[Avis] Nintendo Direct du 8.03.2018

Jeudi soir à 23h heure française, la firme au plombier a tenu durant  30 min son 2ème Nintendo Direct de 2018 centré sur ce qui reste de la 3DS, et des prochains jeux Switch à venir cette année. Voici mon avis non exhaustif sur ce qui a été dit durant un ND assez classique sur la forme, mais qui restera dans les mémoires pour UNE raison évidente.

Super Smash Bros 5 ?

Et autant entrer directement dans le vif du sujet. Avec l’annonce d’un nouveau Super Smash Bros à venir sur Switch quelque part en 2018 qui a fait l’effet d’une bombe thermonucléaire. Et ce n’est pas peu dire si on en croit les réactions des fans, que je ne pourrais pas blâmer en tant que fan moi-même.

Cette saga tient une place particulière dans mon cœur de joueur, car c’est avec l’opus Melee sur Game Cube que j’ai pu découvrir d’un coup tout l’univers de Nintendo (je ne connaissais que les Mario, Zelda et Donkey Kong avant ce jeu). Et revoir une nouvelle itération seulement 4 ans après l’opus Wii U/3DS m’a fait beaucoup de bien, même si je ne m’attendais pas à revoir cette saga aussi tôt.

Le teasing selon Nintendo

Faut dire que la mise en scène du teaser aide pas mal avec cette progressive montée en pression, qui atteint son apogée avec les yeux de la fille Inkling brillant de mille feux en reflétant le logo de la saga, aussi enflammé que le cœur des fans à cet instant précis. Fans qui s’en sont donné à cœur joie sur le net à coups de « memes » (et pas que sur Smash vous verrez) et de fanarts.

Et ce tweet ci-dessous qui résumé à lui tout seul l’art du teasing by Nintendo. Juste un logo. Pas plus, pas moins.

Portage ou nouveau jeu ?

C’est LA question qui demeure sur toutes les lèvres. Vu que Nintendo laisse encore planer le doute quand à la vraie nature de ce Smash. Même si pour ma part, je pencherais plutôt pour la 2ème option grâce à de multiples indices qui vont dans ce sens.

Premièrement à cause du nouveau logo, plus sobre et arborant une typographie assez différente de ce que la série proposait auparavant. Ensuite le look de certains protagonistes avec le Link sorti tout droit de The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Et le tweet du créateur de la saga Masahiro Sakurai (@sora_sakurai sur Twitter), qui affirme bosser secrètement sur le jeu depuis un moment.

Vu le nombre de portages annoncés durant ce direct, ça serait idiot de faire autant de bruit pour qu’au final on se rende compte qu’on a une version « Deluxe » de SSB4. Reste plus qu’à attendre l’E3 2018 qu’on en sache davantage.

Mes attentes ?

Je ne vais pas théoriser sur la présence ou non d’anciens ou nouveaux personnages dans ce Smash. Bien d’autres l’ont fait avant moi, et c’est à Nintendo d’en décider de toute façon. Mais j’ai quand même des attentes se situant davantage au cœur même du soft.

J’espère un mode solo plus consistant que celui du dernier opus. Avec autre chose que le jeu de plateau raté de la version Wii U qu’était L’Odyssée Smash. Un retour d’un mode similaire à celui de l’Émissaire Subspatial de Brawl sur Wii ne me déplairait pas par exemple. Pareil pour le mode Aventure Smash exclusif à la version 3DS que j’aimerais beaucoup revoir. Reste à voir ce qu’ils nous proposeront comme nouveaux modes de jeu.

Splatoon 2 : Octo Expansion

Juste avant Smash Bros, l’avant-dernier jeu du Direct à avoir été montré fut Splatoon 2. Qui en plus de toujours proposer ses ponctuelles mises à jour gratuites (costumes, armes, terrains), s’enrichit avec un Pack d’Expansion qui sortira cet été, et contenant un nouveau mode solo à part entière avec pas moins de 80 niveaux. Le tout pour la modique somme de 19,99€.

Possédant moi même le jeu, je ne suis pas certain à l’heure actuelle de prendre ce pack alors que j’apprécie beaucoup le jeu de base. Reste à voir si le contenu vaudra réellement son prix à l’instar du DLC de Breath of the Wild.

