[Rétrospective] 10 ans de Paris Games Week (2/2) : 2015 à 2019

Partie 1 : 2010 – 2014

Suite et fin de ma rétrospective de la Paris Games Week qui fête en ce 27 Octobre 2020 le 10ème anniversaire de sa toute première édition. Je retracerai celles restantes de 2015 à 2019 qui ont toutes déjà fait l’objet d’un article Reportage ici. 🎮

Pour des raisons évidentes, je ne vais pas réécrire mot pour mot le contenu des articles d’origine. J’irais donc à l’essentiel du mieux que je pourrais.

Paris Games Week 2015

Reportage : PGW 2015

Cette année j’y suis allé uniquement le 31 Octobre. Et contrairement à l’édition de 2014, j’avais enfin pu m’essayer à la Réalité Virtuelle.

Mais avant ça, les deux seuls jeux testés chez Nintendo étaient Xenoblade Chronicles X et Fast Racing Neo sur Wii U. Parmi les autres jeux jouables de la machine figuraient le 1er Splatoon (qui a eu droit à ses premières compétitions), le 1er Super Mario Maker, Mario Tennis Ultra Smash, et Project Zero : La Prêtresse des Eaux Noires.

Sur 3DS, on pouvait compter comme jeux phares Zelda : Tri Force Heroes, Mario & Luigi : Paper Jam Bros, Chibi-Robo ! Zip Lash et Final Fantasy Explorers.

Ailleurs, j’avais aussi pu jouer à Naruto Storm 4 sur PS4. Les autres jeux jouables étaient Hitman, Deus Ex Mankind Divided, Battleborn, Total War Warhammer

…Ainsi que, Halo 5 Guardians, Rise of the Tomb Raider, Forza Motorsport 6, Cuphead et tant d’autres chez Xbox.

De mon côté, le gros du salon aura été fait chez Sony. Mais pas pour Star Wars Battlefront, Black Ops III, Street Fighter V ou encore Until Dawn. Mon seul objectif était le PlayStation VR qui sortira un an plus tard. Ce fut ma toute première expérience en Réalité Virtuelle et certainement l’un de mes souvenirs les plus marquants toutes PGW confondus. Le jeu en démo était RIGS: Mechanized Combat League.

Côté cosplays, j’avais croisé un Steve de Minecraft (qui ne devait pas se douter à l’époque qu’il finirait dans Smash). Un très convaincant Pyramid Head de Silent Hill. Une Ciri d’un The Witcher 3 sorti depuis peu. L’amie Pep’s Cosplay en Sonya de Diablo III et Lucie Monroe en VI de LoL.

Paris Games Week 2016

Reportage : PGW 2016

Ma 7ème PGW d’affilée avait eu lieu le Samedi 27 Octobre 2016. Probablement une des éditions les plus frustrantes que j’ai pu y faire.

La première raison était due à l’absence totale de Nintendo cette année qui s’est bien faite ressentir. La firme était en pleine préparation de sa comm’ concernant la Nintendo Switch (anciennement « NX« ) qui avait été dévoilée peu de temps après le salon.

La seconde raison, c’était Horizon Zero Dawn. Un des jeux que j’avais le plus envie de tester, et qui m’aura fait attendre près de 3h10 montre en main. Encore aujourd’hui c’est un (triste) record personnel de la plus longue file d’attente que j’ai jamais enduré là-bas. Toutefois, j’ai pu en sortant du stand, immortaliser le superbe cosplay d’Aloy par Lili Dîn ~ cosplay.

Histoire de rester dans le monde du cosplay, ce contretemps avait failli me faire manquer l’évènement phare de cette édition. À l’occasion du 20ème anniversaire de la saga Tomb Raider, s’est tenu le plus grand rassemblement de Cosplays Lara Croft au monde avec 270 participants et participantes qui avaient joué le jeu. Parmi elles, j’ai pu croiser @cosenora et @Wonder_Vesper qui tient également une chaine YouTube sur le cinéma.

À part ça sur PS4, j’avais pu jouer à Final Fantasy XV, essayer à nouveau le PS VR sur Batman Arkham VR, et Gravity Rush 2.

Quelques gros jeux de chez Ubisoft comme Steep, Watch Dogs 2 et For Honor.

Mais aussi Dishonored 2, Titanfall 2, Forza Horizon 3, et l’inévitable COD avec l’opus Infinite Warfare.

