[Avis] Nintendo Switch Lite – Un retour en arrière ?

Pas plus tard que hier, la firme au plombier nous a présenté la Nintendo Switch Lite. Nouvelle version de cette console hybride disponible (le jour de mon anniversaire) le 20 Septembre prochain. Une annonce faisant taire par la même occasion toutes les rumeurs persistantes de ces derniers mois quant à l’arrivée imminente d’une nouveau modèle de Switch. Voici ce que j’en pense.

Comme un air de déjà-vu

La première version de la Nintendo 2DS

Une fois encore, Nintendo a jeté à la poubelle le concept qu’ils avaient eux-mêmes instaurés pour leur propre machine. Exactement comme la 3DS en son temps qui s’est vu amputer de son argument de vente principal qu’était sa 3D stéréoscopique. Argument vite passé à la trappe à cause de la qualité très discutable de cette même 3D, le peu d’intérêt que portait le public à son égard, et sa sous-exploitation au sein des jeux de la console. Pour au final devenir la 2DS que l’on connait depuis presque 6 ans déjà (et bientôt 2 ans pour sa déclinaison « XL »).

Puis ce n’est pas comme si la firme avait sorti moult variantes différentes pour chacune de leurs consoles portables par le passé.

Nintendo « Switch » ?

Le tweet qui résume tout 😁

Maintenant, c’est le sigle même de la Switch qui perd de son sens avec cette version Lite, qui ne permet rien d’autre que le jeu portable en solo. Fini les Joy-Con détachables et la possibilité de jouer à deux en local n’importe où avec un seul écran. Exit l’aspect hybride permettant de basculer en un rien de temps d’un écran de télé à l’écran de la console. D’ailleurs il est précisé que la console ne pourra plus être branchée à une télé comme possible avec le Dock de la version de base.

À moins qu’il soit possible de la brancher sur le même type d’adaptateur que sur l’image ci-dessus.

C’est dommage de se priver de cet aspect « console portable de salon » qui est encore aujourd’hui un très bon argument de vente et ayant de beaux jours devant lui.

Qui dit version allégé dit concessions. Et parmi elles, on notera la disparition de la technologie des vibrations HD et du capteur infrarouge à détection de mouvements. Des fonctionnalités intéressantes quand elles étaient bien exploités mais dont on pourra se passer sans trop de regrets. Fort heureusement, le gyroscope quant à lui répond toujours présent sur cette nouvelle version. Le tout permet à la Lite de gagner un peu en autonomie, ce qui est toujours ça de pris.

Mais là où ça pourra éventuellement poser problème, c’est sur la poignée de jeux plus ou moins populaires qui dépendent de ces fonctionnalités. Comme 1-2 Switch et Super Mario Party pour ne citer que ces deux-là. Et tous deux jouables uniquement avec les Joy-Con détachés. Et c’est là que Nintendo nous dit que pour y jouer sur la Lite, on sera forcé d’acheter (pour ceux qui n’ont pas déjà la Switch) les Joy-Con séparément. Et à 70~80€ la paire, autant dire que ça pique.

Et vu que ces deux versions vont cohabiter ensemble, il vaudrait mieux cette fois-ci que l’intégralité du catalogue Switch à venir soit jouable sur chacune d’entre elles. Histoire de ne pas répéter le cas de Xenoblade 3DS, uniquement jouable sur la New 3DS car plus « puissante ».

Une « vraie » console portable

Concernant la forme, disons que c’est conforme aux leaks et à l’imagination de certains. Même si je n’aurais pas été contre un aspect plus « noble » comme le concept de la Nintendo Switch UP sur Behance ci-dessus (bien que j’aurais placé le joystick droit en bas des boutons).

On a donc une console plus compacte, plus légère d’une bonne centaine de grammes, et donc bien plus pratique d’utilisation. L’écran a lui aussi légèrement diminué en taille (mais pas en résolution) passant de 6,2 pouces (15,7 cm) à 5,5 pouces (14 cm). Ce n’est pas bien grand, mais ça reste encore suffisant pour profiter des jeux Switch en solo en mode portable.