Pearl et Coralie qui se prennent respectivement pour les rappeurs Biggie et 2Pac 🎤

Mario Tennis Aces

Un jeu qui m’a pas mal surpris et en bien, le prochain Mario Tennis Aces à venir sur Switch le 22 Juin qui nous montre toutes ses mécaniques de Gameplay. Avec entre-autres son mode « instinct » qui peut renverser le cours d’un match, et ses multiples façons de jouer (gyroscopique ou non) qui conviendront à tous.

Un Chomp qui joue au Tennis…Pourquoi pas ?

Octopath Traveler

Le prochain JRPG de Square Enix qui se dévoile encore un peu plus et dont on connait enfin la date de sortie. Le jeu sortira le 13 Juillet 2018 en même temps que son édition collector européenne comprenant :

  • Le jeu
  • Un livre de 8 pages avec un diorama
  • Une carte du jeu
  • Une pièce
  • le CD de l’OST

Sans le CD car c’est l’édition américaine qui en aura droit pour une raison qui m’échappe. D’ailleurs le collector US coûtera 99$, ce que je trouve cher au vu du contenu. Le jour où l’édition sera listé en Europe, elle aura tout intérêt à être moins onéreuse auquel cas ça risque de gueuler.

La foire aux portages

Ce Direct a fait la part belle aux portages, peut être trop même. Comprenez moi bien que je n’ai rien contre cette pratique. Non seulement ça permet aux non-initiés de découvrir des titres qu’ils n’ont pas pu essayer jusqu’alors, et à d’autres de se refaire leurs jeux fétiches sur un autre support. Je ne parlerai pas de tous ceux qui ont été montrés, mais par exemple on avait :

Luigi Mansion

Luigi Mansion  premier du nom qui ressort sur l’increvable 3DS (alors qu’il aurait très bien pu ressortir sur Switch) en 2018. Près de 17 ans après l’opus originel, et plus de 5 ans après le  2ème opus sur la portable. D’ailleurs cela est il annonciateur d’un 3ème épisode à venir sur Switch ? Seul le temps (ou l’E3 2018) nous le dira.

Captain Toad: Treasure Tracker

Captain Toad porté sur 3DS et Switch le 13 Juillet, soit 4 ans après sa sortie Wii U.

Okami HD

Okami autrefois paru sur PS2 en 2007, porté sur Wii l’année d’après, et maintenant en HD sur Switch pour cet été. Encore aujourd’hui j’ignore pourquoi il n’est jamais ressorti sur DS ou 3DS. Le Gameplay se serait parfaitement prêté à la jouabilité au stylet à ‘époque. Probable achat pour ma part vu que je n’ai jamais fait le jeu.

Undertale

Et le très populaire Undertale datant de 2015, et qui ressort sur Switch cette année sans plus de précisions. Ne l’ayant pas fait non plus il est probable que je me jette dessus. Croisons les doigts pour une éventuelle traduction française.. 🤞

Les Tiers confirment l’essai

Mais parmi ces portages, y a des jeux qui se veulent rassurants sur un aspect. C’est que les sombres années de la Wii U qui voyaient les éditeurs tiers la délaisser petit à petit semblent révolus.

South Park : L’annale du destin

La preuve en est avec Ubisoft qui annonce la venue du dernier South Park : L’annale du destin sur Switch le 24 Avril sur Switch. Soit plus de 6 mois après sa sortie officielle.

Crash Bandicoot: N. Sane Trilogy

Et Naughty Dog avec Crash Bandicoot: N. Sane Trilogy le 10 Juillet prochain (également sur Xbox One), plus d’un an après. Mieux vaut tard que jamais.

Conclusion

Ce qu’elle regardait réellement 😎

On s’en souviendra longtemps de ce Nintendo Direct. Mais au final si on exclut l’annonce de Smash, ce Nintendo Direct était plutôt classique dans la forme et pas si exceptionnel que ça. Puis ça manquait franchement d’originalité avec tous ces portages.

Mais au moins, ça rassure sur le fait que la Switch aura de quoi faire en matière de jeux durant les 6 prochains mois au minimum. Et cela augure un E3 2018 fort intéressant coté Nintendo car on attend aussi les logos jeux annoncés l’année passée que sont Metroid Prime 4, Pokemon Switch, Bayonetta 3 et certainement d’autres exclues. À dans 3 mois donc.

