[Cinéma] Critique – Star Wars épisode IX : L’Ascension de Skywalker

Épisode conclusif de la trilogie amorcée en 2015 par Disney, et de surcroît de cette saga vieille d’une quarantaine d’années et centrée sur les Skywalker. Voici mon avis sans spoilers sur cet épisode IX sorti le 18 Décembre dernier. Et que je ne porte pas particulièrement dans mon cœur.

Avant-propos

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il me semble nécessaire d’évoquer mon passif et mon statut envers cette saga. Tout d’abord, ma connaissance actuelle de cet univers se limite exclusivement aux films de la première trilogie de 1977 à 1983, la prélogie de 1999 à 2005, et la postlogie venant tout juste de se terminer. Tout le reste faisant partie de l’univers étendu, comics, jeux vidéo, séries et autres, m’est totalement inconnu à ce jour. Et même si c’est une saga que j’apprécie, je ne me considère pas comme un fan absolu de l’œuvre de Georges Lucas. Qui suis-je pour dire que « tel aspect aurait dû être traité de telle manière » ? Personne. Sauf si cela remet en cause une certaine cohérence que je ne tarderai pas à évoquer.

Et concernant les films de cette dernière trilogie, j’ai plutôt apprécié l’épisode VII dirigé par J. J. Abrams malgré le fait qu’il pompait allégrement le IV sur la forme et le fond.

Puis vint le VIII chapeauté par Rian Johnson cette fois-ci. Que j’avais nettement moins aimé à l’époque, mais qui avec du recul est peut-être l’épisode le plus couillu de la saga. Même s’il partait dans une direction radicalement différente de l’opus précédent en fermant quasiment toutes les portes scénaristiques qui avaient été ouvertes dedans. Ceci faisant qu’il ne restait plus grand chose à raconter après ça.

Je suis donc allé voir le IX sans attentes particulières. Et dont j’ai cru comprendre que la production s’est avérée difficile puisqu’il a été repris en urgence par Abrams alors que ce n’était pas initialement prévu. Et ça se sent. Alors autant être franc avec vous, même si tout ne fut pas à jeter, ce film fut un bordel sans nom qui m’a usé comme peu de films l’ont fait avant lui, et que je ne suis pas prêt de revoir. Désolé pour ceux qui l’ont apprécié et je suis sincèrement content pour vous si c’est le cas. Mais me concernant, c’est au-dessus de mes forces. Ou devrais-je dire de ma Force.

Esthétique

Commençons par l’esthétique globale du film qui fut l’un des rares aspects que j’ai apprécié dans celui-ci. Avec une photographie et des effets spéciaux au top donnant lieu à des plans magnifiques et des séquences stylées aussi bien sur le plancher des vaches que durant les batailles spatiales. Star Wars a toujours été la référence majeure en termes de Space Opera dans le cinéma, et ce n’est pas cet épisode IX qui dérogera à la règle sur ces aspects.  Surtout avec une bande-son composée par le seul et unique John Williams, qui reprenait quelques thèmes cultes de la saga. Et sans qui cette Guerre des Étoiles n’aurait probablement pas eue la même aura.

Par contre, j’ai trouvé les combats au sabre laser en deçà de ce qu’on nous avait habitués jusqu’alors. En termes de chorégraphie, et surtout de rythme avec un en particulier sur les ruines de l’Étoile de la Mort qui m’a paru interminable.

Palpatine, un retour nécessaire ?

Quand j’ai vu qu’ils allaient faire revenir le véritable grand méchant de cette saga de 9 films, j’ai eu très peur. Après visionnage, je me dis que ça aurait pu être pire mais ça ne volait pas haut pour autant.

Pour en arriver là, ils devaient soit être méchamment en manque d’idées au sein de la production, soit ils n’avaient pas d’autres choix vu que Snoke avait été terrassé par Kylo Ren dans le VIII. Même si j’aurais trouvé ça beaucoup plus intéressant et pertinent que ce dernier soit le grand méchant du IX. Mais c’était trop demander visiblement.

Puis Palpatine dans ce film, c’est une caricature de lui-même. Et qui sans trop spoiler,  aurait mieux fait de rester dans l’ombre tout du long avec son immense flotte de Star Destroyers sortant littéralement de nulle part. Et donc chacun des vaisseaux rend la base Starkiller de l’épisode VII ridicule à côté. D’autant plus qu’on sent que son retour a été prévu au dernier moment puisque rien dans les précédents films n’annonçait un éventuel retour. Ce qui m’amène à l’un des principaux défauts de ce film, et de cette trilogie.

Manque de cohérence

Faudra m’expliquer l’intérêt d’une trilogie si les films le constituant ne sont même pas foutus de se suivre entre eux. Où est le fil conducteur ? Déjà que le VII et le VIII avaient très peu de choses en commun, pour le IX c’est encore pire car c’est comme si l’épisode antérieur n’avait servi à rien. Par exemple il y a de quoi tomber de haut quand on voit la manière dont ont été traités individuellement les personnages de Finn et Rose. Eux qui en plus de leur relation naissante dans le VIII, avaient eus droit à quelques moments de bravoure dans ce même épisode.

Le scénario est ultra convenu et prévisible à des années lumières à la ronde. Avec des  facilités scénaristiques (liées à la Force le plus souvent) tellement aberrantes que c’est à se demander s’ils en avaient quelque chose à cirer.

