[Reportage] Hero Festival 2021

Le week-end du 6 au 7 Novembre 2021 s’est tenu la Saison 7 « bis » du Hero Festival de Marseille qui fut annulée en 2020. Voici mon compte-rendu de ma toute première visite au sein du Parc Chanot.

Un salon trop petit ?

En tant que nouveau venu, mon ressenti globalement très positif de ce Hero Fest ne tiendra pas compte des anciennes éditions. Pourtant, quelques critiques revenaient plus souvent que d’autres de la part des habitués parmi les visiteurs et exposants. Un salon plus petit qu’auparavant, ainsi qu’un nombre réduit d’activités et de stands. Très certainement une conséquence du Covid et des reports qui ont suivi.

Chose que j’ai pu constater en comparant les anciens plans, ou devrais-je dire les anciennes « Cartes au Trésor » du HF avec celui de 2021 qui aura vu la suppression d’un hall. Divisant par deux les 20.000m² exploitables des éditions précédentes. Il est clair qu’un peu plus de surface aurait permis de répartir plus équitablement le monde présent le week-end. Surtout dans le seul hall disponible qui aura vu une concentration assez élevée de visiteurs au m².

Heureusement qu’une grosse partie du salon se déroulait en extérieur. Même si cette zone demeurait elle aussi très densément peuplée aux heures de pointe. En particulier dans l’allée principale du marché Médiéval où se tenaient des restaurants et tavernes tous pris d’assaut. Et le fait que la Grande Scène ait basculée dehors cette année a sans doute contribué à cette forte affluence.

Cette même grande scène qui aura accueilli entre-autre Guillaume Briat. Un des invités phares du salon et connu pour son rôle du roi burgonde dans Kaamelott. Et sur une petite scène non loin de là, l’ami vidéaste @killerbeeyoutube se faisait interviewer par @loubellule sur son documentaire consacré au Manga dont j’avais déjà parlé l’année passée.

La convention dont vous êtes le héros

Le HF est réparti en cinq univers. Quatre d’entre eux portent un nom grandement inspiré de lieux phares de la pop-culture. Qu’il s’agisse de produits dérivés, artistes, guests, nourriture et autres, tout ce qui se rapproche de ces univers se trouvera dans la zone approprié. Autrement dit, une salle, quatre ambiances.

Konoha

L’un de ces univers est Konoha, le village de Naruto dans le manga éponyme. C’est la zone dédié aux mangas, animes, et tout ce qui touche de près ou de loin à la culture japonaise. Même en ce qui concerne les repas avec des stands servant des repas traditionnels tels que des ramens, onigiris et autres.

On pouvait y trouver la voiture de Nicky Larson en personne (et qui ne craint personne). Le stand de Jérôme Alquié à qui l’ont doit les illustrations des affiches du HF, et des BD « Capitaine ALBATOR – Mémoires de l’Arcadia ».

Une boutique  de T-shirts qui m’a tapé dans l’œil par Kébologo avec des motifs inspirés de Naruto, One Piece, Totoro et d’autres animes. Et une petite dédicace du vidéaste @Juudaichi avec mon prénom (Randy) écrit en japonais. Et pour ceux qui se demanderaient, ça se prononce comme en français.

Krypton

Ensuite vient Krypton. Planète natale de l’Homme d’Acier dans le lore, et lieu de rassemblement de films, séries et comics en tous genres dans le salon. Comme par exemple ce stand The Walking Dead et sa moto très fidèle à la série assemblée par @mad_max_twd à partir de pièces détachées. Je n’ai pas pu l’enfourcher mais on m’a assuré que cette moto était totalement fonctionnelle.

Brocéliande

On rentre dans un univers plus Fantasy et Steampunk à Brocéliande. Forêt mythique dans les légendes Arthuriennes, et foire aux bouquins au sein du festival.

Là-bas, se trouvait l’antre de l’imposant dinosaure de @gameorbis_officiel qui de temps à autre arpentait les allées du salon. Ainsi que de chouettes sculptures de la main de Cœur de Pierre.