Paris Games Week 2017

[Reportage] PGW 2017 (1/2)(2/2)

Cette édition marqua le retour de l’accréditation Blog que je n’avais pas obtenue depuis 2013. J’en avais profité pour aller pour la première fois à une soirée avant-première le 31 Octobre, et également les journées du 3 et 4 Novembre 2017.

Quelques photos de cette soirée du Mardi 31 où j’ai pu profiter d’une PGW à l’affluence très fortement réduite.

Le Vendredi, j’avais pu tester Shadow of the Colossus, et Detroit Become Human sur PS4. Ainsi que Old School Musical dans la zone PGW Junior.

Le lendemain, c’était au tour de Monster Hunter World qui m’aura quand même fait attendre 2h alors que j’y étais allé juste après l’ouverture. Ainsi que Skyrim VR, Naruto to Boruto : Shinobi Striker, Doom Switch, et l’Attaque des Titans 2.

Cette PGW est une de celles dont je garderai le meilleur souvenir grâce à toutes les rencontres et retrouvailles que j’ai pu faire cette année-là. Notamment avec les amis blogueurs Otakugame et VRTvingt pour ne citer qu’eux et que j’aurais revus à plusieurs reprises.

Paris Games Week 2018

[Reportage] PGW 2018 (1/2)(2/2)

Même schéma pour l’édition de 2018 que j’aurais faite aussi sur deux jours et demi et avec l’accred le soir du 25 Octobre, et les journées du 27 et 29 octobre 2018. Cette dernière étant marquée par la soirée du Xbox Fanfest à laquelle j’avais participé avec un groupe d’amis.

Mais avant ça, j’avais pu prendre en main Kingdom Hearts III, Days Gone, Resident Evil 2 Remake, et la version Switch de Starlink Battle for Atlas.

C’était devant la borne de ce même Starlink qu’Otakugame prit une photo pour le moins « renversante ». Avec une caméra THETA proposant une prise de vue à 360° que l’on peut même manipuler à la souris. D’autres photos de sa part sont consultables à cette adresse.

Histoire de rester sur des photos d’un autre genre, celles prises au corner photo du stand de Bouygues Telecom avec un de mes compères qui donnent cet effet de 3D.

Pour les jeux indépendants, Unruly Heroes au stand des jeux « Made in France » nouvellement crée, et Baba is You chez Nintendo.

Mais de tous les titres présents dans ce salon, celui qui m’aura le plus marqué était Fortnite auquel je n’avais même pas joué. La faute à son espace hors-normes et impossible à louper, avec même de petites attractions en son sein. Le temps d’une seule édition, une partie de la PGW avait laissée place à la Fortnite Games Week.

Me concernant, j’ai eu mon instant « Game(r) of Thrones » en m’appropriant un siège entièrement constitué de cartes graphiques, processeurs et j’en passe. Et « poser » au sein du photocall de l’asso Les capteurs de l’imaginaire.

Pour les cosplays, j’en avais pas croisé des masses mais ils était qualitatifs. Dont Johnnypen Cosplay en Brice de Nice qui a « cassé » le salon. Sa partenaire Julie Cosplay the adventurer en Lara Croft. Un (ou plutôt une) Link en tenue Archéonique de Zelda Breath of the Wild. Ainsi que @irine_meier, cosplayeuse et modèle Russe que j’ai pu croiser en civil à la soirée du 25 Octobre.

Et enfin une poignée de photos du Xbox Fanfest le soir du 29 Octobre au dernier étage du Hall 7. Chaque invité pouvait repartir avec un sac de goodies 100% Xbox au contenu pour le moins surprenant à 2-3 articles près..

Paris Games Week 2019

[Reportage] PGW 2019

Pour terminer, la 10ème et toute dernière PGW en date faite le soir du 29 Octobre, le 1er et 2 Novembre. Toujours avec l’accred.

Une édition dont j’aurais pu garder un meilleur souvenir si j’avais eu la chance de faire l’EVA (Esports Virtual Arenas). Pour la petite histoire, je m’étais pointé le Samedi juste après l’ouverture pour l’essayer, pour ensuite qu’on nous dise de revenir vers 10h. Et à mon retour à l’heure dite, on m’a sorti que c’est complet pour la journée entière

Au stand « Made in France » j’ai retenu le joli décor du très sympathique A Plague Tale Innocence que j’ai pu faire en début d’année 2020.

Parmi les jeux testés qui ont leur article Preview dédié, Doom Eternal, Biomutant, et Iron Man VR.