La rediff du Nintendo Direct

Et vous, qu’avez vous pensé de ce Nintendo Direct ? 🎮

 

 

[Galerie] Consoles customisées ! 🎨

Il existe 2 catégories de consoles customisées. La première concerne les « officielles » comme la rarissime PS4 édition 20ème anniversaire (n’allez pas voir son prix sur le net..), la Xbox One édition Gears of War 4, ou encore les Mille et Unes déclinaisons de la 3DS dont la New XL édition Hyrule (que je possède).

Et la seconde qui nous intéresse ici, mes trouvailles Instagram et vidéos en matière de fan-mades. Des consoles (Nintendo) tunées par des fans, pour des fans. Un travail d’orfèvre dont je vous laisse juge.

Casque SNES

N64 Tron

NES avec écran

Des préférences ? 🎨

[Musique] OST #1 – NieR Automata

Nouvelle rubrique ! Aujourd’hui, on va traiter d’un sujet que je voulais aborder depuis très longtemps. Il s’agit des OST / BO (Original Soundtrack / Bandes Originales) issus de Jeux Vidéos, Films ou d’ailleurs. Le but sera de vous faire partager, et peut être même vous faire découvrir, des compositions qui m’ont marquées dans ces médias.

NieR Automata

Et quoi de mieux pour inaugurer cette rubrique, que de commencer par ce qui est pour moi l’une des meilleures OST de 2017, j’ai nommé NieR Automata ? Un Action-RPG édité par Square Enix, développé par PlatinuimGames (Vanquish, Bayonetta, MGR Revengeance) dont la BO est composée par Keiichi Okabe qui avait déjà œuvré pour les anciens opus, et cette fois épaulé par la team MONACA.

Sur ce, je vous laisse d’abord avec une sélection de quelques unes de mes musiques favorites du jeu, puis on se retrouve en fin d’article pour une critique plus globale expliquant pourquoi j’aime tant cette OST. Bonne écoute ! 🎧

City Ruins – Rays of Light

Peaceful Sleep

Memories of Dust

Amusement Park

Birth of a Wish

Grandma – Destruction

Forest Kingdom

Possessed by a Disease

The Tower

Voice of No Return

The Sound of the End

Avis

Cette OST ma marqué sur plusieurs aspects. D’abord par son ambiance assez varié faisant véhiculer et ressentir plein d’émotions différentes grâce aux instruments (généralement à cordes et aux percussions) et aux voix. L’émotion qui ressort du lot étant la mélancolie, retranscrite avec perfection sur le premier morceau City Ruins. De la tristesse aussi, avec Peacefull Sleep. Un sentiment de liberté avec le désertique Memories of Dust. Et des pistes plus épiques, guerrières avec Birth of a Wish et Possessed by a Disease, magnifiquement accompagnées par des Violons qui donnent toute la puissance aux morceaux.

La plupart des pistes ont à la fois une version instrumentale et une autre avec des chœurs dessus (que je trouve meilleure), chantées dans un mélange de Français, Portugais Anglais et d’autres dialectes que l’on doit en grande partie aux chanteuses Emi Evans et Nami Nakagawa. Si vous avez prêté l’oreille à Voice of no Return vous aurez probablement reconnu une langue fortement inspirée de celle de Molière.

Et la plus grande force de cette BO, est que ses compositions accompagnent littéralement le joueur avec la présence de morceaux qui évoluent en fonction de nos actions dans le jeu. Selon notre progression dans l’environnement, ou notre puissance en plein combat, la musique s’adaptera en conséquence. Avec pour exemples, City Ruins qui a une version « Quiet« , « Medium«  et « Dynamic« . Une version alternative de Birth of a Wish avec une voie artificielle criant « This cannot continue ». Où dans le cas de Possessed by a disease avec « Become as Gods« .

 

Conclusion

La sélection fut compliqué tant il n’y a quasiment rien à jeter sur la totalité des 44 morceaux répartis sur les 3 CD. Presque un an après ce fameux « frisson de la première écoute », il m’arrive encore aujourd’hui de l’écouter en boucle. Et quand j’entends dire que les musiques prennent une autre dimension manette en mains, ça me donne encore plus envie de faire ce titre. Cette OST m’a marqué au point où je la placerais sans hésiter parmi mes 10 meilleures OST du Jeu Vidéo. Et je lève mon verre à toutes les personnes qui ont travaillés dessus.