En revanche, le multi local à 2 sur une seule console va être très compliqué sur la Lite. Déjà par le fait que les Joy-Con ne sont plus détachables comme dit précédemment. Mais surtout a cause de l’absence sur la Lite du petit support (en numéro 1) permettant de faire tenir la Switch sur une surface plane.

Les 4 boutons du Joy-Con gauche (on va en reparler juste après) de la Switch originelle ont laissé place à une vraie croix directionnelle comme sur la manette Pro. En tout cas, avoir miniaturisé à nouveau une console de cette trempe qui n’était déjà pas bien grande, je trouve que c’est une belle prouesse. Reste à voir si l’ergonomie sera au rendez-vous parce que je ne suis pas sûr que les grosses mains vont apprécier.

Et il y a intérêt que les problèmes encore d’actualité du Joy-Con gauche, et plus particulièrement de son stick, soient définitivement résolus d’ici la sortie de cette version. Parce qu’en cas de problème, ce n’est pas juste le Joy-Con qu’il faudra renvoyer au SAV, mais la machine toute entière avec le prix que ça impliquera…

 

Pour quel public ?

Là pour le coup, la cible est large. Cette Switch Lite pourrait intéresser ceux qui n’ont pas encore acheté la console de base et qui seraient trop réticents à lâcher environ 300€ au lieu des 200€ de cette nouvelle version. Un prix plutôt correct pour ce que la machine propose, et à peine 50~70€ plus cher qu’une 2DS XL.

Elle pourrait aussi s’adresser aux plus jeunes comme c’était le cas pour la première version de la 2DS en début d’article. Non pliable, et beaucoup plus robuste que sa grande sœur. Voilà qui devrait arranger les parents.

Nombreux sont les possesseurs actuels de la Switch qui y jouent essentiellement en nomade, et qui pourraient franchir le pas avec une machine entièrement optimisée pour leurs besoins. Et enfin n’oublions pas les éternels collectionneurs qui quoiqu’il arrive, achèteront la machine juste pour l’objet en lui-même.

 

Conclusion

Me concernant, cette version Lite ne m’intéresse pas. Ça fera bientôt deux ans que j’ai l’actuelle et elle me convient déjà très bien. Et même si un jour je devrais la remplacer, je ne pense pas opter pour une Lite ne serait-ce que pour le coté hybride et les Joy-Con détachables de la version d’origine. Et en plus de cela je ne suis pas fan des coloris de cette gamme. Mais bon les goûts et les couleurs me dira t-on.

Mais à défaut de remplacer la Switch actuelle, ce modèle sera certainement le coup de grâce infligé à une 3DS / 2DS déjà sur le déclin depuis un long moment. D’ailleurs, je n’arrive pas à imaginer quel genre de console portable pourra leur succéder après ça. À voir à l’avenir si une éventuelle Switch « Pro » (jouable seulement en docké par exemple et proche de la PS4 Pro et la Xbox One X en termes de performances) verra le jour même si je n’y crois pas trop.

Merci de m’avoir lu.

[Avis] Nintendo Switch Online – Quitte ou Double ?

C’est fait. Depuis le 19 Septembre 2018, il faudra dorénavant payer pour jouer en ligne sur Nintendo Switch. Un changement sans précédent pour la firme au plombier qui jusqu’ici, était le seul constructeur sur consoles de salon à proposer un mode en ligne gratuit. Et ce depuis qu’ils se sont lancé dans le Online en 2005 avec le Nintendo Wifi Connection sur Nintendo DS et Wii (et qui a pris fin en 2014). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la pilule a énormément de mal à passer.

Bien que je l’aie brièvement évoqué lors de mon résumé du dernier Nintendo Direct en date, je souhaitais revenir points par points sur ce service tout juste effectif, pour vous donner mon point de vue sur ce qui va, et ce qui ne vas pas.

