes après ça, j’ai été à nouveau marqué par celui sur le gigantesque titan de Rhodes Reiss rampant en direction du district d’Orvud. Épique lui aussi, mais surtout l’un des plus répugnants de toute la série à cause de l’apparence de ce titan aux boyaux apparents et dégoulinants. Valait mieux ne pas manger en le visionnant

Pour la seconde partie de cette saison 3 qui pour moi tutoyait la perfection à tous les étages, ce fut un retour aux sources dans le sens le plus littéral qui soit. D’abord un retour dans la ville désormais fantôme de Shiganshina. Là où l’histoire même de la série a débuté 5 ans avant la trame actuelle. Et aussi le retour des titans emblématiques avec le Cuirassé et le Colossal qui avaient ravagé ce même district à l’époque. Et qui sont à nouveau présents sur les lieux pour finir le boulot. Un clin d’œil m’a fait remémorer les excellents souvenirs de la toute première saison sortie il y a déjà 6 ans. La boucle était presque bouclée à ce moment-là.

Deux épisodes m’auront marqué au fer rouge durant cet arc. D’abord le 15ème (épisode 52) qui m’a coupé le souffle par son intensité. Les séquences où on voit la quasi-totalité du bataillon d’exploration se faire broyer par les jets de pierres du titan Bestial furent glaçantes. Et comme si la situation n’était pas assez critique, le titan d’Eren se fait balayer au sens propre du terme par le Colossal dans l’enceinte des murs au même moment. Tout était là pour nous faire croire que c’est sans issue pour nos protagonistes.

Sauf que ça serait mal connaitre le major Erwin de penser que tout est perdu. Qui du début à la fin, aura été un leader d’un charisme inégalable et d’une volonté inébranlable. Il n’aura reculé devant rien, même pas face à la mort qui lui tendait les bras lui et ses soldats (dont je n’ose même pas imaginer leur état d’esprit) suite à l’ultime charge désespéré qu’il aura mené face au Bestial. Un sacrifice qui a eu pour but de laisser un certain individu s’occuper de ce dernier à l’épisode suivant.

Et qui de plus puissant que Livai pour s’en charger ? Qui nous aura livré l’une des plus belles démonstrations de force de tout l’anime en acculant le Bestial presque sans difficulté. Le doute n’est plus permis, c’est lui le boss.

Mais le véritable héros de cet arc, c’est Armin. Qui durant le même épisode, m’aura impressionné par son esprit de déduction qu’on lui connait si bien, et surtout ému par son courage en se « sacrifiant » face au Colossal afin de permettre à Eren d’en finir avec lui. Et c’était d’autant plus émouvant quand on sait que le rêve le plus profond dArmin était de voir l’océan. Et qui a accepté d’y renoncer pour offir un futur à ses compagnons.

Et c’était sans compter le lourd dilemme auquel il était impliqué juste après cet acte héroïque. Puisqu’il a été remis sur pied en héritant du Colossal au détriment de Erwin qui était tout aussi méritant que lui et qui avait lui aussi un rêve. Celui de voir ce que renfermait cette fameuse cave du père d’Eren. Encore aujourd’hui je me pose la question. Qu’aurions-nous faits à leur place ?

Au final malgré les très lourdes pertes, les objectifs initiaux de nos protagonistes auront tous étés remplis ou presque. À l’exception du Cuirassé et du Bestial qui ont pris la tangente, les titans ont été quasiment tous éradiqués conformément au souhait initial d’un Eren qui aura gagné en maturité entre-temps. Le sous-sol a révélé tous ses secrets dont la véritable origine des titans d’Eldia, et l’existence d’une autre civilisation ennemie des Mahr, au-delà d’une mer qui était aussi l’objectif du trio Eren, Mikasa et Armin. La série aurait presque pu s’arrêter là si nos protagonistes n’étaient pas sur le point de livrer leur véritable, et plus grand combat.

 

 

Conclusion

Qu’il s’agisse du manga en tomes reliés et surtout de l’anime qui le surclasse sur tous les points, cette Saison 3 a davantage confirmé le fait que Shingeki no Kyojin fait partie des meilleures œuvres existantes du genre. Autant on peut trouver des choses à redire sur son rythme, autant pour son écriture c’est un sans-faute. Quand on revisionne les anciens épisodes, on se rend compte que par des petits indices glissés ça et là, l’auteur Hajime Isayama avait véritablement tout prévu depuis le début. Avec des révélations et retournements de situation qui arrivent à des moments où on ne s’y attend jamais. Du génie tout simplement.

Et que dire de sa qualité visuelle globale que l’on doit à Wit Studio depuis tant d’années et qui est toujours au-dessus de presque tout ce qui se fait actuellement en termes d’adaptation de mangas en animes. Et de son OST par Hiroyuki Sawano (Kill la Kill, Xenoblade X) qui bien que moins marquante pour cette saison, comporte quelques excellents nouvelles pistes toujours placés au bon moment.

