[Reportage] Gamescom 2018 (1/2)

Pour la 2ème année consécutive, je me suis rendu à la Gamescom au sein du Koelnmesse à Cologne en bordure du Rhin, le Vendredi 24 et Samedi 25 Aout 2018. Un des plus grands salons du Jeu Vidéo au monde, qui a soufflé sa 10ème bougie cette année.

Ce Reportage sera scindé en 2 articles. Le premier sera centré sur le salon en lui même et ce que j’en ai vu. Et le second parlera des jeux testés. Sans plus attendre, voici la première partie de mon récit de ces 2 jours au sein du « Heart of Gaming ».

L’accréditation qui fait du bien

Cette année, j’ai eu la chance d’obtenir pour la toute première fois à la Gamescom, un badge Presse grâce à mon blog. Me donnant l’accès au salon sur toute sa durée, et d’y rentrer 15 min avant l’heure d’ouverture. Y compris la journée de pré-ouverture le Mardi 21 Août pour les journalistes et autres professionnels du milieu. Je n’y étais pas ce jour-là, mais si cela venait à se reproduire l’année prochaine, je m’arrangerais pour y être ne serait-ce que pour profiter d’un salon largement moins fréquenté que la normale et y voir un maximum de choses.

J’insiste la dessus, mais je m’estime réellement chanceux et honoré de l’avoir eu. Surtout pour un salon aussi prestigieux que la Gamescom. Pourtant, je n’ai pas une visibilité extraordinaire sur mon blog et mes autres réseaux sociaux. Ce qui me laisse à penser que mon contenu en général à du jouer sur mon éligibilité. Comme quoi, pas besoin d’avoir plusieurs milliers de visites quotidiennes, ou de dizaines de milliers de fans sur les réseaux pour y arriver. Tout ce que j’ai eu à faire, c’est d’en faire la demande directement depuis la section Accréditations de leur site internet et suivre leur procédure.

Photo par otakugame.fr ©

D’abord la Paris Games Week, puis la Gamescom. Maintenant je croise très fortement les doigts pour que j’en obtienne une pour un salon de JV que je rêve de faire depuis toujours. LElectronic Entertainment Expo que l’on appelle plus communément E3. 🤞

Le plus grand salon de Jeu Vidéo ?

C’est ce qu’on pourrait se dire au vu des derniers chiffres de la Gamescom 2018. Que ce soit en termes de superficie avec ses 201.000m², et d’affluence avec 370.000 visiteurs cette année venant de 114 pays. Même l’E3 qui est pourtant largement plus médiatisé, ne lui arrive pas à la cheville. Car n’ayant enregistré « que » 69.200 visiteurs en 2018 (dont 15.000 issus du grand public) pour une surface totale de 67.000m².

Les seuls salons du domaine qui peuvent lui faire de l’ombre sont :

  • Tokyo Game Show : 254.331 visiteurs – 79,498 m²
  • Paris Games Week : 304.000 visiteurs – 80.000 m²
  • Brazil Game Show : 317.000 visiteurs – 98.000 m²
  • Asia Game Show : 472.000 visiteurs (en 2011) – 92.000 m²

Sinon pour revenir au salon en lui-même, la disposition des Halls et leur contenu sont quasiment inchangés depuis l’année dernière. On y retrouve pratiquement les mêmes stands aux mêmes endroits. D’ailleurs parlons-en.

Fortnite, ou le stand de la démesure

Les stands à la Gamescom sont grands, voire même trop grands pour certains. Autant pour ceux des constructeurs comme Sony, Microsoft ou Nintendo, où des gros éditeurs comme Blizzard, EA ou Square Enix pour ne citer qu’eux, je veux bien accepter qu’ils aient de gros stands vu qu’ils viennent avec tout un groupe de licences.

Mais pour celui de Fortnite, j’étais pas préparé. Non seulement gigantesque, mais par-dessus tout blindé de monde. À croire que les « Battle Royale » ont de plus en plus la côte car même PUBG lui-même très populaire, n’avait pas suscité un tel engouement à l’époque. Et ils ont été jusqu’à aménager un mini parc d’attractions rien que pour lui. Avec même un parcours d’obstacles et une tyrolienne. Je n’ose même pas imaginer la durée de la file d’attente pour y accéder. D’ailleurs en parlant de file…

Square Enix

On en parle des 6h d’attente pour jouer à Life is Strange 2 le Samedi dès 10h ? Chose étonnante sachant que la veille, on m’avait refusé l’accès à la file pour jouer à Ori 2 à la même heure à cause du monde présent… ¯\_(ツ)_/¯

Un problème malheureusement inhérent aux salons du genre, contre lequel on ne peut plus faire grand-chose aujourd’hui. Même si j’ai toujours du mal à comprendre pourquoi en 2018, tant de monde se bouscule pour jouer à des jeux tout juste disponibles ou sur le point de sortir pour la plupart. Pourquoi perdre jusqu’à une demi-journée dans une file, au lieu de mettre cette attente à profit pour profiter du salon ? Surtout si c’est pour jouer que quelques minutes à peine

Blizzard

Blizzard eux, ont mis le paquet avec ce qui était certainement une des plus grandes zones du salon. Il fallait au moins ça pour mettre en avant leurs jeux phares comme WoW et sa dernière extension Battle for Azeroth, Starcraft 2, Overwatch, Heartstone et j’en passe.