Le jeu en ligne tarifé 🌐

Ce que je vais dire va sûrement paraitre égoïste, mais pour moi personne ne devrait faire payer le jeu en ligne. Pas quand des plateformes de distribution comme Steam, GoG, Battle.net, Uplay, Origin et j’en passe, ne demandent pas de débourser un seul centime pour le faire. Mais hélas depuis que Microsoft a instauré le système avec sa Xbox 360, c’est devenu la norme sur consoles de salon. La preuve en est que même Sony les a suivis avec sa PlayStation 4. Il ne manquait plus que Nintendo, dont on aurait préféré s’en passer.

J’ignore les raisons qui les ont poussés à franchir le pas. Mais je ne serais pas surpris que les actionnaires soient derrière tout ça. Eux qui privilégient l’argent et la rentabilité au détriment du reste.

Et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle avec le nombre de services déjà existants (et ça va augmenter) nécessitant un abonnement en dehors du jeu vidéo. Que ce soit pour les films et séries (Netflix, OCS), le sport (beIN, RMC Sport) et tant d’autres. Vous imaginez un Steam payant vous ?

Autant je comprends tout à fait les gens qui ne veulent pas s’encombrer avec un service payant en plus de ceux qu’ils possèdent déjà. Autant y a un élément sur lequel on ne peut pas cracher. Le tarif.

Sérieusement 19,99€ pour un an, c’est que-dalle. D’une, c’est largement moins cher que le Playstation Plus et le Xbox Live Gold, respectivement à 49,99€ et 59,99€ par an. Et de deux, il faut se rendre compte que beaucoup de services (dont ceux cités plus haut) proposent un abonnement proche de ce tarif, mais pour un mois. Donc bien plus couteux à l’année.

Bien sûr qu’on peut râler sur le principe de rendre payant un service autrefois gratuit. Et c’est une stratégie casse-gueule car il y a un très grand risque de se mettre à dos énormément d’utilisateurs qui n’auront pas envie raquer, ou tout simplement qu’ils n’auront pas les moyens. En particulier les plus jeunes joueurs.

En revanche, j’ai beaucoup de mal avec ceux qui pensent sérieusement que « c’est trop cher point barre ». Je ne les comprends pas, qu’est ce qu’il leur faut ? Après si on reformule en disant que « c’est trop cher pour ce que ça propose », là y a matière à argumenter. Et je vais en parler de suite.

NEStflix

La liste actuelle des jeux NES disponibles depuis l’écran de sélection

Un des « privilèges » accordés aux abonnés au Online payant est la possibilité de jouer sans limite de durée (du moment que l’abonnement est actif) au catalogue de jeux NES. Jeux qui sont désormais jouables en coop local et en ligne pour certains.

Et pour être franc avec vous, je n’en peux plus de cette NES. La console a beau être une des plus importantes de l’histoire Jeu Vidéo et un nid à classiques, ça n’enlève rien au fait  qu’on en a bouffé à toutes les râteliers ces 10 dernières années. Sur la Wii, 3DS, Wii U, NES Mini et maintenant ici. Puis quitte à faire du déterrage, autant aller jusqu’au bout et proposer en plus, des jeux SNES, GameBoy, N64, DS, 3DS… Bref une vraie console virtuelle comme ce qui se faisait avant non ? D’ailleurs je croise les doigts pour voir arriver des jeux Gamecube dans ce service. 🤞

59,99€ pour les 2 manettes les moins ergonomiques de l’histoire de la firme…

Mais en l’état pour ma part c’est non. Dire qu’il est présenté comme « l’argument majeur » de çe Online Switch, mon œil. Qu’ils étoffent d’abord leur service et leur catalogue et on en reparlera peut-être. Dire que d’un coté t’as le Xbox Game Pass à 9,99€ par mois, qui te permet de jouer à une bonne centaine de jeux 360 et One. Et de l’autre le PlayStation Now, qui vient tout juste de rendre possible le téléchargement de jeux PS4 et PS2 (autrefois jouables en streaming) mais à 14,99€ par mois. Et malgré leur prix, je trouve l’offre de ces 2 services bien plus intéressante.