En tout cas j’espère que vous avez apprécié ce nouveau type d’article et les musiques présentées. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires quelles sont vos préférences 😉

[Avis] Nintendo Labo : Le futur du Jeu Vidéo ?

Le Mercredi 17 Janvier 2018 à 23h heure locale, la firme au plombier moustachu a surpris tout le monde en dévoilant le Nintendo Labo. Leur nouveau concept à base de cartons à assembler à destination de la Nintendo Switch, et annoncé pour le 27 Avril 2018. L’occasion pour moi de dire ce que je pense de tout ça.

Avis

Premièrement, je salue l’audace de leur démarche. Pendant qu’à coté vidéo-ludiquement parlant, t’as des technologies sophistiqués comme la Réalité Virtuelle avec le PlayStation VR et anciennement le Kinect de Microsoft, qui aurait pu imaginer qu’en 2018, on ressortirait des cartons pour jouer aux jeux vidéos ? Personne.

Photos prises par moi-même au Nintendo NY Store en 2016

Nintendo nous a déjà habitué à proposer des concepts qui sortent de l’ordinaire et d’aller à contresens de la tendance actuelle. Parfois pour le meilleur avec leur plus gros coup d’éclat à ce jour que fut la Wii en 2006, qui a introduit le « Motion Gaming » à l’époque et dont le succès n’est plus à prouver. Mais aussi pour le pire avec le Virtual Boy en 1995 et leur tentative ratée de percer dans la VR.

Et pour continuer à travers ce voyage dans le temps, ce Nintendo Labo c’est aussi un retour aux sources par rapport au passé de constructeur de jouets de la firme. Plus précisément dans la distribution de « Cartes Hanafuda ». Quasiment 1 siècle avant l’apparition des jeux vidéos tels qu’on les connait aujourd’hui.

On peut les aimer ou les détester pour pleins de raisons plus ou moins légitimes, mais on ne pourra certainement pas leur reprocher de prendre des risques, tenter d’innover, et garder la même philosophie depuis plusieurs décennies avec cette volonté de rassembler des joueurs (ou non) de tous âges autour d’une même machine.

En ce qui me concerne, je ne me vois pas acheter ceci pour moi (mais si j’étais gosse, ça aurait été différent). Car je sais d’avance que je n’y jouerais que quelques temps avant de le ranger à nouveau dans sa boite à tout jamais. Mais ce n’est pas grave car je ne fais pas parti du public visé. Ce sont les enfants eux, en compagnie de leur parents, qui prendront très certainement leur pied à jouer les robots géants, piloter une Moto, jouer du Piano et consorts, avec des bouts de cartons à assembler soi-même.

Je vais finir sur le point qui fait le plus polémique, son prix. Annoncé à 69$ pour le pack standard et 79$ avec le Robot, ces tarifs ont fait grincer énormément de dents.

Certes, ce n’est pas rien, mais il est parfois bon de prendre un peu de recul et de relativiser car la cible première de ce produit, ce ne sont pas les joueurs aguerris qui ont une certaine expérience du jeu vidéo. Mais plutôt les joueurs occasionnels et les enfants pour qui le prix ne sera qu’un simple détail. Et quitte à rester dans le domaine des jouets de construction, les grosses boites de LEGO, Playmobil et autres Kaplas ont un certain coût aussi. Mais bizarrement, ça ne choque personne..

Conclusion

Je trouve l’idée excellente même si personnellement elle présente peu d’intérêt pour moi. Pourvu que cela serve d’inspiration pour les autres acteurs de l’industrie qui misent beaucoup (trop) sur la puissance, la 4k et autres artifices. Et si finalement c’était ça, le jeu vidéo de demain ? Seul le temps nous le dira.

Merci de m’avoir lu.