Pour les autres, j’ai pu contempler Cyberpunk 2077 durant un gameplay commenté en Français au sein d’une salle fermée. Et me muscler sur Ring Fit Adventure. 💪

Quelques galeries de 2019 avant de conclure. Avec du Street Art chez ARTitude. Des adaptations d’animes en jeux vidéos. Et une McLaren Senna en LEGO de Forza Horizon 4 : LEGO Speed Champions assemblée avec 400.000 briques.

Mais aussi des masques du jeu Watch Dogs Legion qui sort cette semaine. Deux des jeux phares de chez Nintendo qu’étaient Zelda Link’s Awakening Switch et l’excellent Luigi’s Mansion 3. Gears of War 5 chez Xbox. Et Marvel’s Avengers chez PlayStation.

Et pour finir, trois photos de moi où je brandissais l’épée de Cloud au stand de Final Fantasy 7 Remake. En train de « piloter » le Cyclone de Borderlands 3. Et porter fièrement la médaille de la 10ème édition de la PGW.

Conclusion

Ainsi s’achève cette rétrospective de la Paris Games Week, là où « Le Jeu Vidéo fait son show » et dont j’ai pu faire toutes les éditions sans interruption. Un salon qui aura connu beaucoup de hauts et de bas, mais qui m’aura permis d’enrichir ma culture vidéoludique et faire un nombre incalculable de rencontres inoubliables.

Un anniversaire qui tombe assez bien finalement. Puisque à l’heure où j’écris ces lignes, nous sommes à l’aube de la 9ème génération de consoles avec la PS5 et la Xbox Series X qui ouvriront le bal. Et le fait de revoir tous ces jeux qui ont marqué leur temps à travers cette rétrospective, m’a filé un sacré coup de vieux. Pas vous ?

Dire que dans de meilleures circonstances, nous aurions pu mettre la main sur ces machines et leurs jeux avant leurs sorties respectives. Rien que pour ça, j’espère vite pouvoir revivre ce genre d’évènements dans les meilleures conditions possibles.

Merci d’avoir pris le temps de lire, et à très vite.

[Rétrospective] 10 ans de Paris Games Week (1/2) : 2010 à 2014

Aujourd’hui le 23 Octobre 2020 aurait dû se dérouler la Paris Games Week 2020, qui fut annulée comme la quasi-totalité des autres grosses conventions pour une raison que je n’ai pas besoin d’expliquer.

Cette 11ème édition aurait dû marquer les 10 ans d’existence de l’un des salons majeurs du Jeu Vidéo en France, et aussi en Europe derrière la Gamescom en Allemagne. Je profite donc de son absence cette année pour fêter à ma manière cette décennie d’existence à travers cette rétrospective en deux parties de toutes les précédentes éditions que j’aurai faites jusqu’à 2019.

La première que vous vous apprêtez à lire sera consacrée aux éditions de 2010 à 2014 dont je n’ai encore jamais parlé sur ce WordPress. Et la seconde retracera celles de 2015 à 2019. Commençons sans plus attendre. 🕹

Paris Games Week 2010

Ma toute première visite à la PGW date du 28 Octobre 2010 au sein du Hall 1 de Porte de Versailles à Paris. Un emplacement qui à défaut d’avoir changé, n’aura jamais cessé de s’agrandir en s’appropriant davantage de halls du complexe.

Ce fut la seconde convention que j’aurais découverte après la Japan Expo que j’avais déjà visité en 2009 et 2010. Même si j’ai toujours préféré l’ambiance et la convivialité de cette dernière. Ce jour-là, j’étais venu accompagné d’un ami de longue date à qui je dois un des moments forts de cette édition que vous verrez en fin de section. Mais avant ça, place à la galerie.

Double panorama des allées de l’époque. Celui du bas illustrant la zone de Nintendo qui célébrait les 25 ans de Mario.

Ci-dessus des photos des bornes de jeux parmi ceux que j’avais testés. Avec les jeux Wii qu’étaient Donkey Kong Country Returns, la toute première démo de Zelda Skyward Sword qui m’aura fait poireauter 1h dans sa file d’attente, le « remake » du jeu N64 qu’était Goldeneye 007, et Sonic Colors. Sur PS3 j’avais pu m’essayer à Gran Turismo 5, faire du Tennis de Table sur Sports Champions jouable au PlayStation Move, et Crysis 2. Et pour la Xbox 360, Halo Reach et Kinect Joy Ride

Le Naruto géant de la Japan Expo était aussi de passage au stand de Bandai Namco.