Même pour moi qui étais à jour dans les scans, j’étais pas préparé pour ça. Je n’ai qu’une hâte, c’est de voir le fin mot de l’histoire en anime à partir d’Octobre 2020.

[Avis] Nintendo Switch Lite – Un retour en arrière ?

Pas plus tard que hier, la firme au plombier nous a présenté la Nintendo Switch Lite. Nouvelle version de cette console hybride disponible (le jour de mon anniversaire) le 20 Septembre prochain. Une annonce faisant taire par la même occasion toutes les rumeurs persistantes de ces derniers mois quant à l’arrivée imminente d’une nouveau modèle de Switch. Voici ce que j’en pense.

Comme un air de déjà-vu

La première version de la Nintendo 2DS

Une fois encore, Nintendo a jeté à la poubelle le concept qu’ils avaient eux-mêmes instaurés pour leur propre machine. Exactement comme la 3DS en son temps qui s’est vu amputer de son argument de vente principal qu’était sa 3D stéréoscopique. Argument vite passé à la trappe à cause de la qualité très discutable de cette même 3D, le peu d’intérêt que portait le public à son égard, et sa sous-exploitation au sein des jeux de la console. Pour au final devenir la 2DS que l’on connait depuis presque 6 ans déjà (et bientôt 2 ans pour sa déclinaison « XL »).

Puis ce n’est pas comme si la firme avait sorti moult variantes différentes pour chacune de leurs consoles portables par le passé.

Nintendo « Switch » ?

Le tweet qui résume tout 😁

Maintenant, c’est le sigle même de la Switch qui perd de son sens avec cette version Lite, qui ne permet rien d’autre que le jeu portable en solo. Fini les Joy-Con détachables et la possibilité de jouer à deux en local n’importe où avec un seul écran. Exit l’aspect hybride permettant de basculer en un rien de temps d’un écran de télé à l’écran de la console. D’ailleurs il est précisé que la console ne pourra plus être branchée à une télé comme possible avec le Dock de la version de base.

À moins qu’il soit possible de la brancher sur le même type d’adaptateur que sur l’image ci-dessus.

C’est dommage de se priver de cet aspect « console portable de salon » qui est encore aujourd’hui un très bon argument de vente et ayant de beaux jours devant lui.

Qui dit version allégé dit concessions. Et parmi elles, on notera la disparition de la technologie des vibrations HD et du capteur infrarouge à détection de mouvements. Des fonctionnalités intéressantes quand elles étaient bien exploités mais dont on pourra se passer sans trop de regrets. Fort heureusement, le gyroscope quant à lui répond toujours présent sur cette nouvelle version. Le tout permet à la Lite de gagner un peu en autonomie, ce qui est toujours ça de pris.

Mais là où ça pourra éventuellement poser problème, c’est sur la poignée de jeux plus ou moins populaires qui dépendent de ces fonctionnalités. Comme 1-2 Switch et Super Mario Party pour ne citer que ces deux-là. Et tous deux jouables uniquement avec les Joy-Con détachés. Et c’est là que Nintendo nous dit que pour y jouer sur la Lite, on sera forcé d’acheter (pour ceux qui n’ont pas déjà la Switch) les Joy-Con séparément. Et à 70~80€ la paire, autant dire que ça pique.

Et vu que ces deux versions vont cohabiter ensemble, il vaudrait mieux cette fois-ci que l’intégralité du catalogue Switch à venir soit jouable sur chacune d’entre elles. Histoire de ne pas répéter le cas de Xenoblade 3DS, uniquement jouable sur la New 3DS car plus « puissante ».

Une « vraie » console portable

Concernant la forme, disons que c’est conforme aux leaks et à l’imagination de certains. Même si je n’aurais pas été contre un aspect plus « noble » comme le concept de la Nintendo Switch UP sur Behance ci-dessus (bien que j’aurais placé le joystick droit en bas des boutons).

On a donc une console plus compacte, plus légère d’une bonne centaine de grammes, et donc bien plus pratique d’utilisation. L’écran a lui aussi légèrement diminué en taille (mais pas en résolution) passant de 6,2 pouces (15,7 cm) à 5,5 pouces (14 cm). Ce n’est pas bien grand, mais ça reste encore suffisant pour profiter des jeux Switch en solo en mode portable.

En revanche, le multi local à 2 sur une seule console va être très compliqué sur la Lite. Déjà par le fait que les Joy-Con ne sont plus détachables comme dit précédemment. Mais surtout a cause de l’absence sur la Lite du petit support (en numéro 1) permettant de faire tenir la Switch sur une surface plane.