Mais surtout, j’ai pu rencontrer en chair et en os Simon De Thuillières dont j’avais déjà posté quelques unes de ses créations l’année dernière. Je suis reparti de son stand avec son Codex regroupant les fameuses enluminures dont il a le secret.

Ludopolis

Quant à Ludopolis, dont le nom vient de la contraction de la ville Metropolis dans Superman et du mot « ludique », c’était le coin jeu vidéo avec de la Réalité Virtuelle et un espace jeux rétro monté par Le RetroGaming Show. Avec quelques unes des toutes premières consoles de JV comme le Philips Videopac G 7200 datant de 1978. Malgré ça, j’ai été assez déçu par le JV en général au HF. J’aurais aimé voir davantage de jeux récents et même de véritables tournois.

Village Médiéval

La dernière zone et de loin ma préférée, c’est le village médiéval couvrant une partie de la zone extérieure. Nous faisant faire un bond de plusieurs siècles dans le passé avec la présence d’authentiques forgerons. Des stands de tir à l’arc et à l’arbalète. De l’équipement guerrier d’époque avec des casques, boucliers et lances.

Et même la présence d’un petit zoo regroupant des animaux de basse-cour tels que des chèvres, moutons, lamas, poules, oies et etc. On pouvait même en voir certains se balader dans le festival. Ces animaux proviennent tous du refuge La Ferme du Soleil 13.

Exposition Multivers – Dioramas

À l’image des projets cinématographiques en cours et à venir chez l’écurie Marvel, le salon a aussi son propre Multivers. Regroupant toutes les thématiques déjà abordées (jeux vidéos, mangas, films, séries, comics), mais sous la forme de dioramas. Une sublime expo monté entre-autres par Star Hill Team, L’atelier aldebaran, et Kyõdai & Aniki pour ne citer qu’eux.

Avec ici la série Netflix du moment Squid Game, et le classique Breaking Bad.

Ellie de The Last of Us : Part II.

Les différentes incarnations du Joker de Batman au cinéma.

Une mini-boutique « Shonen Jump » et.. Carapuce America ?

Et du Berserk avec deux immenses figurines de l’immense Zodd.

Cosplay

En termes de cosplays, ce HF m’aura comblé. D’autant plus que je connaissais déjà quelques cosplayers de la région via leurs réseaux, mais que je n’avais encore jamais croisé en vrai.  Voici ceux que j’ai pu immortaliser. Avec en prime un petit « bonus » à la fin.

Cosplayeurs : Firedaxx (Xayah) – @kairi_chan_ (Lucky Chloé) – @jiixcosplay (Sett) – Kisume Cosplay (Tifa)

Cosplayers : Rasensky cosplay (Naruto X Stormtrooper), et Yamato

Cosplayer : Hemty Cosplay (Malthaël), et @stalkeuse_cosplay (Aloy)

Cosplayers : Vivien Cosplay (Asuma), et Cylan Cosplay (Dr Strange)

Cosplayers : Ulquiorra-sama_cosplay (Cassadin), et Kyllie Cosplay (Lara Coft)

Cosplayer : @bauzaclaude (Mario), et un X-Men

Cosplayers : Gatz Cosplay (All Might), et @claramlna (Monster Hunter)

Professeur Raoult et Gargamel

Un Dr. Mario et Terrycosplay (Chewbacca)

Et je n’ai pas pu résister à l’envie de ressortir mon Marty Mc Fly que j’incarne depuis plus de 3 ans maintenant. Avec cette photo parmi d’autres, prise en intérieur par Fabrice Fiorucci Photographie.

Conclusion

Pour un premier passage au Hero Festival et à Marseille, je n’ai pas été déçu du voyage. L’ambiance locale y est très chaleureuse à l’image de la région, et j’ai beaucoup apprécié sa diversité et la manière dont sont regroupés les différents univers au sein d’un même lieu. Nous donnant l’impression de voyager aux 4 coins du monde en passant d’une culture à l’autre en un instant.

Je connais peu de conventions en France qui en plus de proposer une telle disposition, peuvent se targuer d’avoir un village médiéval aussi authentique. Ça en est presque dépaysant alors que la convention est située en plein centre-ville.