Le chat vocal de la honte 📱

L’application a beau exister depuis plus d’un an, elle est toujours aussi aberrante. Et le fait que le jeu en ligne soit désormais payant n’arrange en rien la chose.

On ne va quand même pas me faire avaler que c’était trop compliqué d’inclure à même la console, une simple option de chat vocal ? Mais il faut croire que chez Nintendo, c’était plus « logique » de passer par une application smartphone pour ça. Et le pire, c’est que même Fortnite (un Free-to-play qui est jouable en ligne sans avoir besoin de payer le service) bénéficie d’un chat vocal via la prise Jack de la console. Et voila ce que ça donne en pratique

Photo de Kotaku.com  ©

Ridicule. Et cela m’amène à penser que la Switch manque cruellement d’applications « tierces » qui pourraient lui être utile. Comme un certain Discord pour rester dans le sujet. D’ailleurs en parlant de chat, mais textuel cette fois, je ne trouve toujours pas ça normal en 2018, qu’on ne puisse pas envoyer des messages privés à nos contacts sur consoles Nintendo.

Les sauvegardes dans le Cloud

Dernier gros point que j’aborderais. Une feature franchement intéressante même si pour ma part, il n’y avait pas nécessité de faire payer pour y bénéficier. Mais avoir la possibilité de stocker nos sauvegardes en ligne pour pouvoir les récupérer en cas de changement de console, c’est toujours ça de pris et ça évitera les mauvaises surprises.

Mon rang actuel

Par contre, tous les logiciels ne seront pas compatibles. Notamment Splatoon 2. Annonce qui a fait grincer beaucoup de dents, mais qui après réflexion est logique. Compliqué de « figer » les données d’un jeu en constante évolution à travers le ranking, ses nombreuses mises à jour, ajouts de contenu, festivals Splatfests (dont un qui a lieu ce Week-End) et j’en passe. Et qui dit qu’un joueur frustré par de nombreuses défaites ne serait pas tenté de charger une ancienne sauvegarde afin de récupérer son rang d’antan ? Ce qu’il aurait fallu prévoir à la limite, c’est de pouvoir associer les données statistiques du jeu non pas à une console, mais à un compte en ligne. Exactement comme sur PC par exemple où l’on n’est pas limité par le nombre de machines contrairement aux consoles. Parce sinon on revient au problème initial en cas de pépin…

Aussi, j’en ai entendu pas mal s’indigner sur le fait que les sauvegardes copiées dans le Cloud sont supprimées dès que l’abonnement prend fin. Dit comme ça en effet ça a l’air problématique, mais est-ce qu’on sait si ces sauvegardes sont récupérables en reprenant un abo ? Va savoir.

UPDATE 25/09/2018 : D’après IGN, on pourrait récupérer nos saves jusqu’à 180 jours (6 mois) après l’interruption d’un abonnement. Une bonne nouvelle qui devrait en rassurer certains.

Conclusion

Malgré le fait que je trouve l’offre actuelle trop peu intéressante, et que le principe même de faire payer un truc autrefois accessible gratuitement me fasse hérisser les poils, j’ai l’intention de souscrire (à contrecœur) à un abonnement Nintendo Switch Online. Tout simplement car je n’ai pas d’autre choix étant donné que je joue pas mal en ligne de base sur Splatoon, Mario Kart, et que ça sera le cas sur Super Smash Bros Ultimate en Décembre.

Reste à voir sur quel type de tarification je me pencherai car l’abonnement familial vaudrait le coup pour peux que je puisse trouver suffisamment d’amis possesseurs de Switch qui seraient intéressés. Par contre, maintenant qu’on paye pour ça, le service à intérêt à être irréprochable. Plus d’excuses maintenant où ça risque de gueuler à juste titre.