Les 4 boutons du Joy-Con gauche (on va en reparler juste après) de la Switch originelle ont laissé place à une vraie croix directionnelle comme sur la manette Pro. En tout cas, avoir miniaturisé à nouveau une console de cette trempe qui n’était déjà pas bien grande, je trouve que c’est une belle prouesse. Reste à voir si l’ergonomie sera au rendez-vous parce que je ne suis pas sûr que les grosses mains vont apprécier.

Et il y a intérêt que les problèmes encore d’actualité du Joy-Con gauche, et plus particulièrement de son stick, soient définitivement résolus d’ici la sortie de cette version. Parce qu’en cas de problème, ce n’est pas juste le Joy-Con qu’il faudra renvoyer au SAV, mais la machine toute entière avec le prix que ça impliquera…

 

Pour quel public ?

Là pour le coup, la cible est large. Cette Switch Lite pourrait intéresser ceux qui n’ont pas encore acheté la console de base et qui seraient trop réticents à lâcher environ 300€ au lieu des 200€ de cette nouvelle version. Un prix plutôt correct pour ce que la machine propose, et à peine 50~70€ plus cher qu’une 2DS XL.

Elle pourrait aussi s’adresser aux plus jeunes comme c’était le cas pour la première version de la 2DS en début d’article. Non pliable, et beaucoup plus robuste que sa grande sœur. Voilà qui devrait arranger les parents.

Nombreux sont les possesseurs actuels de la Switch qui y jouent essentiellement en nomade, et qui pourraient franchir le pas avec une machine entièrement optimisée pour leurs besoins. Et enfin n’oublions pas les éternels collectionneurs qui quoiqu’il arrive, achèteront la machine juste pour l’objet en lui-même.

 

Conclusion

Me concernant, cette version Lite ne m’intéresse pas. Ça fera bientôt deux ans que j’ai l’actuelle et elle me convient déjà très bien. Et même si un jour je devrais la remplacer, je ne pense pas opter pour une Lite ne serait-ce que pour le coté hybride et les Joy-Con détachables de la version d’origine. Et en plus de cela je ne suis pas fan des coloris de cette gamme. Mais bon les goûts et les couleurs me dira t-on.

Mais à défaut de remplacer la Switch actuelle, ce modèle sera certainement le coup de grâce infligé à une 3DS / 2DS déjà sur le déclin depuis un long moment. D’ailleurs, je n’arrive pas à imaginer quel genre de console portable pourra leur succéder après ça. À voir à l’avenir si une éventuelle Switch « Pro » (jouable seulement en docké par exemple et proche de la PS4 Pro et la Xbox One X en termes de performances) verra le jour même si je n’y crois pas trop.

Merci de m’avoir lu.

Cosplays #17 – Spéciale Japan Expo 2019

En attendant l’article Reportage sur la Japan Expo 2019 à venir ce mois-ci, je déterre la catégorie « Cosplays » de mon WordPress avec cette galerie regroupant une trentaine que j’ai pu prendre en photo. Et qui représentent une goutte d’eau au sein d’un océan de Cosplayers que même 4 jours de « chasse » ne suffiraient pas à tout répertorier.

Comme toujours, je mettrais en bas des photos le lien des pages Cosplays de ceux que je connais.

Cosplayeuse : PakuPaku Ru – CosplayStar Butterfly

Cosplayers : MysteriousMaemi (gauche) – Cruella & Robin Art & Cosplay (droite) – Harley Quinn

Cosplayeuse : Enora CosplayBlack Cat (masque)

Cosplayers : Alliance ImpérialeStar Wars

Cosplayeuse : PakuPaku Ru – Cosplay – Anne Wheeler

Cosplayeuse : @anna.octapodaViddasala

Cosplayers : Piyo Cosplay (gauche) – Purah & @ren.azur (milieu) – Link & MendoriH cosplay (droite) – Riju

Cosplayer : @maul_ecarlateScorpion

Cosplayeuse : Mareva CosplayIronette

Cosplayeuse : kaligancosplay Sylvanas

Cosplayer : AdamHades (au centre)

Cosplayers : Angia – Mama CosplayWoody & Papa CosplayBuzz

Cosplayers : DM CosplayEscanor (le 2e en partant de la gauche)

Cosplayeuse : @eien_tanoshimiMadara Uchiwa

Cosplayeuse : Yuux CosplayPauline

Cosplayeuses : Helexiis & Mineya’s curiosity & Aëon CosplaySisters Repentia

Cosplayeuse : Yaya Han – Chun Li

Cosplayeuse : PakuPaku Ru – CosplayD.Va

Cosplayeuse : Xia – Cosplay & Props – Tracer

Cosplayeuses : Nine & Nora Cosplay Ryūko Matoi (Nine) & Satsuki Kiryūin (Nora)

Cosplayer : Robert ValkoMystério / Quentin Beck

Cosplayeuse : MümüKDA Evelynn

Cosplayeuse : Suzalia CosplayMalicia (version sauvage)

Des préférences ? 😉