En tout cas j’espère pouvoir revenir à un prochain Hero Fest mais à 100% de ses capacités cette fois. Un grand bravo à tous les exposants, guests, cosplayers et j’en oublie qui ont contribué à tout ça. Et un grand merci à ceux qui m’ont accueilli et accompagné sur place.

L’intégralité de mes photos du HF 2021 sur mon Album FB

[Reportage] Made In Asia 2021

Les 8, 9 et 10 Octobre 2021 s’est déroulé la 12ème Made In Asia à Bruxelles. Un salon qui a été annulé pas moins de 3 fois à cause de la crise sanitaire. D’abord en Mars 2020, puis en Septembre de la même année, et en Mars 2021. Voici mon Reportage de ma seconde venue en ces lieux, étalé cette fois sur les 3 jours.

La MIA post-COVID

L’année 2021 aura vu le retour d’un certain nombre d’évènements à petite et grande échelle. Et cette MIA en faisait partie suite à ses multiples reports qui n’ont pas été sans conséquences. Aussi bien en termes d’organisation que d’affluence. Qu’il s’agisse des invités initialement annoncés, des exposants, ou encore des visiteurs (dont certains ont conservé leur billets pendant un an et demi), beaucoup avaient dû annuler leur venue faute de pouvoir se projeter quant à l’avenir du salon à ce moment précis. Ce qui explique pourquoi il y avait moins de stands qu’à l’accoutumée .

Le changement le plus notable étant la suppression du Palais 3. Réduisant de manière drastique la surface allouée (chaque Palais a une superficie d’environ 10.000m²). Ce Palais faisait autrefois office de cafétéria et de salle de concerts. Cette année, la scène Tsubaki a basculée dans le Palais 6 près de la zone de dédicaces. Et la cafétéria a rejoint la zone gaming dans le Palais 7.

D’ailleurs j’ai été assez déçu de cette zone. Même si ça se comprends au vu des raisons évoqués en amont. Durant cette MIA, le jeu vidéo était moins représenté qu’avant et ne se limitait qu’à une poignée de jeux rétro, des bornes d’arcade, quelques tournois eSports sur LoL, GS:GO et des jeux de combat, ainsi qu’à de la Réalité Virtuelle en multi. Je n’ai vu aucune borne avec des titres récents comme ce fut le cas en 2019.

Concernant l’affluence, la MIA aura accueilli cette année plus de 55k visiteurs durant les 3 jours. Sachant que les billets vendus en ligne étaient presque tous sold-out quelques jours avant l’évènement. À titre de comparaison c’était 70k en Mars 2019 sur la même durée. Un score tout à fait honorable malgré la crise, et qui aurait pu être très proche voire supérieur aux années passées si le salon n’avait pas instauré un système de « jauge » selon les jours. Environ 8000 personnes le Vendredi, et 25k le Samedi.

Et je peux vous dire que même sans connaitre ces chiffres, j’ai clairement senti la différence entre la semaine et le week-end. Le salon étant infiniment plus agréable à parcourir le Vendredi. Malgré le Palais en moins, on avait de l’espace surtout dans le Palais 5 qui par son statut de galerie marchande, demeure la zone la plus densément peuplée du salon par défaut.

Un salon qui aura bien changé afin de s’adapter à cette situation, mais sans pour autant renier ses origines et ce qui en fait sa force. À savoir sa manière de rendre hommage à la culture japonaise par la biais d’expositions. La présence d’artistes talentueux. Et bien évidement le cosplay pour ne citer que ça.

L’Expo des Légendes – Le retour des dioramas

En 2019, un de mes coups de cœur du salon fut l’espace de dioramas érigé par l’asso Les Amis de Ma Déesse et d’autres qui auront récidivé en 2021 pour mon plus grand bonheur au sein du Palais 4.

Côté jeux vidéos, on retrouvait des maquettes de JakssDio avec du Resident Evil, Assassin’s Creed, Final Fantasy, et pas mal de chez Nintendo dont du Splatoon, du Metroid

Et un petit espace dédié à Zelda par JM MAKER avec une sublime statue de Link.