D’autres jeux non testés pour ma part étaient présents comme Killzone 3, Little big Planet 2Motorstrom Apocalypse, Fable 3, Gears of War 3, Bulletstorm, Dead Space 2, Assassin’s Creed Brotherhood et bien d’autres.

Le moi de 17 ans en train de jouer à New Super Mario Bros Wii et poser aux côtés de Mario. ✌

Et le meilleur pour la fin, ma prestation sur Michael Jackson: The Experience. Le « Just Dance » à l’effigie d’un Mickael Jackson qui nous avait quittés un an avant ce salon. Mon ami avait filmé mon passage sur scène visible dans la vidéo ci-dessous, où je me déhanchais sur le morceau Beat It.

Ça ne se voit peut-être pas, mais le trac était présent..

Au final j’avais plutôt apprécié cette première venue et le fait de pouvoir jouer à une multitude de jeux différents dans un même espace. Même si j’étais déjà ennuyé à l’époque par les grosses files d’attentes aussi bien pour rentrer dans le salon que pour jouer à certains titres. Et dire que ce n’était que le début et que j’étais loin, mais très loin d’être au bout de mes surprises de ce côté-là.

Paris Games Week 2011

Rebelote les 22 et 25 Octobre 2011 pour ma seconde PGW. Un salon qui s’était agrandi en termes de superficie, et étoffé en termes de jeux et de décors.

Comme ce fut le cas chez Nintendo pour la zone dédiée à Zelda Skyward Sword. Jeu auquel j’ai pu rejouer sur une nouvelle démo et dont la sortie était imminente. Avec un magnifique décor aux couleurs du jeu, et où l’on pouvait croiser certains cosplays de la saga.

2011 c’était aussi l’année de sortie de la Nintendo 3DS. Avec entre-autres Kid Icarus Uprising dont j’avais pu tester le multi local. Mario Kart 7 avec un Kart grandeur nature mais dont il était interdit de monter dedans. Et Super Mario 3D Land.

Chez Sony, ma patience avait été mise à rude épreuve pour tester la PlayStation Vita. L’une des plus grosses exclusivités du salon de l’époque qui fut victime de son succès au vu des 3h et quelques que j’aurais passé dans la file d’attente pour tester la portable. Le jeu de vitrine étant Uncharted Golden Abyss.

Pour les autres jeux, on pouvait compter Skyrim et Star Wars The Old Republic dont les sorties étaient proches.

La version PS360 du jeu déjà sorti sur Wii qu’était Goldeneye Reloaded que j’avais testé. Ainsi que Prototype 2, et Assassin’s Creed Revelations auxquels je n’avais pas touché.

Mais aussi Call of Duty : Modern Warfare 3 et son concurrent direct Battlefield 3 qui furent les deux jeux les plus prisés du salon (et parmi les licences les plus prisées des éditions futures). Au point où la file d’attente pour tester chacun d’eux auraient rendus celle que j’ai endurée pour la PS Vita, dérisoire. Autant dire que pour y jouer, fallait réserver sa journée entière rien que pour eux.

Chez SEGA ça fêtait les 20 ans du Hérisson Bleu qui avait même fait l’objet d’une sculpture éphémère sur glace pour l’occasion. Les versions consoles et 3DS de Sonic Generations étaient les jeux phares du stand.

Paris Games Week 2012

Pour la 3ème édition, j’avais profité du jour férié du 1er Novembre 2012 pour m’y rendre.

C’était l’année de sortie de la Wii U que j’avais pu tâter pour la toute première fois. Les jeux testés au sein du stand dédié étaient New Super Mario Bros. U, Pikmin 3, et Zombi. U

Non loin de là et toujours chez Big N, ce fut aussi l’apparition de la scène Nintendo à la PGW avec ses animateurs et son écran géant qui retransmettait des sessions de jeu et tournois organisés au sein du stand. Ceux de l’époque étaient les jeux 3DS New Super Mario Bros 2 en Speedrun, Mario Kart 7 et Mario Tennis Open. Tournois auxquels je n’avais pas pris part.

Ce fut aussi les 25 ans de la saga Final Fantasy. À l’occasion, de multiples fresques retraçant les opus de la série étaient exposées.

D’autres jeux d’époque comme Call of Duty : Black Ops II Naruto Storm 3 que j’avais testé, Crysis 3 et le reboot de Devil may Cry.