Et enfin, il faudrait que Nintendo revoie sérieusement sa communication pour présenter ses services. Parce que là c’est plus possible. La vidéo de présentation du Online Switch est à mourir de rire tellement c’est kitsch. Voyez plutôt.

Merci d’être arrivés jusqu’ici. Si vous avez aussi des choses à dire à ce sujet n’hésitez pas à le faire dans les commentaires 😉

[Avis] Nintendo Labo : Le futur du Jeu Vidéo ?

Le Mercredi 17 Janvier 2018 à 23h heure locale, la firme au plombier moustachu a surpris tout le monde en dévoilant le Nintendo Labo. Leur nouveau concept à base de cartons à assembler à destination de la Nintendo Switch, et annoncé pour le 27 Avril 2018. L’occasion pour moi de dire ce que je pense de tout ça.

Avis

Premièrement, je salue l’audace de leur démarche. Pendant qu’à coté vidéo-ludiquement parlant, t’as des technologies sophistiqués comme la Réalité Virtuelle avec le PlayStation VR et anciennement le Kinect de Microsoft, qui aurait pu imaginer qu’en 2018, on ressortirait des cartons pour jouer aux jeux vidéos ? Personne.

Photos prises par moi-même au Nintendo NY Store en 2016

Nintendo nous a déjà habitué à proposer des concepts qui sortent de l’ordinaire et d’aller à contresens de la tendance actuelle. Parfois pour le meilleur avec leur plus gros coup d’éclat à ce jour que fut la Wii en 2006, qui a introduit le « Motion Gaming » à l’époque et dont le succès n’est plus à prouver. Mais aussi pour le pire avec le Virtual Boy en 1995 et leur tentative ratée de percer dans la VR.

Et pour continuer à travers ce voyage dans le temps, ce Nintendo Labo c’est aussi un retour aux sources par rapport au passé de constructeur de jouets de la firme. Plus précisément dans la distribution de « Cartes Hanafuda ». Quasiment 1 siècle avant l’apparition des jeux vidéos tels qu’on les connait aujourd’hui.

On peut les aimer ou les détester pour pleins de raisons plus ou moins légitimes, mais on ne pourra certainement pas leur reprocher de prendre des risques, tenter d’innover, et garder la même philosophie depuis plusieurs décennies avec cette volonté de rassembler des joueurs (ou non) de tous âges autour d’une même machine.

En ce qui me concerne, je ne me vois pas acheter ceci pour moi (mais si j’étais gosse, ça aurait été différent). Car je sais d’avance que je n’y jouerais que quelques temps avant de le ranger à nouveau dans sa boite à tout jamais. Mais ce n’est pas grave car je ne fais pas parti du public visé. Ce sont les enfants eux, en compagnie de leur parents, qui prendront très certainement leur pied à jouer les robots géants, piloter une Moto, jouer du Piano et consorts, avec des bouts de cartons à assembler soi-même.

Je vais finir sur le point qui fait le plus polémique, son prix. Annoncé à 69$ pour le pack standard et 79$ avec le Robot, ces tarifs ont fait grincer énormément de dents.

Certes, ce n’est pas rien, mais il est parfois bon de prendre un peu de recul et de relativiser car la cible première de ce produit, ce ne sont pas les joueurs aguerris qui ont une certaine expérience du jeu vidéo. Mais plutôt les joueurs occasionnels et les enfants pour qui le prix ne sera qu’un simple détail. Et quitte à rester dans le domaine des jouets de construction, les grosses boites de LEGO, Playmobil et autres Kaplas ont un certain coût aussi. Mais bizarrement, ça ne choque personne..

Conclusion

Je trouve l’idée excellente même si personnellement elle présente peu d’intérêt pour moi. Pourvu que cela serve d’inspiration pour les autres acteurs de l’industrie qui misent beaucoup (trop) sur la puissance, la 4k et autres artifices. Et si finalement c’était ça, le jeu vidéo de demain ? Seul le temps nous le dira.

Merci de m’avoir lu.