Casting & Fanservice

Autre problème du film, le manque d’enjeux dramatiques. On ne s’inquiète jamais pour personne puisque même les situations qui paraissent critiques sont systématiquement désamorcées juste après. Je n’ai ressenti aucune émotion à part pour le très bavard C3-PO et Chewie à certains moments.

Parlons fanservice. De base, je n’ai rien contre ça tant que c’est bien dosé et qu’il y a un véritable intérêt derrière. Et au vu du statut de cet épisode qui est censé tout conclure, c’était inévitable. Le fait de revoir des têtes connues, clins d’œil ou autres références, est toujours plaisant en soi. Le problème ici, c’est que dans le cas de Lando Calrissian qui a fait son grand retour après la première trilogie (et dont l’acteur a très bien vieilli soit dit en passant), pour moi ça n’a pas apporté pas grand-chose au film.

Que la Force…

Soit avec le scénario. Car concernant celle-ci, je dois avouer que son utilisation m’a beaucoup surpris ici. Notamment durant les « échanges » entre Kylo et Rey, et sa maitrise thérapeutique de la Force (pour ne pas en dire plus) pour cette dernière. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu ça dans un autre film de la saga. Peut-être que c’est une utilisation « normale » de la Force vue ailleurs, donc je ne me prononcerais pas davantage à ce sujet.

Ce film a aussi justifié l’origine de la puissance de Rey de la pire des manières. Dans le VII, on nous avait fait comprendre que c’était la Force qui l’avait choisi. Et que n’importe quel individu pouvait en hériter quelque soit son passif. Au final il en n’est rien puisque c’est encore une histoire de gènes pour ne pas en dire davantage. C’est d’ailleurs au moment précis de cette révélation que j’ai définitivement décroché du film. Pour moi, Rey était intéressante justement car c’était selon Kylo, la « fille de personne ».

Et pour rester avec Rey, et également Kylo, j’ai trouvé que l’évolution de leurs personnages respectifs intéressante, et la finalité de la relation entre ces deux-là  logique. Avec une Dyade de la Force (pour reprendre le terme du film) qui prend tout son sens avec du recul. Je le redis mais je suis convaincu que leur confrontation aurait eu beaucoup plus d’impact si Kylo avait été le seul et unique homme à abattre à la place de Palpatine dans cet épisode.

Conclusion

Un gâchis intergalactique. Cette saga ne méritait pas une fin aussi peu audacieuse et de finir sur une note aussi amère. Même si je reconnais que conclure cette épopée en 2h20 de film n’est pas chose aisée. Mais le plus gros problème, ce n’est même pas le film en lui-même, c’est toute cette trilogie qui n’a quasiment aucun liant entre les films la constituant. On parle quand même de Star Wars bon sang comment on a pu en arriver là ?

Un Palpatine qui n’avait pas nécessité d’être là. Des personnages clés dans les anciens opus qui font ici office de figurants. Un scénario ultra convenu et sans surprise. Heureusement que pour rattraper tout ce bazar, il y a l’aspect visuel, la musique et les hommages envers la saga à travers certains personnages et décors.

Mais j’ai quand même envie de faire l’avocat d’Abrams qui a tenté comme il peut de recoller les morceaux qui se sont éparpillés avec le VIII. Même si au final j’aurais préféré que ce soit Johnson qui fasse cet épisode IX ne serait-ce que pour avoir un semblant de continuité.

Je pense que cinématographiquement parlant, il est temps de laisser Star Wars tranquille un moment.

Super Smash Wars : L’Éveil de la Triforce ! (Partie 2 – FIN)

Plus de 8 mois après le 1er épisode, voici comme promis la 2ème et dernière partie du remake (de qualité) à la sauce Nintendo de l’épisode 7 de la Guerre des Étoiles sorti fin 2015 au ciné. De quoi faire plaisir aussi bien au fans de la firme aux plombier qu’à ceux de l’univers crée par Georges Lucas 40 ans plus tôt, tellement les clins d’œils aux 2 univers sont nombreux.

L’Éveil de la Triforce ! (Partie 1)

Maître absolu dans l’art de parodier l’univers de la pop culture avec celui de NintendoJames Farr récidive avec un remake de Star Wars VII avec les protagonistes de la firme au plombier. Bourrée de clins d’œil qui devraient parler aux fans des 2 camps. Vivement la partie 2, que je ne manquerais pas de poster 😎

E3 2016 – Récap du show EA en vidéos

CkxrUxQXIAAuwTC

12/06 – 22h00

Titanfall 2 (28 Octobre 2016)

Le FPS de Respawn revient plus de 2 ans après la sortie du 1er opus sorti exclusivement sur Xbox. Maintenant ça se passera aussi sur PS4 avec 6 nouveaux Titans et un mode solo au programme.

Madden NFL 2017

Mass Effect Andromeda (1er Trimestre 2017)

FIFA 2017 (29 Septembre 2016)

Nouveau moteur graphique et mode histoire inédit « The Journey – L’aventure »

Fe

Jeu de plateforme en 3D développé par la nouvelle branche indé « EA Originals » avec une ambiance des plus poétiques.

Star Wars

À partir de 2:42 pour du Gameplay

Battlefield 1 (21 Octobre 2016)

Revoir la conférence EA (1h40) + Live de l’E3 2016