Le premier Dishonored était jouable à proximité d’un photobooth assez classe en compagnie d’un cosplay du jeu avec qui j’ai pu poser. Cette photo et celle de droite où j’enlace une tourelle gonflable des jeux Portal font partie de mes préférées de cette année-là.

D’autres jeux phares parmi ceux que je n’avais pas testés. Remember Me, PES 2013, Assassin’s Creed III et la version 2012 de Need For Speed Most Wanted.

La team Game One de l’époque avec Marcus, Julien et Kayane entre-autres.

En plus de Halo 4 en multijoueurs et Metal Gear Rising Revengeance, j’avais également joué à Hitman Absolution. Ce dernier a eu droit à un sympathique petit show en direct du stand que j’ai pu filmer plus bas, mettant en scène le groupuscule des « Saints » et l’Agent 47.

Paris Games Week 2013

Cette 4ème édition fut très spéciale pour moi car c’était la première fois que j’obtenais une accréditation via mon ancien blog. Ce qui m’avait permis d’accéder au salon sur toute sa durée même si j’y suis allé que les 30 et 31 Octobre 2013.

À peine entré dans le salon que je me ruais vers le photobooth du jeu Destiny pour me prendre en photo avec une statue d’un « Déchu ». J’en suis reparti avec un poster du jeu et un tshirt visibles dans mon tout premier pactole photo de PGW plus bas.

C’était l’apparition de la zone PGW Junior, où l’on pouvait jouer à des jeux rétro entre-autres. Mon choix s’était porté pour la N64.

Chez Nintendo j’avais testé pas mal de jeux Wii U comme Super Mario 3D World, Donkey Kong Country : Tropical Freeze, Mario Kart 8 et Bayonetta 2. Mais aussi des jeux 3DS tels que Zelda A Link Between Worlds, et Mario Kart 7 en tournoi mais dont je n’avais pas dépassé les phases de poules hélas. Ma photo préférée de cette année-là avec deux amis à moi au stand de Pokemon X & Y sur 3DS. Photo qu’on a « refait » 6 ans plus tard à la Japan Expo 2019 pour les opus Épée & Bouclier sur Switch.

Mais les stars du salon, c’était les consoles next-gen (de l’époque) qu’étaient la PS4 et la Xbox One à quelques semaines de leur sortie respective. Chez Sony j’avais pu tester Driveclub et Killzone Shadow Fall.

Et chez Microsoft, Ryse Son of Rome, non loin d’une Lamborghini de Forza Motorsport 5.

D’autres jeux d’époque à très forte affluence comme Battlefiled 4, le premier Watch Dogs, Dead Rising 3 et Call of Duty Ghosts.

Et enfin le petit pactole de l’époque avec mon tout premier badge.

Paris Games Week 2014

5ème et dernière édition dont je parlerai dans cette première partie, faite elle aussi un 1er Novembre 2014 le lendemain d’Halloween.

Cette année fut la toute première où l’on pouvait s’essayer à la Réalité Virtuelle avec le casque Oculus VR. Sauf que c’était probablement l’attraction qui avait rassemblé le plus de monde dans le salon. J’avais entendu dire qu’il fallait entre 3h et 5h d’attente pour voir le bout de la file d’attente. Moi qui voulais le tester, autant dire que ça m’avait coupé l’envie.

Parmi les gros jeux de cette édition, Just Dance, PES 2015, The Witcher 3, Call of Duty Advanced Warfare, Little Big Planet 3, Final Fantasy Type-0 HD.

Dans la zone Nintendo, noire de monde qui approchait peu à peu de sa forme « actuelle » en termes de disposition et d’organisation, j’avais pu jouer à de multiples reprises à Super Smash Bros for Wii U. L’un des jeux phares du salon et dont le championnat de France fut diffusé sur place. Ainsi que Mario Party 10 sur la même machine. D’autres jeux étaient jouables comme la version 3DS de Pokemon Rubis Omega & Saphir Alpha, le premier Hyrule Warriors, et Captain Toad pour ne citer que ça.

Chez la firme de Redmond, les deux seuls jeux auxquels j’avais joués sur place étaient Ori and the Blind Forest et Sunset Overdrive sur One.

Pour finir, j’avais immortalisé des cosplays plutôt cool cette année. Dont l’amie SooZyx (en haut à droite) que j’ai découverte là-bas en Irélia Frostblade de League of Legends. Et quelques zombies fraichement sortis d’Halloween qui vagabondaient dans les allées du salon.