Pour les animes et mangas, d’abord une scène assez impressionnante de Cocodeco by cocoser mettant en scène un Gundam provoquant une explosion aquatique que je trouve très bien rendue. D’ailleurs un timelapse vidéo de ce diorama est disponible sur sa chaine YouTube.

Et enfin un regroupement de mangas par ShaGma avec du One Piece et des plus anciens tels que Ken le Survivant, Gunnm, Goldorak, et Berserk dont je reparlerais plus bas.

Je n’ai pas pu citer tout le monde mais une fois encore, merci à tous ceux qui ont contribué à cette expo incroyable. 👏

Musée Berserk

Non loin de là, le Kroosty Crew et One Piece Passion ont érigé une exposition en hommage à l’œuvre de Kentaro Miura qui nous a quittés cette année. Avec en premier lieu une figurine de Guts prêt à en découdre  au milieu de planches storyboard et de croquis.

Son rival de toujours Griffith, était présent lui-aussi sous la forme d’une très belle figurine coûtant l’équivalent d’un SMIC français. Et la pièce maitresse du stand, l’épée de Guts forgée par Iron Atom et qui avait l’air de faire son poids (35 kg selon ses propres dires).

Place aux artistes

Le Palais 5 n’avait pas que le merchandising comme unique but. De nombreux artistes étaient présents sur les lieux pour exposer leur créations, dont certains que j’avais déjà croisés à d’autres conventions francophones. En voici quelques-uns qui m’ont tapé dans l’œil.

Artiste : Chane

Artiste : Nogi San

Artiste : Zaikwoo Zéro

Artistes : Mister Mango Illustrations  et Migne

Cosplay

Le retour d’une convention ne pouvait pas se faire sans le retour des cosplayeurs qui l’animent. La tendance cette année était Genshin Impact. Chose guère étonnante au vu du succès fulgurant du jeu de miHoYo qui a fêté son premier anniversaire il y a peu. Voici celles et ceux que j’ai pu immortaliser.

Cosplayeuses : Lady Sundae (Samus Aran) et Ellothin Cosplay (Diane)

Cosplayeuses : Aluka Cosplay (Jinx) et Socracboum Cosplay (Cyberpunk 2077)

Cosplayeurs : Edes (Haddock) & Akisa Cosplay (Tintin), et @kridcosplay (Franky).

Et pour finir sur la partie cosplay, j’ai pu assister au concours cosplay solo le Samedi sur la scène Tsubaki du Palais 6. Un show riche en couleurs qui aura vu défiler des cosplayeurs francophones tous plus talentueux les uns que les autres. Voici les gagnants :

Un grand bravo aux participants, au jury, et à Cospop – BulleJapon pour l’organisation.

Conclusion

Cette Made In Asia 2021 bien que moins fournie que l’édition de 2019, fut satisfaisante. J’ai retrouvé tout ce que j’avais aimé dans ce salon, et dans les conventions en général. À savoir l’ambiance festive et chaleureuse des lieux, les expos, les artistes, le cosplay, et surtout retrouver tous ces gens, inconnus d’hier et pour certains amis de demain, avec qui l’on partage ces passions qui nous rassemblent tant.

Et ma foi, qu’est ce que ça fait du bien de revenir en convention après l’année blanche que fut l’année 2020 et une partie de 2021. Pour quelqu’un comme moi qui a l’habitude d’en faire tous les ans, c’est comme si le temps s’était arrêté durant toute cette période pour qu’en un clignement de yeux, tout reprenne comme avant ou presque. On dit souvent qu’on réalise la valeur des choses après les avoir perdues n’est-ce pas ? Cela n’a jamais été aussi vrai qu’en ce moment.

En tout cas je tiens à remercier chaleureusement tous ceux que j’ai croisés ainsi que tous ceux qui font revivre ces évènements à nouveau. Cœur sur vous et à très vite ! ✌

L’intégralité de mes photos de la MIA 2021 sur mon Album FB