[Unboxing] Metroid Dread – Édition Spéciale

Le 8 Octobre 2021 sortait Metroid Dread sur Switch. Jeu dont j’ai reçu la version collector plus de deux semaines après sa sortie et qui sera l’objet de cet unboxing.

Le retour du « Collector de la Muerte » ?

Pour recontextualiser, 4 ans auparavant sortait sur 3DS l’opus Samus Returns et son Édition Héritage qui avait déjà fait l’objet d’un unboxing de ma part. Un collector à 1500 exemplaires en France et qui fut tellement difficile à acquérir qu’il aura adopté le doux surnom de « collector de la muerte » (la « mort » en espagnol).

Et quand j’ai vu l’annonce de Dread et de son Édition Spéciale à l’E3 2021 de Nintendo, j’étais persuadé que l’histoire allait se répéter à nouveau. Sachant que cette version annoncée à 4000 exemplaires inclut :

  • Le jeu en version physique
  • Un Steelbook
  • 5 cartes holographiques
  • Un Artbook de 190 pages

Certes c’est moins fourni que celui de Samus Returns en son temps (et pour un tarif similaire), mais ça reste suffisant pour qu’un (trop) grand nombre de personnes se ruent dessus. Et ça n’a pas loupé avec des stocks qui partaient presque aussi vite qu’ils avaient été annoncés sur les sites marchands. Pour ma part si j’ai pu l’avoir, ce n’est que grâce à ma réactivité sur les alertes que j’avais activé depuis l’application mobile de ChocoBonPlan. Un grand merci à eux et à tous les autres sites qui mettent en place ce genre de fonctionnalités aidant grandement les consommateurs.

Au final, j’ai pu chopper cette version via le site Britannique d’Amazon. Qui pour des raisons de maigres stocks je suppose, n’a pas pu me le livrer avant le 23 Octobre 2021. Autant vous dire que l’attente fut très difficile. Surtout pour un jeu dont je n’ai cessé de compter les jours les séparant de sa sortie. Après je m’estime heureux car à l’origine la livraison était prévue pour le 25 Octobre. Sur ce, j’ai fini de raconter ma vie alors place au déballage.

Unboxing

Faisant 33 cm de longueur et 24 cm de largeur, c’est une assez grosse boite dont la taille est justifiée par le seul véritable intérêt de cette édition qu’est l’Artbook dont je reparlerai plus bas. Avec d’abord sur le recto, l’illustration classique de Dread représentant Samus et un robot E.M.M.I en arrière plan. Puis celle qui représente la chasseuse de primes avec un puissant Chozo sur le verso lui aussi en arrière plan, et que je trouve terriblement classe. Au point où je regrette que cette illustration ne soit pas utilisée en tant que jaquette alternative.

La boite ouverte laisse apparaitre deux emplacements occupés par le Steelbook à gauche, et les 5 cartes holographiques rangés dans leur étui à droite et qui va nous intéresser en premier lieu.

Chacune de ces cartes qui brillent représentent un opus 2D de la saga. Tous sont présents à l’exception de l’opus Zero Mission sur GBA qui est un remake du tout premier Metroid.

Retour sur la boite ouverte mais sans l’étui à cartes qui cachait le jeu en version physique. Strictement identique que celui vendu seul sur le commerce mais avec le logo PEGI +12 en moins sur la face avant. Et strictement identique au Steelbook en termes de visuel. Chose qui m’a un peu déçu d’ailleurs. J’aurais aimé voir quelque chose d’un peu différent pour le coup. De face comme de dos.

Je trouve même l’intérieur de la boite métallique plus intéressant que son extérieur visuellement parlant. Avec ce qui semble être une statue Chozo à gauche, et le logo phare de la saga à droite. Comme toujours, la cartouche du jeu a été insérée par mes soins.

Et enfin au fond de la boite se terre l’Artbook, ou devrais-je dire le « Journal de Missions » de 190 pages. Arborant une couverture rigide et retraçant de manière non exhaustive mais suffisante, 35 ans d’illustrations avec les artworks officiels depuis le tout premier opus sur NES jusqu’à celui sur Switch. D’ailleurs, il y a même davantage d’illustrations dans les pages dédiés à Samus Returns que dans l’Artbook du collector de ce même opus. En voici un petit aperçu.

Ça c’était pour les anciens volets. Mais cet Artbook n’est pas présent dans le collector de Dread pour rien car cet opus représente les 3/4 de son contenu. Avec un certain nombre d’illustrations plus ou moins inédites sur Samus, les créatures et les environnements du jeu par le biais de concept arts, croquis, story-boards et autres.

En définitive, un très bel objet qui rend brillamment hommage à cette saga qui aura tant traversé les âges.

Conclusion

Photo de famille

Si j’ai acheté cette Édition Spéciale, c’est surtout par mon fort attachement envers cette saga. Car en termes de contenu, ce collector ne vaut clairement pas son prix. Entre son Steelbook assez générique, et les lithographies qui me donnent juste l’impression d’être là pour faire du remplissage. Heureusement que l’Artbook est là pour sauver le tout. Même l’Édition Héritage de Samus Returns est plus intéressante, et pour un tarif qui je le rappelle était similaire à l’époque.

Malgré tout, ça reste un beau cadeau pour célébrer les 35 ans de la licence et le retour en force de Samus Aran dans des aventures inédites. Pourvu que ça dure.

« See you next mission ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.