[Test] NieR Replicant ver.1.22474487139…

Version améliorée du jeu d’origine sorti au Japon en 2010 sur PS3 et 360, voici ce que j’ai retenu de ce NieR Replicant. Un test réalisé à partir d’un code fourni par l’Agence Lu 6.1 que je remercie chaleureusement.

Avant-propos

Jusqu’ici, mon premier et seul contact avec la saga NieR concernait l’opus Automata. Sorti en 2017 sur PS4 et qui connaîtra un succès fulgurant (5,5 millions de copies écoulées en Février 2021). Un jeu plutôt plaisant dans l’ensemble et qui m’aura principalement marqué par sa narration, ses personnages, et sa magnifique bande-son. Mais à ce jour, je n’ai fait que sa Fin A. Chose que je compte rectifier après mon passage sur Replicant dont j’ai pu faire toutes ses fins. D’ailleurs j’ai 2-3 trucs à dire à ce propos.

Trop de fins tuent les fins ?

Les jeux NieR sont connus pour leurs nombreux endings accessibles sous certaines conditions. Un parti pris qui a le mérite d’être audacieux, mais qui me pose certains problèmes.

Pour moi le principal souci de ces fins, c’est la manière de les débloquer. Dans un jeu narratif classique style Heavy Rain (sorti la même année que le premier NieR), les choix faits par le joueur durant l’aventure influeront le cours et la fin de l’histoire. Ce qui n’est pas le cas dans les NieR où la fin A engendre la B qui une fois terminée engendre la C et ainsi de suite. Et pour accéder à ces différentes fins, il faudra refaire l’aventure en boucle.

Autant je n’ai pas de problèmes particuliers quand à recommencer un jeu après l’avoir fini. Ne serait-ce que pour le refaire dans une autre difficulté. Changer ma manière de jouer. Prolonger l’expérience avec le contenu annexe et éventuellement les Trophées / Platine. Ou dans le cas présent, nous faire voir l’histoire d’un autre point de vue à travers quelques nouveaux dialogues et cinématiques.

Le problème que j’ai avec Replicant, c’est qu’il impose ce recommencement dans la mesure où c’est le seul moyen de connaitre toute l’histoire. D’autant plus que c’est pour des ajouts assez mineurs compte tenu du temps qu’on passe à  jouer. Et là je vais devoir spoiler un peu.

Spoilers: NieR Replicant

Pour les fins B, C, et D, le jeu nous fait reprendre à chaque fois à partir de la seconde moitié de l’aventure. Trois fins dont les trames sont quasiment identiques entre-elles à quelques détails près déjà évoqués plus haut. Et pour accéder aux deux dernières fins, il faut avoir récupéré toutes les armes du jeu au préalable. Armes que l’on peut acheter dans des boutiques, ou acquérir à l’issue de certaines quêtes annexes. Les revendre est donc une très mauvaise idée.

D’ailleurs j’aimerais parler plus particulièrement de la C et D. Dont les seules différences sont d’abord le choix (difficile) qu’on sera amené à faire à leur issue, puis les conséquences de la D qui après un certain nombre d’avertissements comme dans la capture ci-dessus, supprimera purement et simplement toutes les données du jeu. Dit autrement, toute notre progression acquise durant notre partie disparaîtra à tout jamais. Bien que ce soit justifié dans le scénario, c’est pas le genre de chose auquel on s’y attend quand on ne connait pas la licence.

On pourrait se dire qu’après une fin pareille que le jeu n’aura plus rien à nous offrir. C’est tout le contraire ! Car le meilleur vient avec la fin E qui est une lettre d’amour aux fans de la saga. Chose plus belle encore, c’est que cette fin n’était même pas présente dans le NieR originel. Bien que ce fût long, je suis content d’être allé au bout de l’histoire rien que pour ça.

En « quête » de répétition

NieR Replicant est un jeu réellement déprimant. Et ça se ressent à travers son histoire que j’ai trouvée très bien écrite même si ça met un certain temps à démarrer. Il n’y a que peu de place pour la joie et l’espoir. Avec cette Nécrose Runique incurable qui tue à petit feu tous ceux qui en sont infectés, et les Ombres qui sèment la terreur un peu partout dans ce monde post-apocalyptique. Les moments déchirants son légion aussi bien durant la trame principale que lors de certaines quêtes annexes.

L’incontournable quête de pêche 🐠

D’ailleurs parlons-en de ces quêtes, en bien comme en mal. On sent qu’on joue à un jeu de 2010 avec des objectifs majoritairement « fedex » où on nous demandera d’aller chercher ci, de tuer ça, de trouver untel et etc. Mais ça, ce n’est même pas le pire. Parce que quand on te demande de faire un nombre incalculable d’aller-retours et souvent pour pas grand-chose, c’est usant. Et ce n’est pas le « voyage » rapide disponible un peu (trop) tard dans l’aventure qui rendra le tout plus agréable.

Une fois j’ai eu deux quêtes successives en provenance d’un même endroit, qui me demandaient d’aller tuer des ombres dans un même temple. C’était trop compliqué de faire tenir ça dans une seule et unique quête ?