Et c’était sans compter la finale du concours cosplay le Samedi, qui a vu défiler sur la scène principale de très beaux cosplays issus de l’univers Blizzard, le tout sous une ambiance survolté. Si c’est ainsi à la Gamescom, qu’est-ce que ça doit être au salon de la BlizzCon en Californie

Xbox

La zone Xbox était quant à elle, plus attrayante cette année qu’en 2017. Avec une disposition des stands plus intéressante, et pas mal de grosses licences de jouables comme Ori 2, Devil May Cry 5, Metro Exodus, Shadow of the Tomb Raider, Jump Force et etc.

Personnellement, c’est là où j’aurais testé le plus de jeux.

J’ai même eu la surprise de faire face à des « distributeurs de jeux ». En gros à chaque fois qu’on essayait un jeu dans la zone Xbox, on nous donnait un code que l’on pouvait utiliser sur ce distributeur. Soit avec de la chance, on gagnait le jeu, soit c’était simplement un goodie du jeu.

La Manette adaptative Xbox, destinée aux personnes présentant un handicap les empêchant de jouer aux jeux vidéo comme tout le monde, était aussi testable dans le salon. Elle est aujourd’hui disponible à la vente depuis très récemment pour 89,99€.

Sony

Cette année, Sony était plus en retrait. Pas grand-chose à y voir à part le Marvel’s Spiderman fraichement sorti. La très « transparente » PS4 Pro édition limitée 500 millions (et déjà proposé à des tarifs aberrants sur eBay) était exposée en vitrine.

Nintendo

Une zone aussi grande que l’année dernière. Avec comme jeux testables sur Switch, Super Mario Party, Super Smash Bros Ultimate, Starlink: Battle for Atlas, et pas mal de jeux indépendants dans la zone « Highlights Nintendo eShop ». Donc un certain Unruly Heroes (Décembre 2018) que j’ai vu de loin sans le tester, développé par le studio montpelliérain Magic Designs Studios, et constitué d’anciens de chez Ubisoft. Ce qui explique la très forte inspiration de ce jeu envers les derniers Rayman Legends / Origins dans le style graphique.

Un peu plus loin que dans la zone Nintendo, le Hall 10.2 pour être plus précis, se dressait une immense collection de consoles, manettes et autres accessoires de la Nintendo Gamecube. Le tout appartenant à une seule et même personne, et qui se trouve être un des gérants de consolevariations.com. Un site qui a pour but de recenser toutes les consoles et leurs accessoires ayant existé dans le Jeu Vidéo. Ils ont d’ailleurs lancé un Kickstarter récemment afin d’aller encore plus loin dans leur projet.

Des « Simulator » en veux-tu, en voilà 

Astragon Entertainment GmbH. Ce nom ne vous dit peut être pas grand chose, mais c’est à cet éditeur Allemand de jeux vidéo que l’ont doit la plupart des jeux de simulation de vie réelles estampillés  « Simulator » sortis sur PC. Dont le célèbre Farming Simulator, ou encore, Bus Simulator et Construction Simulator jouables sur consoles de salon.

En revanche, aucun lien avec Goat Simulator (Coffee Stain Studios) ou même Bee Simulator (Varsav Game Studios). Ce dernier, que j’aurais bien aimé tester pour le délire, était à ma connaissance uniquement présenté aux journalistes invités à des sessions de jeux privées avec les développeurs.

Statues / Figurines

Petite galerie des statues et figurines que j’ai pu apercevoir dans les allés.

Des statues de Widowmaker, Junkrat et Tracer (que je pense avoir vus à la PGW) et une imposante figurine de Doomfist, précommandable pour ceux qui en ont les moyens

Des magnifiques figurines made in First 4 Figures à l’effigie de Bowser, Samus Aran, Midona, Psycho Mantis et Solid Snake.

Des Transformers pouvant même embarquer une personne en leur sein. Probablement un cosplayer.

Et d’autres statues de l’univers Blizzard.

Cosplay

On va finir sur du cosplay. J’en ai vus beaucoup cette année. Il fallait privilégier le Hall 10.2 autour de la « Zone Cosplay » et l’extérieur des halls pour en voir un maximum. Parmi eux, des artistes dont je suivais déjà leurs travaux sur les réseaux mais que je n’avais encore jamais vus en vrai, des nouvelles têtes de rencontrés, et des retrouvailles. Tous les liens menant à leurs pages respectives (pour ceux qui en ont) seront indiqués. Et tous sans exception, valent le coup d’être vus.

De gauche à droite (2ème photo) : Tingilya Cosplay, Monono Creative Arts, Ali Cosplay & Props, Ketrin cosplay et Germia

À gauche : bakka cosplay – transformation artist

De gauche à droite : SooCosplay, Nini Michiko, Ely Nar Hya, Xia Cosplays & Props.

En partant du milieu: Ashend & the bad kitty cosplaySiwen Cosplay

À suivre dans la Partie 2, mes avis sur les jeux testés, et ma conclusion globale.

3 réflexions sur “[Reportage] Gamescom 2018 (1/2)

  1. Pingback: [Reportage] Gamescom 2018 (2/2) | Nindo64

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.