[Avis] Nintendo Direct du 13.09.2022

Avant-hier le 13 Septembre à 16h s’est tenu le traditionnel Nintendo Direct de la rentrée. L’heure de faire le point sur ce que j’ai retenu de ces 45 min de présentation.

La foire aux RPG et au Farming

Pour ceux qui ne sont pas friands des jeux RPG, une grosse partie de ce Nintendo Direct ne devait pas être la plus intéressante. Et je m’inclus moi-même dans le lot. Non pas que je n’aime pas ce genre ou que je n’y joue pas, mais la plupart des jeux montrés durant cette présentation tels que Crisis Core: Final Fantasy VII Reunion, Tales of Symphonia Remastered, et Atelier Ryza 3: Alchemist of the End & the Secret Key, ne m’ont pas particulièrement interpellés. Mis à part Octopath Traveler 2 dont j’aime toujours autant le style graphique même si je n’ai pas fait le premier.

Beaucoup de RPG, mais aussi beaucoup d’autres d’un genre auquel je suis encore moins familier, les jeux de gestion de ferme / simulation de vie. Et qui ont transformé ce Nintendo Direct en un « Farm Direct ». Parmi-eux, Story Of Seasons, Rune Factory 3 Special, Fae Farm, Harvestella, ou encore Various Daylife. C’est peut-être ça la nouvelle tendance vidéoludique chez Nintendo. Ca change des jeux d’horreur dans l’espace qui pullulent chez les autres constructeurs.

Le catalogue N64 s’étoffe

Cela fait un an tout pile que le Nintendo Switch Online intègre le catalogue N64. Accessible seulement si on a le Pack Additionnel faisant monter le tarif de l’abonnement annuel de 19,99€ à 39,99€. À l’époque de son annonce, j’avais exprimé mon fort mécontentement sur le fait que les jeux de cette console ne soient pas inclus dans le service de base. Ce qui fait qu’encore aujourd’hui, je n’ai toujours pas souscrit à cet abonnement.

Mais c’était sans compter la puissance marketing de Nintendo qui nous balance d’un coup d’un seul, une flopée de classiques de la console. Dont les trois premiers Mario Party, les deux premiers Pokémon Stadium, Pilotwings 64, 1080 Snowboarding, Excitebike 64, et surtout le FPS mythique Goldeneye 64. Qui bénéficiera d’un mode multijoueur en ligne exclusif à la Switch, alors que la version Gamepass de chez Xbox ne devra se contenter que du multi local pour une raison qui m’échappe. J’avoue que toutes ces annonces m’ont presque donné envie de sauter le pas, mais pour le moment je résiste.

Des retrouvailles timides

Mais ce qu’on retiendra surtout de ce Direct, c’est la présence de deux jeux très attendus dont un qu’on n’espérait même plus revoir.

Le premier étant Pikmin 4. Annoncé pour la première fois en 2015 par Shigeru Miyamoto du temps où la Wii U était encore dans la course. Ce dernier assurait d’abord à l’époque que le jeu « était sur le point d’être terminé », puis que son développement « suivait toujours son cours ». Le tout sans jamais rien montrer du jeu. Une communication qui s’est transformée en Running Gag et a fini par lasser.

Sept ans plus tard, le grand manitou revient à la charge en nous dévoilant un court teaser et quelques images de cette arlésienne. Ainsi qu’une fenêtre de sortie pour 2023. Personnellement je ne suis pas un adepte des jeux de la licence, mais j’espère pour les fans que cette longue attente en vaudra la peine.

Le second est celui qu’on n’appellera plus Breath of the Wild 2 mais Tears of the Kingdom. Ne s’étant plus montré depuis l’E3 2021, et qui a enfin une date de sortie fixé au 12 Mai 2023. Il aura été repoussé à de maintes reprises en 2021 puis en 2022, mais cette fois semble être la bonne. J’imagine difficilement un autre report après ça à moins d’un cataclysme. Le compte à rebours peut commencer.

Néanmoins, je reste assez sceptique après avoir vu ce trailer qui ne nous apprend pas grand-chose de plus de ce qu’on sait déjà. Avec une fresque énigmatique dont le défilement prend la moitié de la vidéo. Et une exploration céleste qui semble toujours au cœur du jeu avec divers moyens de monter au ciel. Cela a aussi confirmé une de mes plus grosses craintes. Le fait d’être littéralement en terrain connu puisque les terres d’Hyrule semblent être identiques au précèdent opus. Au point où j’ai l’impression qu’on est face à un immense DLC qui a pris plus de 6 ans à germer. J’espère très sincèrement me tromper.

Conclusion

Même si les jeux que j’ai retenus se comptent sur les doigts d’une main, c’était un Nintendo Direct plutôt efficace sans être flamboyant. Il m’aura bien moins marqué que celui de Février que je trouve encore aujourd’hui exceptionnel.

J’ai apprécié la diversité des jeux présentés malgré leur répartition assez déséquilibré avec masse de RPG et de farming. Et j’ai eu un souci avec le rythme de la présentation, tout particulièrement sur les 10 dernières minutes où ça n’en finissait plus.

Pour le reste, je passerai outre les sempiternels portages comme It Takes Two, Sifu, les derniers Resident Evil en Cloud, et TUNIC. Je garde toujours un œil sur Bayonetta 3, sur la prochaine vague de circuits de Mario Kart 8 Deluxe, et sur le futur Splatfest d’un Splatoon 3 que je n’ai pas encore en ma possession à l’heure où cet article est publié.

En tout cas l’horizon vidéoludique se dessine pour 2023. Et il semble radieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.