Après il y a quand même du bon dans le lot. Avec des quêtes qui développent davantage des personnages secondaires, dont celle avec la vielle du phare et celle impliquant Devola et Popola qui m’ont toutes deux particulièrement marqués.

NieR Replicant sans contexte…

Par moments, le jeu s’affranchit de tout visuel et de toutes cinématiques pour raconter l’histoire uniquement sous la forme d’un texte écrit. Exactement comme si on lisait un bouquin. C’est plutôt original d’autant plus que l’absence d’images nous permet d’imaginer nous-même la scène. Même si j’ai trouvé certaines histoires bien (trop) longues. Notamment durant un dernier type de quête qui a failli me rendre barge.

Ce sont celles se situant au sein de la Forêt des Légendes. Qui reprennent le même style de narration que je viens d’évoquer mais avec un QCM sur le texte à la fin. J’étais pas spécialement préparé à passer un examen au sein d’un jeu vidéo mais passons. Ceci-dit, l’idée n’est pas totalement inintéressante sur le papier. Mais dans l’exécution, c’est une purge. Car après s’être infligé des pages et des pages de texte, si on a le malheur de se tromper, on est bon pour tout recommencer depuis le début du récit.

Et là on pourrait se dire qu’il suffit juste de se souvenir des réponses et de relire les passages du récit qui y font mention. Même pas ! Car les développeurs de ce jeu ont été suffisamment fourbes pour changer une partie du récit à chaque nouvelle lecture. Ce qui nous oblige à TOUT relire à chaque fois. Jusqu’au bout ce jeu est une boucle infinie

Jamais deux (armes) sans trois

Le gameplay de Replicant a le mérite d’être assez vif et varié. Avec d’abord la possibilité d’alterner entre des attaques classiques et lourdes pouvant briser une garde ennemie. Et dont l’association en combat peut donner lieu à des combos dévastateurs. On est assez proche d’Automata en termes de feeling.

En plus de ça, on aura le choix parmi trois types d’armes qu’on pourra changer à la volée en plein combat. Celle de base qu’est l’épée à une main. La lance qui permet d’infliger des attaques rapides. Et l’arme lourde à deux mains plus lente à manier mais très puissante et d’une efficacité redoutable face à des ennemis en armure. On pourra même améliorer nos armes pour peu qu’on ait les matériaux adéquats. Certains étant très difficiles à trouver.

Lorsqu’un ennemi est sur le point de porter une attaque, on peut le parer au dernier moment pour riposter avec une attaque dévastatrice. Ça rend les combats plus dynamiques qu’ils ne le sont déjà et nous incite à l’observation du pattern adverse. En revanche, c’est plus compliqué face à une horde qui peut attaquer de toutes parts. Ce qui m’amène à dire que le système de verrouillage bien que bienvenu (surtout durant les combats de boss), demeure assez approximatif par moments.

Afin d’augmenter notre force de frappe, notre personnage dispose également de nombreux pouvoirs magiques assignables par lot de 2. Combat rapproché, mi-distance ou à longue distance, il y en a pour tous les goûts et pour tous types de situations. Chaque sort consomme une certaine quantité de magie qui se recharge d’elle même avec le temps et les coups portés. Mais qu’il faudra bien doser au risque de se retrouver à sec avant même de s’en rendre compte. Je regrette toutefois que la gestion des pouvoirs soit si peu ergonomique. On est obligé de repasser par le menu pour assigner un sort alors que pour les armes ça se fait par une seule touche.

Pour améliorer nos aptitudes, il faudra accumuler des « mots » que l’on reçoit en terrassant certains ennemis. Ces mots agiront comme des bonus pour nos armes, sorts, défense et esquive. Au fur et à mesure de notre avancée dans l’histoire, les mots acquis seront de plus en plus puissants.

Il n’y a pas de petits ennemis sans un grand boss. Qui se distinguent du reste de la bande par la présence d’une jauge d’attaque à détruire avant la fin du temps imparti. Auquel cas sa jauge de vie remontera un peu et il faudra répéter l’opération. Les affrontements contre certains de ces maitres des lieux sont souvent impressionnants par la taille de ces derniers (mention spéciale au boss du navire échoué), la mise en scène qui va avec, et surtout l’incroyable musique les accompagnants.

Une bande-son divine, qui peut le NieR ?

N’y allons pas par quatre chemins. L’OST de Replicant fait partie pour moi des plus belles qu’il m’ait été donné d’écouter dans un jeu vidéo. Je la place au même niveau que celle d’Automata qui a lui-même repris quelques thèmes. Cette bande-son a d’ailleurs subie une réorchestration totale par rapport au jeu de 2010 qui a eu l’air de diviser. Pour avoir écouté un peu des deux, je trouve en effet que les musiques d’origine dégagent quelque chose en plus que je ne saurais expliquer avec des mots. Au final, l’idéal aurait été de laisser le choix des deux versions dans le jeu.