 

 

 

[Test / Avis] SNES Classic Mini

Après le succès retentissant, phénoménal, et je dirais même foudroyant de la NES Mini sorti le 10 Novembre 2016, la firme au plombier avait remis le couvert presque 1 an plus tard avec l’annonce de la version Mini de la console de la génération suivante. La Super Nintendo, sortie originellement en 1992 chez nous et dont la version miniaturisée est disponible depuis le 29 Septembre 2017. Une annonce qui n’a rien d’étonnant et qui m’a moi même enthousiasmé, même si elle pose toutefois certains problèmes. Mais parlons d’abord de la console en elle-même

Test

La Console & Manettes

Là pour le coup elle porte très bien son statut de « Mini ». C’est réellement une SNES à échelle réduite sur tous les angles (à quelques détails près). À peine plus grande que l’écran d’une Nintendo Switch pour vous donner une idée, très légère et tenant facilement dans le creux de la ma main. Malheureusement, je n’ai plus la SNES originale pour pouvoir comparer. Qui elle, est environ 2x plus grande.

D’ailleurs, l’habillage des 2 ports manettes en façade s’inspirant de la console originelle est en réalité une trappe cachant les « vrais » ports pour insérer les manettes de la SNES Mini. Certains boutons sont même fonctionnels comme « Power » et « Reset » (qui permet de revenir au menu en pleine partie). Mais absence de cartouche oblige, le boutons « Eject » ainsi que la trappe du dessus ne sont là que pour l’apparence. Et en face arrière, on retrouve les ports micro USB pour l’alimentation et le HDMI.

Cette fois-ci, 2 manettes (au lieu d’une seule pour la NES Mini) ont été incluses dans le pack. Et Nintendo a écouté ses fans en allongeant sensiblement la longueur du cordon de 1,5m (contre moins d’un mètre pour le pad NES Mini). Plus long certes, mais ca reste tendu si on veut y jouer sur une grande TV. Le mieux serait d’opter pour un écran de PC. Et niveau apparence, la manette est sensiblement la même que l’originelle.

Le contenu

L’interface très « Rétro »

Alors que la NES Mini proposait une trentaine de titres, seulement 21 jeux sont inclus sur sa petite sœur. Jeux qui bénéficient de 4 fichiers de sauvegarde chacun. Et sur la barre supérieure, on retrouve les options d’affichage (4:3, format d’origine, « cathodique » et autres effets), les paramètres, les manuels d’utilisation des jeux et etc.

Voici la liste des jeux présents sur la SNES Mini.

Toutes versions

  • Contra III
  • Donkey Kong Country
  • Final Fantasy VI
  • F-Zero
  • Kirby Super Star
  • Mega Man X
  • Secret of Mana
  • Starfox (Starwing)*
  • Starfox 2
  • Super Ghouls’n Ghosts
  • Super Mario Kart*
  • Super Mario RPG
  • Super Mario World*
  • Super Metroid*
  • The Legend of Zelda : A Link to the Past*
  • Yoshi’s Island

Exclu occident

  • Earthbound
  • Kirby’s Dream Course
  • Street Fighter II Turbo
  • Super Castlevania IV
  • Super Punch-Out

Exclu Japon

  • Fire Emblem : Mystery of the Emblem
  • The Legend of the Mystical Ninja
  • Panel de Pon
  • Super Soccer*
  • Super Street Fighter II

En « * » les jeux que j’ai finis ou commencés avant l’acquisition de la SNES Mini.

Mon avis

Pour moi 21 jeux c’est bien trop peu et ça ne rend même pas honneur à ce qui est selon moi une des meilleures ludothèques toutes consoles Nintendo confondues (presque ex-æquo avec la Game Cube). Où sont les Chrono Trigger, Donkey Kong Country 2 & 3, Super Mario All Stars, Mortal Kombat, Super Bomberman (et j’en oublie énormément..) ? On va pas me faire croire qu’en 2017 c’est trop difficile de mettre dans un objet qui tient dans le creux de la main, des jeux pesant maximum 10Mo chacun alors que le dernier Zelda pèse plusieurs Gigas dans une cartouche Switch de la taille d’une carte SD ? Surtout que la plupart des titres ne sont même pas traduits

Alors certes je veux bien que ça puisse coincer au niveau des droits de licences et autres, ou des jeux qui sont absents car n’ayant pas bénéficié à l’époque du sceau « Seal of Quality » par Nintendo, mais à un moment donné faut arrêter la fainéantise. Surtout que cette restriction sera de toute manière très vite contournée via un hack comme pour la NES Mini.

