[Reportage] Paris Games Week 2018 (1/2)

9ème édition de la Paris Games Week, et tout autant de visites d’affilées pour ma part. Pour la 4ème fois sur ce blog, voici mon résumé 1 mois après les festivités de ma visite en ces lieux du Jeudi 25 Octobre au soir, du Samedi 27 Octobre et du Lundi 29 Octobre 2018.

Et le tout sera scindĂ© en 2 articles. Le premier que vous vous apprĂŞtez Ă  lire traitera du salon en gĂ©nĂ©ral et ce que j’en ai vu. Et le second sera consacrĂ© aux jeux testĂ©s et au Xbox Fanfest du Lundi soir.

Toujours pas VIP mais presque

Cette annĂ©e encore, j’ai pu me rendre Ă  la soirĂ©e de prĂ©-ouverture de la PGW le Jeudi soir. Grâce Ă  mon badge blogueur me donnant l’accès au salon sur toute sa durĂ©e, et que l’Ă©quipe presse (que je remercie chaleureusement) m’a fourni pour la 2ème annĂ©e consĂ©cutive. Mais ce badge aussi prestigieux soit-il, ne me donnait pas pour autant accès Ă  tous les stands. Soit parce que je n’Ă©tais pas assez « VIP », soit parce que je n’avais pas les invitations spĂ©cifiques comme pour la zone PlayStation qui m’Ă©tait inaccessible ce soir-lĂ .

Sinon c’est toujours aussi agrĂ©able de se balader dans un salon largement moins frĂ©quentĂ© que la normale. Et le fait qu’il y ait moins de monde facilite les rencontres plus ou moins prĂ©vues. Car j’ai beau ĂŞtre venu seul, j’ai pu croiser un sacrĂ© paquet de connaissances Ă  moi sans mĂŞme avoir Ă  les chercher au prĂ©alable.

Il en va de mĂŞme pour certaines activitĂ©s Ă  faire comme tester des jeux, oĂą l’attente Ă©tait bien moins longue (voire inexistante) par rapport aux jours ouvrĂ©s. J’en ai profitĂ© pour finir la dĂ©mo du très prometteur Ori & the Will of the Wisps et rejouer Ă  Devil may Cry V au stand Xbox. 2 jeux que j’ai dĂ©jĂ  eu l’occasion de tâter Ă  la Gamescom 2018.

Tout pareil, ou presque

Cela fait depuis 2016 que la superficie (80.000m²) et la disposition des Pavillons de la PGW restent quasiment inchangés. Pour vous en convaincre, je vous invite à comparer ces deux plans ci-dessus des deux dernières éditions en date.

D’abord le Pavillon 3 toujours dĂ©diĂ© majoritairement Ă  l’eSport et aux tournois avec l’ESWC et l’ESL. Hall qui met un peu plus en avant le Cosplay sur la Scène PGW – Social Corner oĂą a eu lieu quelques dĂ©filĂ©s et concours.

Ensuite vient la zone la plus conviviale du salon, le Pavillon 2.2 qui accueille toujours la partie PGW Junior, les Ă©coles et formations dans le domaine du jeu vidĂ©o, et une Galerie d’art.

Et enfin on entre dans le vif du sujet avec le Pavillon 1. Où on retrouve les habituels médias, constructeurs et éditeurs du jeu vidéo qui ont tous gardé quasiment les mêmes emplacements qu’auparavant.

Comme Square Enix ci-dessus. Qui cette annĂ©e n’a pas ramenĂ© son MMO Final Fantasy XIV, probablement Ă  cause des gros problèmes de rĂ©seau (DDOS et consorts) survenus un peu avant la PGW.  Les jeux jouables chez eux Ă©taient donc Final Fantasy Trading Card Game, Life is Strange 2, et Shadow of the Tomb Raider pour ceux dĂ©jĂ  sortis. Et pour les rares exclusivitĂ©s c’Ă©tait Kingdom Hearts III qui arrive en 2019, et Just Cause 4 tout juste sorti, mais non-jouable au salon.

Chez Koch Media, il y avait comme gros jeux Ark Survival Evolved gardĂ© par un chouette dino. Le jeu de karaokĂ© Let’s Sing 2019 qui a rameutĂ© pas mal de monde. Metro Exodus qui avait plusieurs dizaines de postes jouables, et qui Ă©tait Ă©galement testable chez Xbox. Et les jeux Sonic comme Mania Plus, Forces et Team Sonic Racing rĂ©cemment repoussĂ© Ă  l’annĂ©e prochaine.

Pour Nintendo, assez peu de nouveautĂ©s cette annĂ©e mais pas mal de jeux jouables. On retrouve les habituels « jeux Ă  tournois » comme je les appelle dont Super Smash Bros Ultimate, Mario Kart 8 Deluxe, Splatoon 2 et Mario Tennis Aces. Et ceux sortis rĂ©cemment comme PokĂ©mon Let’s Go, Pikachu / Let’s Go Evoli, Super Mario Party et  Starlink: Battle for Atlas.

Chez Ubisoft, les Ă©ternels Just Dance et Assassin’s Creed ont rĂ©pondu une nouvelle fois prĂ©sents. Ainsi que Rainbow Six Siege, Trials Rising, et d’autres jeux Ubi dispatchĂ©s ailleurs.

Ailleurs comme chez Xbox. OĂą on y trouve The Division 2 aux cĂ´tĂ©s des autres gros jeux multijoueurs tels que PUBG et Battlefield V. Ainsi que Metro Exodus qu’on retrouve aux cotĂ©s  des exclusivitĂ©s de la console que sont Forza Horizon 4, TUNIC et Ori and the Will of Wisps. Et des jeux multiplateformes comme Devil May Cry 5 et Resident Evil 2 Remake.