À suivre, ma rétrospective des éditions de 2015 à 2019.

[Rétrospective] 10 ans de Japan Expo

Cette 19ème édition de la Japan Expo qui s’annonce, sera un peu spéciale pour moi. Car elle marquera ma 10ème visite d’affilée à ce qui était à l’époque, la toute première convention où je mettais les pieds. Aventure qui débuta en Juillet 2009, et qui m’aura marqué à tout jamais.

À occasion exceptionnelle, article exceptionnel donc. Voici ma rétrospective de mes moments forts vécus lors de mes multiples venues ces dernières années. Et ceux qui me suivent depuis très longtemps savent que bien avant de lancer ce WordPress, j’écrivais déjà des articles Reportages sur mes précédentes éditions sur mon ancien Skyblog.

Japan Expo 2009

Je m’en souviens comme si c’était hier. Peu avant l’événement, un ami que je n’avais pas revu depuis plusieurs années m’avait proposé de le revoir à cette convention que je ne connaissais que de nom. Bien évidemment j’accepte et me rend donc au Parc des Expositions de Villepinte à 1h de train de chez moi. Et une fois sur les lieux, le déclic..

Une de mes premières impressions fut l’étonnement. Voir autant de personnes de tous âges réunis dans un si grand complexe et partageant les mêmes passions (animes / mangas, jeux vidéos) que moi, je trouvais ça génial. Ce fut la toute première fois que je voyais du Cosplay. Pratique que je n’ai jamais cessé d’admirer à défaut d’en pratiquer. Puis l’ambiance était ultra festive et chaleureuse, avec des produits dérivés sur tout et partout, la découverte des « free hugs » et j’en passe. Je me sentais comme chez moi.

Mon enthousiasme déjà palpable atteindra son apogée au moment où je retrouve d’abord ce fameux ami, puis les 4 restants dans la foulée et non sans difficulté. Faut dire que le Parc des Expos est un grand complexe. Hélas, je n’ai plus aucune photo de cette époque pour en témoigner et je ne peux donc que m’appuyer sur les vagues, mais bons souvenirs que j’en ai gardé.

Par contre une chose que j’aurais préféré oublier, c’était le retour de la convention qui était pour ma part chaotique. Entre ma batterie qui m’avait lâché en sortant du parc, les problèmes de RER, et moi qui me trompe de ligne pour rentrer chez moi, c’était la totale. Et j’étais dans l’impossibilité de prévenir ma famille de l’heure à laquelle je devais rentrer. Au final, j’ai dû mettre au moins 2h pour rentrer chez moi. Ce soir-là, j’ai bien cru que cette première Japan serait la dernière..

 

Japan Expo 2010

Malgré les déboires de l’année passée, j’ai finalement récidivé avec les mêmes acolytes pour l’édition 2010  dont j’ai de très vagues souvenirs, à une (mauvaise) exception près. Sur place j’avais constaté avec tristesse, l’absence de la carte mémoire qui m’aurait  dû permettre d’enregistrer des photos dans mon appareil photo numérique (je n’avais pas encore de Smartphone à l’époque). Je n’ai donc pu prendre aucune photo cette année-là.

Anecdote vestimentaire. C’est à cette édition que j’ai ramené pour la toute première fois, ma sempiternelle veste (celle que je porte dans les photos qui suivront)offerte par ma mère qui l’avait obtenue d’une collègue. Et j’ai appris beaucoup plus tard que ça provenait non pas d’un manga comme j’aurais pu croire, mais d’un jeu vidéo. Le personnage représenté était Seishiro Kuki du jeu Samurai Showdon. Une ancienne série de jeu de combat datant de la première PlayStation. Depuis, je la ramène systématiquement chaque année (voir photos ci-dessous).

 

Japan Expo 2011

3ème round avec des photos cette fois,et à quelques jours des résultats du BAC que j’ai passé à l’époque. Cette édition avait donné lieu à mon tout premier reportage écrit de la convention sur mon ex-Skyblog. D’ailleurs je me suis amusé à relire les articles en question et je me rends compte à quel point ma manière d’écrire à méchamment évolué depuis. Et c’est aussi au même moment que j’avais créé ma page Facebook qui fête cette année ses 7 ans d’existence.

Parmi ce qui m’avait marqué, l’aménagement des stands de la saga The Legend of Zelda à l’occasion des 25 ans de la série, et de SEGA pour les 20 ans du hérisson bleu. Avec une impressionnante sculpture de glace à son effigie.