Mais si on fait abstraction un moment du nombre et qu’on se penche un peu plus sur le contenu de cette « mini » ludothèque, d’une on se rend compte qu’elle est de bonne facture avec la présence de nombreux classiques de chez Nintendo. Et de deux, la présence d’un jeu en particulier qui tient du miracle quand on connait son histoire. Ce jeu c’est Starfox 2.

Et du coup, pourquoi j’ai acheté cette SNES Mini ? Tout d’abord parce que j’ai j’ai volontairement fait l’impasse sur la NES Mini, car je savais d’avance que j’allais très peu m’en servir. De base, je n’ai jamais été très fan des jeux de cette console. Que ce soit à  cause de leur aspect ultra minimaliste, mais surtout à cause de leur grande difficulté. À l’époque les jeux contenant une sauvegarde étaient rares, et les jeux d’aventure/exploration tels que les premiers The Legend of Zelda et Metroid n’avaient pas de carte incluse. La belle époque…

Je l’ai aussi acheté par pure nostalgie. La Super Nintendo fut ma toute première console de Jeu Vidéo. Et rien que le fait de pouvoir rejouer à des titres qui m’ont fait découvrir le JV et Nintendo avec un feeling proche d’antan, et aussi pour découvrir des licences dont j’ai fait l’impasse à l’époque, m’enthousiasme au plus haut point.

Et il y a un argument de taille sur cette SNES Mini que n’avait pas la NES Mini. La présence de 2 manettes comme vu dans mes photos précédemment. Et là je me revois jouer à Super Mario Kart avec ma famille 20 ans plus tôt…

Après je suis conscient que je pourrais très bien m’acheter la console d’origine + les manettes pour bien moins cher si je veux pousser la nostalgie jusqu’au bout. Mais dans çe cas de figure y a plusieurs obstacles qui se dressent, dont le matériel. Pour peu qu’on trouve une TV récente proposant une connectique de type « Péritel », la qualité d’image en pâtira. Et pour avoir moi même essayé de jouer à la Game Cube sur une TV HD, ça pique les yeux.

Et n’oublions pas le marché des jeux d’occasion rétro qui peut parfois nous faire de belles surprises avec des produits (consoles, jeux sous emballage) aux prix souvent exorbitants.

Comme la version Game Cube de Paper Mario : La Porte du Mllénaire. Sous blister pour la « belle » somme de 279,99€

Sinon il y a une première solution plus simple mais moins légale, l’émulation. Que j’ai moi-même déjà pratiqué en faisait par exemple tourner des jeux SNES, Gameboy et même N64 sur mon smartphone (ou sur PC via RomStation). Et auxquels on peux y jouer en connectant une manette sans fil via Bluetooth après avoir « rooté » l’appareil.

Et la seconde solution découlant de la première, plus répandue et peu coûteuse, consiste en l’utilisation d’une Rapsberry Pi. Une carte électronique qui avec un peu de bricolage, permet d’émuler les jeux rétro de notre souhait et même d’y brancher des manettes. J’aurais pu passer par là mais je n’en ai pas l’envie.

Au final, chacun son truc non ? Mais si c’est pour que certains fassent leur « élitistes » en rabaissant tout ceux qui ont investi dans une SNES Mini en les traitant de « Pigeons », autant qu’ils restent à tout jamais dans leur coin et ne viennent plus faire chier le monde.

Conclusion

Au final, on a affaire a un très bel objet aux bonnes finitions et avec une sacré ludothèque malgré l’absence de certains classiques. Un effort n’aurait pas été de trop de çe coté surtout quand la plupart des jeux ne sont même pas traduits en Français. J’ai toutefois apprécié la présence des 2 manettes, la longueur de leur câbles et l’interface générale.

Si vous êtes un nostalgique de l’âge d’or du Jeu Vidéo, collectionneur, ou que vous avez une certaine affection pour les produits Nintendo, vous pouvez y aller les yeux fermés. En revanche, si vous pratiquez déjà le rétro-gaming, l’émulation, ou que la restriction de 21 jeux (sans possibilité d’en ajouter derrière) vous pose problème, cette SNES Mini n’est peut-être pas pour vous.