Mais l’un comme l’autre, leurs compositions orchestrales sont grandioses. Avec des thèmes dans la majeure partie accompagnés de chœurs, demeurant souvent épiques, souvent mélancoliques, et parfois atypiques. Comme ceux comportant des vocalises chantés par Emi Evans dans une langue fictive pouvant mélanger japonais, anglais, espagnol, italien, portugais, français et gaélique écossais. Rien que ça. Certains d’entre-eux évoluent en plein combat avec des variations parfaitement appropriés à la situation. Sur ce, voici ma petite sélection de quelques pistes qui m’ont marqué. 🎧

Disclaimer : Le contenu des vidéos des musiques du jeu qui vont suivre contient du spoil. Donc pour ceux qui veulent éviter ça je vous conseille de lancer la musique sans regarder la vidéo.

The Dark Colossus Destroys All

Temple of Drifting Sands

Song of the Ancients / Devola

Grandma

Kaine / Salvation

Un grand bravo et immense merci au compositeur attitré de la série Keiichi Okabe, ainsi qu’à son équipe pour les travaux.

Esthétique

Globalement le jeu est plutôt joli mais sans être une claque visuelle pour autant. Je dirais même qu’on est sur un jeu de milieu de vie de la PS4. Avec un rendu assez proche d’Automata pour le citer encore.

Et contrairement à ce dernier, ce n’est pas un open-world. Le monde de Replicant est quant à lui découpé en une poignée de zones à taille très variable. Mes préférés étant les villes de Littoral et Façade qui m’ont séduit par leur architecture et direction artistique. D’ailleurs chaque environnement du jeu a sa propre « couleur ».

Parfois, il arrive que la caméra change subitement de point de vue. Soit en passant par une vue en 2D qui en intérieur, donne l’impression que les bâtiments visités ont été coupés en deux. Soit en vue de dessus durant les combats le plus souvent. C’est un peu perturbant la première fois mais on s’y fait vite.

Chose que j’ai moins aimé en revanche, ce sont les bandes semi-transparentes noires qui apparaissent durant certaines cinématiques (très souvent de qualité). Je trouve que ça fait tâche. Puis quitte à marquer la différence avec le gameplay, autant mettre des bandes totalement noires.

Ah et le jeu est violent. Chaque coup porté ou reçu provoquera des effusions d’hémoglobine bien visibles à l’écran. D’ailleurs le souci du détail a été poussé au point ou marcher dans une flaque de sang fera apparaitre des traces de pas ensanglantées.

Équipe de choc

Pour finir, la plus grande force de NieR Replicant réside dans l’écriture de ses personnages. Principaux comme secondaires, et qui ont tous une histoire tragique. Personnellement, je me suis senti impliqué dans la quête du héros afin de sauver sa petite sœur Yonah atteinte de la Nécrose Runique. Et il ne sera pas tout seul à la tâche.

Le premier compagnon à le rejoindre sera le grimoire Weiss (ou « Weissounet » pour les intimes). Un puits de connaissances sur ce monde et celui qui donne ses pouvoirs magiques au héros. J’ai beaucoup apprécié les joutes verbales entre lui et Kainé. Personnage au caractère ô combien trempé, au chara-design « surprenant », mais qui pour moi figure dans le haut du panier des personnages féminins des jeux vidéos. Mais de tous, celui qui évoluera le plus (au sens propre comme au figuré) est Emile. Que je considère comme étant le MVP (Most Valuable Player) du jeu.

Un groupe avec une bonne dynamique et auquel on finit par s’attacher. Même si au fil de l’histoire, des fins, et de leur vécu, on perçoit leurs actions « différemment » pour ne pas en dire plus.

J’ai profité des dialogues avec les voix japonaises d’origine. Et bien que je n’aie rien à redire quant à la performance des doubleurs, je suis bien plus critique concernant la traduction qui m’a parue totalement à côté de la plaque par moments. Dans le sens où parfois le personnage ne dit pas du tout la phrase traduite. Et dans un jeu où les mots sont si importants, c’est dommage.

Conclusion

N’ayant pas eu l’occasion de faire le jeu d’origine, je suis content d’avoir pu découvrir ce JRPG pas comme les autres à travers cette nouvelle version qui si j’en crois les différents retours, a sublimé le NieR de 2010 sur quasiment tous les aspects. Du moins sur la forme.

Car en ce qui concerne le fond, j’ai eu affaire à un jeu assez frustrant dans sa globalité. Avec ses allers-retours incessants qui m’auront gavé, beaucoup de quêtes peu inspirées, et surtout le fait de devoir recommencer le jeu en boucle pour avoir toutes les fins et connaitre toute l’histoire. Malgré son statut de version amélioré, le jeu souffre toujours de son âge avec des mécaniques de game-design déjà obsolètes. Pourtant sur le reste, il s’en sort très bien. L’histoire est prenante, les musiques sont incroyables, le gameplay est efficace, et les personnages sont marquants. Rien que pour ça, c’est un jeu que je ne suis pas prêt d’oublier.

En tout cas ce fut une excellente initiative de Yoko Taro et son équipe de le ressortir ainsi afin de le faire découvrir aux curieux comme moi, et le faire redécouvrir aux fans de la première heure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.