Concernant mes activités, j’avais pu prendre en main certains jeux sur une Nintendo 3DS que je n’avais pas encore, qu’étaient Ocarina of Time 3D, Super Mario 3D Land et Mario Kart 7. Ainsi que Sonic Generations sur Xbox 360.

 

Japan Expo 2012

L’année 2012 fut marquée par les 10 ans de l’anime Naruto par les Studios Pierrot à l’époque.

Toute une zone fut spécialement aménagée pour l’occasion avec des story-boards et des posters retraçant l’évolution de l’adaptation en anime et en jeux vidéos, ainsi que des goodies tels que des DVD, Films et figurines parfois à taille humaine.

Mon coup de cœur se porta sur un Kyubi / Kurama grandeur nature, enfermé en cage avec la mention « Ne pas rentrer, renard dangereux ! ».

Comme activités, je m’étais d’abord essayé à mon tout premier tournoi qui portait sur Mario Kart 7 mais sans pouvoir accéder jusqu’aux phases finales hélas. Puis j’ai pu tester New Super Mario Bros 2 sur 3DS.

 

Japan Expo 2013

Cette année-là, j’étais accompagné par 7 de mes comparses. Encore aujourd’hui je n’ai pas réussi à faire mieux. Pourtant la journée avait assez mal commencée.

Sans m’en rendre compte, j’avais pris la mauvaise file d’attente et je ne l’ai réalisé qu’à l’entrée principale lorsqu’on m’a conseillé d’aller dans un autre hangar pour refaire une autre queue et enfin payer le billet sur place. Une « double queue » qui m’avait fait perdre 1h dans le salon. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, j’avais loupé de peu la doubleuse Japonaise de Naruto, Junko Takeuchi.

Mes jeux Wii U testés furent Donkey Kong Country : Tropical Freeze (ressorti récemment sur Switch et que je recommande chaudement), Super Mario 3D World et Sonic Lost World.

 

Japan Expo 2014

La 1ère Japex que j’ai faite sur au moins 2 jours au lieu d’un seul autrefois. Mais que j’ai été contraint de faire seul le 1er car j’étais dans l’impossibilité de joindre mes amis déjà sur place à cause des problèmes de réseau du salon.  Mais paradoxalement, ce fut l’édition où j’aurais effectué le plus d’activités. Que ce soit pour les tournois auxquels j’ai participé et autres conférences auxquelles j’ai pu assister.

J’avais participé à 3 tournois. D’abord Mario Kart 7 à nouveau où j’avais raté des peu les phases finales malgré une 2ème place à la 1ère manche, une 1ère place à la seconde et la dernière place à la 3ème. Or, seuls les 2 premiers de chaque manche étaient qualifiables.

Le second sur Super Smash Bros. for 3DS qui aurait pu me permettre de jouer à la version Wii U si je n’avais pas lamentablement échoué dès la seconde manche. Oui, le seul moyen de jouer à la version console était de gagner un tournoi sur la version portable

Et le dernier portait sur Mario Kart 8 sur Wii U. Et j’en étais plutôt fier car à défaut d’avoir gagné, j’ai quand même réussi à accéder à l’une des phases finales et décrocher la 4ème place alors que je n’avais ni le jeu, ni la console. Mon expérience sur la série m’a bien aidé.

Les autres jeux auxquels j’ai pu jouer étaient Hyrule Warriors (lui aussi ressorti il y a peu sur Switch), Yoshi’s Woolly World, et Splatoon 2.

J’avais repéré de loin les stars montantes de YouTube à l’époque qu’étaient Antoine Daniel de l’émission What The Cut, François Theurel et Patrick Baud qui tiennent respectivement les (excellentes) chaines du Fossoyeur de Films et Axolot. Et le Joueur du Grenier que je ne pense pas avoir besoin de présenter.

Et enfin le moment fort de cette édition fut la diffusion en avant-première mondiale du 1er épisode la Saison 2 de Sword Art Online. Saison que je n’ai toujours pas regardé 4 ans après..

 

Japan Expo 2015

Pour les 3 éditons qui vont suivre je vais faire plus court car chacune à son article dédié sur ce WordPress. D’ailleurs, c’est l’article de la Japan Expo 2015 qui l’a inauguré il y a maintenant 3 ans de cela.