Chez Warner Bros, l’Agent 47, ou devrais dire l’IMMENSE Canard Ă  son effigie, se posait en tant que mascotte du tout juste sorti Hitman 2. 🦆

PlayStation a comme son habitude vu les choses en grand avec un stand gigantesque qui Ă  lui seul, devait faire facilement 1/10ème de la superficie totale du Pavillon.  J’en retiendrais la vitrine exposant toutes leurs manettes Dualshock, consoles de salon et portables ayant existĂ©. Et pour la première fois en France, la version miniaturisĂ©e de leur toute première console de salon. La PlayStation Classic qui sera disponible le 3 DĂ©cembre prochain.

Les jeux jouables Ă  venir pour 2019 sur PS4 Ă©taient Days Gone, Concrete Genie et Dreams. Sinon pour le reste, les dĂ©jĂ  sortis Marvel’s Spider-Man, FIFA 19 et l’Ă©ternel Call of Duty avec Black Ops 4 reprĂ©sentaient la majeure partie du trafic. Et comme jeux PSVR, il y avait de quoi faire avec ASTRO BOT Rescue Mission, Tetris Effect, Blood & Truth, Ace Combat 7 : Skies Unknown, DĂ©racinĂ©, Beat Saber, Kill X et Squishies.

Bandai Namco quant à lui avait ramené cette année ses jeux de combat phares Dragon Ball FighterZ, SoulCalibur VI, et Jump Force.

Le stand des Jeux Made in France autrefois situĂ© dans la PGW Junior au Pavillon 2, a dĂ©mĂ©nagĂ© dans le Pavillon 1 pour plus de visibilitĂ©. Et il leur en fallait vu la quantitĂ© , et du peu que j’ai pu en voir, de qualitĂ© de jeux prĂ©sents lĂ -bas comme Unruly Heroes, Call of Cthulhu, Waven, Vampyr, Captain Spirit, Dwarf, A Fisherman’s Tale, 11-11 Memories Retold , Twin Mirror, Dark Devotion et beaucoup d’autres.

Game One avait amĂ©nagĂ© une zone spĂ©ciale pour les 20 ans de la chaine. Quelques-uns de ses vĂ©tĂ©rans comme Julien Tellouck ont rĂ©pondu Ă  l’appel pour assurer diverses animations et tournois. Comme une partie de Puyo Puyo Tetris opposant 2 joueurs qui avaient pour handicap d’avoir les yeux bandĂ©s, et devaient ĂŞtre dirigĂ©s Ă  la voix par un binĂ´me leur soufflant Ă  l’oreille les instructions. C’Ă©tait très drĂ´le Ă  voir.

Blizzard Ă  la Gamescom 2018

Et s’il y a bien un constructeur que j’aimerais voir un jour Ă  la PGW, c’est Blizzard. Surtout qu’Ă  la Gamescom 2018, ils avaient fait forte impression avec l’immensitĂ© de leur stand, les nombreux jeux prĂ©sents, et leurs shows sur la grande scène. D’ailleurs Ă  cette PGW, il y avait de jolis cosplays issus non seulement de cet univers, mais que j’avais dĂ©jĂ  croisĂ©s Ă  cette mĂŞme GC.

Fortnite Games Week

Près de la Merchandising Area qui couvrait une plus grande surface qu’auparavant, et de la zone PlayStation, se tenait le stand hors-normes de Fortnite. Certainement le plus gros dĂ©diĂ© Ă  un seul jeu vidĂ©o que je n’ai jamais vu depuis que je me rends Ă  la PGW.  Il rĂ©ussit mĂŞme l’exploit d’être lĂ©gèrement plus imposant que celui dĂ©jĂ  dĂ©mesurĂ© de la dernière Gamescom.

Fortnite Ă  la Gamescom 2018

D’ailleurs, c’est quasiment le mĂŞme que ce dernier. Avec le parcours de tyrolienne qui fait son retour ainsi que d’autres activitĂ©s comme jouer Ă  Fortnite (sans dĂ©conner), des animations Cosplay, matchs sur grand Ă©cran entre des joueurs pro, et mĂŞme du rodĂ©o sur un Taureau factice. Un vrai parc d’attractions Ă  lui tout seul. Mais qui selon moi ne justifie pas de faire plusieurs heures de queue pour si peu.

Surtout que cette zone regroupait tout ce que j’ai toujours dĂ©testĂ© Ă  la PGW. Des boulevards noirs de monde oĂą il est difficile d’avancer. Beaucoup trop de jeunes  irrespectueux  n’ayant aucun scrupule Ă  bousculer des gens et plus particulièrement des Cosplayers au matos fragile. Un niveau de dĂ©cibels tellement Ă©levĂ© que mĂŞme un casque avec rĂ©duction de bruits aurait du mal Ă  endiguer. Bref la liste est longue.

Vu le succès phĂ©nomĂ©nal du jeu et du genre qui n’est pas prĂŞt de s’arrĂŞter, il faudrait peut-ĂŞtre penser pour la prochaine Ă©dition de faire en marge de la PGW, un Fanfest ou un salon entièrement dĂ©diĂ© aux Battle Royale. Ou dans le pire des cas, un Pavillon dĂ©diĂ© comme c’est dĂ©jĂ  le cas pour l’eSport. Ça ne peut pas continuer ainsi ne serait-ce que pour l’organisation et le confort de chacun.

À suivre dans la Partie 2, mes avis sur les jeux testés, le Xbox Fanfest, et ma conclusion globale.

Une réflexion sur “[Reportage] Paris Games Week 2018 (1/2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.