L’événement majeur de cette année fut la venue de Shigeru Miyamoto le Vendredi (qui devait déjà venir l’année d’avant mais ayant dû annuler pour des raisons personnelles). Hélas, je n’ai pu venir que le Samedi.

J’ai pu rencontrer pour la première fois certains vidéastes dont Mister Flech qui tient l’émission Reset System avec sa mascotte Hermine incarnée par Mercantile de l’asso Orbesonge. Et BibiTM  ex-let’s player de jeux Nintendo accompagné par sa compagne Synea et par d’autres vidéastes du milieu. D’ailleurs à propos de la firme, mes jeux testés étaient Star Fox Zero et Super Mario Maker.

 

Japan Expo 2016

Une des éditions dont je garde le meilleur souvenir, et qui a donné lieu à l’article le plus populaire de l’histoire de mon blog. Peu d’activités mais beaucoup de bonnes rencontres et de retrouvailles.

Une fois encore, je n’ai pu venir que le Samedi. Ce qui m’aura fait louper un des événements majeurs de cette édition qu’était le concert virtuel des Calamazones du 1er Splatoon le Vendredi.

En revanche, et pour rester sur du Nintendo, j’ai pu assister au concours Cosplay sur le thème de la saga Zelda ayant eu lieu sur le stand. Les meilleurs gagnaient un essai en exclusivité du jeu The Legend of Zelda :Breath of the Wild sur Wii U, 8 mois avant sa sortie officielle.

Et c’est dans ce même stand que j’ai retrouvé mes comparses et l’équipe de let’s players Nintendo vus l’année passée. Avec eux, je suis monté non sans trac sur la scène principale afin de faire une partie de Splatoon devant une bonne centaine d’individus. Ça a été le seul jeu auquel j’aurais joué de tout le salon.

Et enfin j’ai fait plus ample connaissance de l’association Orbesonge par l’intermédiaire de Mister Flech et Mercantile. Asso présidée par Capitaine Blue.

 

Japan Expo 2017

La dernière en date. Que j’ai faite sur 2 jours et demi les Vendredi, Samedi et Dimanche (après-midi) et répartie sur 2 articles.

Une de mes seules activités fut ma venue à la Master Class Zelda le Vendredi, et animée par le producteur de la saga Eiji Aonuma, l’illustrateur Yusuke Nakano et le directeur artistique Satoru Takizawa.

Beaucoup de rencontres aussi.  D’abord du côté du Youtube Manga avec Gonzaroo, Neal le Soubeyran, One Piece Passion et Allblue Channel. D’ailleurs le salon a fêté sobrement les 20 ans du manga One Piece avec une fresque retraçant les moments marquants du manga par ordre chronologique.

J’ai revu la team Orbesonge chez qui j’ai pu participer à un quizz Nintendo organisé par Flech. Et où Captinaine Blue m’a dessiné mon portrait onirique.

Et enfin mes jeux testés furent Dissidia Final Fantasy NT, Super Mario OdysseySonic Forces et Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle.

 

Conclusion

Je n’arrive pas à me décider sur ce qui est le plus dingue. Est-ce le fait que j’ai pu me rendre 10 fois d’affilé à l’une des conventions d’anime les plus connues au monde ? Ou le fait que mon intérêt pour cet événement se soit si peu émoussé au fil des ans ? Si on avait dit au gamin que j’étais en 2009 que je vivrais autant de choses à la Japan Expo, jamais je l’aurais cru.

Ça m’a apporté beaucoup sur le plan personnel. J’ai pu y rencontrer un nombre incalculable de personnes qui sont devenus pour certains des amis, et en revoir d’autres que j’avais perdus de vue. Ça m’a permis de m’ouvrir un peu plus à la culture Japonaise et découvrir d’autres mangas. Et côté blog, je me démenais chaque année pour que mes articles sur la Japex racontent au mieux mon expérience du salon. Et les bons retours que j’en ai me poussent à continuer sur cette voie.

J’ignore jusqu’à quand je pourrais m’y rendre, mais aussi souvent que l’occasion se représentera, j’irai. J’ai la chance d’habiter pas très loin, et quoi qu’on puisse en dire de bon ou de mauvais, ça reste un événement incontournable pour tout adepte des mangas, animes et de la pop-culture, à faire au moins une fois dans sa vie.

Sur ce, je vous donne rdv une fois de plus sur le futur Article Reportage sur la Japan Expo 2018 qui paraîtra dans le mois si tout va bien.

Merci de m’avoir lu.